Vaisseaux humains

Le WikiHalo rappelle à ses contributeurs que toute information ajoutée doit être officielle et vérifiable. Les contributions sans sources et les théories sur Halo Infinite seront rejetées.

(Redirigé depuis Estafette)

Cette page regroupe l'ensemble des vaisseaux humains, militaires ou civils.

Dans l'UNSC, FleetCom est la branche de la Navy chargée du commandement des vaisseaux militaires. Chaque vaisseau appartient à une classe spécifique selon ses capacités d'attaque, de défense, de soutien et de transport.

Way-Comparaison vaisseaux UNSC (légende).png


Caractéristiques[modifier]

Configuration[modifier]

La passerelle de commandement,[1] aussi appelée le pont, est l'emplacement le plus important. Elle est généralement placée à l'avant ou sur le dessus du vaisseau afin d'offrir une bonne visibilité sur les alentours.[2] De là, tous les vaisseaux sont commandés avec différents postes comme la navigation, l'armement, les communications et les opérations du vaisseau.[3][4][5] Sur les murs de la passerelle sont disposés de nombreux écrans affichant des données tactiques[6] ou l'espace entourant le vaisseau[1][7] grâce des caméras.[8] Dans le cas d'une passerelle avec une baie vitrée, des protections métalliques peuvent s'abaisser, notamment pour les voyages en sous-espace.[9][10]

Une intelligence artificielle embarquée est généralement présente à bord[7][3] et est stockée sur la passerelle d'où elle peut plus facilement superviser les opérations et l'équipage.[2] Il s'agit le plus souvent d'une IA « bête » qui aide à la défense de proximité du vaisseau[4][11] et à la navigation[7] en facilitant ou vérifiant les calculs de sauts en sous-espace[3] et les manœuvres subluminiques.[8] Une IA « maligne » équipe seulement les vaisseaux amiraux ou chargés de missions spéciales, l'élaboration de celles-ci étant très longue et coûteuse.[Source manquante] En plus du petit panneau holographique dédié à l'IA,[11] la plupart des passerelles sont équipées d'un projecteur holographique sous forme de table qui permet l'affichage de diverses données comme des cartes.[12][13] Un garde-fou en cuivre entoure généralement la passerelle.[3][4]

Parmi les autres sections que l'ont peut rencontrer sur la plupart des vaisseaux se trouvent la salle de briefing,[14][15] une ou plusieurs armureries,[14][6][16] des aires de lancement de missiles (servant parfois aux cérémonies funéraires),[17] ou encore un atelier de réparation.[18] Certains navires possèdent un pont d'observation avec une baie vitrée offrant généralement une vue à 180°[19] et même parfois un sol vitré.[20]

Un ou plusieurs hangars peuvent accueillir des vaisseaux de largage (Pélicans, Darters, etc.) ou des chasseurs (Longswords, Broadswords, etc.)[3][21] et de l'équipement d'assaut terrestre.[6][22] De plus, des baies de lancement pour VEBH sont présents sur les vaisseaux de tonnage égal ou supérieur aux frégates.[23][24][25]

Pour les besoins de l'équipage, on trouve également un gymnase qui, à la différence des autres parties d'un vaisseau, n'est pas cylindrique mais en forme de cône segmenté afin de simuler des gravité différentes,[17] avec divers équipements sportifs[26] une infirmerie[17][27] ou aire médicale[28] ainsi qu'une salle de stockage pour le matériel médical,[29] une salle cryogénique pour les longs voyages,[7][3][6] un dortoir,[3] des quartiers privés,[30] et un mess.[6][15] Le carré des officiers peut accueillir un projecteur holographique, un bar et des ornements comme un drapeau de l'UNSC, des plaques commémorant des actes de bravoure, des photos des anciens capitaines du vaisseau ou encore des daguerréotypes.[31] Des distributeurs de nourriture et de boissons ainsi que des panneaux d'affichage fixés sur les cloisons sont mis à disposition de l'équipage.[6]

Les déplacements verticaux entre différents ponts peuvent se faire soit par le biais d'une échelle[32] soit via un ascenseur.[1][17][10] En ce cas, la gravité diminue avant de revenir à 1 G tandis que l'ascenseur traverse les différentes sections tournantes du vaisseau.[3] Sur les longs vaisseaux, des systèmes de tram sont mis en place.[33][10] La communication de vaisseau à vaisseau s'effectue via la connexion des deux colliers d'amarrage chargés de créer un équilibrage de la pression des deux ponts, après que les deux vaisseaux aient été amarrés entre eux via des bras robotiques.[34]

Bien que strictement classifiés, les vaisseaux de l'UNSC disposent d'un certain degré de flexibilité opérationnelle grâce à l'usage de kits de mission modulaires et de hangars reconfigurables.[35]

Gravité artificielle[modifier]

La gravité artificielle, également appelée semi-gravité ou microgravité,[36] dans les vaisseaux de l'UNSC peut être assurée de deux manières différentes : soit par des projecteurs de gravité artificielle rudimentaires assez peu efficaces sur le long terme, soit par une technologie plus simple : la rotation des sections du vaisseau requérant la gravité, à la manière d'un carrousel. En revanche, cette méthode requiert énormément d'énergie, et ne peut pas être utilisée plus d'une journée de suite, et encore moins en situation de combat ou de manœuvre. Au final, les systèmes rotatifs ne sont utilisés que lors d'opérations de routine, et les anciens systèmes de projection, moins efficaces mais moins gourmands en énergie, sont utilisés dans les situations de combat, afin de prodiguer plus de confort à l'équipage pour l'aider à gérer le stress. Néanmoins, certains capitaines et les tacticiens navals maintiennent que ces systèmes doivent être désactivés en combat pour sauver toute l'énergie possible.[37]

Ces systèmes induisent un changement dans la manière dont marchent ceux qui y sont souvent exposés, qui prennent l'habitude de grand enjambées, appelée démarche spatiale (space walk).[36] En 2552, les chercheurs et ingénieurs de l'UNSC firent plusieurs avancées dans le domaine de la gravité artificielle et certains vaisseaux furent sélectionnés pour tester ces nouveaux systèmes.[38]

Communications[modifier]

Les communications sont gérées par un officier dédié sur le pont, et chaque vaisseau peut contacter une destination planétaire, le vaisseau amiral de sa flotte ou la flotte complète.[39][40] Les transmissions se font notamment par maser.[41]

Il est impossible pour un vaisseau en sous-espace de communiquer avec l'espace normal,[42][43] à moins qu'il ne soit équipé de technologies forerunners le permettant dans l'après-guerre.[44]

Armement[modifier]

Les canons à accélération magnétique sont l'arme la plus efficace et la plus puissante et, bien que les obus soient non téléguidés, ils causent des dégâts critiques aux cibles ennemies, mais souffrent d'une cadence de tir faible. Les frégates et les destroyers sont construits autour des CAM.[45]

En plus de ces canons s'ajoutent des tourelles à accélération magnétique tels que les naval coilguns et celles constituant le réseau de défense de proximité (Point Defense Network), dont font par exemple partie les tourelles Rampart. Ce réseau qui est présent sur chaque vaisseau est contrôlé par l'IA de bord, et sert principalement à la défense contre les chasseurs[38] en plus de pouvoir perturber les torpilles à plasma.[2] Ces canons peuvent également être entièrement automatisés et calculer les solutions de tir en temps réel.[46]

Il existe un large panel de missiles de tailles et de charges variables,[47] mais les plus communs sont les missiles anti-vaisseaux tels que les Archer. Ceux-ci sont dirigés par des IA simples qui communiquent avec les autres missiles à portée pour maximiser les dégâts,[48] mais la plupart sont contrôlés par ordinateur et peuvent se verrouiller sur une source d'énergie, comme les armes d'un navire ennemi se chargeant, les moteurs, les signatures thermiques, ou encore des cibles marquées par laser. Les missiles peuvent être chargés avec des armes chimiques, des équipements de brouillage de communications, des brouilleurs de capteurs ou encore des charges tactiques comme des leurres diffusant une fausse image radar d'un vaisseau afin d'éloigner un poursuivant.[47]

Certains vaisseaux sont équipés de silos de lancement de missiles nucléaires, tels que les Shiva,[3] dont l'usage était répandu au début de la guerre contre les Covenants avant qu'ils ne se révèlent inutiles contre les boucliers énergétiques en raison de l'inefficacité du choc thermique et des radiations directes.[48] L'IEM provoquée par l'explosion nucléaire de ces ogives peut notamment rendre inopérant l'électronique à bord d'un vaisseau UNSC proche.[3] Cependant, des améliorations ultérieures ont permis leur utilisation pour alimenter des lasers à rayons X.[48]

La plupart des navires sont équipés de mines navales, des explosifs qui une fois déployés restent inertes jusqu'à ce qu'une cible déclenche les détecteurs de proximité. La mine se met alors en attente et analyse passivement la cible. Si celle-ci correspond aux critères d'engagement, la mine devient active et enclenche sa balise IFF afin d'éviter un accident.[2]

Les vaisseaux de l'UNSC utilisent également des bombes guidées pour les attaques au sol qui peuvent soit être dirigées par un désignateur laser, soit détecter et prioriser des cibles en fonction d'un lidar, ou télédétection par laser et par comparaisons entre des signatures hyperspectrales ou simplement par des coordonnées données. Il existe de nombreuses formes de bombes qui sont très fortement modulables en fonction des besoins tactiques.[48]

Après la guerre contre les Covenants, de nouvelles technologies offensives furent intégrés sur les vaisseaux de nouvelles générations, les plus notables étant des armes à énergie dirigée de type laser des frégates Anlace et Mulsanne.[49]

Blindage[modifier]

Les vaisseaux utilisent presque tous la même technologie, équipés d'un blindage en titane-A d'épaisseur variable, représentant en moyenne un tiers de la masse du navire,[47] et de composites polymères élastiques. Durant les dernières années de la guerre Humain contre Covenant fut introduit un blindage amélioré employant des éléments supraconducteurs réduisant l'efficacité des armes à plasma covenantes.[2] Dans l'après-guerre, certains vaisseaux comme la classe Strident et la classe Infinity profitent des nouvelles avancées technologiques en bénéficiant d'un bouclier énergétique qui leur offrent un accroît de protection.[50]

Détection[modifier]

Les scanners laser et radar sont utilisés pour suivre de façon active les ennemis ainsi que les dangers proches de l'espace qui les entoure. Les vaisseaux peuvent également déployer un ensemble d'antennes et des détecteurs afin de surveiller passivement l'espace à la recherche de sources d'énergie irrégulières. Plusieurs navires emportent des sondes de détection pouvant être tirées à partir d'un canon à accélération magnétique pour balayer la voie au fur et à mesure qu'ils progressent en territoire ennemi.[2]

Propulsion[modifier]

Les vaisseaux effectuent leurs trajets longue distance avec un réacteur Shaw-Fujikawa servant aux voyages en sous-espace, et des réacteurs à fusion au deutérium pour l'alimentation du vaisseau. Chaque vaisseau en possède un ou plusieurs, ainsi qu'un générateur de secours lorsqu'ils ne sont pas actifs ou endommagés.[2] Des moteurs-fusée plus petits permettent au vaisseau des mouvements plus précis servant à se stabiliser ou se positionner. Sur les cargos de la DCS, ces moteurs fonctionnent à l'hydrazine.[41][42] Certains dispositifs sont dédiés au combat naval, comme le propulseur d'urgence. La plupart des vaisseaux possèdent un système de contrôle de la gravité facilitant le déplacement à proximité de points de gravité comme les planètes, mais les options restent limitées dans ces situations, en particulier pour les vaisseaux les plus massifs durant la guerre Humain contre Covenant.[51]

Le liquide de refroidissement des réacteurs primaires des vaisseaux est connu pour être radioactif.[41]

Équipage[modifier]

L'équipage de chaque vaisseau se répartit en passagers, qui ne participent pas directement au pilotage, techniciens, ou ingénieurs, qui sont chargés de maintenir le vaisseau en état hors combat et d'exécuter les ordres du pont concernant le moteur ou les armes, et l'équipe du pont. Sur le pont se trouvent le Commanding Officer ou CO, Commandant en français (à ne pas confondre avec le grade homonyme), chargé de donner les directives, et des officiers subalternes chargés de la navigation, des opérations, des communications et des armes. Les officiers subalternes sont chargés de donner les informations concernant leur poste au commandant, qui en retour leur donne des ordres qu'ils transmettent aux ingénieurs.

Le CO est parfois assisté d'un Executive Officer, ou XO, Commandant en second en français, qui se charge des tâches d'importance secondaires à la place du CO et lui sert également de conseiller tactique. Si le CO se trouve incapable de commander, c'est soit le XO ou l'officier subalterne le plus gradé qui hérite du commandement.

Les lumières au sein du vaisseau sont programmées pour imiter la luminosité et le cycle jour/nuit naturel de la Terre.[52] Malgré ces accommodations, la gravité artificielle et l'air recyclé peuvent être sources d'inconfort pour certains membres d'équipage.[53]

Logistique[modifier]

Les navires de lourd tonnage tels que les croiseurs sont construits dans des conditions de gravité zéro et ne sont pas équipés pour évoluer dans une atmosphère planétaire.[54] Les vaisseaux trop vieux ou endommagés sont généralement revendus pour être démantelés pour éviter les coûts de mise à niveau ou de réparation.[55]

Navigation spatiale[modifier]

Pour indiquer des routes dans l'espace, un système à trois chiffres est utilisé, similaire à celui employé en navigation contemporaine pour la navigation sur un seul plan et représentant un degré d'angle sur un axe de 360°.[56] Des techniques de positionnement par repérage des étoiles environnantes sont utilisées[57] et des routes de navigation spatiale ont été définies comme la Via Casilina et la Chaudier Trade Route.

Classification[modifier]

Les vaisseaux sont définis par leurs rôles plutôt que par leur tonnage ou leur armement. Ceux qui restent en service pendant plusieurs décennies sont susceptibles d'être reclassés, les nouveaux classes prenant le pas sur les plus anciens qui sont alors assignés en deuxième ligne ou intègrent la flotte de réserve.[2] Le nom d'une classe de vaisseau est le même que le premier bâtiment de cette classe ayant été mis en service.

Transporteur[modifier]

Les transporteurs de l'UNSC sont d'immenses navires de guerre de 3 000 mètres de long, transportant de nombreux escadrons.

Super-transporteur de classe Punic[modifier]

Supposé être une version plus imposante et puissante que les transporteurs, un seul navire de cette catégorie fut construit, le Trafalgar, qui fut le fleuron de la flotte de l'UNSC durant la guerre Humain contre Covenant.

Super-transporteur de classe Infinity[modifier]

Existant pour le moment en un seul exemplaire en service, cette classe de vaisseau est la plus grande jamais construite, avec près de 6 kilomètres de long, et sert à la fois de vaisseau de guerre et de base scientifique mobile.

Transporteur lourd de classe Epoch[modifier]

Le plus imposant navire de guerre de l'UNSC après la classe Infinity.[58]

Transporteur de classe Orion[modifier]

Modèle utilisé durant la guerre contre les Covenants.[58]

Transporteur de classe Phoenix[modifier]

À l'origine utilisés pour la colonisation, ces vaisseaux furent remaniés pour le combat et le soutien des forces terrestres. D'une longueur de 2,5 kilomètres, ils font partie des plus grands vaisseaux de l'UNSC. Ils sont très efficace dans le déploiement de troupes avec leurs nombreux hangars et leurs modules Herons pour déployer des bases préconstruites, mais il ne sont pas très efficaces face aux vaisseaux de guerre covenants.

Transporteur léger de classe Poseidon[modifier]

Un transporteur de petite taille (719 m), en service dans l'après-guerre.[59]

Cuirassé léger de classe Vindication[modifier]

Un vaisseau dont la taille avoisine les 1 580 mètres.[59]

Croiseur[modifier]

Croiseur ultra-lourd de classe Valiant[modifier]

Il s'agit de la classe de croiseur la plus puissante de l'UNSC.

Croiseur lourd de classe Autumn[modifier]

Créée dans l'après-guerre sur le modèle du UNSC Pillar of Autumn, un vaisseau de classe Halcyon modifié, cette classe de croiseurs est la seule encore en production.[60]

Croiseur lourd de classe Marathon[modifier]

Principale force d'attaque de la Navy au cours de la guerre, les croiseurs de classe Marathon étaient le fer de lance de l'UNSC avant qu'ils ne soient remplacés par la classe Autumn dans l'après-guerre. Peu d'entre eux sont encore actifs.[60]

Croiseur léger de classe Halcyon[modifier]

Technologiquement dépassés durant la guerre Humain contre Covenant, ces vaisseaux peu maniables et coûteux présentent néanmoins une architecture qui les rends exceptionnellement résistants.[61] Peu d'entre eux sont encore actifs.[60]

Destroyer[modifier]

Les destroyers sont des vaisseaux lourdement armés dédiés au combat naval.

Destroyer léger de classe Diligence[modifier]

Destroyer léger de classe Halberd[modifier]

Destroyer lourd de classe Hillsborough[modifier]

Destroyer lourd[modifier]

Les premiers vaisseaux équipés d'un CAM.

Frégate[modifier]

La frégate est le type de navires le plus répandu dans la flotte de l'UNSC. Polyvalente et rapide, elle sert autant de vaisseau d'attaque que de soutien et de déploiement.

Frégate de classe Anlace[modifier]

Active dans l'après-guerre.[62]

Frégate légère de classe Mulsanne[modifier]

Active dans l'après-guerre.

Frégate lourde de classe Strident[modifier]

Mise en service dans l'après-guerre, cette classe possède une puissance de feu versatile qui la rapproche d'un destroyer.[63]

Frégate lourde de classe Paris[modifier]

L'armement plus lourd de ces frégates au détriment de leur capacité d'emport de troupes les dédient au combat naval.

Frégate légère de classe Charon[modifier]

Ces frégates très maniables sont dédiées à la défense planétaire et à l'escorte.

Frégate légère de classe Stalwart[modifier]

Les plus petits vaisseaux de classe frégates, dédiée au transport de troupes plutôt qu'au combat.

Vaisseaux de soutien[modifier]

Cette section attend d'être complétée par vos soins.


Station de réparation[modifier]

Les stations de réparations interviennent après les combats pour réparer les vaisseaux endommagés.

Station de recherche[modifier]

Station médicale[modifier]

Station médicale mobile[modifier]

Les stations spatiale mobiles servent d'hôpital de campagne pour les forces de l'UNSC.

Corvette[modifier]

Les corvettes sont de petits vaisseaux extrêmement rapide possédant néanmoins une capacité d'emport qui les dédie aux opérations de transport, et celles nécessitant de la discrétion.

Corvette d'attaque rapide de classe Lancer[modifier]

Cette classe a été utilisée par l'UNSC et la CMA dès l'Insurrection avant d'être reléguée à des missions défensives pendant la guerre contre les Covenants.

Corvette lance-missile de classe Scholte[modifier]

Initialement employées par la CMA durant l'Insurrection, ces corvettes ont été remplacées par des navires plus récents mais sont restées en usage dans l'UNSC Navy pour les missions d'entraînement, avant de connaître un retour sur les théâtres d'affrontements à la fin de la guerre contre les Covenants.

Corvette de classe Mako[modifier]

Ces corvettes ont été déclassées suite à des problèmes de maintenance.

Corvette lourde de classe Gladius[modifier]

Corvette de type Rôdeur[modifier]

Ces vaisseaux furtifs de l'ONI sont dédiés à l'espionnage des communications, la surveillance directe et le largage de troupes lors d'opérations furtives, l'absence d'armement étant compensé par une batteries de systèmes les rendant indétectables sur les radars.

Ils sont répartis selon d'autres classes : classe Winter, classe Razor, classe Eclipse et Rôdeur lourd de classe Sahara.[64]

Sous-Rôdeur de classe Black Cat[modifier]

Ces petits vaisseaux opèrent comme une version réduite du Rôdeur et servent pour le transport lors d'opérations furtives.

Rôdeur de classe Calypso[modifier]

Cette classe dédiée à l'exfiltration discrète a été remplacée par la classe Black Cat.

Sous-Rôdeur de Chiroptera[modifier]

Les plus petit vaisseaux capables de voyager dans le sous-espace étaient également des vaisseaux furtifs , qui furent peu à peu abandonnés.

Rôdeur de classe Eclipse[modifier]
Rôdeur de classe Point Blank[modifier]

Les plus gros vaisseaux furtifs de l'ONI, plus versatiles que les Rôdeurs, parfois désignés comme des croiseurs furtifs.

Rôdeur de classe Razor[modifier]

Vaisseaux furtifs capable de participer à des combats de faibles intensités.

Rôdeur lourd de classe Sahara[modifier]

L'un des plus gros Rôdeurs et aussi le plus commun des vaisseaux de cette classification.

Rôdeur de classe Winter[modifier]

Rôdeur de petite taille et avec un profil aérodynamique pour des missions planétaires.

Sloop[modifier]

De petits vaisseaux furtifs dotés d'une capacité d'armement minimale.

Cargo[modifier]

Des transporteurs amenant des biens ou des personnes sous la responsabilité de l'UNSC Department of Commercial Shipping.

Classe Bustler[modifier]

Classe Ibis[modifier]

Classe Laden[modifier]

Classe Mulzac[modifier]

Transporteur civil peu onéreux, fiables et hautement configurables.

Classe Parabola[modifier]

Vaisseau de transport agricole contenant des baies hydroponiques.

Transporteur[modifier]

Des vaisseaux de ligne transportant des civils d'une planète à une autre.[65]

Classe Egret[modifier]

Vaisseau de ligne de passager le plus commun dans les colonies intérieures.[65]

Classe Banta[modifier]

Transbordeur ou ferry assez commun, basé sur les cargos militaires de XXIVe siècle.[65]

Vaisseau de prospection[modifier]

Des vaisseaux dédiés à la récupération et/ou au transport de matières premières. Depuis le début du XXVIe siècle, les équipements comme la graduation transoptique, qui permettent une navigation de précision, ainsi que l'allumage biométrique sont considérés comme des standards. Un autre système standardisé depuis les années 2490 est le protocole coopératif, ou « proco », nécessitant que deux personnes soient présentes à bord pour permettre le décollage du vaisseau. Ce système permet de réduire les risques de vol.[66]

Classe Aestuum[modifier]

Classe Springhill[modifier]

Classe Huygens[modifier]

Vaisseau d'exploration.

Classe Mariner[modifier]

Colony Support Ship[modifier]

Classe Star Charter[modifier]

Classe Phoenix[modifier]

Vaisseau colonial militarisé par l'UNSC durant la guerre contre les Covenants.

Classe Euphrates[modifier]

Vaisseau déployé pour coloniser et terraformer des planètes.[67]

Yacht[modifier]

Les yachts sont des vaisseaux spatiaux personnels de luxe utilisés pour la plaisance et le transport de riches civils.[68]

Classe Hyades[modifier]

Classe Revado[modifier]

Goélette[modifier]

Les goélettes (Schooner) sont des petits vaisseaux de transport de passagers de plaisance semblable à des yachts.

Remorqueur[modifier]

Vaisseau permettant de récupérer un autre vaisseau, souvent endommagé ou sans carburant, ou d'autres masses, et de le déplacer.

Classe Bactrian[modifier]

Classe Behemoth[modifier]

Classe Jennet[modifier]

Remorqueur possèdant la capacité de déplacer des masses impressionnantes sans problème. Ce puissant remorqueur est appelés pour déplacer des épaves de navires, des astéroïdes et d'énormes palettes de fret entre des planètes, ou pour remonter un puits de gravité.

Navette[modifier]

Les navettes sont des vaisseaux dédiés au transport et possédant éventuellement de l'armement défensif.

  • Albatross : grandes navettes dédiées au transport de troupe et de matériel, sorte de version supérieure du Pélican.
  • Pélican : véhicule aérien le plus utilisé par l'UNSC pour le transport des troupes et de matériel. Souple et assez rapide, cet aéronef est utilisé par l'UNSC mais aussi par le département de police de la Nouvelle Mombasa.
  • Darter : petites navettes dédiées au transport de matériel.

Navette de sauvetage[modifier]

Les navettes de sauvetages sont des petits véhicules utilisés pour le transfert de personnels à courte distance, la surveillance de la coque ou les évacuations d'urgence. Elles sont faites pour résister à une entrée atmosphérique pour y déposer ses passagers.[69]

  • Navettes SKT : série de navettes de sauvetage.
    • Bumblebee : navettes de sauvetage présentes pour l'évacuation d'urgence des vaisseaux de l'UNSC.
  • Lacewing-II[69]
  • Nacelle RLT-85 : véhicule utilisé pour les déploiements d'urgence.
  • Queen Bee[69]

Navette diplomatique[modifier]

Ces petites navettes peu spacieuses sont néanmoins équipées d'un moteur Shaw-Fujikawa, et servent au déplacement individuel de personnel diplomatique ou spécial.

Estafette[modifier]

Une estafette ou vaisseau courrier (courriers) est de petite taille, rapide, fiable et conçu pour transporter un petit équipage sur de longues distances.[70]

Classe Vancouver[modifier]
  • Han - Situation inconnue
Classe Gypsum[modifier]
Classe Zheng He[modifier]

Patrouilleur[modifier]

Les patrouilleurs sont des vaisseaux de sécurité orbitaux qui regroupent une grande variété de types de navettes et de cotres équipés pour arrêter les pirates et les criminels. Certains patrouilleurs peuvent être utilisés par l'UNSC dans des colonies pour détruire leurs défenses.[70]

Classe Minotaur[modifier]

Chasseur[modifier]

Les chasseurs sont des vaisseaux de petite taille, dont l'équipage est restreint, dédiés au combat à petite échelle intra ou extra-atmosphérique. Ils sont la plupart du temps pilotés par des membres de l'UNSC Air Force et non de l'UNSC Navy.

  • Baselard : intercepteur de l'UNSC conçu avant la guerre contre les Covenants.
  • Broadsword : chasseur d'attaque similaires aux Longswords, qu'ils les ont progressivement remplacés dans l'après-guerre.
  • Cadre d'accélération : chasseurs biplaces sans cockpit dont les pilotes doivent porter des combinaisons étanches. Ils combinent maniabilité et armement et sont dédiés aux frappes rapides et chirurgicales.
  • Longsword : chasseur-intercepteur et chasseur d'attaque principal de l'UNSC durant la guerre Humain contre Covenant.
  • Nandao : chasseur-intercepteur et chasseur d'attaque.
  • Sabre : chasseurs ayant la particularité d'être lancés verticalement depuis la surface d'une planète.

Classe non-répertoriée[modifier]

Classes inconnues[modifier]

Galerie[modifier]

Sources[modifier]

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Halo : La Chute de Reach, Prologue
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 Halo Encyclopedia (2022), p. 114-115
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 3,6 3,7 3,8 et 3,9 Halo : La Chute de Reach, ch. 12
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Halo : La Chute de Reach, ch. 16
  5. Halo : Le Protocole Cole, ch. 10
  6. 6,0 6,1 6,2 6,3 6,4 et 6,5 Halo : Combat Evolved, niveau Le Pillar of Autumn
  7. 7,0 7,1 7,2 et 7,3 Halo : La Chute de Reach, ch. 1
  8. 8,0 et 8,1 Halo : La Chute de Reach, ch. 17
  9. Halo Wars, niveau Signal d'Anders
  10. 10,0 10,1 et 10,2 Halo Wars 2, niveau Le signal
  11. 11,0 et 11,1 Halo : La Chute de Reach, ch. 21
  12. Halo Wars, niveau Base Alpha
  13. Halo 4, niveau Infinity
  14. 14,0 et 14,1 Halo : La Chute de Reach, ch. 9
  15. 15,0 et 15,1 Halo Legends : Baby-sitter
  16. Halo : Combat Evolved, niveau La Panse
  17. 17,0 17,1 17,2 et 17,3 Halo : La Chute de Reach, ch. 7
  18. Halo : Opération First Strike, ch. 29, p. 399 (2013)
  19. Halo 4, niveau Dawn
  20. Halo Wars, niveau Vers la relique
  21. Halo : La Chute de Reach, ch. 29
  22. Halo 3, niveau L'Arche
  23. Halo : Les Floods, ch. 1
  24. Halo 2, niveau Halo Delta
  25. Halo 3 : ODST, niveau Attention au largage !
  26. Halo : Tales from Slipspace, Undefeated
  27. Halo : Le Protocole Cole, ch. 11
  28. Halo : Opération First Strike, ch. 26, p. 352 (2013)
  29. Halo : Opération First Strike, ch. 31, p. 429 (2013)
  30. Halo : La Chute de Reach, ch. 18
  31. Halo : Opération First Strike, ch. 31, p. 427-428 (2013)
  32. Halo : Les Mondes de verre, ch. 4 & 6
  33. Spartan Ops, S1E3 : Catherine
  34. Halo : Evolutions, The Impossible Life and the Possible Death of Preston J. Cole, Section 4
  35. Halo : Fleet Battles, Core Rulebook, CYCLOPS BATTLE GROUP (BR 6)
  36. 36,0 et 36,1 Halo : La Chute de Reach, ch. 3 & 11
  37. Halo Encyclopedia, p. 211 (2009), p. 221 (2011)
  38. 38,0 et 38,1 Halo : La Chute de Reach, ch. 27
  39. Halo : La Chute de Reach, ch. 33
  40. Halo : La Chute de Reach, ch. 36
  41. 41,0 41,1 et 41,2 Halo : Contact Harvest, ch. 1
  42. 42,0 et 42,1 Halo : Contact Harvest, ch. 6
  43. Halo : Les Mondes de verre, ch. 3
  44. Halo : Dictata mortels, ch. 7
  45. Halo : Contact Harvest, ch. 7, p. 133 (2014)
  46. Halo Warfleet, p. 19
  47. 47,0 47,1 et 47,2 Halo Encyclopedia (2009), p. 303
  48. 48,0 48,1 48,2 et 48,3 Halo Warfleet, p. 16-17
  49. Halo Encyclopedia (2022), p. 121
  50. Spartan Ops, S1E1 : Amarres larguées
  51. Halo Waypoint: Community Update - Rockin' & Railin' (archive)
  52. Halo : Les Mondes de verre, ch. 16
  53. Canon Fodder - Stay Frosty
  54. Halo : Les Floods, ch. 1, p. 61-62 (2013)
  55. Halo : Sang nouveau, ch. 14
  56. Halo : La Chute de Reach, ch. 12, p. 149 (2013)
  57. Halo : Escalation, n°19
  58. 58,0 et 58,1 Canon Fodder - In the Loop
  59. 59,0 et 59,1 Halo Bulletin du 14 mai 2014
  60. 60,0 60,1 et 60,2 Halo 4 : The Essential Visual Guide, p. 191
  61. Halo : La Chute de Reach, ch. 25
  62. Halo Warfleet, p. 42-43
  63. Halo 4 : The Essential Visual Guide, p. 192
  64. Halo 4 : The Essential Visual Guide, p. 190
  65. 65,0 65,1 et 65,2 Halo Encyclopedia (2022), p. 130
  66. Halo : Nightfall, Second Stories, Cooperative Protocol
  67. Halo Encyclopedia (2022), p. 116
  68. Halo Encyclopedia (2009), p. 253
  69. 69,0 69,1 et 69,2 Halo Encyclopedia (2022), p. 153
  70. 70,0 et 70,1 Halo Encyclopedia (2022), p. 131