Hunt the Truth/Saison 1

La création de compte est actuellement désactivée à cause de comptes de spam. Rejoignez le chat Discord pour toute demande de création de compte.
Du contenu sur cette page a été traduit officieusement depuis l'anglais.
HTT saison 1 poster.jpg

Hunt the Truth est une série audio réalisée par Ayzenberg Group[1] débutée le 20 mars et terminée le 17 juin 2015, reposant sur des comptes Tumblr et Soundcloud diffusant chaque dimanche un épisode. Elle a fait partie de la campagne virale de Halo 5 : Guardians.

Elle a totalisé 2,15 millions d'écoutes sur iTunes et SoundCloud, 250 000 visites sur les sites, 217 millions de visionnages cumulés sur les trois trailers sur internet et la télévision, et a généré 960 000 citations du jeu sur les réseaux sociaux.[2] La série a reçu en 2015 un Clio Award de bronze dans la catégorie contenu en streaming ou téléchargement.[1]


Protagonistes[modifier]


Résumé[modifier]

Benjamin Giraud, un journaliste ayant couvert la bataille de la Nouvelle Mombasa et retiré dans les colonies extérieures pendant six ans, accepte un contrat offert par Michael Sullivan, un ami de la section 2 de l'ONI, consistant à construire une histoire audio sur la vie de John-117. Giraud commence par suivre la liste d'intervenants fournie par l'ONI avec Deon Govender, professeur de John à l'école primaire sur Eridanus II, qui lui raconte les prouesses physiques du jeune John ainsi que son enlèvement par les insurgés durant les périodes de troubles à Elysium City. Un survivant des camps d'enfermement, Thomas Wu, indique que la ville était devenue un repaire d'insurgés pratiquant l'enlèvement et la séquestration. Dans le même temps, Giraud utilise les contacts créés durant son éloignement pour retrouver Ellie Bloom, une amie d'enfance de John, mais il ne la considère pas comme un témoin important. Il réussit à trouver des rapports d'Eridanus II datant d'avant la vitrification de la planète, mais ces derniers enregistrent John comme mort à six ans.

Troublé par cette découverte, Giraud recontacte Sullivan, qui lui assure que les rapports de planètes vitrifiées ne sont pas fiables. Dans le même temps, le journaliste entre en contact avec Mshak Moradi, un théoricien du complot qui tente de le persuader que l'ONI lui ment. Rassuré par Sullivan, Giraud continue les interviews avec Gabriella Dvørak, une militaire ayant libéré John des camps d'enfermement insurgés et attestant de l'incroyable volonté du jeune homme. Giraud est alors recontacté par Ellie, qui le met en contact avec Katrina, une autre amie d'enfance de John, qui lui certifie que John est mort jeune comme indiqué sur le rapport et que ses parents étaient en vie même alors que l'histoire de Dvørak indiquait qu'ils étaient morts dans les camps. À la lumière de ces témoignages contradictoires, Giraud fait appel à Ray Kurzig, un ami analyste, en espérant qu'il pourra discréditer les témoignages d'Ellie et Katrina, mais Ray retrouve des documents attestant de la survie des parents de John. Giraud recontacte Sullivan pour lui faire part de ses découvertes, mais celui-ci le menace de lui retirer l'histoire s'il n'abandonnait pas les pistes en contradiction avec les témoignages apportés par l'ONI.

Giraud interviewe ensuite Jakob Walker, un militaire retraité ayant fait ses classes avec John et racontant son dévouement et ses capacités de leadership. En parallèle, le journaliste fait appel à Mshak pour continuer à enquêter sur les témoignages contradictoires et entre en contact avec Anthony Petrosky, un ancien ODST qui lui raconte l'incident de l'UNSC Atlas, impliquant l'augmentation génétique de John à 13 ans. À cette source s'ajoutent les témoignages d'Ellie, qui remet complètement en cause l'histoire racontée par Govender dans la première interview et pousse Giraud à recontacter Thomas Wu, qui révèle à demi-mot avoir fait un faux témoignage. Cette confession ayant été faite sur un réseau public, Giraud s'inquiète que l'ONI ait pu intercepter la conversation et l'aveu. Il recontacte Mshak, qui lui parle de la grogne des militaires envers le Major, qui dispose d'une mobilité totale pour ses missions secrètes, et des étranges perturbations repérées dans l'espace lointain.

Les relations humaines de l'ONI contactent alors Giraud et le convoquent à leur quartier général. Persuadé d'avoir été découvert, le journaliste obéit et s'arrange pour rencontrer auparavant Petra Janecek, une collègue, pour lui demander conseil. Celle-ci, bien qu'intéressée par les incohérences dans les témoignages, estime que Giraud ne devrait pas chercher à doubler l'ONI. Rendu dans les locaux de ses employeurs, Giraud s'attend au pire, mais est finalement présenté à Franklin Mendez, l'entraîneur de John. Durant l'interview, Giraud répète les accusations d'abus de pouvoir mentionnées par Mshak et la réunion s'arrête prématurément avant que Sullivan ne lui annonce son renvoi. Résigné, Giraud prend son vol pour quitter la Terre et y rencontre Jakob Walker, qui ne correspond pas du tout au personnage avec qui il a conduit son interview. Avant de pouvoir l'interroger, Giraud est neutralisé par deux agents de l'ONI qui assurent son retour.

Une fois chez lui, Giraud se rend compte que son terminal de données a enregistré les évènements et comprend qu'il n'était pas censé croiser le chemin de Jakob Walker. Exaspéré par les mensonges de l'ONI et la manière dont ils l'ont renvoyé, il décide finalement de ne pas redonner les fichiers de ses interviews à l'ONI et de les diffuser sur le réseau public pour dévoiler les machinations de l'ONI. Cette action rencontre une réaction mitigée de la population, mais Giraud s'intéresse particulièrement aux témoignages venant appuyer ceux d'Ellie et Katrina et contredire ceux de Deon, Wu et Dvørak. Alors qu'il demande à son ami Ray de trouver de nouvelles preuves, celui-ci lui annonce qu'il refuse de continuer à l'assister et se contente de lui remettre le résultat de ses enquêtes confirmant le passif de Walker et Dvørak, suggérant que toute trace de mensonge a été officiellement masquée. Petra intervient également, en colère contre Giraud pour avoir diffusé leur conversation sans mesurer la conséquence de ses actes. Elle annonce alors que tenter d'aller plus loin dans l'affaire en cours placera tous les collaborateurs en danger et refuse d'en faire partie, comme Ray. Elle révèle également que Mshak est responsable de l'infiltration du réseau de l'ONI ayant résulté dans la rencontre fortuite entre Walker et Giraud, un élément révélateur des mensonges de l'ONI commandité par une mystérieuse personne appelée FERO.

Trois jours plus tard, Ben n'a pas réussi à recontacter Mshak et FERO se fait toujours attendre, mais Ray le recontacte et les deux amis se retrouvent dans un bar à l'abri des oreilles indiscrètes. Ray révèle à Ben qu'il a malgré tout continué à chercher des informations et a trouvé non seulement que Walker ne possédait pas de dossier militaire enregistré dans les systèmes actifs/retraités, mais a également retrouvé une publicité enregistrée par Walker en sondant les archives du réseau de l'UEG, prouvant qu'il s'agissait d'un acteur. Ben recontacte Petrosky, qu'il n'avait pas pris au sérieux auparavant, mais qui est le seul à avoir mis en doute le témoignage de Walker, et celui-ci lui raconte les rumeurs concernant l'utilisation d'enfants pour créer des Spartans. La nuit suivante, Ben est contacté par FERO, qui lui annonce que les anomalies spatiales observées par Mshak dans les colonies extérieures menacent l'UEG et que le meilleur moyen d'attirer l'attention sur elles est de dévoiler les activités de l'ONI en attirant l'attention des sénateurs civils sur ses agissements.

Le lendemain, Ben est réveillé par Petra, débordée par la révélation propagée sur les réseaux par FERO pendant la nuit : John-117 aurait attaqué la réunion de paix entre l'activiste pacifiste Richard Sekibo et les Sangheilis sur Biko, laissé une traînée de cadavres civils et enlevant Sekibo pour que son corps soit retrouvé mort le lendemain. La popularité du Spartan, vu comme un héros depuis la fin de la guerre contre les Covenants, est en chute libre, et l'ONI coupe tout accès au réseau dans l'appartement de Ben, l'obligeant à déménager dans une planque où il est enfin recontacté par Mshak, qui avait disparu pour effectuer ses recherches sur les Spartans. Ses conclusions sont que tous les enfants enlevés proviennent des colonies extérieures où les disparitions passaient plus facilement inaperçues, un nouvel élément pouvant s'ajouter à la grogne locale contre l'UNSC restée majoritairement passive dans leur défense contre les Covenants. Pendant que Mshak part en quête de l'histoire d'un Spartan ayant rencontré son clone, FERO recontacte Ben, qui lui reproche de s'en être pris à l'image du Major. FERO estime que ce sacrifice est nécessaire pour stimuler l'opinion publique, et la révélation a suffi à provoquer une réunion entre l'UEG et l'ONI. Ben se prépare à intervenir durant la réunion et recrute Petrosky pour qu'il y témoigne, mais FERO lâche une dernière bombe médiatique avant ça : elle diffuse la vidéo venant confirmer les informations fuitées.

À quelques heures de son intervention, Ben enregistre le témoignage de Petrosky et est contacté par Katrina, l'amie d'enfance de John, qui lui expose la situation de paranoïa qui s'est installée dans les colonies extérieures, catalysées par les rebelles comme la New Colonial Alliance. Mshak fournit également une carte montrant l'anormalité de la répartition de mort infantile par maladie auto-immune prouvant le remplacement des enfants Spartans par des flash-clones, ainsi qu'un enregistrement de la police montrant la rencontre entre Oscar-129 et son clone, et son suicide peu après. L'intervention réalisée et les preuves envoyées aux sénateurs, Mshak prévient Ben qu'il doit le rencontrer pour lui délivrer une information en personne, et Katrina le contacte brièvement pour lui raconter le chaos qui engloutit les colonies alors que les réseaux sont coupés un à un. Plusieurs jours plus tard, Mshak est introuvable et Ray apporte des nouvelles à Ben : les délégations Sangheilies ont déclaré que le Major n'a rien à voir avec l'attaque, et Biko est sous le coup de la loi martiale et complètement coupée des autres colonies. Néanmoins, une enquête locale rapportée par le contact de Ray indique que Sekibo était déjà sous la menace des extrémistes anti-Covenants Sapien Sunrise, et que l'UEG avait refusé d'assurer la protection de Sekibo pour la rencontre. Tout indique que le Major a en réalité visé les Sapien Sunrise tentant de tuer Sekibo, mais aucune preuve n'existe pour le moment. En échange de ces informations, Ray demande à Ben de contacter Petra pour voir si elle peut faire sortir ses parents de Biko.

Petra confie à Ben une information qu'elle a reçue et pointant vers des coordonnées sur Bliss, une planète vitrifiée. Décidé à s'y rendre avec un cargo clandestin, Ben retourne à son appartement pour chercher des affaires pour le voyage, mais découvre que l'ONI a fermé tout son immeuble et démonté son appartement pour prendre tout ce qui s'y trouvait. Alors qu'il est sur le point d'être trouvé par des agents de l'ONI, FERO intervient et les abat. Elle fournit de l'argent à Ben et lui assure qu'il bénéficiera de la protection des rebelles avant qu'il ne parte pour Bliss. Sur la planète, Ben se rend aux coordonnées dans les plaines vitrifiées et découvre un bâtiment de l'ONI enfoui sous le verre, contenant des armes et un relai de communication de l'ONI contenant les preuves nécessaires pour établir que les témoignages fournis par l'ONI étaient faux, que le Major était innocent et que les Spartans avaient été créés à partir d'enfants enlevés. Après avoir contacté Petrosky et Petra pour les informer des preuves trouvées, ainsi que Ray pour lui donner un double des fichiers, Ben se rend sur un plateau de télévision pour y faire ses révélations en direct.

Mais sur le plateau, il est publiquement annoncé que le Major est innocenté, et les analystes découvrent que les fichiers récupérés par Ben ne sont pas assez vieux pour correspondre aux évènements qu'ils sont censés prouver, montrant qu'ils ont été fabriqués. Quand Petrosky intervient, c'est pour révéler qu'il était un agent de l'UNSC chargé de surveiller Ben, qu'il dit être membre d'un réseau insurrectionniste et à l'origine de la fausse accusation du Major, ces accusations contre Ben étant corroborées par des images de lui dans le bunker de l'ONI, identifié comme une cache rebelle, ainsi que quittant l'immeuble où FERO tua deux agents de l'ONI. Totalement discrédité par le coup monté, Ben est livré à l'ONI. L'histoire se termine alors que Petra jure reprendre le travail de Ben, mais en laissant de côté son honneur de journaliste pour affronter l'ONI avec ses propres méthodes.


Épisodes[modifier]

00 : Primer[modifier]

What began as a high-profile hero story quickly turns into a full-blown investigation. Sources claim they know the “real Master Chief”: The boy, the soldier, the hero…the traitor? But who’s telling the truth?


<<< When you're a war journalist, you see a lot of horrible stuff. All the stories I've done—I've seen the absolutely worst of humanity. But I've also got to seen the best. Six years ago, I saw him. The greatest, most mysterious hero of our time, up-close in action. I witnessed, first hand, what he did that day, and it changed everything for me. Anyone listening to this knows exactly who I'm talking about. The guy who saved us, saved Earth, saved mankind: Master Chief Petty Officer SPARTAN-117, whom we now know as simply "the Master Chief".

A few months ago I was hired to do an in-depth profile on the Chief—exclusive access, the whole thing—since then, I've gotten to talk with a lot of people who claim they know the real Master Chief; the boy, the soldier, the hero… the traitor? See, I've always known where the story was going before it started. I'd known exactly the story I wanted to tell for years, the story of all of us wanted to hear—glossy, inspiring, the blockbuster hero biography. That's all this was supposed to be. But the truth isn't always that clean.

When I pulled that first loose thread, something broke. Now everything is caving in and I find myself stuck with all these ugly questions, questions I never intended to ask. Fabricated histories? People who aren't who they say they are? Cover-ups of cover-ups? That steady drumbeat of theories that used to sound insane, now they don't seem so '"out there".

And these disturbing rumors, reports of anomalies. Something big is happening in deep space, and I can't even corroborate a single fact about one man's life. It's clear to me now. I can't fix the pretty story, but maybe I can break the ugly one.

For the first time in my career I can honestly say I don't know the shape of where is this is going. And in fact, the possibilities have me lying awake at night. But I believe we all deserve to know the real story. We need to know where this leads. I know I do.

So I find myself back at the beginning. Who is the Master Chief? Where does he come from? And he is keeping us safe?

Join me as I hunt the truth about the Master Chief. >>>




<<< Quand vous êtes un journaliste de guerre, vous voyez des choses horribles. Dans toutes les affaires que j'ai traitées, j'ai vu le pire de l'Humanité mais aussi le meilleur. Il y a six ans, je l'ai vu… le plus grand et mystérieux héros de notre époque, en pleine action. J'étais aux première loges de ce qu'il a fait ce jour et cela a tout changé pour moi. Quiconque écoutant ceci sait parfaitement de qui je veux parler, le type qui nous a sauvés, sauvé la Terre, sauvé l'Humanité; le Major Spartan 117, que nous connaissons plus simplement sous le nom de Master Chief.

Il y a quelques mois, j'ai été engagé pour réaliser un profil complet du Major. Avec un accès exclusif, tout ça. J'ai eu l'occasion de parler à nombre de personnes qui clament connaître le véritable Major, l'enfant, le soldat, le héros… le traître. J'ai toujours su où se terminaient les histoires avant de les commencer, j'ai toujours su exactement quelle histoire j'ai voulu raconter pendant des années… l'histoire que nous voulons tous entendre. Brillante, inspirante, la biographie d'un héros de blockbuster.

C'est tout ce que cela aurait dû être, mais la vérité n'est pas toujours aussi propre. Lorsque j'ai tiré le premier fil… quelque chose s'est brisé, maintenant tout est enfoui et je me retrouve avec ces horribles questions… ces questions que je n'ait jamais voulu poser. Des histoires inventées, des gens qui ne sont pas qui ils disent être, des dissimulations de dissimulations.

Toutes ces théories qui me semblaient si folles ne le sont peut être pas tellement au final. Et ces troublantes rumeurs selon lesquelles quelque chose d'énorme se passe au fin fond de la galaxie et je ne peux même pas confirmer un seul fait à propos d'un seul homme. Cela me parait très clair maintenant, je ne peux pas rétablir la belle histoire, mais je peux briser l'histoire déplaisante. Pour la première fois dans ma carrière, je peux dire qu'honnêtement je ne sais pas comment cela va se terminer. En fait, les possibilités m'empêchent de dormir la nuit, mais nous méritons tous la véritable histoire. Nous devons savoir où tout cela nous mène. Je sais que je le veux.

Alors je me retrouve à nouveau au début. Qui est le Major, d'où vient-il et nous protège-t-il ? Rejoignez moi dans ma traque de la vérité sur le Major. >>>



01 : A Hairline Fracture[modifier]

Master Chief was born in the metropolis of Elysium City. Then known as John, he grew up like any kid in the Outer Colonies. Childhood playmates and school teachers share charming stories. But what happens when a single document throws everything into question?


Benjamin Giraud: There's a story you tell yourself when the world blows up in your face. There's no way you could have seen it coming. No one could have, so there was no way to stop it. This is what lets you sleep at night. But go back in your mind to before it all happened. Replay it in your head, except this time, maybe you'll see it: something small, out of place. Maybe it's just a single thread, but it's the truth. Nobody saw it coming when they arrived, an alien race known as the Covenant. Before 2552, there was no way anything like that could ever happen on Earth. On one of those distant planets in the Outer Colonies, maybe. But an attack on Earth? Couldn't happen - until it did. It's called glassing. Covenant warships rain plasma down on a planet until everything, and everyone, on the surface melts. Usually it's complete world destruction. Earth only got a taste. The prolonged orbital bombardment destroyed East Africa, killing millions before it ended. None of us were safe anymore. But something else happened that day, too. Or someone. You've heard the eyewitness accounts, every skeptic has seen the footage. I was there and yet, still to this day, it's unbelievable. A massive man in green armor appeared, seemingly out of nowhere in New Mombasa, performed superhuman feats to singlehandedly repel a global invasion, and then disappeared. This was the Master Chief. The unified government's military body, the UNSC, eventually released a statement: who he is, where he came from, and that he's continuing to keep us safe. And that was that. But, who is the Master Chief? Where did he come from? Is he continuing to keep us safe? I'm Benjamin Giraud, and this is Hunt the Truth.

For all us cosmopolitan Earth types who don't venture into the far reaches of space, there's a planet way out in the Outer Colonies called Eridanus II. If you're thinking of visiting, don't bother. It was catastrophically glassed in a Covenant attack in 2530. But 19 years before it got wiped out, our hero, Master Chief John-117, then known as John, was born in a metropolis called Elysium City. That's where I started.

Deon Govender: Do I remember him?! Oh, yeah! You don't forget a kid like that! (fades, continues)

Benjamin: That's Deon Govender. He chatted with me from his home in the Outer Colonies. Deon's retired now, but years ago he taught John at Elysium Primary Education Facility Number 119. Apparently, schools in the Outer Colonies don't have the catchiest names.

Deon: John was something else. He was sharp and quick. Always evaluating the situation. (BG: Mmhmm) The other kids just gravitated to him, you know?

Benjamin: Deon seemed most excited to talk about John's athletic ability. The kids used to play King of the Hill after school. Y'know, the game where you wrestle and push each other to try and be the last man standing.

Deon: I would...I would walk by sometimes, see 'em playing after school, and w-w-w-without fail, I swear, it was always John standing alone at the top of that hill. (laughs)

Benjamin: Right. Right. (chuckles)

Deon: Every single day. As a matter of fact, I think the other kids ended up fighting for who got to be king o' halfway up the hill. 'cause (Benjamin chuckles) nobody was messin' with John.

Ellie Bloom: I definitely remember John. You're going way back... (fades, continues)

Benjamin: That's Ellie Bloom, another lifelong resident of the Outer Colonies. When she was young, she and John lived on the same street, just a few houses down.

Ellie: Well, he was a little younger than me, but, let me tell you, that boy did not look like a kindergartener. He was a big kid. My friend Katrina and I used to meet him in this vacant lot in the neighborhood. The three of us would build these, these obstacle courses out of random junk and then race. Y'know, just kid stuff.

Benjamin: As Ellie talked about her early years in Elysium, it wasn't long before she was getting nostalgic.

Ellie: On warm nights, sometimes our parents would let us go out to the green space and lie in the grass. And we'd just lie there, stare up at the stars. It was a nice place to go out.

Benjamin (voiceover): Finding Ellie was a huge win for me. When a planet's been glassed, tracking down former residents can be damn near impossible. Any records kept locally - paper, hardened data storage, even human memories - after a full-scale glassing, they're just gone. Thankfully, though, the Office of Naval Intelligence, or ONI, had furnished me with a list of interviewees. That's how I'd gotten Deon. But I wanted to go the extra mile with this story, so I'd hit up some of my old connections in the Outer Colonies, looking for more sources. Ellie was my only hit so far.

Benjamin (in call): Did you keep in touch with John?

Ellie (in call): No. I wasn't allowed to use Waypoint much when I was little. But I did keep in touch with Katrina - we still talk, actually. You know, she probably remembers John. I'm gonna tell her I talked to you. Wait - ah, what was this for again? This a military thing?

Benjamin: Oh, haha, no. No, John, uh, John is, ah, the Master Chief.

Ellie: What? He's--

Benjamin: --Yeah, Jo- John became the Master Chief.

Ellie: Like, the Master Chief?

Benjamin: Yep.

Ellie: Oh my God, no na- way, are you serious?

Benjamin: I'm not kidding you, I'm te--

Ellie: Oh my God! That's crazy.

Benjamin (voiceover): Ellie lost her mind for a few minutes. I guess it's not every day you find out that your childhood playmate saved the galaxy.

Ellie (in call): Oh my God, now I'm definitely telling Katrina! I mean, she is gonna freak out.

Benjamin (voiceover): Alright, so maybe Ellie wasn't gonna be much help. I needed more of the 'young warrior' angle. Here's Deon again.

Deon (in call): Did I tell you the boxing story?

Benjamin: No, no no, what's that?

Deon: OK, OK, so--

Benjamin: Not yet.

Deon: I taught the primary kids, you know, right? But I also ran this-s-s, this boxing league at the high school--

Benjamin: Uh huh.

Deon: Now, second week, in second week, we're doing drills in the gym, John walks in.

Benjamin: Yah.

Deon: Now, mind you, John is in sixth grade at the time. I say, "Hey, John, what's up?" He says, "I wanna sign up for boxing."

Benjamin: [laughs]

Deon: And I say, "John--"

Benjamin: Mmhm.

Deon: "--you're twelve," you know, "what are you talking about?"

Benjamin (voiceover): But John was adamant.

Deon (in call): We- heheh, but I- I look at him, and he, he ain't leaving.

Benjamin (in call): Right.

Deon: So I said, OK, what the hell, figure, let it be a formative lesson for the kid. I don't know, but it's all-- I put him in the ring with one of the smaller guys. John pummeled this boy! Was over in about fifteen seconds, OK? So, I, well, alright, well, I put him in with this bruiser, now, a real good fighter.

Benjamin: Yeah?

Deon: OK? Good fighter. Two punches. John laid him out. Twelve years old!

Benjamin (voiceover): I liked talking to Deon. He was warm and funny in that grandfatherly, memory-lane kind of way. I realised I'd gotten lost in it all when the narrative took a dark turn.

Deon (in call): --But then, one week, John just ... didn't show up.

Benjamin (voiceover): It was 2524. John was 13. That's when the nightmare of the Insurrection that had been plaguing the Outer Colonies finally landed on John's community. Under pressure from UNSC troops, the rebels were on their last leg, desperately seizing territory in the region, and launching paranoid inquisitions to find spies. Civilian abductions and interrogations became commonplace.

Thomas Wu (in call): Uh, they would just - you know, um - question you. Just - these meaningless questions, for ... hours, and hours.

Benjamin (voiceover): Thomas Wu was living on a neighbouring colony when the rebels showed up and hit hard, sweeping up Thomas and thousands of others in raids. What followed was months of horribly overcrowded detainment, neglect, and often constant questioning.

Thomas: You know, "Did you know this guy? W-, w-, what are the encryption codes for this system, that system? You know, and you have no idea what they're even asking you."

Benjamin (voiceover): In the final couple months, Thomas says his captors started coming unhinged - and then toward the end, they just disappeared, leaving Thomas and hundreds of others locked up, starving. I don't want to play this part of the interview, but I'll tell you - it got bad. He talks about being packed in like sardines. Warm bodies, cold bodies, people dying in the dark - the smell. He doesn't know how long it lasted, maybe weeks - but Thomas, and many others, survived. They made it out.

Thomas: Well, you know, we, we, we helped each other, you know, we looked out for each other, you know, and I mean that's- that's- that was the only way. And we, and we made it through to the Liberation. And then we left. You know? We, we, we, we never looked back.

Benjamin (voiceover): When I asked him where the survivors relocated to, Thomas began to list off which cities were safe for refugees at the time. Decades later, he can still recite them all from memory. I asked about John's hometown.

Benjamin (in call): What about Elysium City?

Thomas (in call): No. Insurrectionist cesspool. Yeah, no, they got it bad there.

Benjamin (voiceover): Deon Govender confirms this.

Deon (in call): In Elysium City, people just disappeared back then. Just happened. Once Insurrectionists took over, whole neighbourhoods just got scooped up.

Benjamin (voiceover): This went on for months. He talks about watching his community get torn apart slowly, every day. I asked him about John.

Deon (in call): Yeah. Mmhm. Him and his parents. John missed the first practice, then-- the last one. Back then, seemed like everybody he-- [breaks off] I'm sorry. [clears throat]

Benjamin (in call): No, no no, it's fine, take your time.

Benjamin (voiceover): It was hard watching Deon break down like this. He just looked defeated. These kinds of interviews are brutal. I wanted to comfort him, but it just felt ... condescending. Like I have any idea what it was like for him. So we were quiet for a bit. Before we ended, though, he said this:

Deon (in call): I think that - if anything good can be said to have come for all of this, it's that ... everyone who went through it can know that their struggle wasn't for nothing. When you have a young man who can rise up from something like this and do what John has done, he honours all of us.

Benjamin (voiceover): Deon believed in John the way the rest of us believe in the Master Chief. He made it seem like this tragedy that shaped him was almost necessary. I certainly felt like I had the proper beginnings to a hero's origin story. The story made sense, it felt right. Sometimes, you have to go back, though - look again. Because maybe you'll see something, something small ... out of place. That single thread. Later that evening, after my interview with Deon, I was pretty drained, so I spent some time sifting through a bunch of file boxes. I'd paid this scavenger in the Outer Colonies to dig around and send over any Elysium City documents she could find. The only local government records left were hard copies, but I took them anyway. I was sorting through a messy box of local census registries, when I stumbled across John's name. One line of basic information, printed out in black and white. That's when I saw it. A single letter next to his name: D. I was staring at an official document that said quite plainly that in 2517, John died at six years old.

Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



<<< Benjamin Giraud : C’est ce que l’on se raconte quand le monde nous pète à la figure. Il était impossible de le voir venir. Personne n’aurait pu, il était donc impossible de faire quoi que ce soit. C’est ce qui nous permet de bien dormir la nuit. Mais essayez de vous souvenir de ce qui s’est passé auparavant. Rejouez la scène dans votre esprit, sauf que cette fois, vous le verrez peut-être : quelque chose de minuscule, qui n’a rien à faire là.
Peut-être que ce n’est qu’un indice, mais c’est la vérité. Personne n’avait anticipé leur arrivée, une race extraterrestre se faisant appeler les Covenants. Avant 2552, il était inenvisageable que quelque chose comme ça se produise sur Terre. Sur une de ces planètes distantes dans les colonies extérieures pourquoi pas. Mais une attaque sur Terre ? Impossible, jusqu’à ce moment-là.
On appelle ça la vitrification. Les vaisseaux de guerre covenants font pleuvoir du plasma sur la planète jusqu’à ce que tout, et tout le monde, ait fondu. D'habitude la destruction se fait à l’échelle planétaire. La Terre n’en a eu qu’un avant-goût. Le bombardement orbital prolongé a détruit l’Est de l’Afrique, faisant des millions de victimes avant de cesser. Aucun de nous n’est en sécurité désormais.
Mais quelque chose d’autre est arrivé ce jour-là. Ou quelqu'un. Vous avez entendu les témoignages, même les plus sceptiques ont vu la vidéo. J’y étais, et même aujourd'hui, j’ai du mal à y croire. Un homme immense en armure verte fit son apparition, venu de quelque part dans la Nouvelle Mombasa, réalisant des prouesses surhumaines afin de repousser à lui seul une invasion planétaire avant de disparaître.
C’était le Major. Le corps militaire du gouvernement unifié, l’UNSC, a finalement publié une déclaration : qui il est, d’où il vient, et qu’il continuerait à assurer notre sécurité. Et c’est tout. Mais qui est le Major ? D'où vient-il ? Continue-t-il à assurer notre sécurité ? Ici Benjamin Giraud, et voici la Traque de la Vérité.
Pour tous ceux d’entre nous riverains de la Terre qui nous sommes jamais aventuré dans l’espace, il existe une planète éloignée dans les colonies extérieures appelée Eridanus II. Si vous songez à aller la visiter, oubliez. Elle a malheureusement été vitrifiée en 2530 lors d’une attaque covenante. Mais 19 ans avant d’être balayée, notre héros, le Major John-117, alors appelé John, naissait dans une métropole appelée Elysium City. C’est là que tout a commencé. >>>

Deon Govender : Est-ce que je me souviens de lui ?! Bien sûr ! On n’oublie pas un gosse comme lui !

<<< C’est Deon Govender. Nous avons discuté ensemble alors qu’il se trouvait chez lui dans les colonies extérieures. Deon est à la retraite maintenant, mais il y a quelques année il était le professeur de John au complexe d'enseignement primaire n°119. Apparemment, les écoles dans les colonies extérieures n’ont pas les noms les plus accrocheurs. >>>

Deon : John était… différent. Il était futé et vif. Toujours en train d’évaluer une situation. Il était le centre de gravité des autres gosses, vous comprenez ?

<<< Deon semblait particulièrement excité d’évoquer les capacités athlétiques de John. Les enfants jouaient au Roi de la colline après l’école. Vous savez, ce jeu où vous vous bagarrez et poussez les autres afin d’être le dernier à rester debout. >>>

Deon : Des… Des fois, je passais à côté d'eux quand ils jouaient après l'école, et-et-et-et à chaque fois, je vous jure, à chaque fois John se tenait en haut de la colline. (rires)

Benjamin : Oui, oui. (gloussement)

Deon : Tous les jours. D'ailleurs, Je crois que les autres enfants renonçaient à se battre arrivé à mi-chemin du haut de la colline, personne ne cherche des poux à John. (Benjamin glousse)

Ellie Bloom : Bien sûr que je me souviens de John. Ça remonte à loin… (fondu)

<<< C'est Ellie Bloom, une autre résidente de longue date des colonies extérieures. Dans sa jeunesse, elle et John vivaient dans la même rue à quelques maisons d'écart. >>>

Ellie : Il était plus jeune que moi, mais je vous assure que ce garçon n'avait rien à faire dans un jardin d'enfants. Il était gigantesque. Mon amie Katrina et moi le retrouvions dans un terrain vague des environs. Nous construisions un genre de course d'obstacles faits de bric et de broc. Des trucs de gosses, quoi.

<<< La nostalgie n'a pas tardé à rattraper Ellie alors qu'elle parlait de ses jeunes années sur Elysium. >>>

Ellie : Certaines nuits chaudes, nos parents nous laissaient sortir dans les champs et nous allonger dans l’herbe. Et… on restait allongés là. A regarder les étoiles. C’était un endroit sympa où grandir.

<<< Rencontrer Ellie fut une énorme victoire pour moi. Quand une planète a été vitrifiée, retrouver la piste d’anciens résidents approche l’impossible. Toutes les informations conservées localement : papier, données stockées en dur, même les souvenirs. Après une vitrification à grande échelle ? Il n’en reste rien. Heureusement, l’ONI m’avait fourni une liste de personnes à interroger. C’est comme ça que j’ai eu Deon. Mais je voulais faire plus avec cette histoire. Alors j’ai contacté mes anciennes relations dans les Colonies Extérieures afin de dénicher de nouvelles sources. Ellie fut le seul résultat. >>>

Benjamin : Etes-vous restée en contact avec John ?

Ellie : Non. Je n’avais pas tellement le droit d’utiliser Waypoint quand j’étais petite. Mais je suis restée en contact avec Katrina. On se parle encore aujourd'hui. Vous savez, elle se rappelle surement de John. Je vais lui dire que je vous ai parlé. Attendez, hmm c’était à quel sujet déjà ? Un truc pour l’armée ?

Benjamin : Oh (rires) Non, non. John hmm… John est… hmmm le Major.

Ellie : Quoi ? Il…

Benjamin : Ouais, ouais John est devenu le Major.

Ellie : Genre, LE Major ?

Benjamin : Ouaip.

Ellie : Oh mon Dieu ! Non… J’y crois pas. Vous êtes sérieux ?

Benjamin : Je ne me moque pas de vous.

Ellie : Oh mon Dieu. C’est fou !

<<< Ellie fut déconcertée pendant quelques minutes. Je suppose que ce n’est pas tous les jours que vous découvrez que votre ami d’enfance a sauvé la galaxie. >>>

Ellie : Oh mon Dieu, il faut vraiment que je raconte ça à Katrina ! Je veux dire, elle va devenir dingue !

<<< Bon, peut-être qu'Ellie n’a pas été d’une si grande aide finalement. Je devais creuser le côté de jeune guerrier. Voici de nouveau Deon. >>>

Deon : Vous ai-je raconté l’histoire du boxeur ?

Benjamin : Non, non, qu’est-ce que c’est ?

Deon : Ok, ok. Alors…

Benjamin : Pas encore.

Deon : J’ai enseigné à l’école primaire vous le savez pas vrai ? Mais j’étais aussi inscrit dans la ligue de boxe au lycée.

Benjamin : Hmm.

Deon : Au bout de la deuxième semaine, nous faisions quelques exercices dans la salle de gym, John entre dans la pièce. John était au collège à ce moment-là. Je lui ai dit « hey John, quoi de neuf ? » Il me répondit, « Je veux m’inscrire au cours de boxe. » (Ben rit) Et je lui ai dit, « John, tu as douze ans ! » (rires) Vous voyez ! De quoi vous parlez ?

Benjamin : Mais John resta inflexible.

Deon : Mais je l’ai regardé et il ne bronchait pas.

Benjamin : Exactement.

Deon : Alors je lui ai dit ok, pourquoi pas. Je m’étais dit que ce serait une bonne leçon pour le gosse. Je ne savais pas… alors… je l’ai mis sur le ring avec le plus petit gars. John a plumé ce garçon ! (Ben rit) Ce fut terminé en moins de 15 secondes. Ok ? Du coup, je l’ai mis avec un vrai Malabar. Un vrai combattant cette fois.

Benjamin : Ouais.

Deon : Ok ? Bon combattant ! Deux coups ! John l’a étalé ! Douze ans ! Je n’avais jamais rien vu de tel.

<<< J’appréciais discuter avec Deon. Il était chaleureux et drôle comme le sont nos grands-parents. J’ai réalisé que je m’étais égaré dans tout ça quand l’histoire s’assombrit. >>>

Deon : Mais une semaine, John ne se pointa pas.

<<< C’était en 2524, John avait 13 ans. Pile au moment où ce cauchemar d’Insurrection qui se répandait dans les Colonies Extérieures arriva dans la communauté de John. Sous la pression des troupes de l’UNSC, les rebelles étaient au bout du rouleau, s’emparant désespérément des territoires dans la région et menant des interrogatoires sous le coup de la paranoïa afin de débusquer des espions. Ces derniers ainsi que l’enlèvement de civils devinrent monnaie courante. >>>

Thomas Wu : Ils ne faisaient que… vous savez… vous questionner. Seulement… des… questions insensées pendant des heures et des heures.

<<< Thomas Wu vivait dans une colonie voisine quand les rebelles se sont pointés et ont frappés, capturant Thomas et des centaines d’autres au cours de raids. Suivirent des mois de détention, entassés, négligés et sous interrogatoire constant. >>>

Thomas : Vous savez, « vous connaissez ce type ? Quels sont les codes de sécurité de ce système ? Ce système ? » Vous voyez. Et on ne comprenait pas… ce qu’ils nous demandaient.

<<< Durant les deux derniers mois, Thomas me raconta que ses geôliers devinrent agités. Et puis, vers la fin… ils disparurent. Laissant Thomas et des centaines d’autres enfermés, affamés. Je ne veux pas diffuser le reste de cet entretien, mais je vais vous le dire. Ça a mal tourné. Il me dit qu’ils ont été entassés comme des sardines. Des corps chauds. Des corps froids. Des gens mourant dans le noir. Il ne sait pas combien de temps cela a duré. Peut-être des semaines. Mais Thomas et quelques autres ont survécus. Ils sont parvenus à s’en sortir. >>>

Thomas : Bien vous savez, nous, nous… nous sommes entraidés. Vous savez, nous veillions les uns sur les autres. Vous savez, et je le pense, que, c’est le seul moyen. Nous… Nous avons survécu jusqu'à la libération. Et puis nous sommes partis ? Nous nous ne sommes jamais retournés.

<<< Lorsque je lui ai demandé où les survivants s’étaient réinstallés, Thomas commença à me lister toutes les villes où les réfugiés étaient en sécurité à l’époque. Des décennies plus tard il peut encore me les réciter de mémoire. Je lui ai posé des questions à propos de la ville natale de John. >>>

Benjamin : Et Elysium City ?

Thomas : Non. Pas de repaire d’Insurgé. Ouais, non. Ça se passait mal là bas.

<<< Deon Govender me le confirma. >>>

Deon : A Elysium City, les gens disparaissaient. Comme ça. Une fois que les Insurgés eurent pris le contrôle, des quartiers entiers furent raflés.

<<< Cela a duré pendant des mois. Il me raconta avoir vu sa communauté se déchirer lentement. Chaque jour. Je le questionnai à propos de John. >>>

Deon : Ouais. Hmm. Lui et ses parents. John manqua le premier entraînement. Et le dernier. A cette époque c’était comme si tout le monde avait… (Deon renifla) Je suis désolé. (Deon s’éclaircit la voix)

Benjamin : Non non tout va bien. Prenez votre temps.

<<< Il était difficile de voir Deon craquer comme ça. Il paraissait abattu. Ce genre d’entretien est brutal. Je voulais le réconforter, mais j’avais l’impression d’être condescendant. Comme si j’avais une idée de ce qu’il avait traversé. Du coup je suis resté silencieux. Avant que nous en ayons terminé, il me dit cela. >>>

Deon : Je crois que s’il y a quelque chose de bon à tirer de tout ça, c’est que tous ceux qui ont traversé ça savent que leur lutte n’était pas vaine. Lorsqu'un jeune garçon parvient à s’élever à partir de ça… et accomplir ce que John a accompli, il nous honore tous.

<<< Deon croyait en John de la même manière que nous croyons au Major. Il avait l’air de dire que cette tragédie qui l’a façonné était presque nécessaire. Je sentais vraiment que je tenais le début de l’histoire d’un héros. L’histoire se tenait, ça semblait correct. Mais parfois on doit aller plus loin. Avec un œil nouveau, parce que peut-être que vous verrez quelque chose, quelque chose de minuscule. Qui n’a rien à faire là. Ce petit indice. >>>

<<< Tard ce soir-là, après mon entretien avec Deon, j’étais carrément épuisé. Alors j’ai passé quelques temps à classer des cartons de dossiers. J’ai payé ce pillard des Colonies Extérieures afin de me dénicher et de m’envoyer tous les documents qu’il pourrait trouver à Elysium City. Les seuls rapports que le gouvernement local avait laissés derrière lui n’étaient que des copies, mais je les ai pris quand même. J’étais en train de trier une boite contenant des enregistrements de recensement local quand je suis tombé sur le nom de John. Une ligne d’information basique écrite noir sur blanc. C’est à cet instant que je l’ai vu. Une unique lettre à côté de son nom. D. J’étais en train de contempler un document officiel qui disait clairement que John était décédé à l’âge de 6 ans.

Rejoignez moi pour le prochain épisode de la Traque de la Vérité. >>>



02 : Bad Records[modifier]

An obscure record from the far reaches of the galaxy contradicts everything. Government officials and conspiracy theorists weigh in. Stories of a remarkable young man are once again torn down by conflicting accounts.


Benjamin (voiceover): I couldn't believe it. According to the document I was looking at, John, the boy who would go on to become the Master Chief, died forty-one years ago. My protagonist, the greatest hero of our time, was dead at six. It was a major discrepancy - and I needed to find a way to fix it.

I'm Benjamin Giraud, and this is Hunt the Truth.

[theme music]

Office of Naval Intelligence AI (in call): Continue to hold.

Benjamin (voiceover): If you ever happen to obtain sufficient clearance to call the Office of Naval Intelligence, you'll be on hold for at least an hour. If you ever happen to get a call from them, you will also ... wait an hour. And in the end, they never unblock the video, so you just end up talking to a really crisp insignia.

Benjamin (in call): I am waiting to talk to Michael Sullivan, hoping he can help me with my little ... records problem.

ONI AI (in call): Continue to hold.

Benjamin: And it's been ... eighty-five minutes.

Benjamin (voiceover): Michael Sullivan, also known as Sully, works for the ONI in public relations. If it seems odd to you that the most secretive agency in our government has a PR department, you're not alone, but that's not something I'd mention to them. Besides, Sully had hooked me up with the assignment in the first place. I was grateful for the opportunity.

ONI AI (in call): Office of Naval Intelligence. Public relations.

Sullivan (in call): Ben!

Benjamin (in call): H- Hi! Sully, hey! Ah yeah, thanks for taking my call.

Sullivan: Absolutely. How are the sources?

Benjamin (voiceover): Up until this point, I'd had no problems with the story. All my facts had been lining up nicely, but now ... I had an obscure document from the far reaches of the galaxy that listed John as deceased. This contradicted everything. I needed Sully to make it make sense, and thankfully, he did just that.

Sullivan (in call): Welcome to the Outer Colonies! Nothing makes sense out there.

Benjamin (in call): No, I know, I know, it's just, uh- I just wanted to make sure that I buttoned up all the details.

Sullivan: And that's what you're doing! Look, Ben - it's the far reaches of space out there, and the planet you're talkin' about was glassed to hell. You know just as well as anybody that if there are any local records, they're a mess.

Benjamin (voiceover): OK, so - I felt a little stupid. Sully was right - it's a real problem in the Outer Colonies: planets destroyed by glassing have bad records. Every researcher knows this, and every researcher knows that questioning that fact is standard fodder for conspiracy theories.

Mshak (in call): It's a coverup! That's Government Secrecy 101!

Benjamin (voiceover): That's a message I received last week from a man named Mshak Moradi. He's one of many truthers out there who've come out of the woodwork since I started doing this story. Apparently, he heard I was investigating the Master Chief. Mshak seems less ridiculous than most of the characters who've been filling up my inbox, but he's definitely been the most persistent. He's left me a message every day for the past two months. I never respond, but I did find the timing of his last message pretty funny.

Mshak (in call): Let me guess - the government is telling you that the records don't make sense because the planet was glassed. Right? That's what they tell you!

Benjamin (voiceover): Technically, Mshak was right. That was what the government was telling me. But unfortunately for Mshak's theory, it was true - glassed planets have bad records. John's childhood friend Ellie Bloom has dealt with this reality her whole life.

Ellie (in call): ... you have no idea ...

Benjamin (voiceover): I recalled what she'd said in her interview.

Ellie (in call): I mean, it can be hard enough out here trying to do business between planets that haven't been glassed. There's so much upheaval. Keeping track of personal records, financial documents, medical records - it's a total crapshoot.

Benjamin (voiceover): In retrospect, I'd probably been asking for this kind of hiccup. Getting cute with the research, opening up a rat's nest of old paper records - and for what? All I'd dug up from slogging on my own was a few hazy kindergarten stories from Ellie and a nonsensical death record.

But - things were looking up. Sully had arranged a face-to-face interview with ONI Vice Admiral Gabriella Dvorak. That not only got me offworld, but it was onboard the newest Autumn-class heavy cruiser, the UNSC Unto The Breach. Got a private shuttle up, full luxury - they had me riding in style. When I came aboard, Dvorak even greeted me personally.

Now, civilians aren't normally allowed onboard an active duty ship, let alone given this sort of attention.

Benjamin (in recording): Ah, I-

Dvorak (in recording): Please. Call me Gabriella.

Benjamin (in recording): Okay ...

Benjamin (voiceover): This was not the kind of hospitality I was used to.

Benjamin (in recording): Um, what- what, uh, brings you way out here?

Dvorak (in recording): [brief laugh] Work.

Benjamin (voiceover): She told me she was on a detachment and in the neighbourhood. I guess I lucked out. The white-glove treatment continued too - captain's mess, officer's quarters, the whole thing. By the time we finally got to her office for the interview, Dvorak could have said anything and I'd have been thrilled. But she's the real deal, and she jumped right into it.

Dvorak (in recording): It was that 'finally' moment. After all the fighting was done, I was helping lead all the prisoners out of the containers. (fade)

Benjamin (voiceover): As lieutenant in the UNSC, Gabriella not only took part in the grand operations that freed John and countless others from the rebel labour camps in Elysium City, but she remembered the 13-year-old as well. She described the liberation.

Dvorak (in recording): When you saw them, what had been done to them, you realised who you'd been fighting to save. The aftermath of it, ah ... it was ugly. Everyone was streaming out into the daylight squinting, limping, just - grey and fragile and sickly. Their ... backs were hunched, all their eyes just staring at the ground, and - they looked ... they looked dead.

Benjamin (voiceover): That's when she saw John.

Dvorak (in recording): He was sticking out like a sore thumb. In the middle of all this - just - beaten humanity, there's this ... tall, young kid walking toward me, towering over the others, his shoulders back, his eyes forward, and when he passed me, he looked right at me. Looked in my eyes. Ah, I mean, that doesn't sound like much, but that eye contact coming from someone in that moment, who'd been in that circumstances ... was shocking. He looked malnourished and dehydrated like everybody else, but he was so young, and whatever had broken all these people - it hadn't broken him.

Benjamin (voiceover): In the aftermath, Dvorak remained stationed in Elysium City, working in the refugee camps. From the first day, John stepped up to help Gabriella with her duties. She came to know him well over the next several months.

Dvorak (in recording): There was a point when he told me about his parents. That they'd been abducted along with him. He didn't say much, but, um ... they didn't make it.

Benjamin (voiceover): Her understanding was that it had gotten ugly in there. They died a couple days apart, a few weeks before the Liberation - and John was there when it happened. On the rare occasion when John opened up about this, Dvorak says it was memorable.

Dvorak (in recording): He would get this look on his face when he talked about - eh - it's hard to describe. I'd see it on him other times too - he seemed to feel the weight of all that had happened, but still ... he was calm. Not angry, not desperate, just ... resolute. He was a remarkable young man.

Benjamin (voiceover): Like so many people at the time in Elysium City, and throughout this region of the galaxy, John had lost his home, his family, everything. People packed up whatever they had left, got out of town, and most never looked back. But Deon Govender - John's boxing coach - said many of them found a way to get some measure of closure.

Deon (in call): (fade in) Yeah, yeah, definitely. We all got separated and spread out across the planet and all the Colonies, but - some of us were able to cobble together a list of names. An, uh - kind of a memorial, that grew longer as we got more information. Yeah ... I remember seeing John's parents' names on the list early on, but ... but not John. After he missed that last practice ... never saw him again, but ... I remember thinking, "That's OK, you know, as long as I never see his name on this list, that's OK." And I never did.

Benjamin (voiceover): His will to survive left an impression on then-Lieutenant Gabriella Dvorak as well.

Dvorak (in recording): I think ... John just didn't wanna be a victim any more. I remember him telling me he was gonna enlist. He said he was gonna make a difference. I've never been more sure of another person than I was of him when he said that.

Benjamin (voiceover): Out of the chaos of war, from the rubble, a young John was able to forge a purpose for himself. A purpose that would drive him to become the hero the galaxy would one day need him to be. This is the kind of turn in a story that gives me patriotic goosebumps. I was feeling genuinely moved on my trip back home. When I got there, though, Ellie Bloom was gonna ruin all that for me.

Ellie (in call): Hey, I just wanted to follow up with you about your story. I'm - really confused.

Benjamin (in call): OK, uh, what's-

Ellie: Remember how I said I was gonna tell my friend Katrina about it?

Benjamin (voiceover): Katrina was that other girl in John's neighbourhood - the third wheel in Ellie's childhood stories of playing with John. Ellie had moved offplanet in 2517, but Katrina had stayed.

Ellie (in call): Sh- she said that John was dead. He died when he was six.

Benjamin (in call): Wai- wait a minute, wait, what?

Ellie: John was perfectly healthy, but then he just started wasting away. At first I thought maybe it was some autoimmune thing and then they thought it was something else, and then something else, and then meanwhile he's getting all these tests but the doctors couldn't figure it out at all, and his parents were panicking, I ... it sounded horrible.

Benjamin (voiceover): Then - John died. Just like that. I had no idea what to make of this. Ellie seemed convinced, though, so I got her to put me in touch with her friend Katrina. Katrina wouldn't let me record the interview, but this woman was adamant. I wanted to discount what she was saying, but she seemed to remember it so vividly, providing extensive detail - I couldn't ignore it. As far as this person was concerned, John - was - dead. Before I could even begin to wrap my head around that claim, though, here was the kicker from Katrina: John's parents were alive and well in Elysium City, all the way up until Katrina left the planet in 2528 - four years after their supposed death. She was wrong. She had to be thinking of someone else, or - she was lying? Why would she lie, though? I had to admit, she seemed pretty convincing, but - it didn't make sense otherwise. I still thought I could fix the story, though - make the pieces fit. Make it make sense. But what I didn't realise was that this crack was only the beginning - and the whole ugly mess was about to split open.

Please join me for the next episode of Hunt the Truth.

[theme music]



<<< Je ne pouvais pas y croire. D'après le document que j'avais sous les yeux, John, le garçon qui deviendrait le Major, était mort il y a 41 ans. Mon protagoniste, le plus grand héros de notre époque, était mort à six ans. C'était une incohérence gigantesque dans l'histoire, et je devais la résoudre. Ici Benjamin Giraud, et voici la Traque de la Vérité. >>>

IA de l'ONI : Veuillez patienter.

<<< Si vous veniez à obtenir les permissions suffisantes pour appeler les Services de renseignement de la Navy, sachez que vous resteriez à attendre pendant au moins une heure. Et si vous veniez à recevoir un appel d'eux, vous attendriez… une heure aussi. Au final, ils ne communiquent jamais par vidéo et vous ne parlez qu'à un insigne sans visage. >>>

Benjamin Giraud : J'essaie de contacter Michael Sullivan, j'ai besoin d'aide pour un… problème de rapports.

IA de l'ONI : Veuillez patienter.

Benjamin : Et ça fait… 85 minutes.

<<< Michael Sullivan, ou Sully, travaille aux relations publiques de l'ONI. Si ça vous paraît bizarre que la branche la plus secrète de notre gouvernement ait un service de RP, vous n'êtes pas le seul, mais ce n'est pas moi qui vais aller leur dire. Et puis, Sully est celui qui m'a donné ce travail. Je lui étais reconnaissant de m'avoir offert cette opportunité. >>>

IA de l'ONI : Services de renseignement de la Navy, relations publiques.

Michael "Sully" Sullivan : Ben !

Benjamin Giraud : S-Salut ! Hé, Sully ! Ouais, merci d'avoir pris mon appel.

Sully : Pas de souci. Comment ça se passe avec les sources ?

<<< Jusqu'à maintenant, je n'avais pas eu de problème avec mon histoire. Les faits s'alignaient gentiment, mais à présent… j'étais en possession d'un obscur document venu des tréfonds de la galaxie renseignant John comme mort. Ça contredisait tout. J'avais besoin de Sully pour comprendre, et heureusement, c'est exactement ce qu'il fit. >>>

Sully : Bienvenue dans les colonies extérieures ! Rien n'a de sens, là-bas.

Benjamin : Oui, je sais, je sais, mais euh, je voulais être certain de comprendre tous les détails.

Sully : Et tu fais bien ! Tu vois, Ben, c'est l'espace profond là-bas, la planète dont on parle a été vitrifiée jusqu'au noyau. Tu sais bien que si il existe des rapports locaux, ils sont complètement chaotiques.

<<< Bon, je me sentais un peu bête. Sully avait raison, les erreurs dans les rapports des colonies extérieures vitrifiées étaient un véritable problème. N'importe quel chercheur le sait, et n'importe quel chercheur sait que remettre en cause les faits est une manœuvre de théoricien du complot. >>>

Mshak Miradi : Tout est inventé ! C'est la base des secrets du gouvernement !

<<< C'est un message que j'ai reçu la semaine dernière d'un homme appelé Mshak Miradi. C'est un des traqueurs de vérité les plus en vue depuis que j'ai commencé cette histoire. Apparemment, il a appris que j'enquêtais sur le Major. Mshak a l'air moins ridicule que la moyenne des personnes qui essaient de me contacter, mais c'est aussi le plus insistant. Il m'a laissé un message tous les jours depuis ces deux derniers mois. Je ne réponds jamais, mais mon attention a été attirée par le timing de son dernier message. >>>

Mshak : Laissez-moi deviner, ils vous ont fait le coup des faux rapports des colonies vitrifiées ? Pas vrai ? C'est leur truc !

<<< Il avait raison, techniquement. C'était ce que le gouvernement me disait. Malheureusement pour la théorie de Mshak, c'était la vérité : les rapports des colonies vitrifiées étaient truffés d'erreurs. Une réalité qu'avait vécu Ellie Bloom, l'amie de John, pendant toute sa vie. >>>

Ellie Bloom : …Vous n'avez pas idée…

<<< Je me rappelle de ce qu'elle a dit dans son interview. >>>

Ellie : Vous savez, c'est déjà assez difficile de maintenir des relations entre planètes non vitrifiées. Tout est tellement désorganisé. Suivre tous les rapports personnels, les documents financiers, les rapports médicaux, c'est herculéen.

<<< C'était un peu ce que je voulais entendre. S'attarder sur le côté sentimental des recherches, ouvrir un carton de vieux rapports physiques, tout ça pour quoi ? Tout ce que j'en avais tiré, c'était quelques histoires d'enfants par Ellie et un rapport insensé.

Mais les choses s'arrangeaient. Sully m'avait arrangé une rencontre avec la vice-amirale de l'ONI Gabriella Dvørak. Ce fut l'occasion de voyager un peu, mais surtout de me trouver à bord d'un des tout nouveaux croiseurs lourds de classe Autumn, l'UNSC Unto The Breach. Je m'y suis rendu en navette privée full option, la grande classe. À bord, Dvørak m'a même accueilli personnellement.

Les civils ne sont normalement pas admis sur les vaisseaux en service, surtout avec ce genre d'attention. >>>

Benjamin : Euh, je–

Gabriella Dvørak : Allons, appelez-moi Gabriella.

Benjamin : D'accord…

<<< Je n'étais absolument pas habitué à ce genre d'hospitalité. >>>

Benjamin : Euh, donc– qu'est-ce, euh, qui vous amène ?

Dvørak : [rire] Le travail.

<<< Elle m'a dit qu'elle avait été détachée dans les environs. Un coup de chance, j'imagine. J'étais toujours bichonné : passage par le mess du capitaine, les quartiers des officiers, la totale. Arrivés dans son bureau pour l'interview, n'importe quelle déclaration m'aurait plu. Mais c'est une personne sérieuse qui est allée droit au but. >>>

Dvørak : C'était le moment critique. Après tous ces combats, j'aidais à l'évacuation des prisonniers hors des conteneurs.

<<< Alors lieutenant, Gabriella a pris part à la grande opération qui a libéré John et les nombreux autres des camps de travail rebelles d'Elysium City, et elle se rappelle du garçon de 13 ans. Elle décrit la libération. >>>

Dvørak : Quand vous les voyiez, ce qu'on leur avait fait, vous compreniez enfin vraiment pour qui vous vous étiez battus. Les conséquences étaient… ah, terribles. Tous sortaient en file à la lumière, plissant les yeux, se traînant, gris, fragiles et souillés. Leurs… dos étaient courbés, leurs yeux rivés au sol, tous semblaient… comme morts.

<<< C'est là qu'elle a vu John. >>>

Dvørak : Il se détachait du reste. Au milieu de toute cette… humanité vaincue, il y avait ce… garçon, grand, jeune, qui marchait vers moi, il dominait la foule, ses épaules droites, son regard résolu, et quand il m'a dépassé, il m'a regardé. Dans les yeux. C'est, enfin, ça n'a l'air de rien, mais ce regard, à ce moment, d'une personne ayant vécu ça… c'était un choc. Il avait l'air affamé et déshydraté comme tous les autres, mais il était si jeune, et tout ce qui avait été brisé chez les autres semblait intact chez lui.

<<< Après ces événements, Dvorak est resté en faction à Elysium City, à travailler dans les camps de réfugiés. Dès le premier jour, John aidait Gabriella dans ses tâches. Elle eut l'occasion d'apprendre à le connaître dans les mois qui ont suivi. >>>

Dvørak : Il m'a parlé de ses parents, un moment. Qu'ils avaient été enlevés avec lui. Il n'a pas dit grand-chose, juste que, mh… ils ne s'en étaient pas sortis.

<<< Elle savait que les choses avaient dégénéré. Ils étaient morts à quelques jours d'intervalle, quelques semaines avant la libération, et John était là quand ça s'est produit. Dvorak se souvient des rares occasions où John en parlait. >>>

Dvørak : Il avait ce regard quand il en parlait, c'est, c'est difficile à décrire. Les autres fois où je le voyais, il semblait porter le fardeau de ce qui s'était passé et pourtant… il restait calme. Ni en colère ni désespéré, juste… résolu. Un jeune homme remarquable.

<<< Comme beaucoup de personnes à l'époque à Elysium City, et dans toute cette région de la galaxie, John n'avait plus de maison, plus de famille, plus rien. Les gens partaient là où ils pouvaient, hors de la ville, et la plupart ne se retournaient jamais. Mais Deon Govender, le professeur de boxe de John, raconte que certains retrouvaient espoir. >>>

Deon Govender : Oui, oui. Nous nous sommes séparés et dispersés sur toute la planète et toutes les colonies, mais certains d'entre nous rassemblaient des noms. Et, euh, une sorte de mémorial, qui grandissait au fil des nouvelles informations. Oui… je me souviens avoir vu le nom des parents de John tôt sur la liste mais… pas John. Après qu'il ait manqué le dernier cours… je ne l'ai jamais revu, mais… je me souviens que je me disais « Ça ira, tant que je ne le vois pas sur la liste, ça ira ». Et ça a toujours été.

<<< Son obstination à survivre a laissé une forte impression à Gabriella Dvørak. >>>

Dvørak : Je pense que… John voulait ne plus jamais être une victime. Je me souviens qu'il disait vouloir s'engager. Qu'il voulait faire la différence. Je savais qu'entre toutes les personnes, lui le ferait.

<<< Après le chaos, le jeune John avait pu se forger un but des décombres de la guerre. Un but qui le mènerait à devenir le héros dont la galaxie aurait un eu besoin. Le genre de tournant qui réveille le patriote dans chacun de nous. J'étais vraiment touché lors de mon voyage retour. Mais à mon arrivée, Ellie Bloom allait tout remettre en cause. >>>

Ellie : Je voulais revenir sur votre histoire. Je… c'est étrange.

Benjamin : Euh, oui, qu'est-ce qui…

Ellie : Vous vous souvenez que j'ai dit que je rapporterais ça à Katrina ?

<<< Katrina était l'autre fille voisine de John, la troisième protagoniste de l'histoire d'enfance racontée par Ellie. Cette dernière avait quitté la planète en 2517, mais pas Katrina. >>>

Ellie : Elle… m'a dit que John était mort. Mort à six ans.

Benjamin : : Att, attendez une minute, quoi ?

Ellie : John était en forme, et puis il a commencé à dépérir. Au départ, on pensait à quelque chose d’auto-immunitaire, mais les diagnostics se sont enchaînés, et les médecins ne comprenaient rien, ses parents paniquaient… Ça avait l'air horrible.

<<< Voilà, John était mort. Comme ça. Je ne savais pas quoi faire. Ellie semblaient convaincue, alors je lui ait demandé de me mettre en contact avec Katrina. Elle ne m'a pas laissé enregistrer l'interview, mais cette femme était résolue. J'aurais voulu la contredire, mais elle le racontait avec tellement d'assurance et tellement de détails, je ne pouvais pas l'ignorer. D'après elle, John était mort. Mais avant que je puisse réfléchir à tout ça, elle a dit quelque chose de capital : les parents de John habitaient toujours à Elysium City quand Katrina avait quitté la planète en 2528, quatre ans après leur mort supposée. Elle avait tort. Elle devait penser à quelqu'un d'autre, ou alors elle mentait. Mais pourquoi mentirait-elle ? Elle était absolument convaincante, mais ça n'avait aucun sens. Je pensais pouvoir tout faire concorder. Donner du sens à tout ça. Mais je ne savais pas que cette fissure n'était que le début, et que les véritables problèmes allaient bientôt arriver.

Rejoignez-moi pour le prochain épisode de la Traque de la Vérité. >>>



03 : Critical condition[modifier]

Conversations with retired military paint very different pictures of John. More questions arise about John’s home planet and his involvement in a violent training incident. The cracks in the official account widen.


Benjamin: Ray, you've- tell me you got something.

Ray: U-Um, yeah-- I do.

Benjamin (voiceover): Ray Kurzig is a good friend of mine, and a completely emotionless robot. I mean that in the best way. As an independent analyst, he's the most efficient and resourceful researcher I know. That's why I'd sicced him on this story a few days earlier. I needed to debunk the claims of Ellie's friend Katrina. He was in the area on business, so he took the time to come down and meet with me in my home office.

Benjamin (on recording): So Katrina told me that John died at six years old.

Ray: Right.

Benjamin: And his parents, who supposedly died in a rebel prison, were still alive years later.

Ray: Right.

Benjamin: Now, this woman's ruining my story, Ray. They- Tell me, te- te-te- tell me why she's lying.

Ray: Well - she's not.

Benjamin (voiceover): Ray had found copious financial records indicating that John's parents were not just alive past 2524, but working and paying their bills.

Benjamin (on recording): They died in 2524! Come on, man!

Ray: Well, sorry! Their employers, and a preponderance of local merchants, disagree with you. I mean ... the central repositories were really thin, but you dig through enough mirrored archives, it all pops up. ... The records are there!

[BG: Ray and Ben talking on record, Benjamin laughing]

Benjamin (voiceover): Ray swiped through document after document corroborating this. He even showed me medical insurance claims for a pediatric autoimmune specialist in 2517 - exactly when Katrina said John got sick. I was laughing, but I didn't find any of it funny. I'm Benjamin Giraud, and this is Hunt the Truth.

[theme music]

Office of Naval Intelligence AI (in call): [chime] Continue to hold.

Benjamin (in call): Oh, jeez ... come on, come on, come on, come on ...

Office of Naval Intelligence AI: Office of Naval Intelligence. [chime] Public relations.

Benjamin: Finally. Hey! Sully!

Sullivan (in call): Tell me good things, Ben.

Benjamin (voiceover): It was disconcerting to be talking to the ONI insignia again, but I started positive. The story was going really well - but that little data problem. The death record - it was back. I was hoping Sully would smooth it out for me.

Sullivan (in call): Ben ... ugh, I thought we talked about this. Glassed planets have bad records.

Benjamin (in call): No, I- I know, I know, I just, um--

Sullivan (speaking over Benjamin): Glassed planets have bad records, Ben, this is Colonial journalism 101. A- Are you serious with this? (louder) Glassed planets have bad records--

Benjamin (continuing to talk): --it's not just the records, actually, no, no- listen, Sully, if you could- pe- people are saying- people are saying- (louder, silencing Sullivan) Listen, do Co- Hey-- Do glassed people have bad records?

Sullivan: ... Ben, are you recording right now?

Benjamin: Yes. [chime]

Benjamin (voiceover): That was my cue to stop recording. The off-the-record conversation was brief. Sully asked me if I wanted to do the next interview, What he meant was, "do you want to keep this job?" I said yes.

Office of Naval Intelligence AI (in call): Your call is over. [termination sound, into:]

Jakob Walker (in call): Well, as you can see, I've pretty much permanently stationed myself on this beach.

Benjamin (voiceover): That was my next interview. Jakob Walker, retired navy. He lives in a beach community way out on Castellaneta. The first thing I noticed about Walker when he answered my call was that he wasn't wearing a shirt, which made us both laugh. He explained that after twenty-eight years of service, as far as he was concerned, it was all R&R, all the time. I couldn't argue with that philosophy. He slipped on a T-shirt and I asked him about the Master Chief.

'Walker (in call)': Oh, hell yeah, John - you bet your ass I remember him. (fades, continues)

Benjamin (voiceover): Walker's career began three decades ago with Naval Force Reconnaissance School at Black Sea. Little did he know boot camp would turn out to be something he'd never forget. Walker was there alongside the young man who would become the Master Chief. The gravity of that was not lost on him.

Walker (in call): I mean, they pushed us real hard, but John - well, he pushed us even harder, without even trying. You screwed up, you didn't know whether to be more scared of the CO or John.

Benjamin (voiceover): I first thought Walker was unimpressed.

Walker (in call): Oh, no, man - I remember ... think it was the first week, there was a lot of talk. We were outside the mess tent, me and these other two jackasses gettin' into it, chests all puffed up and talkin' about bein' cold-blooded killers, and steppin' on necks, all that. Not wantin' to be in leadership one day. And, o' course, I was 19 and jacked as hell, so - well, I figured I only had so much competition. Meanwhile, here's this quiet nobody from nowhere, standing on the fringes, looking at the horizon ... John. Heh. Him. First I thought he was 20, 21 - he was a big dude. Turns out he was only 16. Heh. I mean, that kid wasn't even on the radar. (fades, continues)

Benjamin (voiceover): Soon, though, Walker says all that machismo fell to the wayside, and a real leader emerged in John.

Walker (in call): ... training exercises, whoever finished last got the brunt. I mean, last one in on the 20-mile? You're walking back while we catch a Pelican dropship. And that there's some downright lethal terrain, too. Reach is ... well, it was a tough planet. But John - man, he- he took lead every time. Lot of risk and responsibility. Didn't have to, but- hell, he did it. And then, halfway in, he started to hang back, you know, and- help the stragglers. You're injured, whatever - he'd be right there helping you out.

Benjamin (voiceover): And then without fail, Walker says, John always made sure he came in last - and took the punishment.

Walker (in call): It was the way he did it all - he made us all wanna follow his lead. Try harder, help each other - I mean, we're supposed to do that, but nobody ever really wanted to, until then. Anyway, we did it. But takin' the hit for the group, now that was John's thing. I only challenged him for the honour once. I never made that mistake again.

Benjamin (voiceover): Walker's in his early fifties now, but he seemed lit up with the energy of a much younger man. It seems the will that he and the other recruits had, in a sense, borrowed from John so many years ago, was still inspiring walker. It was remarkable - he knew John, lived with him for months, yet to him, John still seemed to be an almost mythical character.

Walker (in call): What he was able to do, gettin' back on his own like that in the pitch black, no nav equipment. Man, hah- he- he was inhuman.

Petrosky (in call): That kid was a monster, like they all were.

Benjamin (voiceover): Anthony Petrosky, retired Orbital Drop Shock Trooper I found through Mshak Moradi. Yes, that Mshak Moradi - the truther who's been messaging me for months. And yes, I was pretty desperate for leads. We'll leave it at that. But Petrosky was definitely not on Sully's list of approved sources, so I went off-grid and contacted him through Chatternet. Here he is, talking about his only encounter with John.

Petrosky (in call): That kid was a freak.

Benjamin (in call): [sigh] Can you be more specific?

Petrosky: Yeah, I'd be happy to. You know - me and a bunch of guys were sparring in the gym one day, and there was this ...

Benjamin: Mmhm.

Petrosky: ... young kid there, I mean - I guess you could call him a kid, he was- he was pretty jacked, you know, but his face looked twelve, maybe thirteen.

Benjamin (voiceover): Twelve or thirteen? After enlisting, John didn't even finish boot camp until at least seventeen. Petrosky had to be wrong about his age, but I let it go.

Petrosky (in call): Anyway, I guess he was actin' tough. When one of the guys, uh, asked his name, he told him, but he kind of, you know, gave him attitude, right? So - people start mouthing off, next thing I know, CPO orders the kid and four other guys into the ring. 'Cause it was supposed to, uh-

Benjamin (in call): W- h-hold on, Anthony, wait - you're - you're telling me that the CPO ordered four soldiers to fight a high school kid?

Petrosky: No, a twelve- or thirteen-year-old, like I said.

Benjamin: Yeah, fine, either way - the CPO ordered four ODSTs to fight a kid?

Petrosky (under): Yeah, man - (alone) you got it all wrong, okay, because those four ODSTs ... were like lambs to the slaughter.

Benjamin: What, John outfought them?

Petrosky: No. No, no, no. It was way worse.

Benjamin (voiceover): As he tells it, the ODSTs did as they were ordered. They surrounded John, and one of them swung. What happened next, Petrosky says, defied explanation.

Petrosky (in call): 'Cause the sound this kid's fists made ... it sounded awful. 'Cause they weren't, like, punches, they were like - rapid-fire explosions. OK? I was across the gym, but I heard it. It was sick. Like meaty cracks in a drumroll. Just, [imitating the sound] BA-da-da-BA-da-da-BA-da-da-BA-da-da-BA.

Benjamin (voiceover): One of the ODSTs sustained a single body blow that instantly stopped his heart, killing him. Another trooper only took one shot from John as well - a punch that caved in the man's face. Two fatalities, one ODST with a cracked pelvis, and one with a shattered spine - that guy never walked again. No one had to break up the fight. It was over in less than five seconds.

Benjamin (in call): Wait, he ki- he killed them?

Petrosky (in call): He did, it was impossible.

Benjamin: What do you mean impossible? Like, how-

Petrosky: Like, like not human, alright? Like he was genetically augmented.

Benjamin: So you're, you're telling me that someone ... had augmented John, someone had genetically augmented a child?

Petrosky: [draws breath] OK. Right.

Benjamin: No?

Petrosky: You think I'm lyin'.

Benjamin (overlapping): I- I believe that's what you honestly think you saw, but-

Petrosky (at the same time): Alright. No, sure, right, hey - it- (alone) loo-, look, here's the thing, Ben - I don't care if you believe me or not, this makes no difference in my world. I was there and you were somewhere else. So - y- y- you're gonna go write your little military cheerleader article, and - I'm gonna sit here and drink beer. So, good luck.

Benjamin (voiceover): Petrosky left me with a bad taste in my mouth. Now it's no shocker that Spartans go through a few augmentations and upgrades, but those are fully developed adults. Could a seventeen-year-old - probably still growing - even survive that kind of procedure? It seemed horribly risky, and what if what Petrosky was saying was true, and John was only thirteen? Well, that was one hell of an accusation to make, the ethical implications of which were nauseating. I was still thinking about it the next day when Ellie Bloom's name popped up in my call list. I'd let her listen to a rough version of my first episode and she had feedback for me. I didn't want to risk anyone listening in, so I let the call go, then hit her back on Chatternet.

Ellie (in call): Well, two things.

Benjamin (in call): OK.

Ellie: Two major things.

Benjamin: OK. Yeah.

Ellie: That boxing coach?

Benjamin: Deon Govender, yeah?

Ellie: He's lying.

Benjamin: W- ah, OK, how is ... he lying?

Ellie: There wasn't any boxing at the high school.

Benjamin: How do you know for sure?

Ellie: Because there wasn't any boxing on the entire planet.

Benjamin (voiceover): She said they'd outlawed it forever ago, after a kid got injured. Afterwards, there was a long-standing controversy over how youth boxing was illegal, but no one seemed to care about all the gravball concussions kids were getting. Regardless, by the turn of the century, she tells me nobody really boxed on Eridanus II anymore. She even gut-checks me, telling me to go ahead, ask anybody from the colony, they'd tell me the same thing.

Ellie (in call): And there sure as hell wasn't a league for kids to do it at the high school! That's like saying there was a gun range at the toy store. It just didn't happen. And the other thing - those kidnappings by rebels in Elysium? Also didn't happen.

Benjamin (in call): Hold on. I- I know that's not true. Y- you're wrong. OK? The Insurrection had a well-documented presence in Elysium.

Ellie (in call): Yeah, they did politically - they worked to influence local policy. It got tense, there was occasional violence, but nobody was "abducted". We lucked out. It was peaceful. That's why Elysium was refugee central. So, boxing coach? Total liar.

Benjamin (voiceover): I needed to verify what she was saying, but I had the gnawing sense she was telling the truth again. But what did this mean? If she was right and none of that happened, the whole story was wrong, and terrifyingly - that would mean someone had fabricated all of it. I needed explanations from my previous sources, and I needed them now. I tried to reach Deon, the boxing coach - no response. Gabriella Dvorak, the lieutenant who liberated John - in the field, unreachable. So I tried detainment survivor Thomas Wu. He answered.

Thomas (in call): [chime] Hello.

Benjamin (in call): Hi. Thomas?

Thomas: Who is this?

Benjamin: Yeah, I'm- I'm sorry to, uh, call so late - is it- is it late there? I ju- I just need to ask you something really quickly.

Thomas: Okay.

Benjamin (voiceover): I had no idea what I was gonna ask.

Benjamin (in call): OK, OK, do you ... know for absolute certain that Elysium suffered the same fate as your town?

Thomas (in call): Um, yeah. I told you that.

Benjamin: I, I, I know, but Thomas, I spoke to people who were in Elysium, and they said that wasn't true. Now, I- now look, I- I know you went through a lot, but I just- I wanna know the truth.

Thomas: ... OK.

Benjamin: Do you know, for absolute certain, that Elysium City was under the violent control of Insurrectionists?

Thomas: [sighs] Look, what I told you before - that is the best I can remember.

Benjamin: No, I'm sorry, ah, I'm sorry, but I don't believe that. You remembered it all perfectly. You rattled off the name of every single safe haven city in that region and you only hesitated once.

Benjamin (voiceover): I was completely making this part up. I was going for broke.

Benjamin (in call): You only hesitated where you would have said 'Elysium City', right?

Thomas (in call): I mean, I, I, look, I-I-I-I don't know for sure--

Benjamin: Bu- bu- but Ely- Elysium wasn't captured by the Insurrectionists, was it?

Thomas: ... Hey, what are you, defending them?

Benjamin: No. I'm, I'm definitely not defe--

Thomas: You know, after what they did, you can defend them? They left us locked up for weeks. They let all those people j- jus- jus- just die. And they did that all over the Outer Colonies. I mean, what does it matter if it was Elysium or somewhere else? After everything that they did, that-

Benjamin: Thomas, Thomas -- Thomas - look, I'm sorry, I'm sorry that I have to bring it up, I just-

Thomas: I just want peace of mind for my family, that's all I want is just ...

Benjamin: Wait. W- I, uh, I don't understand. [hesitantly] How does lying about Insurrectionists in Elysium buy you peace of mind for your family?

Benjamin (voiceover): At that moment, Thomas suddenly seemed to become entirely lucid, and his tone changed completely.

Thomas (in call): I shouldn't be talking to you.

Benjamin (in call): W- wait, Thomas, hold on-

Thomas: I can't. Leave us alone. [termination sound]

Benjamin (voiceover): I suddenly became lucid myself, with a single, awful realisation: that entire conversation had just taken place over Waypoint. Anyone could have been listening.

[theme music]

Benjamin: Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



Benjamin Giraud : Ray, dit moi que tu as quelque chose.

Ray Kersig : H-Hm, oui… en effet.

<<< Ray Kersig est un bon ami, et quelqu'un d'impassible, une peu comme un robot. Mais c'est pour le mieux. En tant qu'analyste indépendant, il est le plus efficace et ingénieux chercheur que je connaisse. C'est pourquoi je l'avais branché sur cette histoire quelques jours auparavant. J'avais besoin d'invalider les propos de l'amie d'Ellie, Katrina. Il était dans le coin pour affaire, il a donc pris un peu de temps pour venir me voir à mon bureau. >>>

Benjamin : Alors, Katrina m'a dit que John était mort à l'âge de six ans.

Ray : Oui.

Benjamin : Et que ses parents, qui sont supposés être morts dans un camp rebelle, étaient toujours en vie plusieurs années après.

Ray : Oui.

Benjamin : Et maintenant, elles ruinent toute mon histoire, Ray ! Elles… Dis-moi, d-d-dis-moi pourquoi elles mentent.

Ray : Eh bien, elles ne mentent pas.

<<< Ray avait trouvé des tonnes de copies d'enregistrements financiers indiquant que les parents de John n'étaient pas seulement en vie après 2524, mais aussi qu'ils travaillaient et payaient leurs factures. >>>

Benjamin : Ils sont morts en 2524 ! Allez, franchement !

Ray : Eh bien, désolé ! Leurs employeurs, et une multitude de marchants locaux ne sont pas d'accord avec toi. Je veux dire… les archives centrales n'étaient pas très grandes, mais si tu creuses suffisamment profond dans les archives miroirs, tout te saute à la figure… Les enregistrements sont là !

[Ray et Benjamin discutent en arrière-plan, Benjamin rigole]

<<< Ray est passé de documents en documents, tous corroborant les faits. Il m'a même montré une assurance médicale qui atteste d'une consultation d'un spécialiste en pédiatrie auto-immune daté de 2517, exactement à l'époque où Katrina dit que John est tombé malade. Je rigolais, mais je ne trouvais pas ça drôle du tout. Ici Benjamin Giraud, et voici la Traque de la Vérité. >>>

IA de l'ONI : Veuillez patienter.

Benjamin : Sérieusement… allez, allez, allez allez…

IA de l'ONI : Services de renseignement de la Navy, relations publiques.

Benjamin : Enfin. Hey ! Sully !

Michael "Sully" Sullivan : Dis-moi des bonnes nouvelles, Ben.

<<< C'était déconcertant de parler à un simple insigne de l'ONI encore une fois, mais j'étais optimiste. L'histoire avançait vraiment bien, mais il y avait ce petit problème de données. Le rapport de décès, il était de retour. J'espérais que Sully réglerait ça pour moi. >>>

Sully : Ben… je crois qu'on en a déjà parlé. Les rapports des planètes vitrifiées sont faussés.

Benjamin : Non, je sais, je sais, c'est juste que…

Sully : [En même temps] Les rapports des planètes vitrifiées sont mauvais, Ben, c'est du journalisme colonial. Tu es sérieux ? [plus bas] Les rapports des planètes vitrifiées…

Benjamin : [Continuant de parler] …ce ne sont pas les rapports en fait, non, non, écoute, Sully, si tu pouvais… les gens disent, les gens disent… [plus fort, pour faire taire Sullivan] Écoute, est-ce que… Est-ce que les personnes vitrifiées ont des rapports faussés ?!

Sully : …Ben, est ce que tu enregistres en ce moment ?

Benjamin : Oui.

<<< C'était le signal pour me dire d'arrêter l'enregistrement. Le reste de la conversation fut bref. Sully m'a demandé si je souhaitais faire la prochaine interview, ce qui voulait dire « veux-tu garder ce travail ? ». J'ai dit oui. >>>

IA de l'ONI : Cet appel est terminé.

Jacob Walker : Eh bien, comme vous pouvez le voir, je me suis en quelque sorte stationné de manière permanente sur cette plage.

<<< C'était ma prochaine interview. Jakob Walker, ancien de la Navy. Il vit sur une plage communautaire non loin de Castellaneta. La première chose que j'ai remarqué à propos de Walker quand il a répondu à mon appel, c'était qu'il ne portait pas de chemise, ce qui nous a tous les deux fait rire. Il m'a expliqué qu'après vingt-huit ans de services, en ce qui le concernait, ce n'était plus maintenant que repos et détente, toute la journée. Je ne pouvais pas contredire cette philosophie. Il a enfilé un t-shirt et je l'ai questionné à propos du Major. >>>

Walker : Ah oui, John, bien sûr. Je me rappelle de lui.

<<< La carrière de Walker avait commencé trois décennies plus tôt au sein de l'école des forces de reconnaissance navales, à Black Sea. Le peu qu'il savait du camp d’entraînement allait se transformer en quelque chose qu'il ne pourrait jamais oublier. Walker était aux côtés du jeune homme qui deviendrait le Major. L'intensité de cette époque de l'a pas quitté. >>>

Walker : Je veux dire, ils nous poussaient vraiment jusqu'à nos limites, mais John, et bien, il allait encore plus loin, sans même essayer. Si on se loupait, on ne savait pas trop de qui on devait avoir le plus peur, entre le commandant ou John.

<<< J'ai d'abord pensé que Walker n'était pas impressionné. >>>

Walker : Oh, non, vous savez, je me rappelle… je pense que c'était la première semaine, il y avait pas mal de discussions. On était dehors, près de la tente du mess, moi et quelques autres crétins rentre dedans, le torse bombé et parlant de devenir des tueurs de sang-froid, marchant sur les cadavres et tout ça. On ne voulait pas être dans le commandement plus tard. Et, bien sûr, j'avais 19 ans et je braillais comme pas possible donc bon, je me rendais bien compte que j'avais pas mal de concurrence. Pendant ce temps, il y avait ce mec silencieux venu de nulle part, se tenant à l'écart, regardant l'horizon… John. Ouais. Lui. Au début, j'ai pensé qu'il devait avoir vingt ou vingt et un ans, il était plutôt costaud. Il s'est avéré qu'il n'en avait que seize. Enfin quoi, ce gamin n'était même pas dans les standards !

<<< Peu de temps après, Walker raconte tout ce machisme qui en découlait, et aussi qu'un véritable chef a commencé à émerger en John. >>>

Walker : …les exercices d'entraînements, quiconque finissait dernier trinquait sévère. Je veux dire, le dernier après 31 km ? Les autres rentraient en Pélican, toi en marchant. Et puis il y avait cet espèce de terrain mortel aussi… Reach est… enfin, était une planète plutôt rude. Mais John, il… il prenait le commandement à chaque fois. Pas mal de risques et de responsabilités. Il n'avait pas à le faire, mais putain, il le faisait. Et après, à la moitié du chemin, il commençait à rester en arrière, vous savez, pour aider les traînards. Vous êtes blessé, peu importe, il sera là et il vous aidera !

<<< Et ce à chaque fois. Walker dit que John s'assurait toujours d'arriver en dernier pour recevoir la punition. >>>

Walker : Il avait sa façon de faire les choses ; il nous a tous donné envie de suivre son exemple. Persévérance, entraide ; comment dire, nous étions supposés le faire, mais personne ne le voulait vraiment, enfin jusqu'à maintenant. Enfin bref, on l'a fait. Mais prendre le blâme pour le groupe, ça c'était le truc de John. Je l'ai défié une fois, pour l'honneur. Je n'ai jamais refait cette erreur.

<<< Walker entre dans la cinquantaine maintenant, mais il semblait avoir l'énergie d'un homme bien plus jeune. C'est comme si la volonté qu'ils avaient eu, lui et les autres recrues, et qui avait, en quelque sorte, été transmise par John plusieurs années auparavant, continuait toujours d'inspirer Walker. C'était remarquable ; il connaissait John, il avait vécu avec lui pendant plusieurs mois, et pour lui, John semblait apparaître comme un personnage mythique. >>>

Walker : Ce qu'il était capable de faire, tout prendre sur lui et se jeter dans la gueule du loup, sans équipement. Sérieux mec, il n'était pas humain.

Anthony Petrosky : Cet enfant était un monstre, comme tous les autres.

<<< Anthony Petrosky, un retraité des troupes de choc aéroportées orbitales que j'ai trouvé grâce à Mshak Miradi. Oui, ce Mshak Miradi ; le même qui me harcelait de messages pendant des mois. Et oui, j'étais plutôt à court de pistes. Restons-en là. Mais Petrosky n'était clairement pas une source approuvée par la liste de Sully, donc je suis sorti du réseau pour le contacter par Chatternet. Et le voilà, racontant sa rencontre avec John. >>>

Petrosky : Cet enfant était une bête de foire.

Benjamin : (soupirant) Vous pouvez être plus précis ?

Petrosky : Hé, je serais bien content de pouvoir. Vous savez, un jour moi et quelques autres gars on luttait dans la salle de gym, et il est arrivé…

Ben : Mmhm.

Petrosky : …C'était un jeune garçon, je veux dire, si on peut appeler ça un jeune garçon. Il était plutôt costaud, vous voyez, mais son visage avait plus l'air d'avoir douze, ou peut être treize ans.

<<< Douze ou treize ans ? Après avoir été enrôlé, John n'avait pas put finir le camp d'entraînement avant l'âge de dix-sept ans au moins. Petrosky devait se tromper à propos de son âge, mais je le laissais continuer. >>>

Petrosky : Quoi qu'il en soit, je pense qu'il jouait les durs. Quand un des gars lui a, euh, demandé son nom, il lui a donné, comment dire : il y a mis les formes, vous voyez ? Et là, les gars commencent à l'insulter, de ce que j'en sais, et ensuite le patron ordonne au gosse et à quatre gars de monter sur le ring. Ça devait…

Ben : A-Attendez Anthony, attendez, vous êtes en train de me dire que l'officier a ordonné à quatre soldats de combattre un lycéen ?

Petrosky : Non, un gamin de douze ou treize ans, comme je vous l'ai dit.

Ben : Oui, si vous voulez, dans tous les cas, un maître a ordonné à quatre ODST de se battre contre un enfant ?

Petrosky : Oui mec, [parlant à lui même] tu as tout faux, ok, parce que ces quatre ODST… étaient comment des agneaux à l'abattoir.

Ben : Quoi, John les a écrasé ?

Petrosky : Non, Non, non, non. C'était bien pire que ça.

<<< Comme il le dit, les ODST on fait ce qu'on leur a ordonné. Ils ont encerclé John, et l'un d'entre eux a commencé à s'avancer. Ce qui s’est passé ensuite, d'après Petrosky, défie l'entendement. >>>

Petrosky : Le son que produisaient les poings de ce gosse… c’était horrible. Ce n’était pas comme, des coups de poings, mais plutôt genre, des explosions. OK ? J’étais de l’autre côté du gymnase, mais je les ai entendus. C’était affreux. Comme si l’on cassait du bois sur un tambour. On entendait que ça : [reproduisant le bruit] BA-da-da-BA-da-da-BA-da-da-BA-da-da-BA.

<<< Un des ODST encaissa un coup de plein fouet qui arrêta instantanément son cœur, le tuant sur le coup. Un autre reçu également un seul coup de John, un coup de poing qui lui enfonça le crâne. Deux victimes, un ODST au pelvis brisé, et un avec la colonne vertébrale en miette, il n’a plus jamais marché. Personne n’est intervenu dans ce combat. Ce fut fini en moins de 5 secondes. >>>

Ben : Attendez, il les a… tués ?

Petrosky : C’est ça, c’était impossible.

Ben : Qu’est-ce que vous entendez par impossible ? Comme…

Petrosky : Comme, comme… il était pas humain, pigé ? Comme s’il était génétiquement augmenté.

Ben : Donc vous êtes en train de me dire que quelqu’un… avait augmenté John, que quelqu’un avait génétiquement augmenté un enfant ?

Petrosky : [reprenant son souffle] Ok. Bien.

Ben : Non ?

Petrosky : Vous croyez que je mens.

Ben : (en même temps) Je crois que vous pensez sincèrement l'avoir vu, mais…

Petrosky : (en même temps) Bon. Non, bien sûr, ok, c’est… une dernière chose, Ben, je me fiche que vous me croyiez ou non, ça ne change rien pour moi. J’y étais et vous vous étiez autre part. Donc vous allez écrire votre petit article sur cette mascotte de l’armée et je vais m’asseoir là et boire une bière. Alors, bonne chance.

<<< Petrosky me laissa un goût amer dans la bouche. Ce n’est pas une nouveauté que les Spartans ont subi quelques augmentations et améliorations, mais ce sont des adultes pleinement développés. Est-ce qu’un jeune de 17 ans, probablement encore en pleine croissance, pouvait même survivre à ce genre de procédure ? Cela semblait horriblement risqué, et si ce que m’avait dit Petrosky était vrai et que John n’avait que 13 ans ? Eh bien, c’était une sacrée accusation, aux implications éthiques à faire vomir. J’étais en train de songer au jour suivant quand le nom d’Ellie Bloom apparut dans ma liste d’appels. Je lui avait fait écouter une version « brute » de mon premier épisode et elle avait des remarques à me faire. Je ne voulais pas prendre le risque que quelqu’un nous écoute alors j’ai laissé passer l’appel, puis l’ai recontacté sur le Chatternet. >>>

Ellie Bloom : Bon, deux choses.

Ben : OK.

Ellie Bloom : Deux choses importantes.

Ben : OK. Ouais.

Ellie : Cet entraîneur de boxe ?

Ben : Deon Govender, ouais ?

Ellie : Il ment.

Ben : W- ah, OK, comment ça… il ment ?

Ellie : Il n’y avait pas de boxe au lycée.

Ben : Comment pouvez-vous en être sûre ?

Ellie : Parce qu’il n’y avait aucun cours de boxe sur toute la planète.

<<< Elle me dit qu’ils l’avaient interdit définitivement par décret il y a longtemps, après qu’un gosse eut été blessé. Par la suite, il y eut longtemps une controverse concernant l'illégalité de la boxe pour les enfants, mais pas pour le gravball où les enfants recevaient aussi des commotions. Néanmoins, vers la fin du siècle, elle me raconta que plus personne ne boxait vraiment sur Eridanus II. Elle m’a même défié, me disant d’aller vérifier, de demander à n’importe qui de la colonie, ils me diraient la même chose. >>>

Ellie : Et bien évidemment qu’il n’y avait pas de ligue enfants au lycée ! C’était comme avoir une boutique de flingues dans un magasin de jouets. C’est tout simplement faux. Et l’autre truc, ces enlèvements par des rebelles à Elysium ? C’est aussi faux.

Ben : Attendez. Je sais que ce n’est pas vrai. Vous vous trompez, OK ? On sait de sources sûres que l’Insurrection était présente à Elysium.

Ellie : Ouais en effet, mais politiquement, ils s’efforçaient d’influencer la politique locale. C’était tendu, il y avait occasionnellement de éclats de violence, mais personne n’a été « enlevé ». Nous avons eu de la chance. C’était paisible. C’est pourquoi Elysium attirait les réfugiés. Donc l’entraîneur de boxe ? Un menteur.

<<< Je devais vérifier ses dires, mais j’avais le sentiment profond qu’elle disait encore la vérité. Mais qu’est-ce que ça signifiait ? Si elle avait raison et que rien de tout ça n’était arrivé, l’histoire toute entière était fausse, et plus terrifiant encore, cela impliquerait que quelqu’un l’avait fabriqué de toute pièce. Je devais demander des explications à mes précédentes sources, et il me les fallait maintenant. J’ai essayé de joindre Deon, l’entraîneur de boxe, pas de réponse. Gabriella Dvorak, le lieutenant qui avait libéré John, sur le terrain, injoignable. Alors j’ai essayé l’ancien détenu et survivant Thomas Wu. Il répondit. >>>

Thomas Wu : [sonnerie] Bonjour.

Ben : Salut. Thomas ?

Thomas : Qui est-ce ?

Ben : Ouais, je suis désolé d’appeler si tard, est-ce qu’il est tard là-bas ? Il fallait que je vous demande quelque chose rapidement.

Thomas : Ok.

<<< Je n’avais aucune idée de ce que j’allais demander. >>>

Ben : OK, OK, êtes-vous… absolument certain que Elysium a subi le même sort que votre ville ?

Thomas : Hm, ouais. Je vous l’ai dit.

Ben : Je sais, mais Thomas, j’ai discuté avec des gens qui étaient à Elysium, et ils m’ont dit que ce n’était pas vrai. Je sais que vous avez traversé beaucoup d’épreuves, mais je veux seulement savoir la vérité.

Thomas : ... OK.

Ben : Êtes-vous absolument certain que Elysium était sous le contrôle violent des Insurgés ?

Thomas : [soupir] Écoutez, ce que j’vous ai dit plus tôt, c’est ce dont j’me souviens. Je ne peux pas faire mieux.

Ben : Non, je suis désolé, ah, je suis désolé, mais je n’y crois pas. Vous vous en souvenez parfaitement. Vous avez énuméré le nom de chaque ville sécurisée de la région et n’avez hésité qu’une seule fois.

<<< J’ai inventé ça de toute pièce. Je jouais le tout pour le tout. >>>

Ben : Vous avez hésité quand vous alliez dire « Elysium City » pas vrai ?

Thomas : Enfin, écoutez, je n’en suis pas sûr…

Ben : Mais Elysium n’était pas aux mains des Insurgés, n’est-ce pas ?

Thomas : ... Hey, vous êtes en train de les défendre ?

Ben : Non. Je ne les défends pas du…

Thomas : : Vous savez, après ce qu’ils ont fait, comment pouvez-vous les défendre ? Ils nous ont enfermés pendant des semaines. Ils ont laissé ces gens mourir. Et ils ont fait la même chose dans toutes les colonies extérieures. Je veux dire, qu’est-ce que ça change que ça soit à Elysium ou autre part ? Après tout ce qu’ils ont fait, ce…

Ben : Thomas, Thomas… Thomas, écoutez je suis désolé de vous dire ça, c’est juste que…

Thomas : Je veux juste qu’on laisse ma famille tranquille, c’est tout ce que je veux…

Ben : Attendez. Je, euh, je ne comprends pas. [hésitant] Comment mentir à propos des Insurgés à Elysium peut permettre à votre famille d'être tranquille ?

<<< À ce moment-là, Thomas parut soudainement complètement lucide, et son ton changea totalement. >>>

Thomas : Je ne devrais pas vous parler.

Ben : Attendez, Thomas, attendez…

Thomas : Je ne peux pas. Laissez-nous tranquille. [il raccroche]

<<< Je devins moi-même brusquement lucide, suivi d’une seule pensée : toute cette conversation avait eu lieu sur Waypoint. N’importe qui aurait pu écouter.

Retrouvez-moi pour le prochain épisode de la Traque de la vérité. >>>



04 : Crossing the black[modifier]

Rumors of discontent across the military and rumblings in the Outer Colonies are cause for concern, but a mandatory meeting at ONI headquarters may bring greater repercussions.


Thomas Wu (in call): I shouldn't be talking to you.

Benjamin (in call): W- wait, Thomas, hold on-

Thomas: I can't. Leave us alone. [termination sound]

(Call ends)

Giraud: Oh God. O- no. No, no, no, no, no, no, no, no! Go down! No way! No way! No way that- you did not just-

Giraud (voiceover): If you want privacy online, ChatterNet is a pretty good bet: not foolproof, but relatively difficult for the government to monitor. Waypoint, on the other hand, is wide open. Supposedly, the Office of Naval Intelligence has software on the network capable of listening to every single conversation galaxy wide, and if you say the wrong thing... the conversation gets flagged.

Giraud: (continuing) Oh God! What did I just do?!

Giraud (voiceover): What I had just done was conduct an unsanctioned followup interview with a survivor of a war camp, accused him of lying about it, basically got him to admit that lie, and then ended by possibly indicating my employer, the most powerful military agency in history, in either bribery or coercion. I'd done all of that on Waypoint. I thought I was going to throw up.

Giraud: (continuing) Wait a min- wait a minute- wait a minute- wait a minute-

Giraud (voiceover): Maybe it wasn't that bad. I went and listened back. Would they flag that word? What about that one? That phrase sounds bad by itself but not in context. The factor in tone of voice, right? I was sitting there emotionally guessing how an insanely sophisticated algorithm is weighted. Basically, I was trying to outsmart a legion of robots.

Giraud: (continuing) Damn it, Ben!

Giraud (voiceover): It was too late. Those words were gone. That data had been processed. And I had either been flagged, or I hadn't. I had no idea what would happen next. I'm Benjamin Giraud and this is Hunt the Truth.

Mshak Moradi: Benjamin!

Giraud (voiceover): I've never been so happy to hear from Mshak Moradi. I made him triple check the security of our call.

Moradi: (continuing) Relax! We are under the tin foil hat of secrecy. (laughs) Seriously though, we are fully secure.

Giraud (voiceover): Mshak could probably tell I was desperate when after months of his unsolicited theories, I actually solicited one.

Giraud: (continuing) What's going on out there right now?

Moradi: I'm glad you asked. Strong patterns: a lot of chatter in the military bars, soldiers drunk and unhappy. Local graffiti corroborates these complaints. The helmet overfloweth!

Giraud (voiceover): This is how Mshak talks. For a while I thought maybe there was an actual group of people somewhere that used these terms, but there's not. It's just Mshak.

Moradi: (continuing) My prognosis? Ripples in the ranks. Army, Orbital Shock Troopers, Marines. Across the board; men at arms, up in arms.

Giraud (voiceover): When soldiers get frustrated, they get sloppy with their communication. The more frustration, the more unsecured chatter. Right now, there was a lot of both.

Moradi: (continuing) And there's a sizable leak of, booyah, worthy transmissions distilling the slush.

Giraud (voiceover): Ah, the slush. That immense soup of data siphoned off of insecure networks. The preferred source for nutjobs everywhere. The data's all legit, there's just such an ungodly huge amount of it that it's practically useless. To Mshak's credit though, he somehow managed to draw somewhat sound conclusions from it on occasion. It was kind of amazing. I asked why there was so much discontent across the military.

Moradi: (continuing) M.C. One-one-scepter.

Giraud (voiceover): That's Mshak for the Chief.

Moradi: (continuing) He's off being creative. He could be off the grid. FLEETCOM's trying to smokescreen like they're on top of his posish, but their not. The trombones are playing the brown note on that one and the grunts are a-grumbling. The military is one pissed off polygon right now.

Giraud (voiceover): Apparently, some are even questioning Master Chief's motivations and allegiances. The word traitor has been used.

Giraud: (continuing) Seriously? If he's disobeying orders that's bad, but calling the Chief a traitor? The guy who legitimately saved humanity multiple times, that's just- come on.

Moradi: Either way, you haven't considered the underlined question. M.C. is the precedent for free reign in the military. He's responsible for protecting a galaxy. A job that big requires absolute mobility. But then, that's a lot of power to give one man, hence the dichotomy, Benjamin. Power and responsibility.

Giraud (voiceover): Mshak was getting philosophical, and making a lot of sense. When it comes to threats against us though, this issue of power and responsibility has always been shrouded in secrecy. As civilians we don't know what's happening, who's out there, what their doing. And according to Mshak, that ignorance could be about to blow up in our faces again.

Moradi: (continuing) There's something else afoot, Benjamin, out here in deep space. I hoped these events would turn out to be random, but now it's... it could be bad.

Giraud: (voiceover) Mshak was a lot of things, but never vague. I asked him what sort of bad he was talking about.

Moradi: (continuing) Electromagnetic fluctuations, slipspacious disruptions, epidemic data corruption. All of it, ya' know, what's happening? It's quiet, it's slight, but it's effecting... everything. Ripples on a gigantic scale. I'm talking whole star systems, it's just- I don't want to say I'm frightened, ya' know what I mean? (phone ring) But to be honest-

Giraud: I'm sorry, Mshak. Hold on a second. Just... hold on.

Giraud (voiceover): As Mshak's sketch of a horrifying reality started to emerge, the last thing I wanted to do was interrupt him but I'd just been reminded of a more immediate, horrifying reality. From Sully, an event on my calender, no message.

Giraud: (continuing) Oh no.

Giraud: (voiceover) My stomach dropped. My flight to ONI's Boston headquarters left in three hours. They were calling me in. This had never happened to me before. I said goodbye to Mshak. It now seemed painfully clear that my Waypoint conversation with Thomas Wu had been flagged. By the time I landed on Earth I was one giant ulcer. I'd spent every sleepless night's hour running over everything in my head. The conflicting stories I'd heard, the gut twisting possibilities of what would happen in Boston. I looked and felt like death. All I was looking forward to at this point was Petra Janecek. I'd hit her up right before I left, asked if she'd meet me near the ONI campus. Thankfully, she said yes. Petra and I are in the same line of work. We make the government look good. The last time I saw her was six years ago in New Mombasa, the day it happened. We were both there. We both saw the Chief do what he did. But afterwards, while I retreated to a quiet little hamlet across the galaxy, Petra stuck around and made a name for herself. I was hoping she could throw me a lifeline, so I threw some cold water on my face, pulled myself together, and met up with her at a local pub.

Petra Janecek: Ya' know, for a guy just returning from a six year spirit-walk in deep space, I'm impressed. You actually showed up on time.

Giraud (voiceover): Same old Petra. She'd already knew I got the Master Chief assignment and she was not happy. Apparently she was still waiting for her face to face exclusive with the Chief. I refrained from laughing out loud at that little fantasy, but she continued with the ball busting anyway.

Janecek: (continuing) So why are you here? No wait, lemme guess, lemme guess the title of your story: "Heroism Untold".

Giraud: (laughs) Something like that.

Janecek: Yeah, I'm sure it's hard-hitting. What's a Sully commissioned exposé look like nowadays, anyway? An ONI one-sheet of approved sources?

Giraud: Yeah. (laughs)

Janecek: Whatever, you can do a fluff-piece over Waypoint from your rebel rock. So, again, why are you here?

Giraud (voiceover): If you haven't noticed yet, Petra cuts to the chase.

Giraud: (continuing) Sully called me in.

Janecek: Sully? He what? He called you here?

Giraud: Yeah, yeah, that's what I wanted to talk to you about.

Giraud (voiceover): I told her about confronting Thomas Wu. How I'd contradicted a statement of his that was probably supposed to be Sully's main deliverable for the interview. Not only did Petra not see the problem with that though, she seemed to think it was cute.

Janecek: (continuing) Whoa! Whoa! Old Ben G-raud! You're coming off the bench feisty.

Giraud: No, no, no, no- I, I, I-

Janecek: The guy's not gonna run on you. They'll just make him look as bad-

Giraud: I-I did the whole interview on Waypoint.

Giraud (voiceover): That got her attention.

Giraud: (continuing) I think it got flagged.

Janecek: You think it-

Giraud: I got the summons from Sully a few hours later.

Giraud (voiceover): Petra's face and voice hadn't changed, but her eyes were suddenly on fire.

Janecek: (continuing) Ben-

Giraud: I-I-I messed up, Petra.

Janecek: You messed up how? I-

Giraud: The story! The story! It was falling apart! And these inconsistencies between the sources-

Janecek: Inconsistencies, with ONI sources?

Giraud: No, with mine.

Janecek: You found sources in the Outer Colonies?

Giraud: Yeah, yeah I made friends in the past few years. I doubt Sully realized I'd have that resource in my arsenal.

Janecek: He definitely didn't. Ben, listen to me. You used to be a government lapdog at your peak. Then you deep-spaced yourself into obscurity. You have no juice now, and that's why they picked you. Sully gives you this bone, you're supposed to be extra eternally grateful. Just wag your little tail, and play fetch. So why the hell are you peeing on the rug instead? Have you forgotten the way everything works?

Giraud: No, I don't know, I just- This is bad, Petra!

Janecek: Ben, it's-

Giraud: And it's not ancient history, either! There are rumblings in the Outer Colonies right now, maybe something really bad! I was talking last week to this guy I know-

Janecek: Mshak Moradi, I know.

Giraud: What?! H-How do you know that?

Janecek: I've continued being an actual journalist for the past six years, but who cares, Ben? I hear what you're saying ok?

Giraud: We can blow this thing open, Petra!

Janecek: (sigh) Ok. Alright, cowboy.

Giraud: No, seriously! This is big! I can't even begin to reconcile the things I'm hearing with the story I'm supposed to tell! Multiple sources that Chief died at six! Complete fabrications! Genetically augmenting kids!

Janecek: I know! They are crazy charging that much for a shore trip.

Giraud (voiceover): Suddenly, Petra was ranting about the beach, loudly, and digging the tip of her fingertip hard into my forearm. I just sat there totally confused as she rambled nonsense. Intermittently glancing down at her COM pad. What was happening? Then I understood... and I froze. They were listening. I'd figured there were cameras on us, there were always everywhere here, but there was full audio surveillance now too? Is that even possible? She glanced down at her COM pad one last time.

Janecek: (continuing) Ben?

Giraud: Are there ears on us?

Janecek: There were for the last forty-five seconds, but there are always eyes everywhere, so don't look so... dramatic. Talk about whatever you want, but look like you're talking about the weather and if I start actually talking about the weather, you play along, ok?

Giraud (voiceover): Apparently, the system didn't bother listening in until you gave it certain visual cues, facial expressions, body language, anything that looks intense like my little outburst, the video flags it and your conversation gets temporarily isolated. Petra's vacay babbling had just saved my ass.

Janecek: (continuing) Listen, I believe you that the truth about the story... is terrible, but what you're talking about doing, that's door-number-two stuff. You're a door-number-one guy.

Giraud: But I have-

Janecek: Oh, come on! Come on, what are you going to do, Ben? Get the real scoop? You're too sloppy, you can't do this, you're-you're out of touch. You haven't been-

Giraud: Maybe not by myself, but with your help, with other people's help-

Janecek: Honestly, I love the idea of cutting the strings and tearing it all down, but I'm sorry. It's not going to be today. And to be brutal, it's never going to be you.

Giraud: (voiceover) That was brutal. It stung. I got pissed. And then I immediately knew she was right.

Janecek: Ben, take the money. Do your job.

Giraud: God. Oh God. Oh God. I'm supposed to walk over there right now.

Janecek: Just- Hey, just tell Sully you were drunk, you were trying to get a rise out of the guy, something. Just play stupid. Besides you don't-you don't know you got flagged! This meeting could just be a coincidence.

Giraud: No, no, they called me in. This is so weird, I mean-

Janecek: You'll be fine. The worst thing they'll-

Giraud: They've never-

Janecek: Hey Ben, the worst thing they'll do is kill the story and cut you from rotation. That's probably it. I mean I can't imagine they would... no, you'll be fine. Just be a good dog. Knock 'em dead. I'll get the bill.

Giraud: Thanks, Petra.

Janecek: But Ben, if I were you, I'd upload whatever you got on the story before you go in, just send back ups to someone you trust, ya' know? Just-just in case.

Giraud (voiceover): That was the closest thing to concerned I'd ever heard from Petra. I immediately took her advice and was queuing up all my files to Ray as I crossed to Rainja Avenue toward ONI. The campus was integrated right into the city: a courtyard of dark buildings, mature oak trees, grass, walkways. It just looked like a campus. The only thing different about it was the side walk: twice as wide as it was across the street. In the inner half of the pavement was black stone. A thick, dark border several feet wide that surrounded the whole complex.

I walked right up to the obsidian half of the sidewalk and stopped. Something was off about the courtyard in front of me, like something was missing. I look both directions down the sidewalk. There were no fences or guards. Plenty of pedestrians, seemingly none of them paying attention to the complex as they passed, except for one tiny thing: none of them, not a single one of dozens of white-collar workers and shoppers and parents and kids walking up and down that sidewalk laid a foot anywhere near the black half of the pavement. On a twenty-five foot walkway, they were all moving single file, right up against the curb.

I turned and looked back at the campus, listening... no birds. That's what was missing. There were no birds in the trees. In fact, there was no sound in the air at all. Nothing moved. I stood at the edge of the obsidian. I had no choice. I swiped the transfer file over to Ray's hard drive, took a deep breath, crossed the black line...

Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



Thomas Wu : Je ne devrais pas être en train de vous parler.

Benjamin Giraud : Attendez, Thomas, attendez–

Thomas : Non. Laissez-nous tranquilles. [Raccroche]

Ben : Oh… Non… Nononononononon, pas possible, pas possible! Je viens pas de…

<<< Si vous cherchez un peu de discrétion en ligne, chatternet est un bon choix. Pas parfait, mais définitivement plus compliqué à écouter pour le gouvernement. Waypoint, par contre, est complètement ouvert. On dit que l'ONI dispose de logiciels sur le réseau capable d'écouter n'importe quelle conversation à l'échelle galactique. Et dès que vous dites certaines choses, la conversation est repérée. >>>

Ben : Putain, mais qu'est-ce que j'ai foutu ?!

<<< Ce que je viens de faire : continuer sans autorisations une interview avec un survivant des camps de guerre, l'accuser d'avoir menti, réussi à lui faire avouer son mensonge, et soulevé la possibilité que mon employeur, la plus puissante agence militaire de l'histoire, est coupable de corruption ou de coercition. Et le tout sur Waypoint. Je me sentais sur le point de vomir. >>>

Ben : Attends, attends, attends, attends, attends, attends…

<<< Je me faisais peut-être des idées. J'ai repassé la conversation. [La première phrase de Wu est repassée en fond] Si ils repéraient les conversations, pourquoi auraient-ils repéré celle-là ? La phrase semblait suspecte, mais pas sans contexte. Ça dépendait du ton de la voix. Je restais assis, étourdit par l'émotion, réfléchissant à la complexité possible de l'algorithme. J'essayais de me faire plus malin qu'une légion de machines. Mais bon sang, Ben, c'était trop tard ! Ces mots avaient été prononcés. Ces données analysées. J'avais été repéré ou ignoré. Je n'avais aucune idée de ce qui allais se passer. Je suis Benjamin Giraud, et bienvenue dans la Traque de la Vérité. >>>

Mshak Miradi : Benjamin !

<<< Je n'avais jamais été aussi heureux d'entendre Mshak Miradi. Je lui ai fait vérifier la confidentialité de notre conversation trois fois. >>>

Ben : Tu es sûr ?

Mshak : Calmos, on est au niveau de sécurité « chapeau en alu », ha ha ha ! Sérieusement, on est complètement sûrs.

<<< Mshak avait sûrement compris que j'étais désespéré pour que je le contacte après un mois de théories ignorées. >>>

Ben : Qu'est-ce que se passe, là-bas ?

Mshak : Content que tu ai demandé : des schémas se dessinent, il y a plein de bavardages dans les bars militaires, des soldats bourrés et mécontents, qui se plaignent tout haut. Le hellnet est noir de monde.

<<< Voilà que Mshak parle. J'ai pensé un temps qu'il y avait réellement un groupe de personnes qui utilisaient ce terme, mais il s'est avéré que ce n'était que Mshak. >>>

Mshak : Mon pronostic : ça gronde dans les rangs. Armée, ODST, Marines, tous unis, des gros bras avec des poings levés.

<<< Quand les soldats deviennent amers, ils ne font plus attention à ce qu'ils disent. Plus ils sont frustrés, plus leurs langues sont déliées. C'est ce qui est en train de se passer. >>>

Mshak : Et le meilleur, c'est que ça devient de plus en plus simple de les repérer dans la Purée-de-poix.

<<< Ah, la Purée-de-poix. Cet énorme amas de données siphonné depuis les réseaux non sécurisés, l'outil de base de tout théoricien du complot. C'est légal car le nombre astronomique de données le rend inutilisable. Mais Mshak à ça pour lui d'avoir été capable de tirer d'en tirer des informations utiles. C'est assez incroyable. J'ai demandé la raison de la grogne au sein des rangs. >>>

Mshak : MJ Un-Un-Sceptre.

<<< Ça veut dire « le Major » en Mshak. >>>

Mshak : Il fait sa petite tambouille dans son coin, loin des regards. On pourrait croire que les troufions n'en auraient rien à cirer, mais en fait non. Les trombones sonnent la note sombre et les rangs grognent, l'armée n'est qu'une grosse masse ronchonnante.

<<< Certains mettraient en doute les motivations et l'allégeance du Major. Certains ont même utilisé le mot « Traître ». >>>

Ben : Sérieusement ? D'accord, il désobéit peut-être aux ordres, mais de là à l'accuser de trahison ? Le type qui a sauvé l'humanité plusieurs fois ? C'est–

Mshak : Au final, voilà la question à se poser : MJ est quasiment le président de l'armée, on l'a chargé de protéger la galaxie, on boulot qui requiert une mobilité absolue. Mais ça fait beaucoup de pouvoir pour un seul homme, la dichotomie est là : un pouvoir que nous sommes sensé lui confier.

<<< Mshack n'avait pas tort. Dès qu'il s'agissait de notre sécurité, les questions de pouvoir et de responsabilités finissaient souvent dans l'ombre. Les civils sont tenus à l'écart de ces secrets. Qui est où, que font-ils, et d'après Mshak, cette ignorance pourrait se retourner contre nous. >>>

Mshak : Il y a quelque chose qui se prépare loin dans l'espace, Benjamin. Ça pourrait être des événements dissociés, mais ça peut aussi être quelque chose de très mauvais.

<<< Mshak disait beaucoup de choses, mais il ne parlait jamais sans savoir. Je lui ai demandé ce dont il parlait. >>>

Mshak : Des fluctuations magnétiques, des perturbations du sous-espace, des corruptions épidémiques de données, tout ça, c'est réel, discret mais ça a de réelles conséquences. Des ondes à l'échelle de systèmes planétaires ! Je ne suis pas sûr, mais pour être honnête–

Ben : Attends Mshak, ne quitte pas.

<<< Alors que Mshak dépeignait cette horrible réalité, l'interrompre était la dernière chose que je voulais, mais je devais faire face à une réalité tout aussi terrifiante et immédiate. Un événement était apparu sur mon calendrier, envoyé par Sully, sans message. >>>

Ben : Oh non…

<<< Mon estomac se transforma en une boule de plomb. J'avais un vol à prendre pour les quartiers de l'ONI à Boston dans trois heures, ils m'appelaient là-bas. Ça n'était jamais arrivé. J'ai dis au revoir à Mshack, et il était maintenant certain que ma conversation avec Thomas Wu avait été écoutée. Le temps d'arriver sur Terre, j'étais une incarnation du stress. J'avais passé chaque heure de vol à repasser les événements dans ma tête : les histoires conflictuelles, les possibilités de ce qui se passait à Boston, je ressemblais et me sentais comme un mort. La seule chose dont j'étais sûr était Petra Janecek. Je l'avais contactée avant de partir pour qu'on se rencontre avant que j'arrive au campus de l'ONI, et heureusement, elle a dit oui. Petra et moi travaillons dans le même milieu : nous aidons le gouvernement à polir son image. Je l'avais vu pour la dernière il y a six ans, à la Nouvelle Mombasa, ce jour-là. Nous y étions tous les deux, nous avons tous les deux vu le Major. Après, quand je me suis retiré plus loin dans la galaxie, Petra est resté et s'est fait un nom. J'espérais qu'elle me tendrait une main amicale. Alors je me suis passé de l'eau sur le visage pour me remettre d'aplomb et l'ai rejoint dans un pub proche. >>>

Petra Janecek : Pour un type qui revient d'un pèlerinage de six ans dans l'espace profond, tu es à l'heure, impressionnant.

<<< Elle n'a pas changé. Elle savait que j'avais décroché le job concernant le Major, et elle n'aimais pas ça. Elle attendait toujours son face-à-face avec lui. Je me suis retenu de rire, mais elle a continué sa petite crise de jalousie. >>>

Petra : D'accord, laisse-moi deviner le titre de ton article : « le passé de l'héroïsme ».

Ben : Un truc du genre.

Petra : Je m'y attendais. À quoi ça ressemble un travail pour Sully maintenant, suivre une liste de sources approuvées par l'ONI ?

Ben : En effet.

Petra : Mais tu pourrais tout aussi bien le faire depuis ton cailloux perdu dans l'espace profond. Alors que fais-tu là ?

<<< Vous l'avez deviné : Petra en est vite venu aux faits. >>>

Ben : Sully m'a fait venir.

Petra : Sully ? T'as fait venir ?

Ben : Oui, c'est de ça dont je voulais te parler.

<<< Je lui ai parlé de ma discussion avec Thomas Wu, comment elle se heurtait à d'autres sources alors qu'il était sensé être une des sources principales de Sully. Mais ça ne l'a pas intrigué, elle a même semblé trouver ça mignon. >>>

Petra : Wow, wow, Ben Giraud, déjà revenu dans la course ?

Ben : Non, non, c'est que j'ai fait ça sur Waypoint.

<<< C'est là que j'ai eu son attention. >>>

Ben : Je crois que j'ai été repéré.

Petra : Tu crois…

Ben : J'ai été appelé par Sully quelques heures après.

<<< Son expression et son ton n'avaient pas changé, mais son regard était en feu. >>>

Petra : Ben…

Ben : J'ai foiré, Petra.

Petra : Comment ça–

Ben : L'histoire s'écroulait, il y avait des incohérences entre les sources, et–

Petra : Des incohérences ? Avec des sources de l'ONI ?

Ben : Non, avec les miennes.

Petra : Tu as été trouvé des sources dans les colonies extérieures ?

Ben : Oui, oui, j'avais des vieux amis, Sully ne devait pas se douter que j'avais ce genre de ressources–

Petra : Je ne crois pas non plus. Ben, tu étais un chien-chien du gouvernement, puis tu disparais au fin fond de l'espace, où tu es sensé être coupé de tout. C'est pour ça qu'ils ton choisi. Tu es sensé être reconnaissant, remuer la queue et aller chercher, pourquoi est-ce que tu es allé pisser sur le tapis ? Tu as oublié comment ce monde tournait ?

Ben : Non, non, je sais pas, mais ça va mal, Petra–

Petra : Ben…

Ben : Et ce n'est pas de l'histoire ancienne, il se passe des choses dans les colonies extérieures, des choses terribles, je parlais à un de ces gars la semaine dernière–

Petra : Mshak Miradi, je sais.

Ben : Je. Comment tu sais ça ?

Petra : J'ai été une véritable journaliste ces six dernières années. Bref, je vois ce que tu veux dire–

Ben : On pourrait révéler tout ça, Petra !

Petra : Bon, OK, cow-boy–

Ben : Sérieusement, c'est énorme ! Je ne sais même pas par où commencer pour raccorder les éléments de l'histoire que je suis sensé écrire ! Mes sources disent que le Major est mort à six ans, des sources falsifiées, des enfants génétiquement augmentés–

Petra : Oui, c'est complètement fou un tel tarif pour un voyage sur la côte !

<<< Petra a subitement commencé à parler, fort, de la plage en enfonçant ses ongles dans la peau de mon avant-bras. J'étais confus alors qu'elle racontait n'importe quoi en regardant son terminal de données. J'étais complètement perdu. Alors j'ai compris, et je me suis figé. Ils écoutaient. J'ai remarqué des caméras fixées sur nous, ils étaient partout ici. Il y avait une surveillance audio constante, maintenant ? Était-ce même possible ? Elle regarda son terminal encore une fois. >>>

Petra : Ben ?

Ben : On nous observe ?

Petra : On nous observait pour les dernières 45 secondes, ils ont toujours des yeux partout alors prend un air moins dramatique. Parle de ce que tu veux, mais fais comme si tu parlais du temps, et si je me met à parler du temps, tu me suis, d'accord ?

<<< Apparemment, le système ne commençait à écouter que si il détectait certains signaux visuels : expressions faciales, langage corporel, tout ce qui semble intense, comme mon dernier emportement. La vidéo vous repère et isole momentanément votre conversation. Le charabia de Petra venait de me sauver. >>>

Petra : [souffle] Bon, écoute, je te crois quand tu dis que la véritable histoire est horrible. Mais ce que tu veux faire, c'est de l'amateur alors que tu peux faire du professionnel.

Ben : Mais j'ai–

Petra : Sérieusement, qu'est-ce que tu vas faire, Ben ? Sauter sur le scoop ? Tu es resté hors de la boucle trop longtemps pour faire ça.

Ben : Pas tout seul, mais avec ton aide, et celle d'autres personnes–

Petra : Vraiment, j'aime l'idée de foutre tout ça par terre, mais pas aujourd'hui et, je vais être brutale : surtout pas avec toi.

<<< C'était brutal. J'étais énervé. Mais je savais qu'elle avait raison. >>>

Petra : Ben. Prend le fric, fais le job.

Ben : Bon sang, merde, je suis sensé y aller…

Petra : Dis à Sully que tu avais quelques degrés dans le sang, que tu t'en est pris à lui sans raison, joue au con. Tu n'es même pas sûr d'avoir été repéré, cette rencontre pourrait être une totale coïncidence.

Ben : Ils m'ont fait venir à ce moment, c'est tellement bizarre…

Petra : Ça ira, le pire qui peut–

Ben : Ils n'avaient jamais appelé…

Petra : Ben. Le pire qui peut arriver, c'est qu'ils annulent tout et te mettent à la porte. Ce sera tout. Je les vois mal… Non, ce sera tout. Sois un bon chien, reste en vie. L'addition est pour moi.

Ben : Merci Petra…

Petra : Et avant d'y aller, je te conseille de donner tout ce que tu as à quelqu'un de confiance. Juste au cas où…

<<< C'était l'unique touche d'attention que je pouvais attendre d'elle. J'ai immédiatement commencer à préparer mes fichiers pour les envoyer à Ray alors que je tournais l'avenue vers l'ONI. Le campus était parfaitement implanté dans la ville : une cour, des immeubles noirs, des chênes, de l'herbe, un trottoir, … C'était un campus. Seul le trottoir était différent. Deux fois plus large que les autres dans la même rue. Et la moitié intérieure était fait de pierre noire. Une large bordure d'environ un mètre autour du complexe. Je me suis avancé droit vers cette bande d'obsidienne, mais quelque chose était bizarre dans la cour devant moi. Il manquait quelque chose. J'ai regardé dans les deux directions sur le trottoir. Il n'y avait aucune barrière et aucun garde. Plein de passants, qui ne prêtaient pas attention au complexe, à l'exception d'une chose : aucun, pas un seul des travailleurs à la peau blanche, acheteurs, parents et enfants, ne marchait près de la moitié noire du trottoir. Sur un trottoir de quelques mètres, ils marchaient tous sur une seule file. Je me suis tourné vers le campus et ait écouté. Aucun oiseau. Voilà ce qui manquait. Aucun oiseau dans les arbres. En fait, il n'y avait aucun son dans l'air. Rien ne bougeait. Je restais à la limite de l'obsidienne. Je n'avais pas le choix. Je transférais les fichiers vers le disque dur de Ray, prenait une longue inspiration, et traversait la ligne noire.

Rejoignez-moi pour le prochain épisode de la Traque de la Vérité. >>>



05 : Out of time[modifier]

A visit deep inside ONI branch headquarters brings unexpected results. A voice from the past returns. And an in-flight incident sparks a flame that can’t be put out.


Benjamin: Hi, I'm here to see Michael Sullivan.

ONI receptionist: Do you have an appointment?

Benjamin: Uh, yes. I'm Ben Giraud, I have a one o'clock.

Benjamin (voiceover): Checking in with the receptionist at the Office of Naval Intelligence's bizarre formality: announcing myself, her asking me who I was there to see, it was all just an antiquated conversation. Part of their efforts to put a more human face on the operation. In reality, surveillance knew where I had been every minute. Since I had stepped onto the transit back at home. Throughout the morning, as I had made my way from the Boston terminal. This receptionist had likely been prompted with dynamic updates of my exact arrival time, deviations from my optimal course, bathroom breaks, my average walking speed, however they did it. They'd been expecting me.

ONI receptionist: I'll let him know you're here, Ben.

Benjamin: Okay. Thank you.

Benjamin (voiceover): The whole ONI facility was sleek and stark; everywhere you look, its sharp lines, the highest quality materials. Most striking though was the overwhelming amount of space and silence. This waiting area was particularly sparse. Two, minimalist carbon fiber chairs set twenty feet from each other. I also noticed the seats seemed oddly low to the ground. I picked one, and sat down. This chair was really low to the ground. It was awkward. I was probably looking at sixty to ninety minutes of customary wait time here, and squatting like this was not gonna help my anxiety level. But I was just pulling up some busy work, when the door behind reception suddenly slid open.

ONI receptionist: Ben, mister Sullivan will see you now.

Benjamin: Now?

ONI receptionist: Yes.

Benjamin (voiceover): I awkwardly struggled up from the chair and crossed the room. My heart was racing.

Benjamin: Uh, thank you.

Benjamin (voiceover): She didn't respond.

Benjamin (voiceover): I stepped into a narrow, empty hallway full of closed doors. I was about to turn around and ask where I was supposed to go but the door immediately closed behind me. The lighting in the hallway shifted, indicating a closed door at the far end. I walked down the hallway pass what I assumed were offices. Everything was soundproof though; so I had no idea if there were actually people working in there. When I got to the end of the hall, Sullivan's door opened at the last possible second. When I walked in Sullivan didn't look up. He was sitting behind his desk and intently working on his COM pad.

Benjamin: Hey.

Sullivan: Ben, I'm glad you made it.

Benjamin (voiceover): I stood there awkwardly for a bit. I realized that this must be the room he'd always talked to me from. It was furnished as minimally as the rest of the building. There were was a few shreds of actual personality on display behind him though. A couple of knick-knacks, and this antique simulated analog clock. Sullivan still hadn't looked up.

Benjamin: Should I uh... should I...

Sullivan: Make yourself comfortable.

Benjamin: (Quiet) Ok. Yeah.

Benjamin (voiceover): He continued swiping on his COM pad. I sat down on the chair, just like the other one, my knees were at my ears. I felt oddly far from his desk too. I tried some small talk.

Benjamin: Hmph. I didnt take you for a antiques guy, Sullivan. Wh-Where did you get the clock?

Sullivan: Oh, I always had it.

Benjamin: Nice, nice. So um...

Sullivan: Hows the story, Ben?

Benjamin: It's good. It's good.

Sullivan: You getting what you need?

Benjamin: Absolutely.

Sullivan: Wanna make sure you get all your uh... your questions answered.

Benjamin: Great, no th-, well, uh yeah, yeah, I-uh, I am. I mean um...

Sullivan: Perfect.



Benjamin Giraud : Bonjour, je dois voir Michael Sullivan.

Réceptionniste : Vous avez rendez-vous ?

Benjamin : Euh, oui, je suis Benjamin Giraud. À 13 heures.

<<< Devoir passer par l'accueil de l'ONI est une étrange formalité. Me demander mon nom et qui je viens voir n'est qu'une simulation de conversation, un de leurs efforts pour mettre un visage humain sur leur travail. En réalité, la surveillance permettait de savoir où je me trouvais à tout moment depuis mon transit. Depuis mon arrivée au terminal de Boston, cette réceptionniste avait sûrement été informée en temps réel de mon heure arrivée, déviations de mon trajet optimal, passages aux toilettes et vitesse moyenne, d'une façon ou d'une autre. Bref, ils m'attendaient déjà. >>>

Réceptionniste : Je vais les informer de votre arrivée, Ben.

Ben : D'accord, merci.

<<< Tout le complexe était élégant et sombre, des lignes nettes à perte de vue, les matériaux de la plus haute qualité, … Mais le plus impressionnant était la quantité d'espace et le silence. La salle d'attente était dépouillée : deux chaises minimalistes en fibres de carbone éloignées de quelques mètres, que je remarquais étrangement basses. Je me suis assis sur l'une d'elles. Elle était en effet très basse. C'était étrange. Je m'attendais aux vingt minutes d'attente habituelles et cette position n'allait pas arranger mon anxiété. Mais alors que je commençais à travailler, la porte derrière moi s'ouvrit. >>>

Réceptionniste : Ben ? Monsieur Sullivan va vous recevoir.

Ben : Maintenant ?

Réceptionniste : Oui.

<<< Je me levais maladroitement de la chaise et traversait la pièce. Mon cœur cognait dans ma poitrine. >>>

Ben : Euh, merci.

<<< Elle n'a pas répondu. >>>

Ben : [Souffle lent]

<<< Je m'engageais dans un couloir étroit et vide, des portes fermées alignées sur les murs. Je m'apprêtais à la me retourner pour demander où aller quand la porte se ferma derrière moi. Les lumières changèrent, éclairant une porte au bout du couloir. >>>

Ben : [Souffle lent] OK, OK, …

<<< Je marchais le long du couloir en passant devant ce qui devaient être des bureaux. Mais tout était insonorisé et je ne pouvais pas savoir si des personnes y travaillaient. Au bout du couloir, la porte de Sullivan s'ouvrit à la dernière seconde. En entrant, Sullivan n'a pas levé les yeux. Il était dernière son bureau, travaillant sur son terminal. >>>

Ben : Hey…

Michael "Sully" Sullivan : Ben, content que tu sois là.

<<< Je restais debout pendant quelques instants. Je réalisais qu'il s'agissait sûrement de la pièce d'où il me parlait à chaque fois. Elle était aménagée aussi simplement que le reste du complexe, mais quelques signes de personnalité se trouvaient derrière lui : des bibelots et une vieille horloge analogique. Sullivan n'avait toujours pas levé les yeux. >>>

Ben : Je dois, euh… Je…

Sully : Mets-toi à l'aise.

Ben : D'accord.

<<< Il continuait de taper sur son terminal. Je m'asseyais sur une chaises, comme les précédentes, mes genoux au niveau de mes oreilles. Je me sentais étrangement éloigné de son bureau. J'ai tenté d'engager une conversation. >>>

Ben : Euh, je ne pensais pas que tu aimais les antiquités, Sullivan. Où tu as trouvé l'horloge ?

Sully : Je l'ai toujours eue.

Ben : D'accord, d'accord… Alors…

Sully : Comment vas l'histoire, Ben ?

Ben : Bien, bien.

Sully : Tu as tout ce qu'il te faut ?

Ben : Oui, oui.

Sully : Aucune question ?

Ben : Ah, non… Euh, oui, oui ! Je veux dire, aucune question.

Sully : Parfait !

<<< J'essayais toujours de comprendre ce qui se passait quand Sullivan arrêta de toucher à son terminal. Il leva les yeux vers moi pour la première fois avec une certaine lueur dans le regard. >>>

Sully : Quelqu'un veut te parler, Ben.

Ben : Je suis Benjamin Giraud, et voici la Traque de la Vérité.

<<< Sullivan marchait vite et je devais m'adapter à son rythme. Tout le complexe était connecté par un réseau souterrain qui le rendait bien plus grand qu'il ne le paraissait de l'extérieur. À mesure que nous nous enfoncions dans ce labyrinthe, notre environnement devenait moins bureaucratique et plus militaire. Et plus militaire il était, plus nerveux j'étais. >>>

Sully : Tu sais qu'ils ne laissent pas entrer beaucoup de civils dans cette section. C'est un jour spécial, Ben !

<<< La remarque de Sullivan sonnait creuse, mais les gens que nous croisions dans les couloirs portaient maintenant l'uniforme, ils ne parlaient pas, les yeux rivés sur les terminaux comme Sullivan, les manipulant tout en marchant. L'efficacité froide qui émanait de cette ambiance était palpable. >>>

Sully : On y est.

<<< Sullivan me fit entrer dans une grande et sombre salle de conférence et les portes se fermèrent derrière nous. Au centre se trouvait une grande table de conférence fixe entourée de chaises. Au-delà des lumières éclairant la table, tout était dans l'ombre. >>>

Sully : Assieds-toi.

<<< Je coopérais et m'asseyais dans une des chaises, qui semblait se dérober sous moi. Je scrutais la pénombre et remarquais qu'un des murs était fait de verre noir, sûrement pour l'observation. >>>

Sully : Tu veux de l'eau ?

Ben : Euh, non. Je… Ça ira, merci. Qui est-ce qui–

Sully : Besoin de vérifier ton micro, ou autre chose ?

Ben : Euh… Mon micro ? Est-ce qu'on–

Sully : Je veux être sûr que tu enregistres tout bien.

Ben : Quoi ? Attends, je–

Sully : Calmes-toi, Ben. Ça va être génial !

Ben : Sully, je veux juste dire que–

Sully : Ben ! Il va bientôt entrer.

Ben : Sully, Sully je veux dire que je voulais–

Sully : Voici l'adjudant-chef Franklin Mendez !

Franklin Mendez : Bonjour, Ben. Comment allez-vous ?

<<< Je me levais. L'homme qui venait d'entrer croulait sous les décorations : Gold Stars, Silver Stars, Bronze Stars, Purple Hearts, la Légion d'honneur ! Il semblait endurci par des décennies de combat. >>>

Ben : Bonjour, monsieur.

Mendez : Vous voulez que je vous parle du Major ?

Ben : Euh, je– Je…

Sully : Mendez est l'homme qui avait entraîné le Major, Ben. Je t'avais dit qu'on te chouchouterai ! Tu auras tout ce dont tu aura besoin pour cette histoire. <<< C'était une interview. Je ne m'y attendais pas du tout. Je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais, mais sûrement pas à un face-à-face de cette envergure. Toute mon anxiété venait de s'évaporer. >>>

Ben : Oui, oui, bien sûr ! Donc, vous êtes vraiment la personne qui en connaît le plus sur les Spartans ?!

Sully : En effet.

<<< Ma conversation avec Thomas n'avait pas été repérée ! Petra avait raison ! Sullivan n'avait absolument rien dit ! Je n'y croyais pas. Mon soulagement se transforma en émerveillement. J'allais avoir la perspective de l'homme qui avait personnellement entraîné le Major ! >>>

Mendez : Oui, le Major avait la mauvaise habitude de sauter du Pélican avant qu'il n'ait atterri. Son armure absorbait évidemment le choc, elle était faite pour ça. Et elle aidait lorsqu'il s'agissait de sauter directement sur l'ennemi.

<<< Personne avant moi n'avait jamais entendu ce genre de détails concernant le Major. Mendez m'expliqua qu'après le camp d'entraînement, la combinaison unique de capacités et de volonté du Major lui valut rapidement une réputation. >>>

Mendez : Ce gosse m'a vraiment impressionné. Sa perspicacité, sa vivacité d'esprit, ses capacités physiques, son jugement tactique, … Même jeune, John avait tout ce qu'il fallait. Selon moi, il était prêt pour l'augmentation, et lui ne pouvait attendre.

<<< Une fois les augmentations terminées, Mendez m'expliqua que tout le monde ne pouvait croire le résultat qu'elles avaient eu sur le Major. >>>

Mendez : Les médecins ont dit que ses systèmes se sont adaptés parfaitement avec les technologies implantées. Son temps de récupération fut incroyablement court, mais le plus impressionnant fut la vitesse d'acclimatation de son cerveau aux augmentations. Après ce genre de procédures, c'est comme si vous deviez repartir de zéro. Toute votre neurologie doit se reconstruire, et pendant que les autres réapprenaient à marcher, John courait, sautait, et combattait. Je n'avais jamais vu ça.

<<< C'était la naissance du Major. Il avait progressé rapidement, prouvé maintes fois sa valeur sur le terrain et complètement redéfini les attentes qu'on pouvait avoir d'un Spartan. Durant toute sa carrière, Mendez avait vu et analysé ce dont un Spartan était capable sur le terrain, notamment de s'occuper seul d'une dizaine de Covenants. Il me raconta la vitesse, la puissance et la précision qu'ils développaient au fil des années, et la détermination inébranlable du Major. Mais d'après Mendez, c'est autre chose qui fit du Major la légende militaire d'aujourd'hui. >>>

Mendez : Je n'avais jamais vu un homme, augmenté ou non, prendre des décision d'une telle importance aussi vite. Le Major pouvait mesurer instantanément les implications d'un choix avec un grand nombre de variables et trouver une solution créative. Il a fait face à des défis éthiques, tactiques, des situations terribles qui auraient pétrifié la plupart des hommes et les auraient hanté pendant des années. Mais il faisait ses choix, sur le moment, et c'était toujours les bons. C'était incroyable. Et puis, il pouvait aussi sauter comme un surhomme vers un aéronef ennemi en plein vol, faire sortir son pilote à travers le cockpit, prendre les commandes et l'utiliser contre ses propriétaires ! C'est le genre d'exploit dont il était capable.

<<< Le Major avait complètement modifié la définition du terme « servir ». D'après Mendez, c'était cette capacité de prise de décision qui différenciait le Major des autres soldats. Ce qui faisait de lui un meneur. Ce qui faisait de lui un héros. >>>

Ben : Wow…

Mendez : Je suis content que vous écriviez cette histoire, Ben. Il est temps que les Spartans accèdent à la reconnaissance qu'ils méritent. Les gens doivent savoir les sacrifices que le Major et tous les Spartans ont fait pour notre sécurité.

Ben : Vous avez parlé de la personnalité du Major, son intelligence, sa loyauté, mais selon vous, avoir autant de responsabilités, est-ce dur pour lui ? Devoir protéger toute la galaxie, ça semble être un fardeau incroyable.

Mendez : Vous n'avez pas à l'imaginer, une chance pour vous. C'est un véritable fardeau, mais le Major a les épaules solides. Il peut prendre ses décision et faire son travail, et il accomplit ces tâches volontiers et de tout son être. C'est inspirant.

Ben : Oui, c'est incroyable, mais pensez-vous qu'un seul homme devrait posséder autant de pouvoir ?

Mendez : Là, vous voyez ? C'est cette tournure de phrase qui pourrait vous valoir des ennuis. On dirait que vous pensez que je ne pourrais pas répondre avec certitude, ce qui vous rend condescendant. Et rend cette conversation peu plaisante. Vous ne voulez pas ça, n'est-ce pas ?

Ben : Non, non, je–

Mendez : Vous voulez reformuler votre question ?

Ben : Bien sûr, bien sûr, désolé. Je–

<<< À ce moment, la lumière de la salle changea et Sullivan revint à son terminal. >>>

Sully : Ah, nous devons libérer la salle. Désolé pour le dérangement, messieurs, mais nous devons changer d'endroit.

Ben : Ah, je, attendez. Ce que j'aurais dû dire, c'est que, si nous prenons ce genre de décisions–

Sully : Attends Ben, je crois que nous pouvons aller à Jesper 9. On y va maintenant, si vous voulez bien.

Mendez : Très bien.

Ben : Oui, oui, d'accord.

Sully : Ce n'est pas loin.

Mendez : Attendez, messieurs. Il semblerait que je sois appelé ailleurs.

Ben : Pas de souci, je peux attendre.

Mendez : Je suis sûr que Sullivan pourra nous planifier une autre rencontre vers 15 heures 30.

Ben : Bien sûr, merci.

Mendez : Vous feriez mieux de remercier mes Spartans pour ce qu'ils ont fait. La seule raison pour laquelle vous respirez l'air nécessaire pour poser cette question est qu'ils ont fait plus de sacrifices que vous ne pourrez jamais l'imaginer.

<<< Mendez s'éloigna dans le couloir, disparaissant dans une foule d'hommes en noir entrant dans la salle de conférence. Sullivan marchait, concentré sur son terminal. Je le rattrapais. >>>

Ben : Sullivan ! Où est-ce que je devrais aller à 15 heures 30, tu as pu trouver ?

Sully : Voyons voir… Zut, attends.

Ben : Quoi, quoi ?

Sully : On vient de recevoir une demande de rapport.

Ben : Hein, me concernant ?!

Sully : Oui, il faudrait que tu ais envoyé tes premiers travaux pour édition jeudi à 0900 heures.

Ben : Mais attends, je n'ai rien sur moi, tout est chez moi !

Sully : Tu pourras prendre le transport de 17 heures 30. Ça te laissera 24 heures pour leur envoyer tout ça à ton retour.

Ben : Mais je n'ai pas terminé de monter les premiers épisodes !

Sully : C'est de l'éditorial, Ben ! Ça sera leur problème !

Ben : Mais Mendez ?

Sully :+ C'était génial !

Ben : Mais je n'ai pas fini–

Sully : Absolument génial ! L'interview du siècle ! J'adore ! Si tout le reste est du même acabit, ce sera diffusé sur tous les réseaux !

Ben : Je n'ai pas terminé, je peux juste l'attendre ? Sullivan ! Je peux rester et terminer l'interview de Mendez, j'ai du temps !

<<< Sullivan s'arrêta. Il se retourna et vint s'arrêter devant moi. Pour la première fois aujourd'hui, peut-être la toute première fois, en fait, j'eus l'impression que j'avais l'intégralité de son attention. >>>

Sully : Ben. Tu n'as pas le temps. Tu as une deadline et un transport à prendre à 17 heures 30. D'accord ?

<<< À ce moment, j'ai compris que ma conversation avec Thomas Wu sur Waypoint avait peut-être été entendue, finalement. Sullivan redevint lui-même et s'éloigna. >>>

Sully : Vraiment, mec ! C'est génial, et n'oublie pas : une fois l'histoire diffusée, ils seront tous à tes pieds ! Profites-en, tu le mérites !

<<< Voilà la traduction depuis l'ONI : je venais de me faire virer. >>>

IA : Votre passe expirera dans 9 minutes.

<<< Et l'IA venait de me faire comprendre que je n'étais plus le bienvenu. Je m'apprêtais à faire le long voyage retour. 24 heures de voyage en seconde classe semblent longues lorsque vous venez de perdre votre travail. Une fois assis, je voulais seulement dormir. Mais alors que nous décollions, quelque chose me frappa. Ou plutôt quelqu'un. >>>

Ben : Quelqu'un se plaint auprès d'une hôtesse dans la cabine d'à côté. On dirait que c'est son premier voyage hors du système solaire.

<<< Ce genre de voyage vers les colonies extérieures depuis la Terre comportaient tous au moins un type du genre. Un VIP quelconque de la Terre qui se sent obligé de se plaindre des conditions du voyage en sous-espace. >>>

Ben : Cette voix me rappelle quelqu'un… Ça m'a pris un peu de temps, mais je crois reconnaître… Je crois que c'est Jakob Walker !

<<< Jakob Walker ! Le militaire retraité auquel j'avais parlé quelques semaines plus tôt, un type joyeux passant sa retraite sur la plage et ayant fait ses classes avec John. Ça n'avait aucun sens ! Il habitait maintenant sur Saturne ! C'était la dernière personne que je m'attendait à trouver dans un vol quittant la Terre. >>>

Ben : On est en train de décoller, mais je dois en avoir le cœur net.

<<< J'ai décroché ma ceinture et ait remonté le couloir, et en inspectant la cabine, je le vit. Assis, en train d'importuner une hôtesse. Mais il portait un costard-cravate et ses cheveux étaient bien peignés. Il n'avait absolument aucune ressemblance avec le vacancier détendu vu durant l'interview. Je m'introduisait néanmoins. >>>

Jacob Walker : Je n'essaie pas d'être difficile, mais vous ne pouvez pas avoir un air de cette qualité et…

Hôtesse 1 : Monsieur, je suis désolée il n’y a rien que je puisse faire concernant la qualité de l’air.

Ben : Jakob Walker ?

<<< Les couleurs fuirent le visage de l'homme. >>>

Hôtesse 1 : Monsieur, il faut vous asseoir.

Ben : Jakob Walker ?

<<< Si vous pensez que je délirais et embêtait un businessman quelconque, voyez sa réaction lorsque je lui disait qui j'étais. >>>

Ben : Je suis Ben Giraud ! Nous avons parlé il y a quelques semaines !

Walker : Oh… Oui, bien sûr… L'histoire du camp d'entraînement… Oui, je me souviens.

<<< Voilà le Walker dont je me souvenais. >>>

Ben : Vous êtes là pour affaire ?

<<< Walker bredouilla. Il semblait vouloir désespérément fuir, mais il était coincé. >>>

Ben : Qu'est-ce que vous faites ici, sur Terre ?

Walker : Oh, et bien, je voyageait un peu–

Hôtesse 2 : Monsieur ! Nous sommes en vol, veuillez vous asseoir !

Ben : Je croyais que vous étiez retraité !

Walker : Oui, oui, en effet. Mais, Ben, je crois que nous–

Ben : Je croyais que vous habitiez sur la plage ?

Walker : Oui…

Hôtesse 1 : Monsieur, dernier avertissement : allez immédiatement vous asseoir.

Ben : Vous allez attendre un peu ?!

Hôtesse 2 : Non, c'est fini.

Ben : Non, je– Mais, lâchez-moi–

<<< C'est là qu'un membre d'équipage m'endormit. Tout devint noir et ma conversation avec Walker s'arrêta là. Je me réveillais dans le terminal sur ma planète avec un terrible mal de crâne. Une fois chez moi, une mauvaise surprise m'attendait dans ma boîte mail : un ordre de l'Inner Territories Transportation Administration. >>>

Ben : Procès-verbal, Benjamin Giraud, émit par l'ITTA d'après les lois civiles concernant incident en vol. Quoi ? 50 000 crédits d'amende ?

<<< Au moins, l'ONI m'avait bien payé. Je vérifiais l'heure et j'avais 23 heures pour envoyer les fichiers à Sullivan. Ça me laissait du temps pour être un bon chien et suivre les ordres. J'avais été viré, mais je ne voulais pas manquer un prochain travail, je devais juste laisser tout ça derrière moi. Cette histoire serait le problème d'un autre. Je commençais le transfert des fichiers quand je remarquais que mon terminal enregistrait toujours. Il avait tout entendu. Le fichier était lourd. Je l'écoutait du début, où on m'entendait surtout dormir, mais aussi quelques passages dont je ne me souvenais plus. Juste après que les membres de l'équipage se soient occupés de moi. >>>

Walker : Oui…

Hôtesse 1 : Monsieur, dernier avertissement : allez immédiatement vous asseoir.

Ben : Vous allez attendre un peu ?!

Hôtesse 2 : Non, c'est fini.

Ben : Non, je– Mais, lâchez-moi–

<<< C'était le passage avec les sédatifs. Puis il eut ceci. >>>

Agent 1 : On s'en occupe.

Hôtesse 1 : Attendez, quoi ?

Hôtesse 2 : Laisse-les faire leur travail, Carolyn.

Agent 1 : Monsieur Giraud, l'ITTA requiert que vous suiviez toujours les ordres donnés par le personnel de bord.

Ben : Qu'est-ce que… vous m'avez fait…

Agent 1 : Prends ses pieds, je lui injecte la deuxième dose.

<<< Plus de sédatifs ? Pas étonnant que j'ai un tel mal de crâne. >>>

Agent 1 : Tout ira bien, Ben.

<<< Ben. C'est comme ça qu'ils m'appelaient. Je saute vers un autre morceau de l'enregistrement, où ils me transportent dans le terminal lors du changement. >>>

Agent 2 : Ouais, il sera dans les vapes pendant encore 12 bonnes heures. Qu'est-ce qu'il faisait dans ce vol ?

Agent 1 : Aucune idée. L'ordre de non-intersection était de la plus haute priorité. Je n'ai aucune idée de comment ça a pu arriver. Le système n'aurait jamais dû laisser leurs itinéraires.

Agent 2 : Ben… Sully en entendra parler, c'est sûr.

<<< Ils parlaient de moi et Walker, mais pourquoi ? Ils ne voulaient pas que je sache qu'il était sur Terre, mais pourquoi ? Ils m'ont chargé dans la navette, m'ont assis, attaché et fait leurs adieux. >>>

Agent 1 : Bon voyage, Ben. [rires] On y va.

<<< Ben. Comme si ils me connaissaient. Je me repassait l'enregistrement, encore et encore. J'avais passé toute ma carrière au service de ces gens, retouchant des photos, détournant des sujets, réduisant la tragédie de certaines histoires et augmentant le patriotisme d'autres. J'avais toujours pris les histoires qu'ils me donnaient et les redonnaient aux masses ! Et j'étais toujours d'accord avec leurs raison ! Et maintenant, après toutes ces accusations, ces trous béants dans les faits, je devais tout ignorer ?! J'avais toujours joué leur jeu. Je pensais que les principes n’interféreraient jamais, et pourtant. J'avais ma dignité. En écoutant cet enregistrement, comment ils m'avaient simplement jeté, comment ils m'appelaient Ben ! Je vérifiait l'heure. J'avais encore un peu de temps avant d'envoyer les fichiers à Sullivan. J'annulais le transfert. Je voulais prendre ce temps pour moi. Je m'asseyais dans mon fauteuil, devant ce même micro, enregistrais une courte introduction, et envoyait le début mon histoire, la véritable histoire du Major, complète avec ses incohérences, dans toute la galaxie. >>>

Agent 1 : Bon voyage, Ben.

<<< Rejoignez-moi pour le prochain épisode de la Traque de la vérité. >>>



06 : Boxing Story[modifier]

La fin de cet épisode passée au spectrographe révèle l'adresse stolengauntlet.com. Quatre grandes chaînes YouTube anglophones, Halo Follower, ReadyUpLive, ChiefCanuck et Halo Canon annoncèrent également que les fans pouvaient enregistrer jusqu'au 27 avril un court message audio de 15 à 20 secondes sur YouTube où ils jouaient le rôle d'un civil de l'UEG soit supportant Giraud dans son enquête, soit soutenant le Major et contre les agissements de Giraud, soit se désintéressant de la situation et se contentant de se moquer du journaliste. Plusieurs de ces enregistrements furent utilisés durant l'épisode, et une trentaine furent diffusés sur Soundcloud le 7 mai 2015.

With major questions about the Master Chief now out on the open network, a flood of feedback and theories come in from all corners of human space. Rumors spread that ONI has fabricated elaborate lies, but why? What are they covering up? Has the investigation now put everyone’s lives at risk?


Andy Walczak: "It doesn't matter who's lying, or who you think is lying. The Master Chief saved the world and you, you've managed to what? Stir up a couple nuts and get some idiots to call you up? Get real, Giraud. Where do you get off?"

Silas Mogensen: "You are a crusader, my friend."

Gábor Zsolt: "I always thought ONI and the government were fishy as..."

{a jumble of voices play over each other}

Ben Giraud (voice-over): They've been inundating my inbox with messages like these, around the clock, for the past four days. Voices from all corners of inhabited space. A staggering sample size of factual testimonials and a deluge of theories in every shape and color imaginable.

{voice messages continue in the background}

Ben Giraud (voice-over): Earlier this week I released the beginning of my story, the "Hunt for Truth" about the Master Chief, posing a large, messy question to anyone who might listen. And now, even though I wasn't sure how to process all of it, answers were flooding in. I suddenly had direct access to a hive mind that spanned the galaxy. And it was buzzing, loud.

Aden Langereis: "Great work on the show."

Alea Maciejewski: "It's a sick pantomime."

Janet Goodwin: "No one cares!"

Alea Maciejewski: "This has to stop."

{Messages end}

Ben Giraud (voice-over): Before that, though, it had been quiet. Holing myself up in my place as I got the episodes ready, I only talked to two people. Petra called to make sure I'd made it back from ONI in one piece, and I called Ray about the fiasco on my flight. He said he'd start digging into Walker's identity. I didn't tell either of them about my plan. No one knew. After blowing past my deadline to turn in all the files to my employer, I'd been ducking calls from Sully's office, buying time to finish up. Right before I uploaded the story, I was still confident ONI had no idea what was about to happen, when I got one final message. From Michael Sullivan, himself.

Sully's message: "Ben, so uh.... we missed that deadline. Higher-ups weren't happy, you know? They do call them deadlines for a reason, that kind of thing. I told them, "Ben understands how deadlines work." Said you were having a little personal problem. I managed to convince them to extend the deadline until tomorrow. One-time deal. You know, it really seems like the story is at a critical juncture right now and, depending on what happens next, I think some big things could be on the horizon for you. I'm excited. Heh. Anyway, just checkin' one last time. I hope you're doing well, buddy. Talk soon."

Ben Giraud (voice-over): All the thoughts I'd been avoiding, the possibilities of how ONI would deal with this, started creeping up my throat, but I pushed them down. I took all of that extremely sensitive government property, audio that had been narrated with my perspective instead of propaganda, and I uploaded it all onto the open network.

{upload sound}

Ben Giraud (voice-over): Sully's office stopped calling.

{voice messages restart}

Ben Giraud (voice-over): I hadn't heard a familiar voice since. Sitting here, listening to all these messages pour in, I was feeling alone, intermittently terrified and... absolutely thrilled. I'd gone through door number two. And now I needed to make the most of it.

Dmitry Yudin: "Keep up the good work, I support you."

Ben Giraud (voice-over): I'm Benjamin Giraud, and this is Hunt the Truth.

Leckie Tom: "You call the Chief a traitor? You're the traitor, ya mouthy pig! Do the galaxy a favour: sign off for good, strip naked and jettison your treasonous arse out into space! Journalists. Augh! I bloody hate journalists!"

Ben Giraud (voice-over): It was fascinating, and often bewildering, to listen to everyone's theories on the truth. But I'd been way more excited to use all this feedback to figure out the facts, this rat's nest I'd been left with. Message after message confirmed what Ellie had said. Every Outer Colonist who'd heard this story seemed to agree. There were no Insurrectionist abductions in John's city, there was no boxing on John's planet, and yes, glassed planets have bad records. Taken together, all these messages were starting to give me a clearer picture. Between the witness I'd been provided and all the central government records, one thing was clear: ONI was telling an elaborate lie. But why? To cover up what? Listeners had clearly drawn the outlines of this fiction, but the most resonant take-away from all those messages, was something else. A strong indictment of one person. The only person who placed John alive, in Elysium, from the ages of six to thirteen.

Random voice message: "Deon? The boxing coach? He's a liar!" {additional overlapping voice messages join in}

Ellie Bloom: "I didn't even know what boxing was until I moved offworld."

Ben Giraud (voice-over): Ellie had been right again! There was absolutely no boxing on Eridanus II. And if Deon's whole story was fake, and you took it with Gabriella's story, what was the ONI lie? No one has disputed the first six years of the Chief's life yet, so the question I'm left with is, "What really happened to this young man between the ages of six and his first day of boot camp at sixteen?" It was something that ONI wanted to conceal. And I had no idea where to start.

Excerpt from interview with the alleged "Deon Govender": "John was something else..."

Ben Giraud (voice-over): I was struck by something, though. If Deon's entire story had been discredited, that would make him not only a liar, but a terrifyingly good one. I went back and listened to the recordings. I'd been so convinced by his emotion at the time, he had moved me. Even more strangely, now that I knew he wasn't making a single true statement as I listened to him talk, I still found myself believing that he believed what he was saying. It was chilling. Who the hell was this man? And then I heard from others who claimed they knew him.

Random voice message: "Is that that old man that owned Govie's in New Jay? I used to get drunk all the time in front of that place. That guy's crazy."

Random voice message: "Dude! Govie's! That's my cousin's old boxing coach, man!"

Random voice message: "That man was an institution in our neighborhood."

Random voice message: "But then you're up there blasting the guy, like you and that Ellie..."

Random voice message: "So what, his story doesn't make sense? You, you don't know what..."

Random voice message: "He's gotta be like, eight-five years old by now? Feel good about yourself? Jackass."

Ben Giraud (voice-over): Was Deon telling some version of the truth? Had ONI actually gotten a vulnerable man to tell all these lies? And not just tell them, but believe them. Convince him that a fake story about his own life was real? No matter what though, Deon had been completely discredited, and my understanding of the Master Chief's origin story was now in shambles. Maybe, if I focussed on the lies, I could find the truth. So I was putting all my faith in Ray. Thankfully he was already making his way to my place. While I waited for him, I was trying to figure out how the coverup had come to be. And I'd stumbled on some theories.

{door opening}

Giraud: Ray! It's great to see ya! Thanks for coming!

Ben Giraud (voice-over): By the time Ray got there I was pretty worked up. I asked him to hold off on his updates about Walker until I could get him up to speed. I really wanted him to vet what I'd been working on. Listening back now, I realize I didn't even give Ray a chance to talk. I guess after isolating myself for the past several days I'd let my manners slip.

Giraud: You are the best! You are the best, man. Have a seat, okay?

Ray Kurzig: Do you need help?

Ben Giraud (voice-over): Ray was trying to figure out where to sit. Apparently I'd let my housekeeping slide a bit, too.

Giraud: Okay, let me just - this doesn't need to be here. {sound of various items being swept onto the floor}

Giraud: Now, simple question: what do I know about the Chief's origin story?

Kurzig: Ben...

Giraud: It's this. Only two sources put him alive, in Elysium, between the ages of six and his enlistment at sixteen. Deon, and Gabriella Dvorak.

Kurzig: Umm...

Giraud: Deon's been completely discredited, and Gabriella's story requires a rebel labour camp in Elysium City that never existed. So the most convincing thing we've heard about John's childhood is that he died at six.

Ben Giraud (voice-over): That's when I hit Ray with my theories. About who John could be. Why the stories didn't line up. I'd even reverse-engineered my own version of an ONI cover-up, and I hit every last detail.

Giraud: And, you control the journalist, so even if there was a loose thread, no one you'd ever hire would have the slightest idea how to find it in the Outer Colonies.

Ben Giraud (voice-over): In retrospect, they weren't good theories. That had a lot of valid pieces, sure, but they were mostly unprovable. And by sharing them with Ray, I was only adding more confusion to the mix. Ray was extraordinarily patient with me. Sitting there, listening. It all brought me to one crucial, completely unreasonable, research request. At which point, Ray looked like he'd been hit by a tornado.

Giraud: Would it be possible to access the Master Chief's genetic profile and John's parents genetic profiles from medical records and compare the two? Without drawing suspicion?

Kurzig: What!? Ben, I'm - I'm sorry, man, but I really can't help you any more.

Giraud: What? Why?

Kurzig: I just came over to give you this information. Walker totally checks out. Full military records. His enlistment puts him on Reach for boot camp at the same time as John. It all checks out. Gabriella too.

Giraud: But, no-no-no-no-no. But see, they're lying. I mean, everything with Walker on the flight? He's not who he says he is. You heard him, Ray! And Gabriella's been completely invalidated by tonnes of independent actual people who actually live on Elysium. I mean...

Kurzig: Even if that's true, someone has covered up those tracks. I was unable to discredit their identities.

Giraud: Okay, fine. But what about Deon? All the messages, people who knew him? Ray! The real guy! ONI must have completely preyed on some poor senior citizen, and I mean...

Kurzig: Nah, Ben...

Giraud: Wait! {whispers} What is that?

Ben Giraud (voice-over): There was a noise coming from just outside my door. Ray turned pale. My heart started pounding.

Giraud: {whispers} I think somebody's out there.

Ben Giraud (voice-over): Ray was completely frozen. I had no idea what to do. I was debating between turning off the lights and hiding or jumping from the bedroom window when we ran out of time.

{door is kicked in}

Giraud: Oh! Whoa, whoa, whoa, whoa, wait, wait, wait!

Petra Janecek: You crossed the line, Ben!

Giraud: No, wait, wait, Petra! Aah! Aah!

{glass shattering}

Janecek: You didn't think I'd find out?! Huh?!

Giraud: Petra! Augh! Oh! Petra, wait!

Janecek: You recorded me?!

Giraud: What?

Janecek: When I was helping you! Augh! You wormy bastard!

Giraud: Oh. Oh, no, Petra, no, I'm sorry, I didn't even - I didn't even think about it!

Janecek: You didn't even think about it?

Giraud: No, I - I didn't. I didn't. I just uh...

Janecek: So you - you pointed your— Sit down, Ray!

Kurzig: Okay.

Janecek: So basically, you pointed your comm pad at my face and you weren't really thinking about it? Now you know as well as anyone, Ben, that you can use someone's words to destroy them. In that way, isn't your comm pad kind of like a gun? But wait, I have a gun. It's right under my jacket. {pulls revolver} What would you think if I took it out and pointed it at your face?!

Giraud: Please, don't?

Janecek: Would you want me to be concerned about what I did with it?

Giraud: Yes, but Petra...

Janecek: But what if I'm not, Ben? Hm? Maybe I'm just not really thinking about it. I don't really know, maybe I put it away, or maybe I'll UPLOAD AN INCRIMINATING RECORDING TO THE GALAXY!!

Giraud: I'm sorry, okay! I'm sorry.

Janecek: And let me guess: you're recording right now, too, aren't you?

Giraud: Yes, but...

Janecek: You little - gah!

Kurzig: Seriously, Ben?

Giraud: Yes. What do you want me to do?

Kurzig: Not record us? Erase what you have?

Giraud: Okay, but I need it for the story!

Janecek: I should actually kill him.

Giraud: Oh, come on Petra, don't be dramatic.

Janecek: Here's the deal, Ben: I'm going to leave your house now, and I'm going to go home. My gun will stay holstered, but I always have it. If I ever see your face again, I will immediately shoot part of it off. Got it?

Giraud: Petra, I'm sorry, okay? I never should have done that, it was stupid. And you're right, I didn't have the right to record you without asking. I never should have kept either of you in the dark like that. I know.

Janecek: No, Ben, you don't know. You have no idea. You don't see how much of a massive liability you are to every other human being around you. But I told you this already. You're sloppy.

Giraud: Look, I realize I'm a little out my depth here with a lot of the technical stuff, but Ray takes care of that part.

Kurzig: Nope, no I don't.

Giraud: And Mshak told me how to secure my lines. I've got it covered.

Janecek: {sighs} Ben! Ben, Mshak is probably listening to us on your comm pad right now!

Giraud: No, he's not.

Janecek: {clears throat} Mshak? Are you there?

Mshak Moradi: {from comm pad} Hi guys.

Janecek: See?

Giraud: Unbelievable. Mshak, how long have you been listening?

Moradi: Oh, I just hacked in a few weeks ago, you know so I could properly secure the line for you. You do it so wrong. And I just kind of left it open.

Giraud: Well that's comforting. Well, at least we're all here now.

Janecek: We're all here?! What do you think this is, Ben? Is it summer camp or something?

Giraud: No, but we're...

Janecek: Ben, this is real life, and you're poking the hive. I'm leaving.

Kurzig: Yeah, me too.

Giraud: No, no, no, wait a minute! You guys, wait, wait, wait! What else have you been doing that I don't know about Mshak?

Moradi: Oh, just little stuff, mostly. We rerouted some rogue monitoring bots, scrambled some drone surveillance, just little stuff. Oh! I also crossed some flight itineraries so you'd run into that Walker guy.

Giraud: You did that!

Janecek: Wait, hold, hold on. You hacked into ONI and overrode one of their travel protocols?

Moradi: Yup.

Giraud: {laughs} Mshak, you're a beast!

Janecek: Seriously? You're a nudge guy, that's active intervention, why'd you do it?

Moradi: Ahhh, well, I was contacted last week by someone about this whole thing, but before I told you about it I wanted to set up you and Walker, so you could see ONI panic. So you'd have a choice.

Giraud: A choice?

Moradi: I have some professional standards, man. I can't just refer anybody. I have a reputation to maintain.

Janecek: Who contacted you?

Moradi: This contra I've been hearing about for a while but never spoken to. FERO?

Janecek: FERO?

Kurzig: Who's FERO?

Janecek: Okay, well that's definitely my cue to get as far away from you guys as possible. Good luck with your... whatever this is.

Giraud: Petra, come on!

Kurzig: Who's FERO?

Janecek: No, you don't understand. This was already a mess, and now you have no id- {sighs} Right now, at this moment, everyone in this room has a chance to walk away and cut ties. Even you, Ben. Just stop.

Giraud: But what if FERO can help expose what they did to Deon? We don't know yet, it's just...

Kurzig: Ben, I'm leaving. I can't be here. But... I never finished telling you, I looked into Deon, too...

Giraud: And?

Janecek: Wh-Who's Deon?

Giraud: The first guy I interviewed. Sully sent me to him and everything he said, everything he said was wrong. But, like I said Ray, I found out from multiple sources that he was a real guy! So it's...

Kurzig: {interrupting} Yeah! He was...

Giraud: What?

Kurzig: Ben... Deon died seven years ago...

Janecek: What do you mean?

Kurzig: I don't know who you were talking to in that interview, but the boxing coach he was pretending to be is dead.

Ben Giraud (voice-over): That... was a smoking gun. Deon had been a person to me. Right in front me... a real person! This wasn't possible! I was stunned... I... I hardly noticed when Ray bowed out and left.

Kurzig: Do what you want with the recording man, I just...

Giraud: Thanks, Ray. {Ray leaves} They constructed him! He's... wh-who was I talking to?

Janecek: I don't know.

Giraud: Wh-what should I do?

Moradi: Find. The. Proof.

Janecek: No... Ben...

Giraud: No, it's fine. Petra, you should go, too. You're right, you can cut ties, I totally get it and I'll erase this recording too, okay? I promise I won't...

Janecek: {interrupting} Keep the recording, Ben.

Ben Giraud (voice-over): Petra left... and I totally understood. This wasn't her problem, or Ray's either. It never should have been.

Moradi: So... what's happening now?

Giraud: I need to speak to FERO. How do I get in touch with him?

Moradi: Actually, don't worry. She's about to get in touch with you.

Ben Giraud (voice-over): Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



Andy Walczak : On s'en fout de qui ment, ou plutôt de qui vous croyez qu'il ment. Le Major a sauvé le monde et vous… Vous avez fait quoi ?! Vous avez interviewé quelques fous et idiots pour monter votre petite théorie ! Laissez tomber, Giraud, vous en valez pas la peine !

Civil 2 : Vous allez vous faire crucifier…

[Messages mélangés]

<<< Ces messages arrivent sur ma boîte depuis quatre jours sans interruption. Des voix des quatre coins de la galaxie. Un échantillons de témoignages et de théories d'une incroyable variété. Plus tôt cette semaine, j'ai commencé la diffusion de mon histoire, la traque de la vérité sur le Major, posant une question aussi lourde d'implications que d'importance à tous ceux qui voulaient l'entendre. À présent, alors que je n'ai aucune idée de comment les traiter, les réactions déferlent. J'ai un accès direct à un esprit de ruche de la taille de la galaxie, au bourdonnement assourdissant. >>>

[Messages mélangés]

Alea Maciejewski : …Vous devez arrêter !

<<< Mais avant cela, c'était le silence. Cloîtré chez moi en préparation des épisodes, je n'ai parlé qu'à deux personnes. Petra m'a appelé pour savoir si j'étais revenu vivant de ma rencontre avec l'ONI, et j'ai contacté Ray concernant les problèmes sur mon vol. Il m'a dit qu'il creuserait sur l'identité de Walker. Je ne leur ais pas parlé de mon plan. Personne n'en savait rien. Après avoir dépassé la deadline pour le retour des documents à mon employeur, et alors que je terminais mon histoire, je m'attendais à chaque instant à recevoir un appel de Sully. Il est survenu juste avant que je n'uploade l'histoire. J'étais confiant dans l'idée que l'ONI ne s'attendait pas à ce qui s'apprêtait à arriver jusqu'à ce dernier message de Michael Sullivan en personne. >>>

Michael Sullivan : Ben… La deadline est passée. Ça enrage dans le coin, ils appellent ça une dead-line, tu sais. Je leur ais dit « Ben sait ce qu'est une deadline », que tu avais sûrement un problème de ton côté. Je les ai convaincu de te laisser jusqu'à demain, dernière offre. Je crois que ton histoire est à un point critique, et en fonction de ce qui va se passer… Ta vie risque de prendre un tournant décisif. C'est excitant ! Bref… C'était juste pour vérifier une dernière fois. J'espère que tout va bien pour toi. À plus.

<<< Toutes les pensées que j'essayais d'éviter, sur comment l'ONI allait gérer ce qui allait arriver, remontèrent dans ma gorge, mais je les repoussais. J'ai pris ces données extrêmement sensibles du gouvernement, rassemblées sur une piste audio exposant ma propre opinion plutôt que celle de la propagande, et ait tout envoyé sur le réseau public. Le bureau de Sully arrêta d'appeler. Je n'ai pas entendu une seule voix familière depuis. >>>

[Messages mélangés]

<<< Je reste là, à écouter tous ces messages, terriblement seul, terrifié, mais surtout exalté. J'avais pris la porte n°2, et l'ONI allait devoir faire avec. >>>

Civil 4 : Quoi qu'il arrive, je suis de votre côté.

<<< Je suis Benjamin Giraud, et voici la Traque de la vérité. >>>

Leckie Tom : Vous osez appeler le Major un traître ?! C'est vous le traître, sale con ! Faites une faveur à cette galaxie : jetez-vous à poil par un hublot ! Les journalistes… !

<<< C'était fascinant, et souvent enrageant, d'écouter les théories de tout un chacun sur la vérité. Mais j'étais encore plus excité par l'idée d'utiliser tous ces retours pour discerner les faits dans le capharnaüm qui m'avait été donné. De nombreux messages confirmaient ce qu'avait dit Ellie : tous les habitants des colonies extérieures s'accordaient pour dire qu'il n'y avait eu aucun enlèvement dans la ville de John, qu'il n'y avait pas de boxe sur sa planète, et que, oui, les rapports sur les planètes vitrifiés étaient pleins d'erreurs. Rassemblés, ces messages me donnaient une vision d'ensemble : entre les témoins qu'on m'avait fourni et les rapports gouvernementaux, il était clair que l'ONI avait monté un immense mensonge. Mais pourquoi ? Pour cacher quoi ? Les messages avaient définitivement tracés la limite entre fiction et réalité, mais il ressortait surtout qu'une personne en particulier était impliquée, la seule qui avait vu John en vie entre six et treize ans. >>>

Civil 6 : Le type de la boxe ?! Un menteur !

[Messages mélangés]

Civil 7 : Je ne savais même pas ce qu'était la boxe avant de quitter la planète.

<<< Ellie avait de nouveau raison ! Il n'y avait définitivement pas de boxe sur Eridanus II. Si les histoires de Deon et Gabriella étaient fausses, pourquoi un tel mensonge ? Personne n'avait contesté les six premières années de la vie de John, la question était donc : qu'était-il arrivé à John entre ses six ans et son arrivée au camp d'entraînement à seize ans ? L'ONI voulait le cacher et je n'avais aucune idée de par où commencer. >>>

Deon Govender : John était différent…

<<< Quelque chose me dérangeait. Si l'histoire de Deon était discréditée, cela faisait de lui non seulement un menteur, mais un terriblement bon menteur. Je réécoutais son interview. J'avais été tellement touché par ses émotions ! Plus étrange encore : alors que je savais qu'il n'avait pas fait une seule vraie déclaration, j'étais toujours enclin à croire que lui-même était convaincu de son histoire. C'était effrayant. Qui était cet homme ? Alors j'ai commencé à recevoir des messages de gens qui disaient le connaître. >>>

Civil 8 : Ce vieillard ? Il était constamment alcoolisé, un fou !

Civil 9 : Mec ! Govies ?! C'était l'entraîneur de boxe de mon cousin !

Civil 10 : Ce type était une institution dans mon voisinage…

[Messages mélangés]

Civil 11 : …Il doit avoir dans les 85 ans, maintenant. Maintenant, va te faire foutre.

<<< Deon m'avait-il raconté une certaine version de la vérité ? L'ONI avait-ils forcé un vieil homme vulnérable à raconter des mensonges ? L'avaient-ils convaincu qu'une histoire fausse de sa propre vie était réelle ? Quoi qu'il en soit, Deon avait été complètement discrédité et ma vision sur les origines du Major étaient plus floues que jamais. Peut-être qu'en me concentrant sur les mensonges, j'arriverais à trouver la vérité. Alors, je plaçais tous mes espoirs sur Ray. Heureusement, il était déjà en route vers mon appartement. En l'attendant, j'essayais de comprendre où ce coup monté avait commencé. Et les théories ont commencé à me venir. >>>

Benjamin Giraud : Ray ! C'est bon de te voir, merci d'être venu…

<<< Quand Ray arriva, j'étais fatigué. Je voulais lui parler de mes réflexions avant qu'il ne me dise ce qu'il avait trouvé sur Walker. Je voulais qu'il sache ce sur quoi je travaillais. À présent, je réalise que je ne lui avais même pas laissé une chance de parler. Je comprends qu'après plusieurs jours à me morfondre… >>>

Ben : Tu es vraiment le meilleur ! Assieds-toi !

<<< Ray essayait de trouver un endroit où s'asseoir, mon ménage ayant été délaissé. >>>

Ben : Une question simple : que sait-on des origines du Major ?!

Ray Kersig : Ben…

Ben : Voilà : seules deux sources le mentionnent en vie à Elysium entre six et seize ans, Deon et Gabriella Dvorak.

Ray : Euh…

Ben : Deon est discrédité, et l'histoire de Gabriella mentionne un camp d'enfermement à Elysium City qui n'a jamais existé. La seule chose sûre à propos de l'enfance de John est qu'il est mort à six ans.

<<< C'est là que j'ai déroulé ma théorie à Ray. À propos de l'identité de John, de pourquoi les informations ne concordaient pas, j'avais même fait ma propre rétro-ingénierie d'une interview de l'ONI, et j'avais analysé chaque détail. >>>

Ben : … Et tu contrôles les journaliste, comme ça en cas d'incohérence il n'irait pas les chercher dans les colonies extérieures !

<<< Rétrospectivement, ce n'était pas une très bonne théorie. Certaines parties étaient bonnes, mais beaucoup d'autres étaient impossibles à prouver. Et en les racontant à Ray, je ne faisais qu'ajouter à la confusion. Il fut extrêmement patient avec moi. Jusqu'à ce que j'arrive à une requête de recherche complètement déraisonnable et qu'il semble comme frappé par une tornade. >>>

Ben : Est-ce qu'on pourrait accéder au profil génétique des dossiers médicaux du Major et à ceux des parents de John sans attirer l'attention ?

Ray : Hein ?! Ben… Je suis désolé, mais je ne peux plus t'aider.

Ben : Quoi ? Pourquoi ?

Ray : Je suis venu pour te donner ces infos : Walker existe. Quatre rapports militaires, son formulaire d'enrôlement indique la même période que John, … Pareil pour Gabriella, leurs histoires concordent.

Ben : Quoi, quoi, quoi ? Nonnon, impossible ! Le vol ! Tu le sais bien, il joue un rôle ! Et Gabriella a été invalidée par des tonnes de gens qui vivaient à Elysium à ce moment–

Ray : Même si c'est vrai, quelqu'un a dû couvrir ces traces. Je n'ai pas pu discréditer leurs identités.

Ben : OK, d'accord, mais Deon ? Les messages à son propos ! L'ONI a manipulé un pauvre citoyen et je– Attends… C'était quoi ?

<<< Il y avait du bruit de l'autre côté de ma porte. Les couleurs fuirent le visage de Ray, mon cœur se mit à cogner dans ma poitrine. >>>

Ben : Je crois qu'il y a quelqu'un…

<<< Ray était paralysé, je ne savais pas quoi faire entre éteindre les lumières et passer par la fenêtre de la chambre, mais il était trop tard. >>>

Petra Janecek : Espèce de salaud !

Ben : Wow, wow, wow, attends ! Attends, Petra !

[Bruits de combat]

Petra : Tu pensais que je ne verrais rien ?! Tu m'as grillée… !

Ben : Hein ?!

Petra : … Alors que je t'aidais ! Salopard !

Ben : Hein… ? Oh ! Petra, Petra, désolé ! Je n'avais pas pensé que–

Petra : Tu n'y as même pas pensé ?!

Ben : Non, non, je te le jure !

Petra : Tu as– Assis !

Ben : OK…

Petra : Tu as pointé ton compad sur moi et tu n'y as même pas pensé ? Tu sais aussi bien que tout le monde que tu peux utiliser les mots de quelqu'un contre lui, et c'est pour ça que ton compad est semblable à un flingue. Hé, j'en ai un, moi, de flingue ! Juste sous mon gilet ! Et si je le sortais et que je le pointais sur toi ?!

Ben : Non, s'il te plaît…

Petra : Tu voudrais que je réfléchisse à ce que je fais avec ?

Ben : Oui, mais, Petra–

Petra : Et si je ne le fais pas, Ben ? Hein ? Peut-être que je n'ai pas envie ? Peut-être que je vais le ranger… Ou balancer les enregistrements dans toute la galaxie !

Ben : Désolé, d'accord ?!

Petra : Et laisse-moi deviner, tu enregistres en ce moment, pas vrai ?

Ben : Oui.

Petra : Mais quel– !

Ben : Wow, wow !

Ray : Ben, vraiment ?

Ben : Qu'est-ce que vous voulez que je fasse ?

Ray : Ne pas nous enregistrer, supprimer ce que tu as ?

Ben : Oui, mais j'en ai besoin pour l'histoire !

Petra : Je devrais vraiment le tuer.

Ben : N'en fais pas tout un plat, Petra.

Petra : Voilà le marché, Ben : je vais m'en aller et rentrer chez moi. Mon pistolet restera sage, mais si je te revois, je te plombe sans hésiter.

Ben : Petra, je suis désolé. Je n'aurais jamais dû faire ça, c'était idiot de ma part. Tu as raison, je ne devrais pas vous enregistrer sans votre accord, je n'aurais jamais dû vous le cacher, je sais !

Petra : Non, Ben, tu n'as pas l'air de savoir. Tu n'as l'air de comprendre à quel point tu nous met en danger. Je te l'ai déjà dit : tu es hors du coup.

Ben : Je sais que je ne suis plus au point pour l'aspect technique, mais Ray s'en occupe…

Ray : Oh non.

Ben : … Et Mshack s'occupe de sécuriser mes liaisons, tout est sous contrôle.

Petra : Ben… Mshack est sûrement en train de nous écouter sur son compad en ce moment même.

Ben : Mais non…

Petra : Pff… Mshack ? Tu es là ?

Mshak Miradi : Salut les gars !

Petra : Tu vois.

Ben : J'y crois pas ! Mshack, depuis quand tu nous écoutes ?!

Mshak : Oh, tu sais, je me suis infiltré il y a quelques semaines, quand j'ai sécurisé la ligne. J'ai juste laissé la porte déverrouillée…

Ben : Bon… Au moins nous sommes tous là…

Petra : Tous là ? Qu'est-ce que tu crois, Ben, qu'on est en excursion ?

Ben : Non, je–

Petra : C'est la réalité, Ben ! Et tu donnes des coups de pied dans la fourmilière. Je m'en vais.

Ray : Ouais, moi aussi…

Ben : Mais attendez ! Qu'est-ce que vous avez à voir avec Mshack ?

Mshak : Oh, pas grand-chose. Détourner de nœuds de surveillance illégaux, détruire des robots de surveillance, ce genre de choses. Je t'ai aussi arrangé le coup avec Walker.

Ben : Quoi ?!

Petra : Attends, tu t'es infiltré dans les systèmes de l'ONI pour modifier un protocole de voyage ?

Mshak : Yup.

Ben : C'est incroyable !

Petra : Vraiment ? C'est le genre de chose qui pourrait te valoir un débarquement de l'armée dans ton appart', pourquoi avoir fait ça ?

Mshak : Ça m'a été demandé la semaine dernière par quelqu'un d'autre. Je ne peux pas en dire plus, mais le coup de Walker, c'était pour voir la réaction de l'ONI et te montrer que tu avais le choix.

Ben : Un choix ?

Mshak : Je suis un pro avec une réputation à maintenir, je ne pose pas beaucoup de questions sur mes contrats.

Petra : Qui t'as contacté ?

Mshak : J'en avais entendu parler avant : FERO.

Petra : FERO ?

Ray : Qui est FERO ?

Petra : Bon j'en ai ma claque, je vais me tenir le plus loin possible de vous, à plus.

Ben : Petra !

Ray : Qui est FERO ?

Petra : Tu ne comprends rien. C'était déjà un sacré bordel et maintenant– Bon, chaque personne dans cette pièce a sa chance de s'en aller et de ne plus jamais entendre parler de cette affaire, même toi, Ben. Arrêtes les frais.

Ben : Pourquoi ? FERO peut nous aider à mieux comprendre ce qu'ils ont fait à Deon. On ne sait pas–

Ray : Ben. Je m'en vais. Je ne veux pas être mêlé à tout ça, mais je dois te dire que j'ai aussi cherché des infos sur Deon.

Petra : Qui ?

Ben : Un des types que j'ai interviewé. Mais tout ce qu'il a dit était un mensonge. Pourtant toutes mes sources me disent que c'est une personne réelle.

Ray : Était.

Ben : Quoi ?

Ray : Deon est mort il y a sept ans.

Petra : Comment ça ?

Ray : Je n'ai aucune idée d'avec qui tu parlais pour cette interview. Mais la personne à laquelle tu pensais parler est morte.

<<< Ça a été un choc terrible. Deon était une vraie personne pour moi, je l'avais eu devant moi. C'était impossible. J'étais paralysé. J'ai à peine remarqué le départ de Ray. >>>

Ray : Fais ce que tu veux avec mes enregistrement…

Ben : Merci, Ray… Ils l'ont monté… Avec qui ai-je parlé… ?

Petra : Je ne sais pas.

Ben : Qu'est-ce que je dois faire ?!

Mshak : Trouver plus de preuves.

Petra : Non. Ben…

Ben : Ça va. Petra, tu devrais y aller, tu as raison, tu peux laisser tomber tout ça, je comprends, je supprimerais les enregistrements. Je promets que–

Petra : Gardes-les.

<<< Et Petra partit. Je comprenais. Ce n'était pas son problème, ni celui de Ray, et ça n'aurait jamais dû l'être. >>>

Mshak : Bon… On fait quoi ?

Ben : Je dois parler à FERO, je peux le contacter ?

Mshak : T'en fais pas pour ça. Elle te contactera bientôt.

<<< Rejoignez-moi pour le prochain épisode de la Traque de la vérité. >>>




07 : Who’s listening[modifier]

In scanning the slush, Ray makes an interesting discovery. Petrosky returns to tell a terrifying truth about the origins of the Spartan program. And FERO finally surfaces, helping concoct a plan to expose ONI’s ugliest secrets.


Mshak Moradi (voicemail): Hello?
Benjamin Giraud: C'mon, Mshak.
Moradi (voicemail): Ah! If you think this is Mshak, think again! If it was Mshak-
Giraud: What makes him think that these are funny? What makes him think that these are funny? Wait- you- this is what you choose to leave on your phone for- I mean it's not even funny. It's not funny!
Moradi (voicemail): Good luck!
Giraud: Mshak, it's- neither of them are funny!
Giraud (voiceover): It had been three days since the Deon bomb. That friendly old boxing coach I interviewed? The guy who's facts weren't lining up? Turns out he'd been dead for seven years. Who had I spoken to? I had no idea. Whatever we'd thought this cover-up was, it now seemed like something far more sinister. Ray and Petra did the smart thing. They cut ties and left. Mshak was the only one that hadn't bailed.
Giraud: God! You know what?! It's not funny, Mshak!
Giraud (voiceover): Instead, he'd given me a potential break through. Apparently I was about to be contacted by FERO. A mysterious insergent with intimate knowledge of ONI's tactics and buried history. That was the good news. The bad news? I'd heard nothing since. FERO was a no-show, Mshak was AWOL, and I'd spent the past 72 hours listening to these two ridiculous prerecorded messages over and over.
Giraud: Ya' know what?! Who do you think you're outsmarting?! I'm the only human in existence who wants to find you!
Moradi (voicemail): Good luck!
Giraud: (sigh)
Giraud (voiceover): My team had been reduced to this man. In a weird way, I'd been comforted by the idea of Mshak's constant surveillance. I like knowing that at least somebody was out there, even if just to corroborate my existence.
Giraud: Mshak, are you there right now? Are you listening?
Giraud (voiceover): And now, he was gone. I was beginning to worry something had happened to him.
Giraud: Mshak, are you listening?! Just tell me if- if you are!
Moradi (voicemail): Wha- is that you?
Giraud: Mshak?!
Moradi (voicemail): (breathing heavily) I'm so glad you got through.
Giraud: Oh man! Where have you been?!
Moradi (voicemail): So now I can rub it in your face that you're now three whole days behind me!
Giraud: Oh, come on! Oh my God! Oh my God, if I ever get a hold of him I'm gonna kill him.
Giraud (voiceover): I'm Benjamin Giraud, and this is Hunt the Truth.
Ray Kurzig (in call): Hey, Ben. It's Ray. Um, listen... is there any chance we can grab a drink?
Giraud (voiceover): Ok, I was really glad to hear from Ray. With Mshak MIA, my imagination had been running wild. If anything had happened to either of them or Petra, that was on me. So getting this call was a huge relief. But, Ray's never been a "let's grab a drink" kind of guy. I rushed over to meet him at this dank dive bar near his place.
Giraud: So, I'm here with Ray. And, uh, a lot of loud drunk people.
Kurzig: (laughs) Think of all of them as providing cover, allowing us to talk in secret.
Giraud: Exactly, exactly. And Ray is aware I'm recording this.
Kurzig: Yes. I'm trying not to think about it honestly, but-
Giraud: Oh- you- it's fine. So... why'd you hit me up?
Kurzig: Well, my scavenger finally got back to me. He had been waiting on some additional military records on Walker.
Giraud (voiceover): I did not see that coming. I figured Ray would want to stay as far away from the topic of government cover-ups as possible. But if he was talking, I was all ears.
Giraud: And?
Kurzig: All the ONI military records still check out.
Giraud: ONI handles all military records so...
Kurzig: Well, almost all.
Giraud (voiceover): Ray explained that every enlisted soldier has to sign an affidavit that their service was voluntary. That way later on, if some grieving family member tries to claim it was involuntary, ONI is covered. But the office created to handle all those records... is a rubber-stamp joke. Of the roughly two hundred thousand involuntary service claims they've received over the years, they have ruled the exact same way: family loses, ONI wins. Every single time. The process is so automatic, Ray says that when his guy pulled the records, it was the first request the system had received from a human being in fifty years. And Ray was giddy, so I knew he was going to deliver the punchline.
Kurzig: One hundred and eighty days after a soldier's service period ends, the system is supposed to refile the record from active duty to retired.
Giraud: No.
Kurzig: Yes.
Giraud: Walker's records weren't retired.
Kurzig: And they weren't active either.
Giraud: What?
Kurzig: Jakob Walker is the only soldier in the entire military database that is neither active, nor retired.
Giraud: They missed that? How could they miss that?
Kurzig: (laughs)
Giraud: Nobody checks?!
Kurzig: Nope. Nobody but me.
Giraud: (laughs)
Giraud (voiceover): Ray had caught ONI in a major admin snafu. And I guess he was on a role, because what he said next blew my mind. Mild mannered analyst, Ray Kurzig, had used my recording of Walker's voice as a template to scan the slush... for voice matching audio. That was straight up pirate stuff.
Giraud: You what?! Ray.
Kurzig: (laughs)
Giraud: You're an animal right now. Who are you?!
Kurzig: (laughs)
Giraud: (laughs)
Kurzig: Oh, you are gonna love what I found, Ben.
Jakob Walker (commercial): Get ready to take back the road, Ganymede. This is your chance to one of the first on the planet to have your very own Hog.
Giraud: No.
Kurzig: Here is our boy, Jakob, nineteen years ago hawking utility vehicles for some random dealership!
Giraud: Oh my goodness. It's a commercial?
Kurzig: Yeah. He's an actor.
Jakob Walker (commercial): Visit or call a qualified dealer. It's beauty, and the beast.
Giraud: (laughs)
Giraud (voiceover): I couldn't believe it. I was listening to one of the military sources ONI provided me doing a commercial... for a Hog dealer on Ganymede, when records had him stationed on the other side of human space. ONI had completely faked Walker, and Ray had caught the stupid bastards red-handed.
Giraud: That's incredible! (laughs)
Kurzig: (laughs)
Giraud (voiceover): Sitting there, having that drink, all the frustrations and anxiety that had been blaring in my face for weeks... started to fade. We ordered another round. Ray was actually being funny! I don't even think we were talking about the story anymore, and for a little bit, I felt... normal. It didn't last though. Implications were percolating in the back of my mind and it wasn't long until it all came roaring back. If Walker's boot camp stories weren't real, then the fog around the Chief's origins extended beyond his fabricated age sixteen enlistment. How far did it go? Where did the truth even begin? All I knew at this point was who I had to speak to the moment I walked out of that bar. It was the only person that Walker's tale had contradicted, and it was somebody I had totally blown off. I just hoped Anthony Petrosky would take my call.
Anthony Petrosky (in call): (laughs) Oh so now, now you want to hear my story, huh?
Giraud: Yeah. Yeah, hey. Look I owe you an apology.
Petrosky (in call): Mhm.
Giraud: When we spoke, I didn't know what to believe and I...
Petrosky (in call): (sighs)
Giraud: I really should have given you the benefit of the doubt.
Petrosky (in call): Ok, ok, ok, just don't- don't get too weird, alright?
Giraud (voiceover): It was awkward, but after a few minutes, Petrosky eventually started warming up.
Petrosky (in call): I, uh... I've been listening to your story.
Giraud: Really? What do you think?
Petrosky (in call): Well, I mean, ONI's lying. (laughs)
Giraud: (laughs)
Petrosky (in call): It's disgusting, ya' know. They just- they just make up whatever the hell they want like we're all stupid or something, ya' know, like "Oh, where's the problem? Deep space? Well lets just throw a glassed planet at it, toss in some Insurrectionist bad guys and story's good to go", ya' know? It's ridiculous. So ridiculous. All your outer colonies people know, the listeners. Man, they're tearing that crap down. It's great. It's great.
Giraud: Oh, I know.
Giraud (voiceover): I knew exactly what question I had to ask Petrosky, but I didn't want to ask it. If I was being honest, I've been avoiding it my entire career. The Spartan program had a dark, dark cloud around its origins. Civilians had no idea, but soldiers had always whispered about it in the ranks. Even the few scattered details I'd gleaned during my years reporting from the front had been enough to convince me that this was one stone I didn't want to overturn. I was embarrassed to admit I'd just avoided it, but I couldn't avoid it anymore. Anthony would tell me everything. I just had to get the courage to ask and when I did, here's what he said. Petrosky (in call): (sighs) Look, all I heard was rumors but everybody whispers about it. Ya' know, ONI kidnapping little kids, leaving behind decoys to cover their tracks. Those clones... clones that were doomed to get sick and die. And all the families thought they were burying their kids. But really though, their little kids where now government property, kept by ONI, training to be Spartans for years. And then when they're barely like teenagers, they start biologically augmenting them, which is just a fancy way of- of saying they tore the kids to pieces and rebuilt them with tech. Whatever tweaks could give the government tactical advantage. Jesus, man. Survival rate on something like that, it... but- but the kids who did live through it, ya' know, ONI eventually cut them loose just... sent them out the clean up the ugly in the galaxy. Ya' know all top secret: "the Spartans are super-classified so hush, hush soldier." But then the Covenant showed up. Earth got a front row seat and all of a sudden you got people throwing parades for them, kneeling at their feet: the pinnacle of humanity. But they're not human. Nobody really knows what the hell is under those Spartan masks, but sure as hell not a hero. It's not a person, whatever they are... it ain't us.
Giraud (voiceover): That was the story I never wanted to hear. I couldn't prove it. I couldn't report it as more than just rumors, but his story was the only explanation I'd heard since this mess began that actually made sense with the facts and it gave ONI more than enough motive to bury the truth, because the truth was a nightmare. The truth was treason, planned and carried out in the shadows with impunity. When you let those in power operate in the dark for long enough, sometimes the dark creeps in. Without checks and balances, it's in our nature to cut corners in the name of efficiency. Trim off pieces of our humanity a chunk at a time, justifying every cut until eventually all your left with is horror. By coming forward, Anthony had just broken a rigid code of silence. I asked him why.
Giraud (voiceover): Don't- don't you have, like a... a code of conduct or something that you have to follow?
Petrosky (in call): Whose code, huh? ONI's? (chuckles) Yeah, I don't care about that. Look, I don't blame that John kid, Master Chief, whatever the hell they call him. Just did as the masters programmed him to do. Now ONI- ONI that's the boogeyman. Some sadist CPO wants to test out his Spartan toy so he oils it up with the blood of my brothers?! No man, no I'm not keeping quiet for them. Giraud: Aren't you afraid of retaliation?
Petrosky (in call): What are they gonna do? Tell me. What, are they gonna make my life suck? Even more than it does? It's too late. I mean, I understand Ben, you haven't- you haven't seen where I live, what my house is like. But let me just tell you this: you might prefer the shelter. I eat canned proteins, man. I am one missed check away from living on the streets all the damn time. I got, I got this, I got a titanium arm. Huh? Vets' benefits? On this planet, it's a joke. And this is how they repay me for running through their meat grinder for fifteen years, for laying down your life every damn day for them, and you think I owe them some kind of responsibility to be quiet? No, I don't owe them a damn thing, not after what I've been through.
Giraud: Uh, yeah good thanks. I uh- I got to go. I got to go.
Giraud (voiceover): I'm sure this sounds callous of me but as Petrosky described his hardships, I was drifting away. His story had left me dazed. I said I wasn't feeling well; I had to go. He understood.
Petrosky: Alright. I hope it, uh... I hope it helps, ya' know.
Giraud: It did, it did. Thanks.
Giraud (voiceover): I needed to step back and look at the full picture of what ONI had done, but my mind just wouldn't do it. Instead, I was fixated on one odd piece: the doppelgangers made to replace the kidnapped kids. Out of the disgusting quilt Petrosky had laid out, I was stuck imagining the tragic life of one of these clones. They were human, they were created in a lab, altered so their bodies grew painfully fast, their bones stretching by the hour, newborns inflated into six year olds. Someone taught them to walk, to speak. Did their handlers touch them? Did anyone look in their eyes? Did they have names? When it was time, ONI plopped them into some other kid's life, leaving them alone in a dark unfamiliar room in a bed that was probably still warm. In the morning, a family would walk in, strangers who wouldn't even know to explain any of this to them. No one would comfort them, they were completely lost. And then, these small children would begin to die. Breaking, withering away surrounded by confused heartbroken strangers who were powerless to help them, all the doctors making frantic attempts to stop the spreading rot from eating this little terrified person alive. It was all just desperate wailing against the inevitable and they would be forced to endure all of it, because no one knew the truth, that these children had lived in chaos until they died in excruciating pain because someone had designed them to do just that. The nightmare the clones endured was not a byproduct of ONI's plan, the nightmare was the plan. FERO: Did you hear an unpleasant story?
Giraud (voiceover): It was still dark outside when I was awakened by that voice. I live alone and someone was calling me from the shadows. "Ben, come in here." I was petrified. Then I realized it was coming in over one of the networks. My communications system had been hacked. I started recording. FERO was finally here. And apparently, she let herself in.
FERO: Did you listen this time?
Giraud: Yes, I did. I feel like if people knew this story, if we could prove the cover-up, it could really start a fire.
FERO: Maybe, but you only have so much reach. With ONI controlling 90% of communication, that fire may take a while to spread, and we're not sure we have that much time, not with what's coming.
Giraud: What? What's coming?
FERO: The anomalies in deep space, your friend Mshak has been tracking. We don't know what it is yet, but it's getting stronger. Peices are moving up there and we have to move faster.
Giraud: Ok, how?
FERO: There are friendly ears in the UEG, people who have been kept in the dark, many of them with real power, and if they heard your story... they would come down hard.
Giraud: Who are you talking about? Politicians? Wha-wha-who's ONI been keeping in the dark?
FERO: There are high ranking senators who don't know about any of this. You need to tell them. Speak truth to power. Get ONI brass in the same room when you do it so they don't have a chance to spin it, and the senators will be able to blow it all up, right there.
Giraud: Ok, but wh-what am I gonna do? Arrange a round table with ONI chiefs and senate leadership? Even if those people ever where in the same room, they wouldn't invite me over to ambush half of them! I don't see the opportunity.
FERO: We create the opportunity.
Giraud: How?
FERO: By creating panic. We give the public a hard truth: ugly information that ONI can't contain.
Giraud: The cover-up, the Spartan program.
FERO: No, that's what will ignite the senators. The public needs a headline, imminent and explosive. Your story will make waves in the outer colonies, but on Earth and everywhere else, it's too complex and historical to cut out the noise. We don't have time for a slow burn. The public needs to hear a simple message, that we all might be about to die... and that's what we'll give them.
Giraud (voiceover): FERO was a force of nature, and something big was about to happen. It would get sympathetic politicians and ONI leadership all in the same room and set the table for me to lay out my proof, expose the cover up... and blow it all open.
FERO: ONI will be right where you want them, and then I'll open the door. And once your in, you go for the throat.
Giraud (voiceover): Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



Mshak Miradi : Allô ?

Benjamin Giraud : Allez, Mshak...

Mshak : Si vous avez cru que c’était Mshak, j’vous ai eu ! C’était Mshak !

Répondeur : Message reçu il y a : 71 heures.

Ben : Oh mon dieu… Comment a t-il pu croire que c’était marrant ? C'est ça que tu choisis de laisser sur ton répondeur ? Ce n’est même pas drôle ! Mshak, tu n’es même pas drôle ! Ce n’est pas drôle !

Mshak : Bonne chance !

<<< Cela fait trois jours depuis la révélation à propos de Deon. Le gentil entraîneur de boxe que j'avais interviewé et dont le témoignage était faux, il s’avère qu’il était mort depuis 7 ans. À qui ai-je parlé ? Je n’en ai aucune idée. Quoi que cela puisse cacher, ce devait être quelque chose de bien plus sinistre. Ray et Petra ont fait le choix logique : ils ont coupés tout contact. Mshak était le seul qui n’avait pas jeté l'éponge. Il m’a mis sur une bonne piste, apparemment je suis sur le point d'être contacté par FERO, un mystérieux insurgé connaissant bien les tactiques de l’ONI et sont historique secrète. C’était la bonne nouvelle. La mauvaise : aucune nouvelle depuis. FERO ne se montrait pas, Mshak était injoignable, et dans les dernières 72 heures je n'ai fait qu’écouter ces deux ridicules messages préenregistrés, encore et encore. >>>

Ben : Qui va tomber dans le panneau ?! Je suis la seule et unique personne dans l’univers à vouloir te contacter !

Mshak : Bonne chance !

<<< Mon équipe était réduite à cet individu. Étrangement, l'idée que Mshak me surveillait constamment me réconfortait. J’aimais l’idée qu’au moins une personne était là. Ne serait-ce pour me confirmer que je suis en vie. >>>

Mshak : Salut, ça va ? On appelle pour me dire bonjour ? Alors que tu parles à un message enregistré ?! Perdu, idiot !

Répondeur : Appel échoué.

Ben : Mshak, est-ce que tu es là ? Est-ce que tu m'écoutes ?

<<< Et à présent, il était parti. Je commençais à craindre que quelque chose lui soit arrivé. >>>

Ben : Mshak est-ce que tu m'écoutes ? Réponds-moi !

Mshak : [paniqué] Ben, c’est toi ? Je suis content de t’avoir.

Ben : Oh Dieu merci ! Où étais-tu passé ?

Mshak : Pour pouvoir t'annoncer que je me paie ta tête depuis 3 jours !

Ben : Putain, Mshak !

Mshak : Bonne chance !

Répondeur : Appel échoué.

Ben : Si je lui met la main dessus un jour, je le tue !

<<< Je suis Benjamin Giraud et voici la traque de la Vérité. >>>


Ray Kersig : Hey Ben, c’est Ray. Heu, écoute, tu as le temps de boire un verre ?

<<< OK, j’étais très heureux d’avoir des nouvelles de Ray, surtout qu'avec avec Mshak MIA je commençais à perdre la tête. Tout ce qui aurait pu leur arriver, à eux ou Petra, aurait été de ma faute. Cet appel était donc un réel soulagement. Mais Ray n’avait jamais vraiment été le genre de type à inviter quelqu’un boire un verre, quelque chose avait dû le faire sortir de sa tanière. Je le rencontrais donc dans un bar miteux près de chez lui. >>>

Ben : Alors, je suis ici avec Ray et… beaucoup de gens bruyants et ivres.

Ray : Vois-les comme une couverture qui nous permet de parler en secret.

Ben : Exactement ,exactement, et Ray sait que j’enregistre cette conversation.

Ray : Ouais, j’essaie de ne pas y penser honnêtement, mais ça me va.

Ben : Donc…que voulais-tu me dire ?

Ray : Eh bien, mon ami pilleur est finalement revenu vers moi, ils faisait quelques recherches sur les états de service de Walker.

<<< Je ne m’y attendais pas. Je pensais que Ray voulait rester en dehors des magouilles du gouvernement autant que possible, mais il voulait en parler et j’étais tout ouïe. >>>

Ben : Et ?

Ray : Tous les détails correspondent aux témoignages.

Ben : L’ONI détiens tous les dossiers militaires, alors...

Ray : Eh bien, presque tous.

<<< Selon Ray, chaque soldat enrôlé doit signer une attestation de service volontaire. Ainsi, si plus tard un membre de la famille en deuil avançait qu’il n'était pas volontaire, l'ONI avait la preuve du contraire. Mais le bureau créé pour contrôler ce type de fichier, est une vaste plaisanterie. Sur les quelques deux cent mille réclamations de service involontaire reçues au fil des années, toutes ont connu la même issue : les familles perdent et l'ONI gagne, à chaque fois. Le processus est si automatisé selon Ray que quand son gars a retiré le dossier, il s’agissait de la première demande reçue par le système d’un être humain, en 50 ans. Et Ray rayonnait, je savais qu'il s'apprêtait à faire sa révélation. >>>

Ray : 108 jours après que le service d’un soldat se soit terminé, le système est supposé reclasser le dossier de « service actif » à « retraité ».

Ben : Non…

Ray : Si…

Ben : Le dossier de Walker n’était pas classé comme retraité…

Ray : Ni actif…

Ben : Non…

Ray : Jacob Walker est le seul soldat de la base de données militaire qui n’est enregistré ni actif, ni retraité.

Ben : Ils n’ont rien remarqué ? Comment ont-ils pu passer à côté de ça ? Personne ne vérifie ?

Ray : Non… Personne sauf moi !

<<< Ray avait trouvé une faille dans les manipulations bureaucratiques de l'ONI et ce n'était pas terminé, car la suite de la conversation m'a complètement soufflé. Mon vieil ami analyste Ray Kerzig avait utilisé mon enregistrement du témoignage de Walker comme schéma pour scanner le slush à la recherche d'une voix similaire. C'était du travail de pirate ! >>>

Ben : Quoi ?! Ray… Tu es génial ! Qui est en face de moi ?!

Ray : Et tu vas adorer ce que j'ai trouvé, Ben.

Jacob Walker : Prépare-toi à reprendre la route, Ganymède ! C'est l'occasion ou jamais d'être le premier de la planète à recevoir ton propre 'Hog ! Plus de trois tonnes de–

<<< C'était Jacob, il y a 19 ans, en train de vendre un véhicule utilitaire pour une enseigne quelconque ! >>>

Ben : Non… C'est une pub ?

Ray : Ouaip.

Walker : Le nouveau 'Hog 56…

Ray : C'est un acteur.

Walker : Rendez-vous dès maintenant chez votre revendeur participant. C'est la Belle et la Bête.

[Ben et Ray éclatent de rire]

<<< Je ne pouvais pas y croire. J'écoutais la voix d'un soldat considéré par l'ONI comme une source sûre faire une pub pour un revendeur de 'Hog sur Ganymède ! Walker était une pure invention de l'ONI, et Ray avait pris le salaud la main dans le sac. >>>

Ben : C'est incroyable !

<<< À ce moment, assis avec Ray et un verre, toute la frustration et l'anxiété qui m'habitaient ces dernières semaines s'évaporèrent. Nous commandâmes une autre tournée, Ray rigolait, nous ne parlions même plus de l'histoire, et pendant quelques instants je me sentais… normal. Ça n'a malheureusement pas duré. Les implications se formaient dans mon esprit et les inquiétudes revinrent à la charge. Si l'histoire du camp d'entraînement de Walker n'était pas réelle, alors le flou autour de l'origine du Major s'étendait au-delà de son faux enrôlement à seize ans. Jusqu'où tout cela allait-il ? Où commençait la vérité ? Tout ce que je savais en sortant de ce bar, c'était à qui je devais parler : la personne dont le témoignage avait contredit celui de Walker et que j'avais tout simplement ignoré. J'espérais juste que Anthony Petrosky me répondrait. >>>

Anthony Petrosky : Hoho, alors maintenant vous voulez entendre mon histoire.

Ben : Euh, oui. Je… Je vous dois des excuses. Je ne savais pas quoi croire à ce moment, je… J'aurais vraiment dû vous offrir le bénéfice du doute–

Petrosky : OK, ne rendez pas les choses trop bizarres.

<<< C'était dérangeant, mais après quelques minutes Petrosky commença à parler plus naturellement. >>>

Petrosky : J'ai écouté votre histoire.

Ben : Vraiment ? Vous en pensez quoi ?

Petrosky : Et bien… L'ONI ment. [rires] C'est dégoûtant, ils déforment tout ce qu'ils veulent comme ils le veulent. C'est toujours le même problème. Ils suffit de faire une histoire avec une colonie extérieure vitrifiée ou des insurrectionnistes et c'est bon à vendre. C'est ridicule. Les gens des colonies extérieures, les auditeurs, vous avez toute leur attention.

<<< Je savais exactement quelles questions poser à Petrosky, mais je ne voulais pas les poser. Honnêtement, j'avais évité cette question pendant toute ma carrière. Les origines du programme Spartan étaient couvertes d'une brume noire et épaisse. Les civils l'ignoraient mais les soldats en avait toujours parlé à vois basse dans les rangs. Les quelques détails que j'avais pu rassembler durant mes années au front m'avaient convaincu de ne jamais retourner cette pierre pour voir ce qui était caché dessous. C'était difficile de l'admettre. Je l'avais toujours évité, mais je ne pouvais plus le faire. Anthony allait tout me dire. Je devais juste rassembler le courage nécessaire pour demander, et voici ce qu'il me dit. >>>

Petrosky : Écoutez, tout ça ne sont que des rumeurs, mais tout le monde en parle. Que l'ONI kidnappe des enfants et les remplacent par des faux pour couvrir leurs traces, des clones, condamnés à tomber malade et mourir. Les familles pensaient qu'elles enterraient leur enfant. Ils sont encore gamins quand ils deviennent la propriété de l'état, entraînés pendant des années par l'ONI pour devenir des Spartans. Et quand ils sont à peine adolescents, on les augmente biologiquement, une manière de dire qu'ils… qu'ils les charcutent pour les reconstruire avec de nouvelles technologies. N'importe quoi qui puisse donner un avantage tactique au gouvernement. Putain, leur taux de survie était de, quelque chose comme… bref, ceux qui y survivaient, l'ONI les lâchaient, pshh, les envoyaient à l'autre bout de la galaxie pour éliminer ce qui gênait. Tout ça est top secret, « les Spartans sont super-secrets, alors chut, ferme-la, soldat ». Puis les Covenants débarquent. La Terre est au premier rang et d'un coup, tout le monde leur fait des ronds de jambe et s'agenouillent sur leur passage, parce qu'ils sont l'élite de l'humanité. Mais ils ne sont pas humain. Personne ne sait réellement ce qu'ils y a sous leurs masques mais ce ne sont pas des héros, c'est sûr. Ce ne sont pas des gens, je ne sais pas ce qu'ils sont. Mais ils ne sont pas nous.

<<< C'était l'histoire que je ne voulais jamais entendre. Je ne pouvais rien prouver. Je ne pouvais pas publier des rumeurs, mais cette histoire était la seul explication cohérente que j'avais entendu depuis le début de toute cette histoire et elle donnait raison à l'ONI de vouloir l'enterrer. Parce que cette vérité était cauchemardesque. La vérité était traître, planifiée et menée dans l'ombre en toute impunité. Quand vous laissez ce genre de pouvoirs agir dans l'ombre assez longtemps, quelque chose de sombre en prend possession. Sans limites et surveillance, notre nature nous pousse au vice au nom de l'efficacité. À nous débarrasser petit à petit de notre humanité en justifiant chaque pas jusqu'à ce qu'elle ait disparu. En racontant cette histoire, Tony venait de faire voler en éclat une omerta. Je lui ai demandé pourquoi. >>>

Petrosky : Une omerta ? Celle de l'ONI ? Ouais, je m'en fiche. Je n'en veux pas au petit John, le Major, ou comment vous décidez de l'appeler. Il fait ce pour quoi on l'a programmé. Mais l'ONI, l'ONI est le vrai croque-mitaine. Un sous-officier sadique voulait tester ses nouveaux jouets et il les huiles avec le sang de mes camarades ?! Ils peuvent aller se faire foutre.

Ben : Vous n'avez pas peur de représailles ?

Petrosky : Et qu'est-ce qu'ils vont faire. Qu'est-ce qu'ils pourraient faire pour me pourrir la vie encore pire. Impossible de faire pire. C'est trop tard. Je comprends, Ben, vous n’avez pas vu ma maison, là où je vis. Je vous dis juste un truc : vous préféreriez un refuge pour sans-abris. Je bouffe des protéines en boîte, putain. Je suis à un retard de paiement de me retrouver à la rue, constamment. J'ai un bras en titane. Privilèges de vétéran ? C'est de la merde, sur cette planète. Voilà comment ils me remercient pour avoir accepté qu'ils m'envoient à l'abattoir pendant 15 ans. Et vous pensez que je dois leur obéir et fermer ma gueule ? Je ne leur dois rien, pas après ce que j'ai vécu.

Ben : Je… Je vous remercie. Je dois vous laisser.

<<< Je pourrais paraître insensible, mais alors que Petrosky me parlait de ses difficultés, mon esprit était ailleurs. Son histoire m'avait troublé. J'ai dis que je ne me sentais pas bien, que je devais raccrocher. Il comprit. Je devais prendre du recul pour analyser l'ensemble de ce qu'avait fait l'ONI, mais mon esprit s'y refusait. Il se fixait sur une seule chose : les clones des enfants enlevés. Dans la masse d'informations que m'avait transmis Petrosky, je m'imaginais la vie tragique de ces clones. Ils était humains, créés en laboratoire, altérés pour que leurs corps grandissent plus vite, leurs os étirés, des nourrissons gonflés pour paraître avoir six ans. Quelqu'un leur a appris à marcher, à parler. Avaient-ils seulement eu un seul contact physique ? Un seul regard les yeux dans les yeux ? Un nom ? Quand l'ONI les avait envoyé remplacer un autre enfant, en les laissant dans un endroit inconnu et sombre, le lit devait encore être chaud. Au matin, la famille entrerait dans la chambre, des étrangers auxquels ils seraient incapable d'expliquer quoi que ce soit. Personne ne serait là pour les réconforter. Ils seraient perdus, puis commenceraient à mourir. Se brisant, s'affaiblissant petit à petit entourés d'étrangers déboussolés et en pleurs incapables de les aider, de docteurs essayant frénétiquement de stopper ce qui rongeait vivant ces petites personnes terrifiées. C'était une cause perdue dont chacun devrait porter la douleur, car personne ne savait que ces enfants avaient vécu dans le chaos jusqu'à ce qu'ils meurent dans la souffrance, parce qu'ils avaient été conçus ainsi par quelqu'un. Le cauchemar de ces clones n'était pas un effet secondaire du plan de l'ONI, le cauchemar était le plan. >>>

FERO : Tu as entendu toute l'histoire ?

<<< Il faisait nuit lorsque je fus réveillé par cette voix. Je vivais seul et quelqu'un m'appelait dans les ombres. Ben, par ici. J'étais pétrifié. Puis je réalisais qu'elle émanait du réseau, mon système de communication avait été piraté. J'ai commencé à enregistrer. FERO était là. Et elle s'était mise à l'aise. >>>

FERO : Tu as écouté, cette fois ?

Ben : Oui.

<<< Je pensais que si cette histoire était divulguée, un feu d'enfer naîtrait. >>>

FERO : Impossible. L'ONI contrôle 99 % des moyens de communication, ce feu prendrait trop de temps à se propager. Nous n'avons pas ce temps. Quelque chose approche.

Ben : Quoi ? Qu'est-ce qui approche ?

FERO : Les anomalies dans l'espace profond que ton ami Mshak surveille. Nous ignorons encore de ce dont il s'agit, mais ça devient plus fort. Les choses s'agitent au-delà des limites de l'espace contrôlé, et nous devons agir plus vite qu'elles.

Ben : Comment ?

FERO : Il y a des oreilles attentives au sein de l'UEG. Des gens tenus à l'écart des secrets, des gens puissants, qui pourraient renverser la situation si ils venaient à entendre ton histoire.

Ben : De qui parlez-vous ? Des politiciens ? Qui l'ONI tient-elle à l'écart ?

FERO : Il y a des sénateurs puissant qui ne savent rien de ce qui se passe. Tu dois tout leur révéler. Dis-leur la vérité, en face de l'ONI, dans la même pièce pour qu'ils ne puissent pas manipuler l'information et que les sénateurs puissent tout mettre au clair.

Ben : Mais qu'est-ce que je peux faire ? Arranger une réunion entre l'ONI et le sénat ? Si on pouvait faire ça, l'ONI ne m'inviterait jamais à cette réunion, nous n'aurons jamais l'opportunité de faire ça !

FERO : Nous créerons l'opportunité.

Ben : Comment ?!

FERO : Par la panique. Nous donnons au public une vérité brutale. Une information tellement révoltante que l'ONI sera incapable de la contrôler

Ben : Quoi ? La vérité sur le programme Spartan–

FERO : Non. Pour attirer l'attention des sénateurs, le public a besoin d'une information récente et explosive. Le public doit créer une vague touchant aussi bien les colonies extérieures que la Terre, si c'est trop complexe ils manipuleront les faits et nous n'avons pas le temps pour un feu lent, le public a besoin d'un message simple : que nous sommes tous en danger de mort. Et c'est ce que nous lui donneront.

<<< FERO était une force de la nature. Quelque chose d'immense s'apprêtait à arriver, qui allait mener l'ONI et les principaux politiciens à se rencontrer dans la même pièce pour que je puisse leur révéler la vérité. >>>

FERO : L'ONI sait que tu es une menace, mais je me chargerais d'ouvrir les portes. Et quand tu y seras… Saute-leur à la gorge.

<<< Rejoignez-moi pour le prochain épisode de la traque de la Vérité. >>>



08 : Drip, drip, drip[modifier]

FERO drops a bomb that ripples throughout human-occupied space, calling the Master Chief’s allegiances into question. Did the Master Chief do that? Or are there more nefarious elements at play?


PETRA [MESSAGE]: Ben, what the hell have you done? Do you have any idea how much insanity this is causing? I can’t even- What are you doing?

ASSISTANT [MESSAGE]: It’s live feeds from-

PETRA [MESSAGE]: I know what they are. Why are you putting them in my face PULL THE REPORT!

ASSISTANT [MESSAGE]: I just thought that-

PETRA [MESSAGE]: BEN, hold on, I have to fire an idiot for cause.

This was the first I’d heard from Petra in a while.

PETRA [MESSAGE]: Ben. Get your ass out of bed and call me now!

And judging by the messages she’d left me overnight, something major was happening. I hit her back right away.

PETRA: Well, Ben, congratulations, you now have us all fully engulfed in flames, would you like to explain why?

BEN: Uhhh….

I had no clue what was happening.

PETRA: Any time today, Ben.

Petra picked up on that.

PETRA: Ughn. You didn’t do this.

BEN: I… what are we even…

PETRA: I don’t have time for this. Check your feed, call me back.

I did what she said, and the feed hit me with a tsunami of information unlike anything I’d ever seen. Every journalism outlet, every social hub—seemingly every person alive—was buzzing about the same thing: “the leak.” The leak. It had hit the open network overnight, and it was all about the Master Chief. I didn’t understand. As far as the public was concerned, reports of Spartan activity had almost always been categorically unknowable. And now he was front-page fodder?

I skimmed the stories frantically, saw the same tags popping up over and over: “Collusion with the enemy”, “Civilian casualties”, “Abducting a hero”, “Assassinating an icon”….

BEN: Oh no. Oh my God… What the hell… What? ?he hell is going on?

The Master Chief did that? Those were just the facts reported by journalists.

The opinions of the public, were far scarier, like missiles firing wildly in all directions, from every corner of inhabited space. This leak about the Master Chief, whatever it said, had already begun deeply dividing people, sending ideologues on both sides scrambling to gain the moral high ground.

I needed to see the source material. It didn’t take long to find. Everyone had the same file: a suppressed incident report from an embassy from the outskirts that had already been viewed almost a half-billion times.

What it said was perfectly clear. Ten days ago, in the Outer Colonies, the Chief had suddenly appeared in the middle of a densely populated city at a regional embassy, where inside, long-awaited peace talks between human and alien delegates were on the cusp of a historic agreement.

The Chief stormed in and instantly killed the bodyguard of Outer Colonies Ambassador Richard Sekibo, starting a firefight that would claim nineteen human lives. He abducted the ambassador and blasted an escape path through security personnel, mowing them down with extreme prejudice, as he escorted the alien delegation to safety? Once aboard his waiting evac ship, they fled the planet, leaving years of diplomatic work in ruins. The next day, local officials picked up a signal beacon that led them to a nearby field. There, they found the architect of the talks, revered peace activist, Richard Sekibo, last seen in the Chief’s custody, lying dead, in the grass.

I’m Ben Giraud, and this is Hunt the Truth.

BEN: Petra, what is happening?

PETRA: I don’t know, but I’ve been fact-checking for seven hours, and it looks bad. The Earth hacks are calling him “The fallen Spartan.” Bastards.

BEN: Wait- wait, you think this might actually be true?

PETRA: Just tell me now—was this FERO? Did she do this?

I told her I didn’t know, which was technically true—but it was a cop-out. Of course it was FERO. But why? It didn’t make sense, why smear the Chief like this? After everything he’d done to save our asses, after everything ONI had done to him? Over the years, he’d faced unimaginable catastrophes—we had no idea how many lives had hung in the balance. ONI kept us all in the dark. But whether the Chief had always made the right call or not wasn’t the issue. He should never have had to shoulder all that weight. But now, he was shouldering all the blame. It wasn’t right. As Petra relayed what some of the talking heads were saying about the Chief on Earth, I started getting downright pissed.

[WAYPOINT GLITCHING, SHUTTING DOWN]

Then she was gone. Waypoint was gone. My COM pad, everything, gone. AUTOMATED VOICE: Your quadrant is experiencing unusually high volume. On-site diagnostics are required. Would you like me to schedule an appointment?

BEN: YES.

AUTOMATED VOICE: First availability is in 12 days at 3 PM. Would you like me to schedule this appointment?

BEN: This is a joke.

AUTOMATED VOICE: I’m sorry, I did not get that. Would you like me to schedule this-

BEN: YES!

AUTOMATED VOICE: Appointment scheduled. All services disabled. Goodbye.

BEN: No, do- Mother-!

They were cutting my communications off for twelve days? This was no quadrant failure. ONI was trying to shut me down, and of course, they were doing it quietly. Mshak’s security hacks had been keeping me a step ahead of them for the most part, but I didn’t have time for this—I had to find out if we were actually stirring things up. I needed to find Mshak, and to do that, I needed a safe place with secure working coms. So I packed some essentials and headed out, taking back routes, dodging surveillance. Moving my workspace to an undisclosed location was a precaution I’d been needing to take anyway—ONI’s latest move had just gotten me to pull the trigger. When I got where I was going, my contact helped me set up shop. And once I was live, this was the message that was waiting for me.

MSHAK [MESSAGE]: Bento Box! Lovin’ what you did with the story, man. Really great pacing. But that last episode? Wasn’t the same. Just missing a certain, I don’t know… “me” element. HA! Anyway, I’m around… gimme a call.

After disappearing for eight days, Mshak Moradi was just calling to say hi. He was the most frustrating human being I’d ever met.

MSHAK: Benajin!

BEN: Mshak, I was certain you were dead, I mean-

MSHAK: Uh, you were wrong….

BEN: Mshak…. Where in the hell have you been?

MSHAK: Ben, listen, I’m sorry, super-sorry. But I had to go dark. I had to disappear.

BEN: Okay but- why?

I asked him if it had something to do with the disturbances he’d been tracking in the outskirts. He said no.

MSHAK: It was this other thing I was checking on for you. I don’t know anything for sure yet, but I will soon.

BEN: Fine, but listen. I realize you operate in a den of secrets, but you could’ve at least warned me before disappearing. I mean, right?

MSHAK: No. Not really. It’s true. I operate in a very mysterious den of secrets, but this mission was on a level three stories below the sub-floor of the secondary basement of my den of secrets. I shouldn’t even be thinking about it. Just believe me. You not knowing was the only way.

Thankfully, Mshak laid off the riddles for a bit, segueing into news from the outskirts. My last episode was having an effect. People were listening, taking it to heart—and they were pissed. The kidnappings, the military-grade augmentations… Unless they were looking for somewhere to bury the truth, ONI seemingly had no regard for the Outer Colonies.

This was an old ache for these people. Back when their survivalist spirit was bordering on independence, ONI had given the Outer Colonies their full attention. They pulled out all the stops to crush the oppressive insurrectionists—no one was shedding tears over that. But then, when the Covenant showed up and started glassing their planets to genocidal hell, the Outer Colonies were widely left to fend for themselves. It was this principle of selective intervention that had never sat well. But where my story had started to reheat that unrest in the Outer Colonies, last night’s leak had brought it to a boil.

MSHAK: So the idea is the Chief went into berserker mode, right? That drip drip drip has a very different effect depending on where you live. All those herbivorous babies on Earth think they deserve their own dedicated Spartan Messiah—like he’s gonna camp out on the Moon, waiting to kill aliens or karate-chop meteorites to keep them safe. So the word “rogue”… panics them.

But Mshak says it wasn’t like that in the Outer Colonies. Whether the embassy story was true or not, the way they saw it, the Chief wasn’t the problem. ONI was using him the same way the UEG had always used them; for utility—when useful— but always disposable.

MSHAK: Sure, nobody really wants a seven-foot tall murder machine with mad skills showing up in their neighborhood. But in the Outer Colonies, ONI is still the real monster.

My fury at Mshak had subsided. I was glad he was back. If I was going to pull off confronting ONI and exposing everything to the senators, I needed as much ammo as possible, and luckily, he was on the same page. After hearing my interview with Petrosky, he’d buried his face in the slush, curating decades of data and the research of his nutjob predecessors, compiling sort of a “greatest hits” of ONI’s atrocities.

He pushed me a scatter graph of every case of exotic pediatric auto-immune disorders for the first few decades of the century. Any kid who had a disease like John’s. After some variable-tweaking, a galactic map of human space popped up, decorated with clusters of dots, one for each sick kid. He told me I was looking at a reasonably accurate representation of where every single defective clone ONI planted had died.

BEN: Wow.

MSHAK: “Wow,” he says. Of course, wow! But you’re about to turn into a wow when you see this.

He overlaid the graph on a map that showed the distribution of human population. He asked me what I noticed.

BEN: It’s not random.

MSHAK: “It’s not random”? Ben, never be a statistics professor. This is the opposite of random, ok? For their SPARTAN abductions, ONI heavily favored the Outer Colonies. It was like their favorite candy store, except instead of candy, they were scooping up child soldiers.

BEN: Because it’s easier to cover your tracks out there….

MSHAK: Yeah. And you could easily make the argument that these children’s lives were assigned a much lower value than, say, those of Earth kids or kids from Mars. Genetically, they’ll be no worse than Inner Colony specimens—But as for the human cost? Outer Colonies kids just spend easier.

I’m not sure if the data was going to be conclusive enough for the senators, but the implication was certainly heinous enough. The whole point of abducting kids in the first place was to create super-soldiers for crushing the insurrection. That was the original mandate of the SPARTAN program. But in their secret child-poaching, ONI had favored the very same parts of Outer Colonies they were targeting for that military campaign.

So years later, when the Spartans landed their bloody anti-insurrectionist campaign in the Outer Colonies, many of those Spartans were simply the harvested children of those communities coming home. But these native sons weren’t fighting for their homeland. They weren’t there to protect their families. They were carrying out the political agenda of ONI, serving the very government that had violated their families and torn them from their childhoods. As far as the “not in my backyard” philosophy goes, this was double-dipping by ONI—enough to incite pure rage. But Mshak had been working on something else too.

MSHAK: I’ve been tracking old police scanner data, pulling it together for your big whistle-blow. It makes a pretty gnarly case….

BEN: Okay….

MSHAK: Did you ever wonder what would happen if one of ONI’s doomed-to-die clones, didn’t die?

I hadn’t considered that possibility. But it was chilling.

BEN: What happened to them?

MSHAK: It’s not what happened to them. It’s what happened to the people they’d been made to replace. Two soldiers ran into a perfect copy of themselves. Think about it: you’re secretly plucked from your childhood bed, thrown into a totally different life. And now, years later, you meet a mirror-image of yourself, someone who got to keep living your life. I mean, they’d probably seem to be more you than you. Two records I’ve found. Two soldiers. Both... suicides.

A story like that would be hard to listen to, but-

BEN: That’s horrible…

It would also be hard to ignore.

BEN: Please try to get me that.

I just hoped FERO would know how to reach me.

MSHAK: Don’t worry, she’ll find you. Probably soon, but, y’know, who knows? Her mysterious den of secrets is like under the planetary crust. Just keep me posted. Whenever you guys penetrate the dragon’s lair and explode your truth serum, I’ll be standing by to track the ripples.

BEN: Thanks Mshak…

I was having trouble falling asleep in my new workspace the next time I heard a voice calling me in the dark. This time though, FERO sounded human.

FERO: Are you enjoying the show?

BEN: No, actually, I’m not. After everything ONI’s done, people are calling for the Chief’s head-

FERO: The infection goes to the core, Ben. When you cut all the way in to extract it, you can’t always control what sprays out.

BEN: But you’re the one spraying it. You chose to smear the Chief.

FERO: I’m not smearing anyone. Everything I leaked was real and true.

BEN: But we don’t know the whole story, and the implications of this story are the-

FERO: The only implication is that an aging Spartan may be going off the rails. And sadly, it may be true. Your story set the table for that. When you break children to make warriors, you take the risk of burying psychological damage deep in your soldiers. And for critical decision-makers, that’s a liability. I don’t know what motivated the Chief to shoot up that embassy and I don’t know what he’s doing now, but he is off-leash—he is proving the liability. All I did was expose it by peeling back the very layers of ONI secrecy under which that liability was born and allowed to fester.

I didn’t know what to say. This felt all wrong to me.

FERO: Ben, the Chief is the savior of humanity. I know that. The true patriots know it too. This is the painful part—right now, the Chief is being chopped down, but he will be vindicated. This is how we puncture to the core. By sacrificing the Chief in the short-term, we’ve opened a deep hole, and when the bleeding slows, it’s ONI’s exposed nerve that will get all the cold scrutiny.

BEN: It’s just hard hearing what they say about him. And people are going nuts, I mean, a lot of Inner Colonists are actually denouncing him.

FERO: They’re terrified.

BEN: And the anger in the Outer Colonies seems to be turning ugly fast. You see that, right?

FERO: The blood of their hero is spraying in their face. This is exactly what we need. This is the chaos I said would happen.

BEN: I guess I just didn’t think it would be like this.

FERO: Chaos has a high price, Ben. But the pieces are moving…. Our opportunity has arrived.

FERO told me that as of this morning, the meeting had been scheduled. Personnel were already en route to Earth, and in a few days’ time, ONI brass would be testifying in front of high-ranking UEG Senators in closed sessions. FERO was going to hack in, and get me a direct, unbroken feed, so that I could lay out ONI’s ugly secrets to a handful of the most senior lawmakers in the land. I had to prepare fast. I was anxious that there wasn’t enough time to make Mshak’s data convincing enough, but FERO gave me an idea that could amp up the persuasion. She listened in as I made the call.

BEN: Anthony?

PETROSKY: Hey, man, how you doin’.

I just laid it right out there.

BEN: Do you wanna help bring down ONI?

He didn’t respond. I started to get nervous. But then he spoke up.

PETROSKY: You bet your ass I do. Whaddyou need from me?

Petrosky was in. I gave him marching orders and hung up.

FERO: I’m so happy to hear that.

FERO seemed pleased. Things seemed to be falling into place.

BEN: So, that’s your real voice?

FERO: For the most part. Just off enough to be untraceable.

BEN: So, why’d you switch it up? What happened to the scary voice?

FERO: Well, we’re about to go somewhere scary. I wanted you to feel like you knew who would be fighting at your side.

BEN: I appreciate that.

I couldn’t believe we were really going to do this, but I was lit up and ready to go.

FERO: Ben… I wanted to give you a heads-up. There’s still one more leak coming.

BEN: What do you mean?

FERO: It’s icing on the cake. Just to keep the pieces in motion.

BEN: Okay. Okay, what is it? When’s it hitting?

FERO: It just did.

I pulled up my public feed. It took a moment. And then it hit. Security video from the Outer Colonies Regional Embassy.

SEKIBO [RECORDING]: We stand together, now, affirmed-

[EXPLOSIONS AND GUNFIRE BREAK OUT IN RECORDING]

BEN: FERO…

FERO was already gone.

BEN: ...is this real?

But her latest leak was live. Right now, millions of people, across occupied space, were all watching the same thing: Master Chief Petty Officer, Spartan-117, seemingly unprovoked, waging a brutal assault against the peace consulate on Biko.

Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



Petra Janecek : Ben, qu'est-ce que tu as fait ?! Tu te rend compte du bordel que t'as mis ?! Je ne peux même pas–

Petra : [parle à quelqu'un en fond] Tu fais quoi ?! Je sais ce que c’est, pourquoi tu me montres ça ?! Donne-moi le rapport !

Petra : Ben, je te recontacte, je dois virer un idiot. Et pour une bonne raison !

<<< C’était la première fois que j’entendais Petra depuis un moment. >>>

Petra : Ben, sors ton cul du lit et appelle-moi. Maintenant !

<<< À en juger par le message qu’elle m’avait laissé pendant la nuit, quelque chose d’important était en train de se passer. Je l’ai rappelée directement. >>>

Petra : Eh bien Ben, mes félicitations. Tu nous a tous plongé jusqu'au cou dans les flammes. Tu voudrais bien nous expliquer pourquoi ?

Benjamin Giraud : Euh…

<<< Je n’avais aucune idée de ce qui ce passait. Et Petra le remarqua. >>>

Petra : Oh, ce n’est pas toi qui as fait ça.

Ben : Qu-quoi ? De quoi sommes-nous–

Petra : Je n’ai pas le temps pour ça, regarde ton fil d’actualités et rappelle moi.

<<< Je fis ce qu’elle disait. Et le fil me frappa d'une immense vague d’informations, d'une ampleur jamais vue. Chaque journaliste, chaque moyen de communication, chaque réseau social, en fait presque toute personne en vie parlait de la même chose : la fuite. La fuite ! Elle avait frappé le réseau pendant la nuit et concernait le Major. Je ne comprenais pas. Les civils avaient toujours été tenus à l'écart des activités des Spartans. Et maintenant c’était en une de chaque journal ? Je survolais l’histoire frénétiquement. Je voyais les mêmes références ressortir à chaque fois : complicité avec l’ennemi, pertes civiles, enlèvement d’un héros. L’assassinat d’une icône. >>>

Ben : Oh mon dieu, non… Quoi ?! C’est le Major qui a fait ça ? Il se passe quoi ?!

<<< Ces informations étaient des faits rapportés par des journalistes. L’opinion publique était beaucoup plus effrayante. Tels des missiles partant dans tous les recoins habités de l’espace. Cette fuite, quoi qu'elle dise, avait commencé à diviser les gens. Les deux camps tentaient de prendre le dessus en échangeant des hypothèses. J’avais besoin de voire la source originelle. Cela ne me prit pas longtemps. Tout le monde avait le même fichier : un rapport d’incident effacé concernant une ambassade aux limites de l'espace habité, visionné environ un milliard et demi de fois. Ce que ce rapport disait était parfaitement clair : il y a 10 jours de cela, dans les colonies extérieures, le Major était subitement apparu, au beau milieu d’une ville densément peuplée, dans une ambassade régionale. À l’intérieur se déroulaient des pourparlers très attendus entre délégués humains et aliens, la dernière ligne droite vers un accord historique. Le Major entra en force et tua instantanément le garde du corps de l’ambassadeur des colonies extérieures Richard Sekibo, engageant un échange de tir qui provoqua la mort de 19 personnes. Il enleva l’ambassadeur et se fraya dans le sang un chemin à travers le personnel de sécurité, les abattants tous un par un alors qu’il escortait la délégation alien en sécurité ? Une fois à bord de leur moyen d’extraction, ils s’échappèrent de la planète, laissant derrière eux des années de travail diplomatique en ruines. Le lendemain, les représentants légaux locaux perçurent un signal de détresse dans un champ à proximité. À cet endroit, ils trouvèrent l'architecte des pourparlers, le noble activiste pacifiste Richard Sekibo, vu pour la dernière fois aux mains du Major, mort, allongé dans l’herbe.

Je suis Benjamin Giraud, et voici la traque de la Vérité.>>>

Ben : Petra ! Qu'est-ce qui se passe ?

Petra : Je ne sais pas, mais je suis en train d’analyser les faits depuis 7 heures et ça ne sent pas bon. Les complotistes l'appellent déjà : « le Spartan déchu ».

Ben : Attends, tu penses que tout ça s'est vraiment passé ?

Petra : Dis-le moi, maintenant : c’était FERO ? Tu as fait ça ?

Ben : Non, je ne sais pas, je ne pense pas que…

<<< Je lui disais que je ne savais pas, ce qui était techniquement vrai, mais c’était l'évidence même. Bien sûr que c’était FERO. Mais pourquoi ? Cela n’avait aucun sens. Pourquoi traîner le Major dans la boue comme ça ? Après tout ce qu’il avait fait pour nous ? Après tout ce que l’ONI lui avait fait ? Au fil des années, il avait affronté de terribles situations. Il était impossible de dénombrer le nombre de vies en jeu. L'ONI nous avait tous gardé dans le noir. Mais peu importe que le Major ait toujours fait les bons choix ou non, ce n’était pas le problème. Il n’aurait jamais dû supporter toutes ces responsabilités. Il supporterait maintenant toutes les fautes. Ce n’était pas juste. Alors que Petra essayait de rentrer en contact avec certaines huiles pour savoir ce qu’ils disaient de Major sur Terre, je commençais à me sentir vraiment dégoutté. Puis Petra disparut avec Waypoint, mon terminal, tout… >>>

Technicien : Votre réseau rencontre actuellement un problème. Un diagnostic sur site immédiat est requis. Voulez-vous que je fixe une date ?

Ben : Oui !

Technicien : Le premier rendez-vous possible est disponible dans 12 jours à 15 heures. Voulez-vous que je fixe cette date ?

Ben : Mon dieu, c’est une blague ?

Technicien : Je suis désolé, mais je n’ai pas compris votre dernière réponse. Voulez-vous que je fixe cette–

Ben : Oui !

Technicien : Rendez-vous fixé. Tous les services vont être désactivés. Bonne journée.

Ben : Non ! Ne faites pas ça !

<<< Ils me coupaient les communications pour 12 jours. Ce n’était pas un problème de réseau. L’ONI essayait de me mettre hors course. Et bien sûr, ils le faisaient discrètement. Les piratage de sécurité de Mshak m’avaient permis d’avoir une longueur d’avance la plupart du temps, mais je n’avais plus le temps pour ça. Il fallait que je sache si les choses allaient s’accélérer. Je devais trouver Mshak et pour ça, il fallait que je trouve un endroit sûr avec une connexion valide et sécurisée. J’emballais donc quelques affaires et je partais. Je prenais des chemins détournés, évitais la surveillance. J’avais de toutes façons besoin de changer de lieu de travail pour une destination inconnue, par précaution. Le dernier coup de l’ONI m’obligeait juste à le faire plus rapidement. Alors que j’arrivais, mon contact m'installa et une fois en ligne, un message m’attendait. >>>

Mshak Miradi : Bendobox. J’adore ce que t’a fait avec l’histoire, mec ! Narration au poil. Mais dans la dernière partie, il y avait un je ne sais quoi… Un truc… Ah oui, moi ! Ha ! Bon, appelle-moi.

<<< Après avoir disparu pour 8 jours, Mshak Moradi m'appelait pour dire bonjour. C’est la personne la plus frustrante que j’aie jamais rencontrée. >>>

Mshak : Benmajin !

Ben : Mshak, je te croyais mort, mec ! Vu que je ne pouvais pas t’a–

Mshak : Euh, t’avais faux.

Ben : Mshak, tu foutais quoi ?

Mshak : Ben écoute, je suis désolé, vraiment désolé, mais il fallait que je passe dans l’ombre. Il fallait que je disparaisse.

Ben : OK, mais pourquoi ?

<<< Je lui demandais si cela avait quelque chose à voir avec les perturbations qu’il traquait aux limites de la galaxie et il me répondit que non. >>>

Mshak : Tu sais, cet autre truc que je traquais pour toi ? Je ne suis encore sûr de rien, mais je le saurais bientôt.

Ben : OK, cool, je sais que ton milieu c'est le secret, mais tu aurais au moins pu me prévenir avant de disparaître, non ?

Mshak : Non, pas vraiment. C’est vrai, je travaille dans les secrets mais cette mission était trois niveaux en dessous du sous-sol de la deuxième cave de ma tonne de secrets. Je ne devrais même pas y penser ! Crois-moi, le fait que tu ne le sache pas était le seul moyen.

<<< Heureusement Mshak fini par arrêter les énigmes pour un moment et commença à me parler des nouveautés. Le dernier épisode portait ses fruits. Les gens écoutaient. Ils prenaient tout à cœur, et étaient énervés. L’enlèvement, les améliorations physiques. À moins qu’ils cherchent quelqu’un pour enterrer la vérité, l’ONI n’avait aucune forme d’intérêt pour les colonies extérieures. C’était une vieille rancœur pour ces personnes. À l’époque où l’esprit survivaliste côtoyait l’indépendance, l’ONI avait donné à ces personnes toute son attention. Ils utilisèrent tous leurs moyens pour détruire l’oppression insurrectionnelle. Personne n’y voyait rien à redire mais lorsque les Covenants étaient apparus et commencèrent à vitrifier les colonies extérieures, ces mêmes colonies se retrouvèrent à devoir se défendre elles-même. C’était ce principe d'intervention sélective qui n’avait pas plu. Mais là où mon histoire avait commencé à réveiller ces anciennes haines dans les colonies extérieures, la fuite d'hier les avaient portées à ébullition. >>>

Mshak : Alors le Major est passé en mode berzerk ? Ce goutte à goutte a un effet vraiment différent selon les endroits. Tous ces ignobles bébés pensant qu’ils méritent leur propre Spartan. Comme si il allait se diriger vers la lune, à attendre pour tuer des aliens, laissant les médias faire croire qu’il les protège. Alors dès qu'ils entendent « rebelle », c'est la panique.

<<< Mais Mshak dit que cela ne se passait pas ainsi dans les colonies extérieures. Peu importe si l’histoire était vraie ou pas, au vue de leur façon de penser, ce n’était pas le Major problème. L’ONI l’utilisait, de la même façon que l’UEG les avaient tous utilisés. Comme des éléments utiles un temps, mais toujours jetables. >>>

Mshak : Bien entendu, personne ne veux entendre parler d’une machine à tuer avec des talents fous traînant dans le voisinage. Mais dans les colonies extérieures, l’ONI est toujours le vrai monstre.

<<< Selon moi, Mshak s'était calmé. J’étais content qu’il soit de retour. Si j’allais confronter l’ONI et exposer tout cela aux sénateurs, il fallait que j’aie autant de munitions que possible et heureusement nous étions sur la même longueur d’onde. Après avoir entendu mon interview avec Petrosky, il replongea tête la première dans le slush. Fouillant des années de données et les recherches de ses anciens prédécesseurs fous, compilant les meilleures infos sur les atrocités de l’ONI. Il me mit sous le nez une carte de chaque cas de désordre autoimmune pédiatrique de ces dernières années, chaque enfant ayant une maladie similaire à John. Après quelques ajustements, une carte galactique de l’espace humain apparut dans une nuée de points, un pour chaque enfant malade. Il m’annonça que c’était une représentation à peu près correcte de la position de chaque clone que l’ONI avait laissé derrière elle. >>>

Ben : Waow.

Mshak : Waow, qu'il dit… Bien sûr waow ! Mais tu vas submergé par le waow en voyant ça !

<<< Il recouvrit la première carte d'une seconde présentant la distribution de la population humaine dans l’univers et me demanda ce que je remarquais. >>>

Ben : Ce n’est pas aléatoire !

Mshak : Ce n’est pas aléatoire ! Ben, tu ne seras jamais un prof de statistiques. Ceci est l’exact opposé d’aléatoire, OK ? En ce qui concerne les enlèvements pour les Spartans, l’ONI a énormément favorisé les colonies extérieures. C’est leur magasin à bonbon préféré sauf qu’à la place de bonbons, ils récoltaient des enfants soldats.

Ben : C’est plus simple pour couvrir leurs traces.

Mshak : Ouais, et tu peux facilement trouver un mensonge pour couvrir les traces vu que ces enfants avaient beaucoup moins de valeur que ceux provenant de la Terre ou de Mars. Génétiquement, ils n’ont aucune différence avec ceux des colonies intérieures mais en ce qui concerne les coûts humains, les enfants des colonies extérieures sont juste plus bon marché.

<<< Je ne suis pas sûr que les infos soient assez concluantes pour les sénateurs mais les implications ne seraient pas inoffensives. Le but premier de l’enlèvement des enfants était de faire d’eux des supers soldats pour combattre l’insurrection. C’était ça le but premier du programme Spartan. Mais lors de la sélection des enfants, l’ONI avait choisi ces mêmes colonies extérieures qui étaient visées par les répressions des insurectionnistes. De cette façon, des années plus tard, lorsqu’ils engageraient le combat anti-insurectionniste dans les colonies extérieures, la plupart de ces Spartans étaient simplement les enfants collectés de ces mêmes communautés rentrant à la maison. Mais ces enfants ne combattaient pas pour leur pays d’origine, ils ne protégeaient pas leurs familles : ils menaient la politique de l’ONI. Ils servaient ce même gouvernement qui avait détruit leurs familles et brisé leur enfance . Aussi loin qu’aille la philosophie du « pas de ça chez moi », c’était de la double enculade de la part de l’ONI. Assez suffisant pour engendrer une pure rage, mais Mshak travaillait sur quelque chose en plus. >>>

Mshak : J’ai scanné tous les rapports de police pour ta grande entrée en scène. Ça va faire un sacrée affaire.

Ben : OK ?

Mshak : Tu ne t’es jamais demandé ce qui aurait pu arriver si l’un des clones condamnés avait survécu ?

<<< Je n’avais pas considéré cette possibilité, mais c’était effrayant. >>>

Ben : Que lui est-il arrivé ?

Mshak : Les clones rencontre la personne qu'ils devaient remplacer, deux soldats se retrouvent face à une parfaite copie d'eux-même. Imagine toi la scène : tu es discrètement enlevé de ton lit d’enfance, foutu dans une vie totalement différente et des années plus tard, tu tombes sur une copie conforme de toi ? Quelqu’un qui a continué à vivre ta vie. Il est plus toi que toi. Deux fichiers que j’ai trouvé, deux soldats, les deux se sont suicidés.

<<< Une histoire pareille devrait être dure à écouter, mais devait aussi être dure à ignorer. >>>

Ben : C’est horrible ! Il faut que tu m’obtiennes ça.

<<< J’espérais simplement que FERO soit capable de me joindre. >>>

Mshak : Ne t’inquiète pas. Elle te trouvera. Peut-être même plus rapidement qu’on le croit. Ses secrets à elle plongent sous la croûte terrestre. Tiens-mois au jus. Au moment où vous pénètrerez le pays des dragons et ferez exploser le sérum de vérité, je serais là pour voir les fissures apparaître.

Ben : Merci Mshak.

<<< J’avais du mal à dormir dans mon nouvel environnement de travail. La fois suivante où j’entendis une voix m’appeler des ténèbres, FERO semblait humaine. >>>

FERO : Tu apprécies le spectacle ?

Ben : Non, en ce moment pas du tout. Après tout ce que l’ONI a fait, tout le monde prends le Major pour–

FERO : L’infection va au cœur, Ben. Mais lorsque tu pénètres au cœur, tu peux toujours contrôler ce qui en sort.

Ben : Mais c’est vous qui répandez cela. C’est vous qui avez choisi de diffamer le Major–

FERO : Je ne diffame personne, tout ce que j’ai fuité était réel.

Ben : Mais on ne connaît même pas toute l’histoire, ni ses implications !

FERO : La seule implication est le fait qu’un Spartan vieillissant soit en train de sortir des sentiers battus et ça semble vrai. C’est ton histoire qui a mis en place les bases pour ça. Lorsque tu casse mentalement des enfants pour en faire des soldats, tu prends le risque de laisser des dommages psychologiques profondément ancrés. Les huiles en sont responsables. Je ne sais pas ce qui a motivé le Major pour attaquer cette ambassade et je sais encore moins ce qu’il fait en ce moment mais il est n'est plus en laisse. Il met en avant leur responsabilité. J’ai uniquement exposé le berceau de cette responsabilité en supprimant chaque couche de secret mise en place par l'ONI !

<<< Je ne savais pas quoi dire, je ne trouvais pas ça juste. >>>

FERO : Ben , le Major est le sauveur de l’humanité, je le sais. Les patriotes le savent mais c'est la partie la plus douloureuse. Le Major se fait descendre en flammes, mais tout sera justifié. C’est de cette façon que nous atteignons le cœur du problème. En sacrifiant le Major sur une courte période, nous avons ouvert un énorme trou et une fois que le sang aura coulé, l’ONI aura les nerfs à vif.

Ben : C’est juste dur d’entendre les gens raconter des conneries et devenir cinglés. La plupart des habitants des colonies intérieures s’en prennent au Major.

FERO : Ils sont terrifiés.

Ben : Et la colère dans les colonies extérieures commence à devenir de pire en pire. Vous voyez.

FERO : Le sang de leur héros leur éclabousse le visage. C’est exactement ce dont nous avons besoin. Voici le chaos que j’avais annoncé.

Ben : Je suppose que je ne pensais pas que cela tournerais de cette façon.

FERO : Le chaos a un prix élevé, Ben. Mais les pions continuent de bouger. Nous avons enfin notre opportunité.

<<< FERO m’annonça que, ce matin, la réunion avait enfin été fixée. Les huiles étaient déjà en route vers la Terre et dans quelques jours, l’ONI sera en trait d’argumenter en face des sénateurs de l’UEG en session close. FERO allait pirater leur réseau et me donner une connexion sécurisée directe pour que je puisse exposer les horribles secrets de l’ONI à une poignée des plus anciens sénateurs. Il fallait que je me prépare rapidement. J’avais peur de ne pas avoir assez de temps pour tout rassembler et faire en en sorte que les données de Mshak soient assez convaincantes. Mais FERO m’avait donné une idée qui pouvait décupler la persuasion. Elle écouta alors que je passais l’appel. >>>

Ben : Anthony ?

Anthony Petrosky : Hé mec, comment ça va ?

<<< Ma demande fut directe. >>>

Ben : Tu veux m’aider à détruire l’ONI ?

<<< Il ne répondit pas. Je commençais à me sentir nerveux, puis il parla. >>>

Anthony Petrosky : Putain, bien sûr que je veux. Qu'est-ce que je peux faire ?

<<< Petrosky était dans le coup. Je lui ai donné ses ordres de mission et ai raccroché. >>>

FERO : Je suis tellement contente que…

<<< FERO semblait heureuse. Tout semblait enfin se mettre en place. >>>

Ben : Alors c’est ça votre vraie voix ?

FERO : En grande partie oui. Elle est juste assez modifiée pour la rendre intraçable.

Ben : Pourquoi vous avez changé la tonalité alors ? Pourquoi avez-vous enlevé votre voix effrayante ?

FERO : Nous nous apprêtons à faire quelque chose d'encore plus effrayant, je pensais que ça serait mieux que tu penses connaitre la personne combattant à tes cotés.

Ben : J’apprécie le geste.

<<< Je n’arrivais toujours pas à croire que nous allions réellement faire ça mais j’étais prêt et chargé à bloc. >>>

FERO : Ben… Je voulais te prévenir avant , il y a encore une chose qui va fuiter.

Ben : Attendez, quoi ? De quoi parlez vous ?

FERO : C’est la cerise sur le gâteau. Juste pour garder maintenir l'effervescence.

Ben : OK, et ça fuitera quand ?

FERO : Maintenant.

<<< J’ai actualisé mon fil d’actualités. Cela prit un moment, puis apparut d’un seul coup. Une vidéo de sécurité de l’ambassade régionale des colonies extérieures. >>>

[Bruits de combats et de tirs d’armes]

Ben : FERO ? C’est réel ça ?

<<< FERO était déjà partie, mais la fuite était en ligne. En ce moment même, des millions de personnes dans l’univers entier étaient en train de regarder la même chose. Le Major Spartan 117 était sans raison apparente en train de lancer un assaut brutal sur les pourparlers de Biko.

Rejoignez moi pour le prochain épisode de la Traque de la vérité. >>>



09 : Phantoms[modifier]

A new report surfaces about a Spartan abductee, but there’s no time to check the facts. FERO is missing, and the Senate meeting is about to begin.


PETROSKY: Testing, testing, one, two, three... Ya hearin’ me okay?

BEN: Yeah, just don't move around too much. It messes with the sound.

PETROSKY: Alright, roger that.

It was all coming down to the wire. In a couple of hours, FERO was going to hack into a closed-door session between the UEG and ONI, and I was going to expose all of the intelligence agency’s ugly secrets to Senate leadership. Having Petrosky remotely record his statement in advance like this was going to give me one less variable to worry about once we were in. But… I was still waiting on final materials from Mshak, I hadn’t heard from FERO all day, and I was urgently trying to pull it all together. I was a wreck.

BEN: C’mon, c’mon…

Considering he was about to accuse ONI of atrocious human rights violations, Petrosky, on the other hand, seemed completely calm. He wanted to chit-chat about the Chief.

PETROSKY: So, high treason. Man. You, uh, you think that’s for real?

BEN: Uh… I guess. That’s what people are saying. Can you- Can you stay sitting up like that, please?

PETROSKY: The Master Chief. Damn… that’s gotta be a black eye for ONI PR, huh? You know boots all across the military are gabbing like they’re at a slumber party or something.

Three days ago, FERO had leaked a suppressed incident report from an embassy in the outer colonies that had everyone in disbelief or disarray. Less than twenty-four hours later, FERO dropped the real bomb; a security video from that same embassy, showing that everything in the report was true. The Master Chief had turned diplomatic peace talks into a shooting gallery that claimed nineteen lives. The shock of that second leak immediately turned to outrage, polarizing everyone by the same familiar geography; the staunch patriots of Earth, versus the dogged survivalists of the Outer Colonies. It was the same caustic regionalism that had far too recently defined us. And now those old ideologies were creeping back out, masquerading as opinions, angrily cracking open the scabs. Meanwhile, the Master Chief, the subject of my entire investigation, was now the most wanted man in the galaxy. I hadn’t even had a chance to dig into any of it.

PETROSKY: So, do you think he did it?

BEN: What?

PETROSKY: Do you think the Chief shot up that embassy on Biko? Maybe he finally went nuts, maybe he thinks we’re still fightin’ insurrectionist guerrillas or somethin’? I don’t know. But, man, working for the Covenant? That’s a stretch, right? I mean-


BEN: I really don’t know, man, I’m sorry, we just gotta lay this down.

PETROSKY: Alright. Roger that.

We were running out of time, and I needed Petrosky to focus. I started recording, I asked him to introduce himself and tell the world about the SPARTAN program. From then on, he was totally on-point.

BEN: So just say who you are and then just go into it.

PETROSKY: Okay. I am Corporal Anthony Petrosky, retired trooper of the 105th ODST division. I am testifying by my own free will, under no duress by any parties, and I wish to make the following statement:

In April 2525, while serving on a detachment on the UNSC Atlas, I witnessed first-hand, an incident involving a 12 to 13-year old male who identified himself as John-117. He had extensive scarring on his torso, consistent with post-procedural scarring I’ve seen on recently inducted Spartans. And under orders from an ONI CPO, John killed two ODST’s and critically injured two others in an attack that greatly exceeded natural human ability.

He didn't stutter. He didn't stammer. His thoughts were clear as crystal, told with purpose. As if he'd been waiting his whole life to speak with this much conviction. After a grueling military career that took his left arm, Anthony Petrosky should have been rewarded with dignity and opportunity. Instead, he was one of countless veterans the government had left behind. But this was his moment… and he'd never sounded more alive. As he laid out his damning testimony about ONI’s biological augmentations of children, I knew FERO had been right. Petrosky’s words would humanize this story and persuade even the most jaded Senators to listen. I had exactly what I needed from Petrosky.

PETRISKY: I am testifying, with absolute certainty, that the speed, power, and co-ordination this person exhibited was categorically impossible without the benefit of a full battery of military-grade augmentations. Afterwards, the Office of Naval Intelligence, through our CO’s, issued an order of absolute suppression of all accounts of this incident. Through coercion, pressure being brought to bear, we were ordered to keep silent, to never speak of this publically, upon fear of court-martial.

How was that? That okay?

BEN: Uh, yeah, that was amazing. I- I can’t thank you enough.

PETROSKY: Yeah. Alright, give ‘em hell.

Now I was just praying Mshak would come through, FERO would be able to bypass the most sophisticated security system in history, and I could get hacked in to a meeting between the most powerful people alive. I needed a miracle. And I needed it to happen in the next ninety minutes.

I’m Benjamin Giraud, and this is Hunt the Truth.

BEN: Oh, God, what was I thinking?

As I tried and failed repeatedly to get a hold of Mshak, I was trying not to dwell on what my plan had been. Particularly because it sounded absurd. I was trying to corroborate my accusations against ONI, by having Mshak Moradi convert nut-job conspiracy theorist data into documentation that a senator would find compelling. But I didn’t have time to rethink the plan. I needed the documents. My calls to Mshak kept dropping though. Something was up—the networks were a mess. I did not have time for this and I was starting to panic, when a message from the Outer Colonies finally came through.

BEN: These files better make sense, Mshak.

But there were no files. And it wasn’t Mshak. The message was from Katrina, the old friend of John’s that Ellie Bloom had put me in touch with; the woman who had told me about John’s death. I hadn’t spoken to her in weeks.

KATRINA [MESSAGE]: Hey, Ben, I didn’t really know who else to call, but I was hoping you could maybe tell me what feedback you were getting from your Outer Colonies this week.

I had no idea what the listeners were thinking. Ever since I’d gone incognito, I hadn’t heard any of their feedback. Stupidly, when I set it up, I hadn’t properly secured the feed, and now I was afraid if I accessed it to hear what people were saying, ONI would trace my new location. I’d figured after my latest episode, the revelation that ONI had heavily poached the Outer Colonies for their child abductions, would be garnering a strong reaction out there. But the way Katrina made it sound, the reaction was stronger than I could have imagined.

KATRINA [MESSAGE]: People are going nuts, switching over to only using local Chatternet services like it’s fifty years ago or something. It’s this New Colonial Alliance group, they’re everywhere, holding all these demonstrations in the streets. Thousands of people are turning out. And they keep chanting about self-reliance, talking about how we need to be preparing for this big embargo, all these boycotts, the UEG offices shutting down. I don’t know… It seems peaceful right now, I just… I feel like we should get off-world, just in case it breaks bad. I’ve kind of already been freaked out anyway. I don’t know if I’m being paranoid, but I think someone may be targeting me, for helping you. And Ellie’s in the same boat. All these power surges and crazy service interruptions. Last time I talked to you, my entire system was overrun with corrupted files and the whole neighborhood lost power. I don’t know, but if someone is trying to get us, I’m worried what will happen if things get too chaotic out here. Um… I don’t really feel safe, so if you know anything about this, or, um, what we can do to protect ourselves… I mean, they’re already shutting down the-

Katrina’s message got cut off. I had no idea what was happening. I had no idea what the central government was going to do. I had no idea how to help this woman, or Ellie, or their families, or anyone else. We were all in the dark. All I could do was present the Senators with the ugly truth, and hope it would convince them to help us all. And I was running out of time to make that a reality. Thankfully, Mshak finally emerged from his subterranean world.

MSHAK: So I just sent it.

BEN: Perfect. Got it. Thank you, thank you. God, I hope it’s convincing enough.

MSHAK: You should have a clear breakdown that exposes the blatantly unnatural pattern of child auto-immune deaths on the beginning of the SPARTAN Program, particularly in the Outer Colonies.

BEN: Yeah, I see that. It’s good. It looks solid.

MSHAK: And I also cleaned up and edited that police scanner data. It’s one of ONI’s abducted kids returning home and running into their clone.

BEN: One of the suicides?

MSHAK: Yeah. So officer gets called to the scene of a home invasion, it’s this middle-aged couple and their teenage son, who’s in a wheelchair. The officer comforts the victims, assesses the situation, calls it in. There wasn’t a confrontation or anything, no valuables appeared to be missing, victims didn’t even get a good look at the guy. The perpetrator just entered the house, went into the son’s room, son freaked out, perpetrator fled the scene, blah, blah, blah, now everything seems to be okay. During his report to dispatch though, the officer gets startled by a sound, reports a possible shots-fired somewhere nearby. Back-up arrives, they canvas the area, about ten minutes later, same officer reports discovering a body in a nearby field. It’s a teenage kid, dead from what appears to be a self-inflicted gunshot wound.

That’s where the officer’s report to dispatch took a turn.

DISPATCH [RECORDING]: Seven-Charlie-Nineteen, what’s the rush on-

OFFICER [RECORDING]: It’s the exact same kid. The kid from the home invasion over on Stanton. I mean, the 10-56 looks like his identical twin, I don’t even know what to say.

DISPATCH [RECORDING]: Seven-Charlie-Nineteen, M.E. is en route.

The medical data Mshak had sent along with the audio made the picture even uglier. The son was in a wheelchair, because months of medical procedures had left him with permanent nerve damage from when he was six years old, under treatment for auto-immune and significant cognitive disorders. Those procedures that left him paralyzed? Were nearly identical to those from John’s medical records. Before the survivors had been removed from the data, this boy had been one of the dots on Mshak’s scatter graphs of likely clones. I didn’t know what to say.

MSHAK: So, I realize it’s messy. Whether you can use it or not, at least now you know.

I didn’t have enough time to wrap my head around this new piece, so I made the difficult choice not to use it. But hearing yet another ONI horror story made me all the more determined to blow it open. I just needed FERO to show up in the next few minutes with a miraculous way to get in the door.

BEN: Thanks, Mshak. So, this should all be going down here in-

MSHAK: Don’t be nervous, you’ll be great. I’ve got all my channels open, ready to go. Whenever it pops off, the murmurs will pop up. And if the Senators are making moves against ONI, that’s the kinda chatter that rattles teeth, so don’t worry. We’ll know soon enough if it worked.

BEN: Thanks, man. Okay, I’ll-

MSHAK: Hey, just real quick. I know you’re super-busy right now with your crusade of honor, but as soon as you can, you need to get caught up with what’s happening in the Outer Colonies. Your last episode is turning kernels into popcorn and there’s a fault line in the tectonics I need to talk to you about, so-

FERO: Ben will call you back.

Hacking in and cutting off Mshak? Yet another dramatic entrance for FERO. And this one came not a moment too soon.

BEN: FERO, what’s happening? I’m all ready. Do you have a way in?

FERO: I’m already in. And this is how it’s going to work. You have the files ready for upload. I’ll secure the connection and give you a direct feed into the hearing. You’ll present Petrosky’s testimony, upload the files, and make your case. Quickly, because they’re going to do everything in their power to shut it down. They might even be able to trace your location. If they run too much interference, I’ll have to scale us back to a one-way feed. So, we may end up flying blind, but they’ll still see and hear everything you say, for as long as I can keep the connection open. Are you ready to play for real?

I had to be.

BEN: Yes.

FERO: Good, I’m patching you in now. Go for the throat, Ben.

This was it. Every shred of journalistic integrity I had left was about to go out the window. I had a strongly biased opinion and I was about to deliver it to some of the most important policy-makers in government. This wasn't just an exposé of ONI’s deeds. it Iwas an indictment that constituted a call-to-arms. I just hoped the senators would listen.

There was no audio, but I suddenly had a full view of the congressional chamber hosting this meeting. I couldn’t believe this was happening. My eyes scanned the room. The twelve senators who represented Senate Armed Forces committee seemed to be there, and three of the six ONI directors lined up in front of them. My heart was racing. Then I saw someone else.

BEN: Wait, is that Sully?

FERO: Ben, you’re live in three, two, one…

I saw my face pop up on the main display at the head of the room. The proceedings seemed to stop, as all the heads turned and looked at me. For a moment, I froze… And then I began.

BEN: Distinguished representatives of the Unified Earth Government and the Office of Naval Intelligence, my name is Benjamin Giraud. I was a journalist hired by Commander Michael Sullivan to do a profile on the Master Chief Petty Officer John-117, and my contract was terminated for exposing a widespread cover-up by ONI on his true origins.

As I spoke, I tried to look at the camera and ignore the return feed. The image of my own face speaking to a room full of supremely powerful people was incredibly distracting. I could see out of the corner of my eye though that it was working. They were listening. Then my feed went black.

FERO: Keep talking, Ben. I had to cut the return feed, but you’re still live in the room.

I tried to focus.

BEN: ONI has gone to great lengths to keep you and the public from knowing critical information about the SPARTAN Program, their lack of institutional control of the Master Chief in the Outer Colonies, and the genetic modification of abducted children that eventually became warriors like the Master Chief. What I'm about to play for you is testimony from ODST Anthony Petrosky regarding the SPARTAN Program.

As Petrosky’s testimony played, I was starting to doubt whether or not it was actually still live, when I got a message from Sully. It said, “You're out of control, Ben. Last chance to stop.” I typed back, “I can’t be a party to the crimes you and the rest of ONI have committed. Not anymore. I’m done.” There was a brief pause, and he responded. “Yes, you are.” My gut sank, but I wasn’t going to back down.

FERO: You’re gonna have to finish up quickly, Ben. They’re hitting the hack hard. I can’t keep it open too much longer.

As Petrosky finished up, I quickly edited my final piece, chopping out any unnecessary language. Then, it was time to bring it home.

BEN: Senators, for their SPARTAN program, ONI kidnapped young kids and illegally engineered doomed-to-die clones to replace them. They kept the children as military property, subjecting them to horribly unethical training regimens, and eventually performed dangerous biological augmentations on them, while they were still growing. This was how they made the Spartans. Half of these children most likely did not survive. I’ve provided you with files that corroborate my claims as to these egregious human rights violations. I ask you to review them with an open mind. ONI has gone to great lengths to cover up this story, including elaborate fabrications.

FERO: Wrap it up, Ben!

BEN: I have also provided you with clear evidence of this disturbing cover-up-

FERO: Come on!

BEN: -as well as audio evidence of the threats I have received in the past several weeks for pursuing this information.

FERO: We’re about to lose this feed!

BEN: I come forward at great risk to my personal safety-

FERO: Come on, come on, come on!

BEN: -and my only hope is that you will look at the facts and take the directors of ONI

FERO: Keep going!

BEN: -and all those responsible to task for these atrocities. Thank you for your time.

The feed cut out at the last moment…. I was in shock. What had just happened?

FERO: Perfect. Now let’s watch it burn. The revolution has started, Ben. And you were the spark. From now on, you’re under our protection.

BEN: FERO?

She was gone and my head was buzzing. It felt like I was in a dream. What had I done? I looked down at Sully’s last message, his response to when I said “I’m done”? It was chilling. “Yes you are.” That was all he said. That was all he needed to say. I felt dizzy, I had to keep moving, find out if that kamikaze mission had had any effect whatsoever. The first ripple popped up right away. It was a message from my bank.

AUTOMATED FEMALE VOICE: We regret to inform you that your account with Outer Trust has been deactivated. If you have any questions, please speak with a financial representative.

I called immediately and got a representative on the line. She told me I was under investigation for the unauthorized possession of sensitive government materials. The audio files from my story. I was being fined an astronomical sum for keeping them, and as a result, my assets had been frozen indefinitely. I couldn’t believe it. I checked all my accounts. Either locked down, or zeroed out. In retrospect, cashing out should have been Step One before I took on the most powerful government agency in history. But it was too late now. ONI was bringing down the hammer and I’d been financially ruined. I was reeling from this realization when two delayed messages popped up in my queue. The first one loaded quickly. It was Mshak.

MSHAK [MESSAGE]: Ben, things are getting a little hectic out here, so I don’t even know if this is going through, but I was trying to tell you before I got cut off that… Okay, no. We need to talk in person. It’s urgent, it’s very- It’s something I found. We can’t talk over coms about it so I’m coming to see you in-person day after tomorrow. Don’t talk to anybody, don’t try to reach me. I’ll be there soon and then we can sit down and just go over the whole-

I couldn’t wait for Mshak to get here. So against his wishes and my better judgment, I tried to raise him. But something was wrong. Like everyone else in my region, I’d had plenty of failed calls to the Outer Colonies in my time, but this was different. Like it didn’t even send the call. I checked my Chatternet feed. It was full of comments from people just like me, panicking because they couldn’t reach the Outer Colonies, scattered reports that the communication buoys themselves had been shut down. That didn’t make any sense. The second delayed message finally finished loading. It was from Katrina.

KATRINA [BROKEN MESSAGE]: Ben! It’s- I- I can’t even- Waypoint is down, it’s totally gone, we’re completely- My parents, Ellie, no one from that whole system is- Chatternet. And, and there’s a full quar- Please, if you can… If you can tell someone what’s happening, or get somebody to-… we need help and-

And then, silence. That was it. I couldn’t get through again. No one from the Inner Colonies could. The Outer Colonies had been completely cut off. After years of ONI quietly committing atrocities from their high perch, it felt like their phantoms were finally in motion, shifting the landscape with unknown objectives, somewhere out in the shadows they’d created. I listened to Mshak’s message again. I needed him to help me sort this out. The idea of sitting here, waiting in that darkness for him, scared the life out of me. I had to be patient. I just had to get through the next 48 hours.

But he would never show up. That message… was the last time I heard from Mshak Moradi.

Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



Anthony Petrosky : Test, test. Un, deux, trois. Vous m'entendez bien ?

Benjamin Giraud : Oui, essayez juste de ne pas bouger pour garder un bon son.

Petrosky : D'accord, bien reçu.

<<< L'échéance approchait. Dans quelques heures, FERO allait s'infiltrer dans la réunion entre l'UEG et l'ONI et j'allais exposer tous leurs secrets aux meneurs du sénat. Faire enregistrer son témoignage à Petrosky en avance me donnerait une variable instable de moins à gérer une fois sur place. Mais j'attendais encore la partie de Mshak. Je n'avais pas entendu FERO de toute la journée et j'essayais de tout mettre en place rapidement. J'étais épuisé. >>>

Benjamin : Allez, allez…

<<< Étant donné qu'il était sur le point d'accuser l'ONI d'atroces violations des droits de l'homme, Petrosky semblait particulièrement calme. Il voulait qu'on discute du Major. >>>

Petrosky : Trahison, hein. Vous pensez que c'est vrai ?

Benjamin : J'imagine. Les gens le pense. Vous pouvez rester assis comme ça ?

Petrosky : Le Major. Ça va foutre un sacré bordel aux RP de l'ONI. Vous savez, les militaires caquettent comme des gamins à une soirée pyjama.

<<< Il y a trois jours, FERO avait fait fuiter un rapport d'incident supprimé à propos d'une ambassade dans les colonies extérieures qui avait plongé la population dans l'incrédulité ou le désarroi. Moins de quarante-huit heures plus tard, FERO largua la véritable bombe : une vidéo de sécurité de l'ambassade, prouvant les informations du rapport. Le Major avait transformé les pourparlers en stand de tir et tué dix-neuf personnes. Le choc de cette seconde fuite avait provoqué une scandale et polarisé la population selon leur origine géographique : les patriotes de la Terre contre les survivalistes des colonies extérieures. Le même régionalisme caustique qui avait malheureusement défini le contexte politique actuel. Et ces idéologies revenaient à la charge, déguisées en opinions, rouvrant de vieilles blessures. Pendant ce temps, le Major, le sujet de toute mon enquête, était la personne la plus recherchée dans la galaxie. Et je n'avais pas encore eu le temps de creuser dans cette direction. >>>

Petrosky : Vous pensez qu'il la fait, alors ?

Benjamin : De quoi ?

Petrosky : Vous pensez que le Major a provoqué une fusillade dans l'ambassa de Biko ?

Benjamin : Euh…

Petrosky : Peut-être qu'il a perdu la tête, au fina. Qu'il pense qu'on est toujours en guerrilla contre les insurrectionnistes. Je sais pas. Mais la vache, qu'il bosse pour les Covenants ? Sacré retournement de situation.

Benjamin : Vraiment, je ne sais pas. Désolé. Il faut qu'on fasse vite.

Petrosky : OK, bien reçu.

<<< Le temps filait et je devais tenir Petrosky concentré. Il commença sa déclaration ? Je lui demandait de se présenter et de tout dire sur le programme SPARTAN. Il était alors complètement concentré. >>>

Benjamin : Donc… Dites qui vous êtes et lancez-vous.

Petrosky : Oh. Hum. Je suis le caporal-chef Anthony Petrosky, retraité de la 105e division ODST. Je témoigne ici de mon plein gré sans pression d'aucun parti et souhaite faire la déclaration suivante. En avril de 2525, en servant dans un détachement sur l'UNSC Atlas, j'ai été témoin direct d'un incident impliquant un homme de douze à treize ans s'identifiant comme John-117. Il possédait de nombreuses cicatrices sur le torse, semblables à des cicatrices post-chirurgicales précédemment vues sur des Spartans. Sur ordre d'un premier maître de l'ONI, John tua deux ODST et blessa grièvement deux autres, une attaque excédant grandement les capacités naturelles d'un être humain.

<<< Il était absolument clair. Aucune hésitation ni bafouillement. Ses pensées étaient claires comme le cristal et énoncées comme si il avait attendu ce moment toute sa vie.. Après une carrière militaire rude qui avait pris son bras gauche, Anthony Petrosky aurait dû être récompensé par la dignité et l'opportunité. Pourtant, il était un des nombreux vétérans laissés sur le carreau par le gouvernement. C'était son instant et il n'avait jamais paru si vivant. Alors qu'il énonçait ce témoignage condamnant les augmentations biologiques de l'ONI sur des enfants, je savais que FERO avait raison. Les mots de Petrosky donneraient de l'humanité à l'histoire et persuaderaient les sénateurs les plus bornés. Petrosky me donnait exactement ce dont j'avais besoin. >>>

Petrosky : Je témoigne avec la certitude absolue que la vitesse, la puissance et la coordination de cette personne étaient catégoriquement impossibles à reproduire sans une batterie d'augmentations militaires. Plus tard, les Services de renseignement de la Navy, par le biais de nos supérieures directs, nous communiqua l'ordre de tenir cet incident sous silence. C'est par la coercition et la pression que nous fûmes tenus au silence, condamnés à ne jamais parler publiquement de ce fait sous peine d'être appelé devant la cour martiale… C'était comment. C'était bon ?

Benjamin : Oui ! C… C'était parfait. Je… Je ne peux pas vous remercier assez.

Petrosky : Ouais. Allez, faites-leur vivre l'enfer.

<<< Je n'avais plus qu'à attendre l'appel de Mshak. FERO serait capable de contourner les systèmes de sécurité les plus sophistiqués de l'histoire humaine, et je pourrais m'infiltrer dans une réunion entre les personnes les plus puissantes de notre époque. J'avais besoin d'un miracle et j'en avais besoin dans les 90 minutes à venir. Je suis Benjamin Giraud, et voici la traque de la Vérité. >>>

Benjamin : Mais à quoi je pensais, merde !

<<< J'essayais de contacter Mshak sans succès, tentant de ne pas penser à quoi ressemblerait mon plan sans lui. J'essayais de corroborer mes accusations contre l'ONI en confiant à Mshak Miradi la transformation de théories du complot en documents capables de convaincre un sénateur. Mais je n'avais pas le temps pour modifier le plan. J'avais besoin impérativement de ces documents. Mon appels échouaient toujours, il se passait quelque chose. Le réseau était en capilotade. Je n'avais pas le temps pour ça. Je commençais à paniquer quand un message des colonies extérieures arriva. >>>

Benjamin : Ces documents ont intérêt à avoir du sens, Mshak.

<<< Mais ce n'étaient pas des documents, ni Mshak. C'était un message de Katrina, l'amie de John que j'avais rencontré via Ellie Bloom, la femme qui m'avait parlé de la mort de John. Je ne lui avait pas parlé depuis des semaines. >>>

Katrina : Salut Ben. Je ne vois pas qui d'autre appeler, j'espérais que vous pourriez m'en dire plus sur ce qui se dit dans les colonies extérieures cette semaine ?

<<< Je n'avais aucune idée de ce que pensaient les auditeurs. Depuis que j'étais devenu incognito, je n'avais pas eu de réponse. Comme un idiot, je n'avais pas sécurisé ce canal et j'avais peur d'y retourner. L'ONI pourrait trouver ma planque. J'avais eu écho qu'après le dernier épisode, les révélations concernant l'enlèvement des enfants dans les colonies extérieures par l'ONI avaient provoqué une forte réaction là-bas. Mais la manière dont Katrina me demandait des nouvelles laissaient penser que la réaction était bien plus forte que tout ce que je pouvais imaginer. >>>

Katrina : Ah… Les gens deviennent fous. Ils n'utilisent plus que ChatterNet comme si ils étaient revenus 50 ans dans le passé. C'est la Nouvelle alliance coloniale. Ils sont partout, dont des démonstrations dans la rue. Des centaines de personnes se déconnectent et parlent de chacun pour soi, comme se préparer pour l'embargo à venir, des boycotts se mettent en place, les bureaux de l'UEG ferment… Je suis perdue. C'était paisible ici, et maintenant j'ai envie de quitter la planète, au cas où ça exploserait. Je suis déjà un peu effrayée. Je suis peut-être parano, mais j'ai l'impression que je suis une cible depuis que je vous ai aidé. Pareil pour Ellie. Tous ces contre-pouvoirs qui naissent et ces interruptions de service. La dernière fois que je vous ai parlé, tout mon système s'est rempli de fichiers corrompus et le voisinage entier a perdu le courant. Si quelqu'un essaie de vous trouver, j'ai peur de ce qui pourrait arriver si les choses deviennent chaotiques. Je ne me sens pas en sécurité, pour tout dire, donc si vous savez quelque chose ou avez une idée pour qu'on puisse se protéger, enfin, ils coupent déjà souvent le–

<<< Le message de Katrina était coupé. Je n'avais aucune idée de ce qui se passait. Je n'avais aucune idée de ce qu'allait faire le gouvernement central. Je ne savais pas comment aider cette femme ou Ellie ou leurs familles ou n'importe qui d'autre. Nous étions plongés dans le noir. Tout ce que je pouvais faire, c'était présenter la vérité entière aux sénateurs et espérer qu'ils seraient assez convaincus pour nous aider, et le temps pour réaliser cela manquait. Heureusement, Mshak émergea finalement de son souterrain. >>>

Mshak Miradi : C'est envoyé.

Benjamin : Ah, parfait ! Je l'ai, merci, merci. Je… J'espère que c'est convainquant.

Mshak : Tu as un schéma montrant que le schéma de répartition des morts infantiles par maladies autoimmunes n'est pas naturel au début du programme SPARTAN, particulièrement dans les colonies extérieures.

Benjamin : Ouais, je vois ça. C'est génial, c'est du solide.

Mshak : J'ai aussi chopé et clarifié les infos du scan des données de la police. C'est un des enfants enlevés par l'ONI retournant chez lui et rencontrant son clone.

Benjamin : Un des suicides ?

Mshak : Ouaip. Un officier était sur les lieux d'une violation de domicile. Un couple d'âge moyen avec leur enfant en chaise roulante. L'officier reste auprès des victimes, fait le point sur la situation, préviens ses potes. Pas de combat, aucun vol, les victimes ne savent même pas à quoi le coupable ressemble. Il est entré dans la maison, dans la chambre du gosse, qui hurle, le coupable fuit… Blablabla. Tout semble aller bien. Et pendant qu'il fait son rapport au central, l'officier entend du bruit, les rapports parlent d'un coup de feu proche. Des renforts arrivent, passent la zone au crible, et dix minutes plus tard le même officier rapporte la découverte d'un corps dans un champ proche. Un gamin, mort, suicide par arme à feu.

<<< Voici la scène où le rapport de l'officier au central tourne court. >>>

Central de New Houston : Sept-Charlie-Dix-Neuf, qu'est-ce qui se passe ?

7C19 : C'est le même gamin. Celui de la violation de domicile à Stanton. C'est… C'est, il… Ce 10-56*[Dans le Code 10 utilisé par certaines forces de police aux États-Unis, ce code correspond au suicide d'un piéton], on dirait son frère jumeau. Je ne sais pas ce qui se passe.

Central de New Houston : Sept-Charlie-Dix-Neuf, un légiste est en route.

<<< Les données médicales transmises par Mshak avec l'audio donnaient un accent encore plus dégoûtant à l'histoire. Le fils était en chaise roulante à cause des mois de procédures médicales qui lui avaient laissé des dommages nerveux permanents depuis l'âge de six ans, où il était traité pour désordres auto-immunes et cognitifs graves. Ces procédures qui l'avaient laissé paralysé étaient presque identiques à celles des rapports médicaux de John. Avant que les survivants n'aient été effacés des listes, ce garçon avait été un des points sur le graphique des clones présumés de Mshak. J'étais bouche bée. >>>

Mshak : Ouais, c'était moche. Que tu l'utilise ou pas, tu sais maintenant.

<<< Je n'avais pas le temps de bien saisir ce nouvel élément. Alors j'ai fait le choix difficile de ne pas l'utiliser. Mais entendre une autre histoire d'horreur de l'ONI me rendait encore plus déterminer à révéler la vérité. J'avais juste besoin que FERO se montre dans les prochaines minutes avec un moyen miraculeux de m'ouvrir les portes. >>>

Benjamin : Merci, Mshak. Alors tout va se jouer bientôt–

Mshak : Soit pas nerveux. Tu seras génial. Tous mes canaux sont ouverts et prêts. Quoi qu'il se passe, les murmures vont commencer. Et si les sénateurs jouent contre l'ONI, c'est le genre de chose dont on entends forcément parler. Te bile pas, on saura bientôt si ça a marché.

Benjamin : Merci. OK, je vais juste–

Mshak : Au fait, rapidement ! Je sais que t'es occupé avec ta croisade pour l'honneur mais dès que tu peux, faut que tu te mette au jus sur ce qui se passe dans les colonies extérieures ! Le dernier épisode a mis le feu au barbecue. Les lignes de failles sont aussi instables qu'une plaque tectonique japonaise. Faut que je te parle de–

FERO : Ben te rappellera.

<<< S'introduire et clouer le bec à Mshak, une autre arrivée en fanfare de FERO. Et celle-ci n'était pas trop tôt. >>>

Benjamin : FERO, qu'est-ce qui se passe ? Je suis prêt, vous aussi ?

FERO : Je suis déjà infiltrée et voilà comment ça se passera : tu devras avoir les fichier prêts pour l'envoi, je sécuriserais la connexion et te donnerais une ligne directe à la salle de réunion. Tu présentera le témoignage de Petrosky, téléversera les fichiers et fera ton spectacle. Mais vite, ils feront tout leur possible pour t'interrompre. Ils pourraient même remonter jusqu'à ta localisation. Si ils envoient trop d'interférences, je devrais passer sur un canal à un seul sens, donc nous n'aurons plus d'image, mais ils verront et entendrons tout ce que tu dis du moment que la connexion est ouverte. Prêt à plonger ?

<<< Je le devais. >>>

Benjamin : Oui.

FERO : Bien. Je te connecte. La gorge, Ben.

<<< Ça y est. Ce qui restait de mon intégrité journalistique allaient bientôt disparaître. J'avais une opinion biaisée et j'allais l'utiliser contre les plus grands politicien de notre gouvernement. Ce n'était pas seulement un exposé sur les méfaits de l'ONI, mais un appel aux armes. J'espérais seulement que les sénateurs écouteraient. Il n'y avait pas de son mais j'avais soudain une vue complète de la chambre du congrès accueillant la rencontre. J'avais du mal à croire ce qui se passait et mon regard balaya la salle. Les douze sénateurs représentant le comité des forces armées auprès du sénat étaient là et trois des six directeurs de l'ONI étaient alignés face à eux. Mon cœurs cognait contre mes côtes, puis j'aperçus quelqu'un d'autre. >>>

Benjamin : C'est Sully ?!

FERO : Ben, direct dans 3, 2, 1…

<<< Je vis mon visage apparaître sur l'écran principal de la salle. Les discussions s'arrêtèrent net et toutes les têtes se tournèrent pour me fixer. Je fus paralysé un instant, puis commençais. >>>

Benjamin : Éminents représentants du Gouvernement terrestre uni et du Service de renseignement de la Navy, je suis Benjamin Giraud, j'étais un journaliste recruté par le commandant Michael Sullivan pour réaliser d'un profil du major John-117 et mon contrat fut rompu après que j'ai exposé une vaste manipulation de l'ONI concernant ses véritables origines.

<<< Alors que je parlais, j'essayais de fixer la caméra et d'ignorer la vidéo. L'image de mon propre visage parlant dans une salle pleine de gens extrêmement puissants était particulièrement distrayant. Je pouvais voir du coin de l'œil que ça marchait. Ils écoutaient. Puis le signal vira au noir. >>>

FERO : Continue à parler, Ben. J'ai dû couper le signal retour mais tu es toujours en direct.

<<< J'essayais de me concentrer. >>>

Benjamin : L'ONI a tout mis en œuvre pour vous tenir, ainsi que le public, à l'écart d'informations critiques concernant le programme SPARTAN, leur manque de contrôle institutionnel sur le Major dans les colonies extérieures, et les modifications génétiques d'enfants enlevés voués à devenir des soldats comme le Major. Je vais diffuser le témoignage de l'ODST Anthony Petrisky concernant le programme SPARTAN.

<<< Alors que le témoignage de Petrosky était diffusé, je commençais à doute être en direct quand je reçus un message de Sully. Il disait : Tu es hors de contrôle, Ben. Dernière chance d'arrêter. Je répondais : Je ne peux plus soutenir les crimes que toi et l'ONI avez commis. Plus jamais. C'EST FINI. Un bref instant, puis il répondit : Tu es fini. Mes tripes se tassèrent, mais je devais tenir bon. >>>

FERO : Il faut que tu termines vite, Ben. Leur réponse est violente, je ne vais pas pouvoir maintenir le canal ouvert très longtemps.

<<< Alors que Petrosky finissait, je corrigeait en urgence ma conclusion pour retirer tout superflu. Il était temps de tirer ma dernière cartouche. >>>

Benjamin : Sénateurs, pour le programme SPARTAN, l'ONI a enlevé des enfants et illégalement conçu des clones imparfaits pour les remplacer. Ils ont fait d'enfants une propriété militaire en leur faisant subir d'horribles programmes d'entraînement durant leur croissance. Voilà l'origine des Spartans. La moitié de ces enfants n'ont pas survécu. Je vous envoie des fichiers corroborant ces informations sur ces graves violations des droits de l'homme. Je vous demande de les observer avec sérieux. L'ONI a fait tout son possible pour cacher cette histoire, notamment des faux témoignages élaborés.

FERO : C'est bon, Ben.

Benjamin : J'ai également fourni la preuve de ces faux témoignages–

FERO : Allez…

Benjamin : –et des preuves audio des menaces que j'ai reçu ces dernières semaines pour avoir enquêté dessus.–

FERO : On va perdre le signal !

Benjamin : –Je met en danger ma sécurité personnelle–

FERO : Allez, allez, allez !

Benjamin : –et j'espère que vous analyserez et les faits et amènerez les directeurs de l'ONI–

FERO : Encore un peu !

Benjamin : –et tous les autres responsables devant un tribunal. Merci de votre attention.

<<< Le signal fut coupé, au tout dernier instant. Je– J'étais sous le choc. J'essayais d'appréhender ce qui venait de se passer. >>>

FERO : Parfait. Maintenant, regardons le feu se propager. La révolution a commencé, Ben. Et tu étais l'étincelle. À partir de cet instant, tu es sous notre protection.

Benjamin : FERO ? [soupir]

<<< Elle était partie. Ma tête tournait. Je me sentais comme dans un rêve. Qu'avais-je fait ? Je regarderais encore le message de Sully, sa réponse à mon C'EST FINI, et j'eus la chair de poule. Tu es fini. C'était tout, et c'était tout ce qu'il avait besoin de dire. J'étais sur le point de m'évanouir. Je devais continuer, voir si cette mission kamikaze avait eu un effet. La première onde apparut presque immédiatement. Un message de ma banque. >>>

Liseuse : Nous sommes au regret de vous informer que votre compte chez Battered Trust a été désactivé. Si vous avez la moindre question, veuillez vous adresser à votre représentant.

<<< J'ai appelé immédiatement mon représentant. Elle me dit que je faisais l'objet d'une enquête pour possession illicite de données gouvernementales sensibles, les fichiers audio de mon article. J'étais sous le coup d'une amende astronomique pour les avoir conservés et toutes mes ressources m'avaient été coupées. Je n'y croyais pas. Je vérifiais tous mes comptes : tous bloqués ou vidés. Au final, retirer ce que je pouvais aurait dû être mon premier réflexe avant de m'en prendre à la plus puissante agence gouvernementale de l'histoire. C'était trop tard, l'ONI avait abattu son marteau et j'étais financièrement vaincu. Je contemplais cette réalisation quand deux autres messages arrivèrent. Le premier était court, et de Mshak. >>>

Mshak : Euh, Ben, les choses s'agitent ici, je ne sais pas si tu recevra ça mais avant qu'on soit coupé je voulais te dire– en fait il faut en parler en personne, c'est urgent, j'ai trouvé quelque chose mais faut pas en parler sur les comms, je viens te voir directement le jour d'après demain. Ne parle à personne, n'essaie pas de me contacter. Je serais bientôt là, on pourra s'asseoir et discuter de tout–

<<< Je ne pouvais pas attendre que Mshak vienne, alors contrairement à son ordre et à tout bon jugement, je tentais de le contacter. Mais quelque chose clochait. Comme tout le monde dans la région, mes appels vers les colonies extérieures échouaient souvent. Je regardais mon canal ChatterNet : il était plein de commentaires de gens paniquant comme moi parce qu'ils ne pouvaient plus contacter les colonies extérieures. Les rapports sur les problèmes du réseau eux-même ne passaient plus, c'était illogique. Le deuxième message finit de charger. C'était Katrina. >>>

Katrina : [en pleurs] Ben, c'est– Je ne peux pas… Je ne comprends pas, tout est parti, on est… Mes parents, Ellie, personne dans le système… ChatterNet et il y a plein… Pitié, si tu peux, si tu peux dire à quelqu'un ce qui se passe… Il nous faut de l'aide, de la nourriture–

<<< Puis le silence. C'était tout. Je ne pouvais plus rien faire. Personne dans les colonies intérieures non plus. Les colonies extérieures avaient été coupées du reste de l'espace contrôlé. Après des années d'atrocités commises en secret par l'ONI, perchés sur leur trône, c'était comme si des fantômes se mettaient à bouger, modifiant le terrain dans un but inconnu, dans le secret des ombres qu'ils avaient eux-même créées. Je réécoutais le message de Mshak. J'avais besoin de lui pour comprendre ce qui se passait, je ne pouvais pas rester assis ici à attendre, mort de peur. Je devais être patient. Je devais attendre quarante-huit heures. Mais il ne vint pas. Ce message est le dernier que je reçus de Mshak Miradi.

Rejoignez-moi pour le prochain épisode de la traque de la Vérité. >>>



10 : Gag order[modifier]

Freshman Senator Andrew Del Rio wastes no time turning Biko into an anti-Chief campaign, but news from the Outer Colonies tells a very different story. With the truth about the Spartan program hanging in the balance, how far will ONI go to bury it?


Listen and wait. That's what you do when you hide in the dark. And once you’ve fired everything you’ve got at the monster, hiding in the dark is all you can do.

BEN: One, one-thousand… two, one-thousand… three, one-thousand…

Ever since we'd hacked into the Senate hearing, I'd been listening and waiting, hoping our testimony would find the right ears, afraid ONI would find us first, just sitting here in the shadows. I didn’t know where ONI ended and the world began. And it was the not knowing that kept me up. Because even if we had landed a fatal blow, all we could do was watch and wait for gory chunks to surface. So far, the surface was calm.

The only thing I knew for sure was Mshak had never shown up, every day since had been sickeningly silent, and every night, my doubts grew darker, haunted by scenarios that always ended in quiet, black bags. What had I done? FERO and Petrosky could handle themselves, but if ONI had come for Mshak, it was my fault, and now they would be coming for me.

[BEN GASPS, STARTLED]

I'd been holed up here for days. Darkness brought nightmares, so I’d stopped sleeping in it. Night-time was work-time, and I kept my display as dim as possible. Only my contact knew I was here, and I wanted it to stay that way.

BEN: One, one-thousand… two, one-thousand… This place was all concrete and dark corners. I’d memorized the sounds the building made. The breeze shushing down the stairwells, the click of the cooling system’s hibernation mode, the scurrying of rats in the walls. Anything else, and I would instantly black out my display, crawl beneath the window, and wait—on high alert—until the sounds and shadows normalized again. Then I’d count to a hundred, and crawl back. I hadn't deviated from the protocol once… Until tonight. With the storm pounding on the roof, screaming through the high vents, I was effectively deaf. Anyone could have snuck up on me.

BEN: One, one-thousand… two, one-thousand…

All of the concrete was echoing and all those dark corners seemed to be coming alive, coming down the hall and I... I tried to remind myself: if anyone came, they’d hit the tripwire, I’d have five seconds to hide. But every bump was a footstep, every howl was a voice, and everything in me told me someone was inside the building. I wasn’t going to wait for the tripwire. I slid over to the loose panel in the floor. Beneath it, there was a narrow space. I squeezed into the gap and closed myself in. No matter how hard it stormed, no matter who came for me, no one would find me here. Waiting in the dark. That was the hard part. But spending the night under the floor was the best sleep I'd gotten in weeks.

I’m Benjamin Giraud and this is Hunt the Truth.

REPORTER: Speaking from the steps of the Congressional plaza today, freshman Senator Andrew Del Rio issued a formal statement, addressing last month’s embassy massacre on Biko. This is the first such announcement from a UEG official since leaks of the tragic incident ignited a firestorm of controversy nine days ago. And the statement itself was not without controversy, as the Senator’s denunciation of decorated war veteran, Master Chief Petty Officer John-117, constituted the strongest public condemnation of the Fallen Spartan yet.

It’s not a promising sign for democracy when a catastrophe touches a majority of the voters, and seemingly every politician in the UEG was trying to leverage the public outrage into talking points. Everything from military spending to tax relief. Not Senator Andrew Del Rio, though. His sights were centered on one narrow target.

DEL RIO: So, the Master Chief stormed an assembly of peace activists and began to gun people down. Now, I’m sorry but the SPARTAN-IIs are fundamentally flawed and dangerously outdated. They are an embarrassment and danger with their rusting tech and degraded neurology! But, we just kept bleeding taxpayers dry. Well, now we’re seeing the real cost. That program isn’t built on faded glory, but faded principles. Volatile remnants of powerful weapons governed by increasingly corroded minds. There is a reason you’ll never see video of a Spartan-IV attacking civilians or murdering heroes. I can vouch, personally, for the character of each and every Spartan-IV, as warriors and as people. After the tragic events on Biko, I don’t think there’s a person alive who could say the same for the Spartan-IIs. Mark my words: if we fail to decommission the Spartan-IIs, there will be more Bikos and there will be more massacres. Nobody wants to say it, but damn it, somebody has to. For those nineteen families whose loved ones are never coming home, because of this… false Spartan, this broken bastardization of a soldier who would abandon his post, dishonor his uniform, and slaughter the very people he’s sworn to protect. In the name of decency, it’s time to tear down that statue, and put down the Master Chief.

I had to hand it to Andrew Del Rio, the man had focus. However much I hated Del Rio and the whole propaganda machine, the leaks, the video, the report; they didn't lie. The Chief shot Ambassador Sekibo's bodyguard at point-blank range, grabbed the Ambassador, then escaped with the alien delegation in a hail of gunfire and dropped off Sekibo’s body the next day. Those were the facts. And no matter how corrupt these politicians were, I couldn’t argue with the evidence. Chief needed to come in and face due process, so we could know the truth. I still believed in the Chief, I believed that his legend would be restored, and I knew that there had to be more to this story.

I don’t know if I’d become overconfident by daylight or distracted by Del Rio, but I didn’t even hear the intruder until they tripped the alarm.

[SOUNDS OF TRAP RATTLING]

RAY: Aw, man. What the hell?

BEN: Oh, God… Oh, God…

RAY: Aw, crap…

BEN: What… Ray! Is that you?

RAY: Uh, yeah. I’m caught in your booby trap.

BEN: What are you doing here? You weren’t supposed to come until tomorrow. You scared the hell outta me, man…

RAY: Okay, can we hold that thought? I’m all wrapped up in… dental floss and… camping gear? Man, this looks like something my daughter would make.

The tripwire wasn’t dental floss. It was fishing line tied to my mess kit, balanced on a ledge. It was very effective, actually.

BEN: Here… Pick your foot up.

RAY: You look terrible.

BEN: Oh. Thanks, Ray.

My life in exile wasn’t glamorous. Cot, toilet, sink. My clothes doubled as bedding. Outside of research, my daily regimen featured canned goods, sink-washing, stretching, and security checks. I felt like I was back on the front lines.

RAY: Place looks… also terrible.

BEN: Super-helpful, Ray, thank you. Uh, wait. Wait, wait, wait. What route did you take to get here? Did you avoid the-

RAY: Relax.

BEN: You know the-

RAY: I took maximum precautions, Ben. As far as any unethical government surveillance is concerned, I’m still eating Thai food near my house.

I quickly learned Ray had nothing on Mshak, nothing on Congress.

BEN: Ok, but then what? News from the fashion world, what do you got?

RAY: That… or the truth about Biko.

Apparently, after a Mshak slush-combing tutorial, Ray had been listening. And a few days ago, he’d hit on an exotic frequency going somewhere it shouldn’t. The Sangheili, the alien race from the Biko peace talks, had sent an official transmission to UEG servers on Earth… the day after the leaks. And on their end, the government had buried it deep.

SANGHEILI KAIDON [MESSAGE]: It has been days since our original message. Why do you not respond? We had no part in this… dishonorable ambush. And neither did the Demon.

RAY: That’s the Sangheili clan leader saying they had nothing to do with the massacre. And the Demon wasn’t responsible either.

The Sangheili referred to the Chief as “the Demon.” Probably because Chief had killed thousands of their soldiers over the years. So they weren’t doing him a solid. Besides, the Sangheili were all about the truth. If they shot up your embassy and sent you a message about it, it would be boasting about kill count, not an appeal for justice.

SANGHEILI KAIDON [MESSAGE]: Why do you sit silent while your people demand unjust blood? Where is your answer? Where is your retribution?

RAY: He’s making it sound like Biko’s lusting for vengeance.

BEN: Huh? I’ve been looking at Biko for days. Look: it’s totally peaceful there.

RAY: Exactly. I did some checking though. That feed is an old loop. The Outer Colonies are mostly cut off from us, but someone’s cut Biko off from everybody. Nobody outside Biko knows what’s happening there. And it’s ugly.

Ray had managed to track down Ravi, a scavenger who made his living going terrible places, then selling intel to the highest bidder. He’d been sitting on Biko, fact-gathering since Sekibo’s funeral. And for this job, Ray was getting his money’s worth.

RAY: Protests, riots, martial law. But, since the funerals, not a single prominent figure on Biko has said a word about any of it.

At least not in public. Off-the-record, Ravi’s embassy contacts were livid. Sekibo’s people wanted to make a statement, clear the Sangheili, but they couldn’t. The magistrate, Laurel Adams, had silenced the leadership and the media. Nobody was talking.

BEN: How does she have the authority to do that?

RAY: She doesn’t! Adams is a puppet. The gag order came from Earth.

BEN: The UEG? Why would they squash the massacre? To protect the Chief?

RAY: Nope. To cover their own asses.

After uncovering a serious security threat one week before the talks, Ambassador Sekibo had petitioned the UEG for support. Badly needed support. But the Senators blew him off with an automatic rejection. Sekibo’s office had no choice. Regional stability was hanging in the balance, so they went ahead with the talks. And it broke very bad.

RAY: Gag order landed, media silence. And off-the-record, the only answer Ravi could get when he asked who did it was “Not the Sangheili”. But once FERO’s leaks hit and Chief was the bad guy, Biko’s streets popped off and Sekibo’s people took action. They broke rank, quietly launching an independent investigation into the massacre. The only suspects were a bunch of extremists, called Sapien Sunrise.

The Sapien Sunrise believed species integration was destroying civilization. “Humans pure, aliens bad”, that sort of thing. Most of these groups just got together in somebody’s basement over baked goods and hate speech. But Ray was pulling up terrorist dossiers, donor registries, military protocols. Sapien Sunrise were packing way more than pastries, and Sekibo’s talks would have represented everything they hated.

RAY: Here’s the overview: They did it.

BEN: Well that’s a short investigation.

RAY: They plotted to assassinate Ambassador Sekibo, frame the aliens, and end the peace talks. Now, I don't know if the Sapiens were counting on inept local intelligence, or they're just arrogant psychopaths, but they were brazen.

According to the investigator’s notes, Sapien Sunrise had been loudly threatening the embassy for months. No wonder the gag order had frustrated the diplomats. But once the investigation was on, it didn’t take long to tie four of the dead civilians to the local Sapiens’ chapter, along with four embassy guards and Sekibo's personal bodyguard. A man with a substantial military jacket and Chief’s first kill upon entering the chambers. All in all, nine Sapiens were at the embassy that day.

RAY: And the Chief took out every single one of them.

BEN: Damn…

RAY: And there’s evidence that the Chief didn’t kill a single innocent.

BEN: Wait, what evidence? That’s not in the video.

RAY: Apparently, there's a second video.

BEN: Ray, Do you have it?

RAY: No. But it's out there. Coroner’s reports too.

BEN: What? Can we get it?

RAY: No, I-

BEN: What about the UEG communications with the Magistrate? We could prove they were negligent in denying Sekibo’s security request!

RAY: Ravi couldn’t get that either. The gag order came back down hard, Ben.

BEN: They went silent again? After all that, they just stopped investigating?

RAY: Ravi thinks the UEG must have offered the diplomats something sweet.

BEN: Yeah, how about clearing the Chief and the Sangheili, and throwing the Sapiens into a hole, I mean, come on.

RAY: Look, we’re lucky we got this. Besides, the diplomats made it sound like justice was coming soon.

BEN: Justice? They’re just gonna say Sapien Sunrise did it with Chief’s help! And they’re gonna get away with it, I mean, what’s wrong with these people?

RAY: Uh, they’re evil.

Sekibo’s office had been trying to forge a better world in a region of space where very little is black-and-white. They’d asked for help, and while the UEG refused to even read their request, the Master Chief had shown up. His ship entered their atmosphere so fast, air-traffic A.I. registered it as a fireball. And considering the bee-line he made to the embassy, he must have had virtually no warning.

Chief charged solo into a hopeless situation with no time. He interrupted an assassination, possibly averting war. He neutralized heavy combatants hiding behind civilians, and there’s wasn’t a drop of innocent blood on his hands. He got Seikbo and all but three of the Sangheili to safety. The only thing the Chief couldn't do was keep Richard Sekibo's heart beating.

But in reality, without that second video or coroner’s reports to clear the Chief, without documentation of UEG negligence, I had nothing. I could already see it falling to pieces before my eyes.

BEN: Ray, this is… Thank you… You didn’t have to do this.

RAY: I didn't have a choice, actually. I- I need a favor.

BEN: Okay.

RAY: Everything going on in the outer colonies, my… my parents are out there. Ravi couldn’t help, and nobody’s getting through, but… if you could talk to Petra, see what they're saying on Earth...

BEN: Yeah. Of course.

Ray was powerless to find his parents. I'd been powerless to save Mshak, to help Katrina, to find Ellie. I didn’t know what I could do for anyone, but I called Petra anyway. It’s awful to admit, but I think I just hoped she’d be powerless too.

When Petra answered, I started rambling when suddenly, she cut me off.

PETRA: Ben. Ben, listen. I’m… I’m glad you called actually. I have a lead for you.

BEN: What?

PETRA: It popped up a couple days ago, and I’ve been sitting on it, debating whether to give it to you or-

BEN: Petra.

PETRA: Delete it or… It’s from someone I trust, and, um…

BEN: Petra. I don’t need a handout, OK? If you want the lead you-

PETRA: Ben, I don’t want it. I just… I didn’t know if I want to be responsible for having given it to you, but I know you need it. Here.

I opened the package. Coordinates. Some sector on the outskirts. Underneath was a 72-hour window, it started soon. I looked up the location. It was on… Bliss.

PETRA: I’m not sure what you’ll find there. Y’know, maybe a server, or-

BEN: A server on a glassed planet?

PETRA: I don’t know, okay? Maybe- Maybe it’s a mass grave. All I do know is it’s an anomaly, they don’t know about it, and for 72 hours, there will be a security lapse where no one’s watching. And that is a hard clock, Ben. You have to get in and out within that window, you understand?

BEN: Uh… yeah. Yeah, okay.

PETRA: Ben, this is a once-in-a-lifetime shot, Somebody risked their life to get me those 72 hours and I need to know that you’re going-

BEN: I’m sorry, I’m- No. I appreciate that. I’m in. I’m- I’m gonna do it. Okay? Thank you.

PETRA: Okay. That’s your ride, a silicate freighter, leaves tonight. Bring your piggy bank, everything you’ve got. These people only speak bribe and they’re not easily impressed.

I don’t know why, but somehow, in that moment, I felt completely ready for this. It was time to make a power move, and that’s what I was gonna do.

BEN: Oh, uh, Petra, just one more question. I- I hate to ask, but-

PETRA: Yes, you can keep the recording.

BEN: How did you know?

PETRA: God, you are the worst, Ben. Take care.

BEN: Okay. Uh, thanks, Petra.

If I was going to the far reaches courtesy of capitalists, I needed to stock up on essentials and grab all the money I had left in the world. The rainy-day fund I kept squirreled away at my place. I was going home and surprisingly, it felt amazing. Stepping outside for the first time in so many days, finally having a real destination, it gave me freedom and purpose again.

I was all ready for a quick grab-and-go, but as I breezed up the walkway to my building, I saw something weird: Notices from the city stapled to the front door.

This structure has been condemned. “Unfit for human habitation”. What the hell was this? My key scan still worked though, so I pushed into the dim entryway. The power was off in the building, it was silent. And every door down the length of the hall was ajar.

BEN: What in the hell… Hello?

As I moved down the silent row, I glanced into my neighbors’ apartments.

BEN: Hello?

Everything inside, furniture, fixtures, pictures, windows, everything, had been draped in clear plastic sheeting that stirred as I passed. The second floor was the same way; silent, every door open, every last inch inside covered in plastic. As I turned the corner though, I noticed my door, still damaged from Petra’s boot, was closed. It was the only closed door. I pushed it open and my guts collapsed inside of me.

BEN: Oh my God…

Everything was gone. The entire apartment had been gutted.

BEN: There’s nothing…

Everything, down to the light fixtures, the appliances, the cabinetry. They’d pulled up all the flooring, stripped all the trimming, ripped out all of the plumbing, all of it… was gone, without any hint that it had ever even been here in the first place. As a breeze moved in through the gouged-out sockets where my windows had once been, I realized it had gotten dark. The monster had been here. It had come inside my home. And now everything I had, had been completely erased.

Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



<<< Écouter… et attendre. C'est tout ce que vous avez à faire quand vous vous cachez dans l'ombre. Quand vous avez lancé tout ce que vous pouviez contre le monstre, c'est la seule chose que vous pouvez faire. >>>

Benjamin Giraud : Un, deux, trois, …

<<< Depuis notre infiltration dans la séance du sénat, je ne pouvais qu'écouter et attendre en espérant que mon témoignage était parvenu aux bonnes oreilles. Effrayé que l'ONI n'arrive et nous trouve, tapis dans l'ombre. Je savais où commençait et se terminait la vérité, mais c'était malgré tout l'ignorance qui me tenait éveillé. Car même si nous avions porté un coup fatal, nous ne pouvions qu'observer et attendre que le cadavre remonte à la surface. Et elle était pour le moment calme. Tout ce que je savais, c'était que Mshak n'était pas réapparu. Je ne l'avais pas entendu depuis des jours, et mes doutes s'épaississaient chaque nuit hantée du même scénario se terminant dans de grands sacs noirs et silencieux. Qu'avais-je fait ? FERO et Petrosky pouvaient s'en sortir, mais si l'ONI s'en était pris à Mshak… ce serait ma faute. Et ils viendrait ensuite pour moi. >>>

[Un bruit sourd]

Ben : [halète]

<<< J'étais terré ici depuis des jours. La pénombre était pleine de cauchemars, alors je n'y dormais plus. Je travaillais la nuit, et je me faisais discret. Seul mon contact savait que j'étais ici et c'était très bien ainsi. L'endroit était fait de béton et recoins sombres. J'avais mémorisé les bruits de l'immeuble : la brise dans l'escalier, les cliquetis de la climatisation, les grattements des rats dans les murs. Au moindre bruit inhabituel, j'éteignais mes appareils, me cachais sous la fenêtre et restais en alerte jusqu'à ce que tout soit normal. Je comptais alors jusqu'à cent avant de sortir. Je n'avais pas dévié une seule fois de ce protocole… jusqu'à cette nuit. Avec la tempête martelant le toit et hurlant dans les conduits d'aération, j'étais sourd. N'importe qui pouvait se faire discret. Le béton résonnait et chaque coin sombre semblait prendre vie pour fondre sur moi. J'essayais de me reprendre. Si quelqu'un approchait, il déclencherait mon alarme et j'aurais cinq secondes pour me cacher. Mais chaque cognement était un pas, chaque écho était une voix et mon instinct me hurlait que quelqu'un était dans le bâtiment. Je n'attendis pas d'entendre l'alarme. Je soulevais quelques panneaux détachés du sol, sous lesquels se trouvait un espace exigu dans lequel je me contorsionnait avant de m'enfermer. Ni la tempête ni quiconque ne pouvait plus me trouver. Attendre dans le noir était le plus dur. Passer la nuit sous le sol m'offrit le meilleur sommeil depuis des semaines.

Je suis Benjamin Giraud, et voici la Traque de la Vérité. >>>


Présentateur : Du haut des marches de la place du congrès, le nouveau sénateur Andrew Del Rio a aujourd'hui fait une déclaration officielle concernant le massacre du mois dernier dans l'ambassade de Biko…

<<< Ça ne veut rien dire de bon pour la démocratie quand une catastrophe touche une majorité de votants et que d'un seul coup, tous les politiciens de l'UEG le passent sous silence, que ça soit le budget militaire ou les dépenses de l'état. Sauf Del Rio. Lui se focalisait sur un seul sujet. >>>

Présentateur : …À propos du Spartan déchu.

Andrew Del Rio : Le Major a pris d'assaut les pourparlers d'activistes et tué plusieurs personnes. Je le dis clairement : les Spartans-II sont fondamentalement défectueux et dangereusement dépassés. Ils sont à la fois une honte et un danger avec leur technologie obsolète et leur neurologie délabrée. Et pourtant ils continuent d'engloutir nos taxes. Nous voilà face aux vrais coûts, à présent : ce programme n'est pas construit sur une gloire passée, mais sur des principes dépassés ! Des reliques d'armes trop puissantes pour être contrôlées par des esprit corrodés. Vous ne verrez jamais une vidéo d'un Spartan-IV attaquer des civils ou tuer des héros. Je peux personnellement vous assurer de la valeur de chaque Spartan-IV en tant que soldat, mais surtout en tant qu'humain. Après les événements tragiques de Biko, je doute que quiconque aujourd'hui puisse soutenir les Spartans-II. Souvenez-vous de cela : si nous n'agissons pas pour mettre les Spartans-II à la retraite, il y aura d'autres Biko, il y aura d'autres massacres. Personne ne veut le dire, et pourtant quelqu'un doit le faire ! Pour ces dix-neufs familles qui ne verrons jamais les leurs revenir chez eux à cause de ce faux Spartan ! Cette épave, ce simulacre de soldat qui a abandonné son poste, déshonoré son uniforme et massacré les mêmes personnes qu'il avait juré de protéger ! Il est grand temps de détruire cette statue et mettre à pied le Major !

<<< Il faut accorder une qualité à Andrew Del Rio : il ne lâche jamais prise. Je déteste ce type, mais les documents et la vidéo fuités ne mentent pas : le Major a abattu le garde du corps de Sekibo, a enlevé l'ambassadeur et s'est enfui avec la délégation alien dans une tempête de coups de feu avant de larguer le corps de Sekibo le jour suivant. C'étaient des faits, qu'importe que ce politicien soit corrompu, je ne ne pouvais pas aller contre l'évidence : le Major devait faire face à la justice et nous avions droit à la vérité. Je croyais toujours en lui, que sa légende resterait immaculée et qu'il devait y avoir une raison derrière cette histoire. Je ne sais pas si c'est la lumière du jour qui m'avait donné plus de confiance ou si Del Rio m'avait distrait, mais je n'avais pas entendu l'intrus avant qu'il ne déclenche l'alarme. >>>

[Bruit de casseroles]

Ben : Oh non…

Ray Kersig : Qu'est-ce que ?!

Ben : Hein ? Ray ?! C'est toi ?!

Ray : Ben oui… C'est pour quoi, le piège ?

Ben : Qu'est-ce que tu fais là, tu ne devait pas être là avant demain ! J'ai frôlé la crise cardiaque !

Ray : Calmes-toi et viens m'aider à retirer ce… fil dentaire ? Sérieusement, ma fille ferait mieux que ça comme alarme avec un kit de camping.

<<< Le déclencheur n'était pas en fil dentaire mais en fil de pêche attaché à une casserole suspendue… Efficace, quand même. >>>

Ray : Tu as mauvaise mine.

Ben : Wow, merci Ray…

<<< Ma vie d'exil était loin du palais royal : matelas, toilettes, évier, quelques vêtements et draps. En dehors de mes recherches, mon quotidien était constitué de nourriture en boîte, de maintien en forme et de vérifications de sécurité. Ça rappelait la ligne de front. >>>

Ray : L'endroit aussi a mauvaise mine.

Ben : Tu m'aides beaucoup, merci ! Attends… Quel chemin tu as pris pour venir ici, tu as évité le–

Ray : Respire, j'ai pris toutes les précautions nécessaires. La surveillance peu éthique du gouvernement ne sait même pas que je suis sorti de chez moi.

<<< Ray n'avait malheureusement aucune info sur Mshak ou le congrès. >>>

Ben : Alors quoi ? Tu viens juste me tenir au courant de la mode ?!

Ray : Plutôt la vérité sur Biko.

<<< Il semblerait qu'après un tutoriel de Mshak sur le slush, Ray se soit mis à écouter. Il y a quelques jours, il avait repéré une fréquence inhabituelle à la destination peu commune. Les Sangheilis, l'espèce alien des pourparlers, avaient envoyé une transmission officielle sur les serveurs de l'UEG sur Terre le lendemain de la fuite. L'UEG l'avait alors enterré profond. >>>

Ray : Le chef de clan Sangheili dit qu'ils n'ont rien à voir avec le massacre, et que le Démon non plus.

Sangheili : …Ni le Démon…

<<< Les Sangheilis appellent le Major « le Démon », sûrement parce qu'il a tué des centaines de leurs soldats au fil des années, ils ne devaient donc pas avoir une haute opinion de lui. Les Sangheilis ne plaisantent pas avec la vérité, mais après la fermeture d'une ambassade, un appel à la bonne justice n'est pas quelque chose auquel on s'attend. >>>

Sangheili : …Pourquoi garder le silence alors que votre peuple demande une réparation injustifiée…

Ray : À l'écouter, on dirait presque que Biko cherche à prendre sa revanche…

Ben : Non, ça fait des jours que je surveille Biko, rien à signaler là-bas.

Ray : Exactement. J'ai fait quelques vérifications. Ce canal que tu surveilles est une vieille boucle. Les communications avec les colonies extérieures ont été grandement perturbées, mais Biko est devenue totalement silencieuse. Personne à l'extérieur ne sait ce qui s'y passe. Et en vrai, c'est moche.

<<< Ray était entré en contact avec Ravi, un informateur se rendant sur les lieux de sinistres pour recueillir des informations en temps réel pour les revendre au plus offrant. Il traînait sur Biko depuis les funérailles de Sekibo, et sur le coup, Ray en avait pour son argent. >>>

Ray : Des manifestations, des émeutes, la loi martiale, depuis le meurtre de Sekibo. Et aucune figure politique locale n'en a parlé.

<<< Pas en public du moins. D'après les contacts de Ravi à l'ambassade locale, Sekibo cherchait à réhabiliter les Sangheilis auprès de l'opinion publique, mais la magistrate Laura Adams avait réduit le parti et les médias au silence. Personne n'en parlait. >>>

Ben : Comment a-t-elle pu avoir une telle autorité ?!

Ray : Elle ne l'avait pas ! Adams est un pion, c'est la Terre qui a demandé d'imposer le silence sur cette affaire.

Ben : L'UEG… Pourquoi voudrait-elle étouffer l'affaire ? Pour protéger le Major ?

Ray : Nan. Pour se protéger eux-même.

<<< Après avoir découvert une énorme faille de sécurité une semaine avant les pourparlers, l'ambassadeur Sekibo avait demandé du soutien à l'UEG. Un soutien dont il avait cruellement besoin. Le sénat l'a rejeté automatiquement. Le parti de Sekibo n'avait pas le choix : ils devaient passer outre les risques et maintenir les pourparlers. Pour le meilleur et pour le pire. >>>

Ray : Quand l'ordre de faire le silence est arrivé, les médias ont tout coupé, et quand Ravi a demandé qui avait fait le coup, tout ce qu'on lui a répondu c'est : pas les Sangheilis. Mais avec la fuite de FERO, le Major est devenu le coupable désigné et les gens sont descendus dans la rue. Les gars de Sekibo ont aussi mis la main à la pâte en lançant une enquête discrète sur le massacre. Les seuls suspects sont un groupe appelé Sapiens Sunrise.

<<< Les Sapiens Sunrise pensaient que l'intégration entre espèces était nocive à la civilisation. Que les humains étaient purs et les aliens mauvais, ce genre de choses. Le genre de groupes qui se retrouvent dans une cave pour partager des gâteaux autour d'un discours haineux, mais ils avaient aussi des penchants terroristes. Certains avaient un casier judiciaire ou un passif dans l'armée. Sapiens Sunrise ne se limitait pas aux gâteaux. Et les pourparlers de Sekibo étaient l'exact inverse de leurs idées. >>>

Ray : Je te le donne en mille : ce sont les coupables.

Ben : Mais c'est une enquête non officielle…

Ray : Ils comptaient assassiner l'ambassadeur Sekibo, accuser les aliens et tirer un trait sur les pourparlers. Je ne sais pas si les Sapiens avaient accès à de bonnes infos ou si ils sont juste tarés, mais en tout cas ils étaient assez remontés pour faire le coup.

<<< D'après les notes de l'enquête, Sapiens Sunrise menaçait l'ambassade depuis des mois, d'où la demande de protection à l'UEG. Une fois l'enquête débutée, quatre des civils tués furent rapidement liés à Sapiens Sunrise. De même que quatre autres gardes et même le garde du corps de Sekibo, un homme ayant servi dans l'armée, et la première cible du Major lors de son intervention. Neufs Sapiens étaient dans l'ambassade ce jour-là. >>>

Ray : Et le Major les a tous allumés.

Ben : Incroyable…

Ray : Et le Major n'a pas tué un seul innocent.

Ben : Attends, ce n'est pas sur la vidéo ?

Ray : Il semblerait qu'il y en ait une deuxième

Ben : Tu l'as ?

Ray : Non, mais elle existe. Les rapports légistes aussi.

Ben : Quoi ? On peut les récupérer ?

Ray : Non…

Ben : Et les communications de l'UEG ? On pourrait prouver leur négligence.

Ray : Ravi n'a pas pu mettre la main dessus. L'ordre de couper les communications est tombé subitement, Ben.

Ben :' Alors on ne peut rien faire ?! Ils ont juste laissé tomber l'enquête ?!

Ray : Ravi pense que l'UEG a graissé la patte des diplomates…

Ben : Mais on pourrait disculper le Major, les Sangheilis et jeter les Sapiens au trou !

Ray : On est déjà chanceux d'avoir mis la main sur ça. Et puis le diplomate a affirmé que justice serait bientôt rendue.

Ben : Justice ?! Ils diront juste que les Sapiens l'ont fait avec l'aide du Major ! Et ils vont encore s'en sortir, c'est quoi leur problème ?!

Ray : Ce sont les méchants.

<<< Le parti de Sekibo tentait de créer un monde meilleur dans une partie de l'univers où le manichéisme n'a jamais cours. Ils avaient demandé de l'aide et l'UEG n'avait même pas lu leur demande, alors le Major était entré en action. Son vaisseau est entré en atmosphère tellement vite que les I.A. de contrôle du trafic aérien l'on enregistré comme un météore, et au vu de la surprise dans l'ambassade, il n'a donné aucun avertissement. Le Major a chargé seul dans une situation désespérée et en une fraction de seconde, il avait interrompu une tentative d'assassinat, évitant peut-être une guerre. Il neutralisa des combattants entraînés cachés parmi les civils et il n'avait pas une goutte de sang innocent sur les mains. Puis il a escorté Sekibo et tous les Sangheilis, sauf trois, en sécurité. La seule chose que le Major n'avait pas pu faire était de garder le cœur de Sekibo battant. Mais sans la vidéo ou les rapports légistes, sans documentation de la négligence de l'UEG, je ne pouvais rien faire. Je pouvais juste contempler mon impuissance. >>>

Ben : Ray… Merci, tu n'étais pas obligé de faire tout ça.

Ray : En fait, je n'avais pas le choix. J'ai besoin d'une faveur.

Ben : Bien sûr.

Ray : Mes parents sont là-bas. Ravi ne pouvait rien faire et personne ne sort, mais si tu peux parler à Petra, voir ce qui se dit sur Terre…

Ben : Oui, bien sûr.

<<< Ray comptait sur moi pour l'aider. Mais j'avais été incapable d'aider Mshak ou Katrina. Je ne pouvais rien faire. J'ai tout de même appelé Petra. J'espérais qu'elle ne pourrait rien non plus. Quand Petra a répondu, j'ai commencé à bafouiller avant qu'elle ne me coupe. >>>

Petra Janecek : Ben, Ben, écoute. Je suis contente sur tu ais appelé, j'ai une piste pour toi.

Ben : Quoi ?

Petra : Ça fait quelques jours et je n'arrivais pas à décider si je devais t'en parler ou non. Ça vient d'une source de confiance et…

Ben : Petra, c'est bon, je peux–

Petra : Je n'en veux pas. Je ne veux pas non plus être responsable de te l'avoir donné, mais je sais que tu en auras besoin.

<<< J'ai ouvert le paquet. Il contenait des coordonnées, à la bordure des colonies extérieures, ainsi qu'une fenêtre de temps de soixante-douze heures commençant bientôt. J'ai vérifié les coordonnées : c'était sur Bliss. >>>

Petra : Je n'ai aucune idée de ce que tu trouveras là-bas. Un serveur, peut-être.

Ben : Un serveur ? Sur une planète vitrifiée ?

Petra : J'en sais rien. Je sais juste que c'est anormal et qu'ils n'en savent rien, et dans les prochaines soixante-douze heures, la sécurité sera relâchée. Tu dois entrer et sortir dans cette fenêtre de temps, compris ?

Ben : Euh, oui.

Petra : Ben, c'est une occasion unique. On a risqué des vies pour obtenir ces infos. Je dois savoir si tu vas–

Ben : Attends, j'apprécie vraiment, vraiment. Je vais le faire, d'accord ? Merci.

Petra : D'accord. Voilà ton vol. Un cargo clandestin qui part cette nuit. Emporte de l'argent, tout ce que tu as. Tu en auras besoin, ils ne sont pas du genre à plaisanter sur les prix.

<<< Pour une raison que je n'explique pas, je me sentais tout à fait capable de le faire. Il était temps d'agir. >>>

Ben : Petra, une dernière question–

Petra : Tu peux garder l'enregistrement.

Ben : Comment tu as su ?

Petra : Tu as une sale habitude, Ben. Bonne chance.

Ben : OK, merci Petra.

<<< Si je devais partir pour les limites de l'espace humain dans un cargo clandestin, je devais emporter un bagage minimal et récupérer tout l'argent qui me restait dans ce monde. Et pour ça, je devais rentrer chez moi. Sortir dans la rue était un vrai plaisir, et avoir enfin un but précis me libérait. Je m'apprêtais à un passage rapide mais en arrivant devant mon immeuble, je remarquais quelque chose d'étrange : une note des services publics agrafée sur la porte d'entrée. L'endroit avait été condamné. « Non propice à l'habitation » ? Ma clé était toujours valide, alors j'entrais. L'immeuble était silencieux et il n'y avait pas de courant. Toutes les portes dans le hall étaient ouvertes. >>>

Ben : Mais qu'est-ce que… Il y a quelqu'un ?

<<< En avançant dans le couloir, je jetais un œil dans l'appartement d'un voisin. >>>

Ben : Bonjour ?

<<< Tout dans l'appartement, murs, meubles, fenêtres, était couvert de plastique transparent qui crissait sous mes pas. L'étage au-dessus était similaire : silencieux, portes ouvertes, du plastique partout. En tournant à l'angle, j'apercevais ma porte, portant toujours la marque de l'irruption de Petra… et close. C'était la seule porte fermée. Je l'ouvrais d'une poussée, et mon tripes se volatilisèrent : tout avait disparu. L'appartement entier avait été éventré. Tout jusqu'aux plus petits détails. Les appareils, les meubles, le sol, les boutons d'interrupteurs, la plomberie, tout s'était volatilisé. Une brise entra par l'ouverture qui avait un jour accueilli ma fenêtre. Je me rendais compte que durant ma disparition, le monstre était venu, dans ma maison. Et tout ce que je possédais n'existais plus.

Rejoignez-moi pour le prochain épisode de la traque de la vérité. >>>



11 : Down to the bone[modifier]

The window on Petra’s lead is closing. With only 72 hours to get past ONI and into Deep Space, it’ll take a miracle–or a timely intervention–to keep the story on track.


The night was pouring in over my shoulders, and no matter how hard I tried to disappear into my hoodie the temperature just kept dropping. I never should’ve come here. They’d evacuated my neighbors, taken all my things, my stash of money, torn everything down to the bone, and they hadn’t even left me a hint that I’d ever existed in the first place. ONI could erase anything they wanted to.

BEN: “Hunt the Truth”…

I just sat there. It was quiet… when I got a call.

BEN: Hello? Who is this?

FERO: Ben, you need to get out of there now. They’ve found you.

BEN: Wait, FERO? Wait, no- how- How did you-

FERO: Ben, listen to me. I told you I’d protect you. Now go, before it’s too late.

BEN: Protect me? I don’t even know how you are. How can even I trust what you-

FERO: Okay, Ben. Just listen to me.

BEN: I’m not- I’m not going anywhere.

FERO: Damn it Ben, have a pity party later! You need to get out of there now!

It was already too late.

FERO: Okay, Ben. Listen to me. Ben.

BEN: Oh, damn it, damn it, damn it…

I could hear them out there through the giant hole where my windows used to be.

[AGENTS TALKING OUTSIDE BEN’S BUILDING]

BEN: Oh no...

I need to hide. Stay quiet. If they were using biometrics I needed to slow my heart down, too. But I was terrified. And then. I froze.

[AGENTS BREEAK THROUGH GLASS, ENTER BEN’S BUILDING]

ONI was here and everything became instinct.

[BEN RUNS DOWN THE HALLWAY]

I flew out of my apartment into the hall. A door. Any door. I picked one, but the plastic sheeting.

[SOUND OF PLASTIC SHEETING CRUMPLING LOUDLY]

I stepped too loud. So I retreated and slipped through a door across the hall, soft feet this time. Moving as fast as I could toward a back bedroom, avoiding the wrinkles on the floor, navigating the silhouettes of draped furniture. Trying to be silent.

I curled up beneath a bedroom window and listened.

[DOOR OPENS]

That was my door opening. They were in my apartment. Had I left any evidence?

FIRST AGENT [IN OTHER ROOM]: Hey. Over there.

I need to relax.

SECOND AGENT [IN OTHER ROOM]: Clear.

I breathed and waited.

FIRST AGENT [IN OTHER ROOM]: Oh, he’s here.

They would systematically scan the building until they found me. And then they were going to stuff me in a bag. I closed my eyes. Tried to disappear.

The sounds had gotten faint. This was my chance. I could make it to the stairwell, but I had to go now. I went.

[BEN RUNS TOWARD HALLWAY]

And three strides into the living room, I could hear them coming around. I dropped down out of sight behind a couch. They were right outside

SECOND AGENT: Shhh… He’s here.

I waited. It was quiet. And then they struck.

[AGENTS BURST THROUGH THE DOORWAY AND ONTO BEN]

BEN: NO, NO, NO, NO, NO – DON’T- UGHN!

The agents began to overpower me.

[AGENTS STRUGGLE WITH BEN]

They were about to put me down when-

[TWO GUNSHOTS RING OUT]

The agents crumpled to the floor. They- They were dead. What happened? I tried to clear my eyes when suddenly I heard one of the agents still alive.

[AGENT STRUGGLING TO BREATHE, GURGLING]

[A GUNSHOT RINGS OUT]

And then he wasn’t.

I saw the shooter emerging from the shadow, snatching up the ONI COM pads and stepping right up to me.

FERO: Do you trust me now?

BEN: Ye- yes, yes. Wh- What- What- Yeah.

FERO: More agents will be here in two minutes. You can wait here to die or you can get your ass out that window right now.

I did what she said

BEN: Okay, okay, okay.

I’d just met FERO.

I’m Benjamin Giraud and this is Hunt the Truth.

BEN [MUTTERING]: Alright I guess… Alright…

FERO led the way along the ledge to the fire escape. I was trying not to look down. We jumped the last several feet and I immediately ran across the street to take cover.

BEN [WHISPERING]: Oh my God. FERO, where are we going?

FERO [WHISPERING: Stop. Talking.

I did as she said, trying not to think. She moved quickly, staying in the shadows. I tried to step where she stepped, but it was hard to keep up. I was almost out of breath by the time she finally ducked into a drainage canal and stopped. I was trying to digest what had just happened.

BEN: Were those agent- Were those agents even-

FERO: I don’t have time to talk. I only came here to make sure you stay a free man, so I need you to listen carefully.

BEN: Okay.

FERO: If they haven’t already, ONI’s definitely greenlit you now. You need to get off-world. Agents are probably searching the neighborhood as we speak, and they won’t stop until you’re neutralized.

BEN: Oh God, Oh God, Oh God, Oh God…

FERO: Listen to me, we will protect you.

BEN: Okay. Okay.

FERO: But we’re mobilizing in the Outer Colonies right now. Major pieces are in motion, so everything’s on lockdown. You’ll have to make it on your own for at least a few more days. We’ll give you the resources you need to lay low.

She handed me a COM pad.

FERO: This is completely untraceable. So use it for whatever you need. It gives you access to a secure account too. You’ll have more than enough credits.

BEN: What? Really? Seriously?

Even since ONI froze my accounts, I hadn’t even been able to buy a cup of coffee, and now FERO was giving me a trapdoor out of the financial ruin. She’d already saved my life, and now, this.

BEN: This is great. This is great. I- I can’t thank you enough.

FERO: You can access our network of safe houses on there. The protocol’s blocked right now, but when the lockdown ends, it’ll automatically prompt you. I’ll make sure they know to take care of you.

BEN: Wait- Wait, won’t- won’t you be there?

FERO: The move we’re planning is dangerous. I’m about to go dark and this time, it might be permanent.

BEN: What? Wait, no. Why are you taking that much risk?

FERO: There’s no time. The window is closing and the Chief is still taking the fall. Your story exposed ONI, the Biko leaks cut them deep. We had the bastards bleeding. But when the Senators didn’t bite on our hack, ONI had a chance to recover. So we’re going all in, while they’re still vulnerable. That’s why we’re on lockdown. The mission’s desperate at best, but there’s no silver bullet here.

BEN: But no. There- There has to be-

FERO: It’s okay, Ben. I’m not afraid to die. What we’re doing is so much bigger than me. And I know there will always be people to continue the fight. People like you.

ONI was coming after me with everything they had. FERO had saved my life and now she was prepared to lay down her own. I couldn’t lay low. I knew what I had to do.

BEN: Wait, wait, wait... I may have a silver bullet.

I convinced FERO to hold off on her plan for a few more days, while I followed up on Petra’s lead. I knew whatever I did with whatever I found there would have to be big. But if it took making a major impact to keep another one of my friends from dying in the fray… I thanked FERO again-

BEN: Thank you.

Told her I’d see her soon, and we parted ways.

I stayed in the shadows and moved quickly across town to the freighter headed for Bliss, only stopping once at an old military surplus along the way. I stocked up there, then caught my ride out to Deep Space.

When I arrived, I headed straight for the Office of Mineral Rights. On the ride up, the freighter captain had seemed far more interested in bribery than my aspiring prospector backstory. I was hoping the claims coordinator would be equally pragmatic.

COORDINATOR: Mr. Jared, an entrepreneur diversifying into silicates does not usually hop on a Deep Space freighter to walk the glass troughs. I like your gumption, but I’d love to show you some of these projected yields.

BEN: Actually, I already have a plot in mind.

After negotiating transport up here, I understood better what the industry considered acceptable compensation. And with all the haggard men outside holding gold-plated COM pads, I figured the man who issued the permits would have me plundering FERO’s account. So, seventy-five thousand credits later, I had access, nav, and full gear. He seemed alarmed though when I refused an escort.

COORDINATOR: That’s four klicks from here, and beyond that periphery, it’s a hard slog through raw glass. Some of those formations will stab through bone.

I just signed the waivers. To his credit, he offered me some parting advice, free of charge.

COORDINATOR: The wind really kicks up out there. And the particulate’s been extremely rough. We’ve had to close the shutters twice in the past week. So, uh, if you hear that alarm, you get to cover, okay? Otherwise, it’ll tear your skin off.

BEN: Thanks. Appreciate it.

On the outskirts of the settlement, the horizon seemed to be all quarries. When I reached the periphery though, open-pit operations stopped abruptly and I saw the real glassed planet. A daunting, chaotic sea of shapes and textures, black brittle swelling and troughing without end, scattered with the skeletons of melted buildings.

The terrain was brutal, repeatedly slowing my trek to a crawl, picking through fields of jutting glass. The climate was killing me too. Constant thirst despite constant water breaks. My skin felt like it was cracking beneath my soot-caked gear. And after choking on a mouthful of dust, I’d been breathing on the respirator for the past hour. Occasional desert plants pushed through the cracks, bright blue or blood red. But aside from the crows stalking the settlement’s landfill, that was the only non-human life I’d seen. It was all that fine ash. 32 years later, still suspended in the atmosphere. It precluded thriving life, as it painted the surreal sky above, constantly shifting with the erratic winds, gorgeous streaks to diseased palls.

I had been making relatively good time, when a cloud of dense ash suddenly descended. I stopped. I was totally blind. I didn’t want to take a step; a lethal fall seemed far too possible. I checked the nav. Only 1,200 feet to go. I was debating whether or not to wait out the fog, when it suddenly lifted. It was beautiful for a moment.

[STORM SIREN SOUNDS]

When a low, rising growl snapped me out of that reverie. The storm siren.

I pulled up the nav and started moving as fast as I could, sudden pockets of cold, hot, then cold again, the wind whipping sharply back and forth, bits of sand spraying against me.

[STORM SIREN SOUNDS]

But I didn’t see anything. Behind me, everything was calm. In front, the sky above the mountains were perfectly clear. Where was the storm? I looked down at the nav. Only a few hundred feet to go. Ahead, I saw the ruins of a huge complex. I’d be there in no time. But then I realized it; those weren’t mountains. A black wall was coming from the horizon, and it was coming right at me.

I flat out sprinted. The storm was closing in. it was the color of night and impossibly tall. I got to the ping on the map, the structure had been leveled. There was nowhere to go and the sand was flying faster, stinging my cheeks. I looked around desperately, trying to shield my face. There was a massive collapsed section up ahead. I scurried over, bits of glass starting to spray against the debris, like tinkling wind chimes.

The glass was stinging through my clothes. I half-climbed, half-slid down the waves that oozed and sloped into the pit, slicing my leg on the way down. The sound was deafening, I had to get in now. I started tugging at a split in the collapsed floor, the storm blasting harder, my skin on fire.

I made one last push, the glazing shattered, and I slid in, as the wall of glass exploded overhead and I plunged into the darkness.

I laid there for a bit before pulling off the respirator. My skin was stinging all over. I checked my outer thigh.

BEN: Damn it. Damn.

It was bleeding and it hurt like hell, but it wasn’t too deep. I pulled out my medical kit, wrapped it, and started looking around.

BEN: Okay, the Roof's collapsed there... All- all sorts of debris on the ground... Chairs, wire...

Whoever abandoned this place must have had advance warning and left in a hurry. I shined my light along a back wall.

BEN: Okay. “Office of Naval Intelligence… Subspace Communications… No civilians past this point….”

It was an old ONI subspace relay facility, one of the hundreds scattered in Deep Space to cut back on COM delays between Earth and the out skirts. ONI wouldn’t have left anything useful in a place like this.

BEN: Okay, Petra… What am I looking for?

I followed every warning sign I could find, looking for anything “Restricted Access.” A few flights down and dozens of turns in, I was standing on what appeared to be the lowest level, and based on the long echoes into the darkness, the room was huge. I moved through dozens of rows of tall shelves, draped with drop cloths. Whatever had happened on Bliss hadn’t made a dent down here, apparently. I peered behind one of the cloths.

BEN: Oh. Damn.

Guns, explosives, ammunitions, all kinds of after-market mods. None of this was UNSC-sanctioned.

BEN: Seriously? Guns?

Had I come all this way for neatly organized contraband?

BEN: You gotta be ki-

But that’s when I saw it out of the corner of my eye. Coming from the shadows at the back of the room. Through a glass door-

BEN: No way…

A tiny blinking light.

BEN: No way… It can’t be active….

An active relay?

BEN: The relay!?

In an ONI facility? There could be anything on it. There could be everything on it… if someone screwed up. The surface destruction was catastrophic. They could have just assumed the glassing had gone this deep. And ONI probably wasn’t even operating in any real capacity out here anymore. This had to be why I was here.

I immediately hooked up my COM pad and I couldn’t believe it. The server was in standby, but it seemed fully functional.

BEN: “Connecting”!?

Something kicked on deep below and low auxiliary light filled the room.

BEN: Oh my God!

I started entering queries.

BEN: “Biko”…

“Biko”. It was current. I remembered the name of the raw file for the Biko video that FERO leaked.

BEN: Oh, now way…

That video popped up. And so did the second video, the one FERO hadn’t seen.

BEN: Ray, I found it!

I pulled it down and opened the footage. It was a composite of every single angle cameras captured that day.

The original video just showed Chief firing down the hallway where four civilians had died. But I didn’t see civilians in that hallway. I saw two “janitors” with a rocket launcher. I saw two “couriers” with frags. And none of them had a chance before Chief dropped them. Shot for shot, bullet for bullet, I watched him take out the terrorists. Firing his handgun exactly twelve times, hitting only assassins every time.

I saw the bodyguard and four embassy guards firing at Sekibo himself. And the best part was, the coroner’s reports backed up all of it. Ray’s scavenger was dead on. It was indisputable; Chief killed the bad guys, bad guys killed the innocents.

I found Sekibo’s original request for security and the UEG’s immediate automatic rejection.

BEN: I can’t believe it… Wow. We go ‘em!

I had everything I needed to clear the Chief, but there was so much more to implicate ONI.

I got an awful idea, and I knew exactly what to search next.

BEN: “Benjamin… Giraud….”

As the results popped up, a chill went down my spine. Psychological profiles on me, conversations between Sully and his bosses, bullet-point lists of my pressure points and relationships. This was making me nauseated. I downloaded the files, but I couldn’t read it.

BEN: Oh, no way…

I scrolled through my interviewees. Gabriella Dvorak’s real military jacket? 2524, she was on Dwarka. She’d never set foot on the planet where she supposedly liberated a young John.

The war camp survivor, Thomas Wu, the man who also lied about there being camps on John’s planet? ONI chose the carrot over the stick with him. They promised to fund more memorials and awareness campaigns for survivors of the insurrectionist camps that Thomas and countless others endured.

I found the actors too….

BEN: Walker…. I see you, bastard!

Paul Gustafson, AKA Jakob Walker was in there. His acting resume, personality notes, agreements to surrender existing work and retire.

And then I found Deon, or Simon Kensington. There was even video of him rehearsing, tweaking his Deon delivery, responding to whatever prompts his ONI handler was giving. As I listened to him discuss my emotional vulnerabilities, my nausea turned to rage.

BEN: All. You. Bastards!

But when it came to the story I’d never wanted to hear, Anthony’s story of the SPARTAN program, I realized I was still scared to see hard evidence, to prove the rumors. But I went for it. I quickly found myself looking at highly classified assignments pushed to ONI scouts in 2516. Queries and requisitions from planet after planet, weighted toward the Outer Colonies. And then the qualifications for the SPARTAN-II program. A list of physical and mental criteria, genetic compatibility with a slate of augmentation procedures, and optimal age: six years or younger.

I did one last search.

BEN: “John-117”

[RELAY SERVER BEGINS TO SQUAK]

There he was. On a list in 2517. I began to follow his name on a trail of documents that continued past the day his parents thought they’d buried him. The progress reports, written by scientists, language you’d use to describe an expensive technological prototype. But they were talking about a child. They had done that to a hero. To my hero. And countless other children. I was just digging in when-

[RELAY SERVER SQUAKS AND CLICKS LOUDLY]

BEN: What- What the hell is that?

Corrupted files started hitting my COM pad.

BEN: NO! NO! NO!

I immediately disconnected from the server and checked the files. They were fine.

BEN: Oh, thank God….

Then, it just shut down.

[SERVER CLICKS OFF AND POWES DOWN]

BEN: Wait- Wait. Oh, no. No, no, no, no…

I was terrified. Had I gone over Petra’s 72-hour window? Had ONI just caught me looking? I checked the time.

BEN: Okay.

I was fine. But then, what was that?

I looked at the server one more time. That little standby light? It was glowing brighter. Pulsing at me. I was starting to lose it. But it didn’t matter.

I had what I needed, and the storm was over. I emerged from the bunker. It was time to leave this sad, ashy nightmare behind.

As I trekked back across the wasteland, I stepped with more confidence. I knew this terrain now. And I had ONI right where I wanted them.

Please join me for the next episode of Hunt the Truth.



<<< Le temps qui me restait pour prendre le vaisseau vers Bliss et suivre la piste de Petra s'amenuisait. Je ne me dirigeais même pas vers les banlieues. Je n'allais pas faire tomber l'ONI. J'allais rester là, assis entre les joints de plancher de mon ancienne chambre, les fragments de verre de silice éraflant mes vêtements et ma peau. Je ne le remarquais même plus. Il n'y avait même plus de plancher dans la pièce où je dormais. >>>

Benjamin Giraud : [Renifle]

<<< La nuit semblait couler sur mes épaules et malgré mes efforts pour m'engoncer dans mon sweat à capuche, il faisait de plus en plus froid. Je n'aurais jamais dû venir. Ils avaient évacué mes voisins, pris tous mes biens, trouvé mes caches de liquide et n'avaient laissé que le squelette de mon appartement. Il n'y avait plus aucun indice que j'avais existé dans cet endroit. L'ONI pouvait faire disparaître tout ce qu'ils avaient envie. >>>

Ben : (murmure) Traque la vérité…

<<< Je restais assis là, silencieux, quand je reçu un appel. >>>

Ben : (murmure) Allô, qui c'est ?

FERO : Ben, il faut que tu sortes de là immédiatement, ils t'ont trouvé.

Ben : FERO ? Mais comment–

FERO : Je t'avais dit que tu étais protégé, maintenant pars !

Ben : Protégé ? Je ne sais même pas qui vous êtes, comment je pourrais avoir confiance en vous ? Je ne vais nulle part.

FERO : Ben, tu t’inquiéteras de ça plus tard, tu dois partir vite !

<<< C'était trop tard. >>>

[Bruits de pas]

FERO : Ben, écoute moi. Ben ? [Combiné raccroché]

<<< J'entendais des voix provenant de là où se trouvait ma fenêtre. Je devais me cacher, ne pas faire de bruit. Si ils utilisaient des capteurs biométriques, je devais ralentir mon rythme cardiaque. Mais j'étais terrifié. Je me suis immobilisé. L'ONI était là, et l'instinct pris le relais. Je quittais mon appartement pour rejoindre le couloir. Une porte, n'importe laquelle. J'en choisissais une. Le plastique. Il était trop bruyant. Je revenais sur mes pas et passait une porte plus loin dans le hall. Je devais être plus discret. J'avançais le plus vite possible, éviter de marcher sur les plis du plastique, naviguant à travers les silhouettes de meubles recouverts, en essayant de rester silencieux. Je me collais près de la fenêtre de la chambre et écoutais. Ma porte s'ouvrait. Ils étaient chez moi. Est-ce que j'avais laissé des traces ? J'essayais de me détendre, de respirer, et d'attendre. >>>

Agent de l'ONI : Il est ici.

<<< Ils allaient fouiller tout l'immeuble jusqu'à me trouver et me planter un couteau dans le dos. Je fermais les yeux en essayant de disparaître. Les bruits disparaissaient, c'était ma chance, je pouvais atteindre les escaliers mais je devais faire vite. Je me lançais mais à peine entré dans le salon, je les entendais et me cachais derrière un canapé. Ils étaient juste au-dehors. J'attendais. Tout était calme. Puis ils frappèrent. >>>

[Bruits de combat]

<<< Les agents me frappèrent et s'apprêtaient à me mettre à terre quand soudain. >>>

[Deux coups de feu]

<<< Les agents tombèrent à terre, morts. Qu'est-ce qui s 'était passé ?! J'essayais d'y voir plus clair quand j'entendis un des agents, toujours vivant. >>>

[Gargouillements d'une bouche remplie de sang, puis ultime coup de feu]

<<< Puis plus rien. Le tireur émergea des ombres, prit le terminal d'un des agents et se dirigea vers moi. >>>

FERO : Tu me fais confiance, maintenant ?

Ben : Ou– Oui, oui ! Mais qu'est-ce que–

FERO : D'autres agents seront là dans deux minutes, alors soit tu attends de mourir, soit tu bouges ton cul et tu sautes par cette fenêtre tout de suite !

<<< Je me suis exécuté. >>>

Ben : D'accord, d'accord !

<<< Je venais de rencontrer FERO. Je suis Benjamin Giraud, et voici la traque de la Vérité. >>>

Ben : OK, ok…

<<< FERO ouvrit la voie vers l'escalier de secours. J'essayais de ne pas regarder en bas en sautant de plusieurs mètres et courut rapidement à couvert de l'autre côté de la rue. >>>

Ben : FERO ! Où est-ce qu'on va ?

FERO : Arrête… de parler.

<<< Je suivais ses ordres en essayant de ne pas réfléchir. Elle bougeait vite en restant dans les ombres. J'essayais de suivre ses pas, mais c'était difficile. J'étais à bout de souffle quand elle descendit dans un canal de drainage et s'arrêta. Je digérais toujours ce qui venait de se passer. >>>

Ben : Ces agents, c'était des agents–

FERO : Pas le temps de parler. Je suis venue uniquement pour que tu restes libre alors écoute : si ce n'était pas déjà le cas, tu es sur leur liste noire, maintenant. Tu dois quitter cette planète, des agents doivent déjà fouiller les environs et ils ne s'arrêteront pas avant de t'avoir neutralisé.

Ben : Merde, merde…

FERO : Écoute : nous te protégerons. Nous sommes en pleine mobilisation dans les colonies extérieures. Des pions puissants sont en mouvements, mais tout le monde est dans le noir pour le moment. Tu dois te débrouiller seul pendant quelques jours et nous avons de quoi te rendre discret.

<<< Elle montra le terminal. >>>

FERO : C'est intraçable. Utilise-le, il te donnera aussi accès à un compte sécurisé. Ça suffira largement pour le moment.

Ben : Sérieusement ?

<<< Depuis que l'ONI m'avait privé de mon compte bancaire, je n'avais pas pu acheter quoi que ce soit. Et FERO venait de m'offrir une sortie de secours hors de la ruine. Elle avait sauvé ma vie, et maintenant… >>>

Ben : C'est– c'est– Merci !

FERO : Tu peux accéder à nos caches. Sans réseau nos protocoles sont morts, mais dès que ce sera fini tu seras prévenu et je m'assurerai que tu sois bien reçu.

Ben : Attendez, vous ne serez pas là ?

FERO : Notre plan est dangereux, je dois disparaître. Définitivement, sûrement.

Ben : Quoi ? Pourquoi ?

FERO : Pas le temps. La fin du délai approche et le Major est toujours considéré comme un traître. Ton histoire a révélé l'ONI au grand jour, ils sont blessés. Ils saignent encore mais si les sénateurs n'ont pas agi, l'ONI pourra récupérer, il faut agir tant qu'ils sont vulnérables. C'est pour ça qu'ils ont coupé toutes les communications. C'est une mission dangereuse, mais nous n'avons pas le choix.

Ben : Mais vous–

FERO : Ne t'inquiètes pas Ben, je n'ai pas peur de la mort. Tout ça est tellement plus important que moi. Je sais qu'il y aura quelqu'un pour continuer le combat. Des gens comme toi.

<<< L'ONI sortait l'artillerie lourde contre moi. FERO m'avait sauvé la vie et elle s'apprêtait à s'engager seule dans une mission suicide. Je ne pouvais pas disparaître. >>>

Ben : Attendez, nous avons peut-être le choix.

<<< Je demandais à FERO de repousser ses plans de quelques jours, le temps que je suive la piste de Petra. Je savais que ce que je trouverais là-bas serait important. C'était la moindre des choses que je puisse faire pour empêcher un autre de mes amis d'être tué par ma faute. Je remerciais FERO encore une fois et lui souhaitait bonne chance, puis nous nous sommes séparé. Je restais dans les ombres et allait vite pour rejoindre la navette vers Bliss. Je m'arrêtais juste à un magasin de surplus militaire en chemin. Puis je prenais mon billet pour l'espace. À mon arrivée, je me dirigeai directement vers l'office des transports. Dans la navette, le capitaine s'était montré bien plus intéressé par mes pots-de-vin que par mon histoire. J'espérais que l'employé de l'office serait aussi pragmatique. >>>

Employé : Monsieur Jarred, on ne voit pas souvent des entrepreneurs comme vous se rendre au fin fond de l'espace pour se balader sur les plaines vitrifiées. J'ai quelques visites à vous proposer. Ben : Merci, mais j'ai déjà tout prévu.

<<< Une fois mon transport négocié, je comprenais mieux ce qui était compris comme une compensation acceptable dans le milieu. Tout le monde possédait un terminal doré. L'employé me fit presque vider le compte en banque donné par FERO pour le permis. 75 000 crédits plus tard, j'avais les accès, un plan et de l'équipement. Mais il parut inquiet lorsque je refusais une escorte. >>>

Employé : Monsieur, c'est à quatre kilomètres. Et au-delà de la périphérie, le terrain est difficile, du verre brut. Certaines formations peuvent transpercer un homme.

<<< J'écourtai son hésitation. >>>

Ben : Vous prenez encore les crédits ?

<<< Alors que je m'apprêtais à partir, il me donna quelques conseils. Gratuits. >>>

Employé : Le vent est fort là-bas, et le climat est instable. On a dû fermer les réseaux de navettes ces dernières semaines. Si vous entendez cette alarme, cherchez un abri, ou vous y laisserez votre peau. Littéralement.

Ben : Merci.

<<< À l'extérieur de la ville, l'horizon était couvert de carrières. Mais dès la périphérie passée, les opérations minières s'arrêtaient brusquement. Et je vis pour la première fois la partie vitrifiée de la planète. Une mer de formes et de textures indistinctes, chaotique et impressionnante, des collines de verre noir à perte de vue. Des squelettes d'immeubles fondus éparpillés. Le terrain était rude et j'avançais aussi vite qu'en rampant dans des champs de protubérances de verre. Le climat aussi était difficile. J'étais constamment assoiffé malgré mon hydratation régulière. Je sentais que ma peau était sur le point de se fissurer sous mon épais équipement. Après m'être étouffé dans un nuage de poussière, je ne quittais plus le respirateur. Occasionnellement, des plantes désertiques sortaient de fissures, bleues ou rouge clair. Mais à part les corbeaux qui semblaient omniprésents, j'étais le seul humain en vie. Une fine cendre flottait dans l'air, trente-deux ans plus tard, étouffant la plupart des formes de vie et dessinant dans le ciel au-dessus de moi des formes changeant avec les vents erratiques. J'avais bien avancé quand un nuage de cendre descendit sur moi. Je devais m'arrêter, aveuglé. Faire un pas dans ces conditions, c'était prendre le risque d'une chute. Je consultait ma carte : j'avais parcouru trois kilomètres et demi. Je considérais prendre le risque d'avancer malgré le brouillard quand il se leva brusquement, et je fus un instant captivé par la beauté du paysage. Puis un long et puissant son rauque me tira de ma torpeur, l'alarme de tempête. Je rangeait ma carte et avançait. Des poches d'air froid et chaud se succédaient, soulevant des débris de sable. Mais je ne voyait rien. Derrière moi tout était calme, et au sommet des pics devant, tout était clair. Où était la tempête ? Je regardais de nouveau la carte : plus que quelques dizaines de mètres. Devant moi, j'aperçus les ruines d'un complexe, proches. Puis je réalisais soudain qu'il n'y avait pas de montagne devant moi. Un immense mur noir avançait sur l'horizon, se jetant sur moi. Je me mis à sprinter. La tempête approchait, noire comme la nuit et immense. Je vérifiais ma position. La structure avait été engloutie et les sections qui dépassaient rasées. Il n'y avait aucun abri et la tempête arrivait. Je regardait autour de moi désespérément en essayant de protéger mon visage. Il y avait une section effondrée plus loin. Des débris étaient portés par le vent, de petits bouts de verre qui accrochaient à mes vêtements et, portés par les courants d'air, coupaient la peau de mes membres. Le son de la tempête était assourdissant. Je devais entrer. Je frappait le sol du complexe où il semblait fragile, alors que le vent soufflait de plus en plus fort et que ma peau était en feu. Un coup plus tard, le sol s'effondrait et je tombais dans la structure. Je reprenais mon souffle avant de retirer le respirateur. Ma peau était éraflée et un morceau plus gros que les autres était fiché dans mon pouce. La blessure saignait mais n'était pas profonde, j'utilisais mon kit de soin pour le panser avant de commencer mon exploration. J'allumais ma lampe-torche et la dirigeait sur un des murs. >>>

Ben : Service de renseignement de la Navy, communications spatiales…

<<< C'était un ancien complexe de relais subspatial de l'ONI. Un des milliers disséminés dans le sous-espace pour réduire la latence avec les relais de la Terre. L'ONI n'aurait jamais laissé quelque chose d'utile dans cet endroit. >>>

Ben : Okay, les indications de Petra.

<<< Je devais chercher des indications montrant une zone de sécurité. Je descendais des marches jusqu'à ce qui semblait être le dernier étage, et d'après l'écho, la pièce était immense. J'avançais dans des rangées d'étagères recouvertes de tissus. Quoi qu'ait subi Bliss, ça n'avait rien dérangé ici. Sous les tissus se trouvaient des armes. Fusil, explosifs, du matériel non réglementaire. >>>

Ben : Des flingues ?!

<<< J'avais fait tout ce chemin pour une cache d'armes ? Puis je l'aperçut du coin de l'œil. À l'autre bout de la pièce, derrière une porte de verre. Une petite lumière clignotante. >>>

Ben : Non… Impossible… Le relais ?

<<< Un relais actif ? Il pouvait contenir tout et n'importe quoi. Au vu des dégâts faits en surface, ils avaient sûrement pensé qu'ils s'étaient propagés jusqu'ici. L'ONI était sûrement totalement absente ici. C'était la raison de ma présence. Je connectais mon terminal. Le serveur lié au relais était en stand-by, mais fonctionnel. >>>

Ben : Ça se connecte !

<<< Quelque chose s'activa plus bas et des lumières d'urgence s'activèrent dans la pièce. Je commençais à faire des recherches. Biko. Les fichiers étaient récents. Je me souvenais encore du nom du fichier fuité par FERO. La vidéo s'affichait. Mais il y en avait un autre que personne n'avait vu. Je le transférais et l'ouvrait. La vidéo rassemblait le point de vue de toutes les caméras présentes ce jour-là. La vidéo d'origine montrait seulement le Major tirer dans un couloir avec des cris de civils. Mais le reste du couloir n'était pas visible Je voyais maintenant deux personnes avec des lance-roquettes, d'autres avec des grenades, et le Major ne leur avait pas laissé la moindre chance. Je le voyais éliminer méticuleusement chaque terroriste, ouvrant le feu douze fois et ne touchant à chaque fois que des assassins. Je voyais quatre gardes et le garde rapproché de Sekibo ouvrir le feu sur lui. Et les rapports légistes confirmaient ces événements. L'indic' de Ray avait raison. Le Major avait tué les méchants qui voulaient tuer des innocents. Je trouvais également la demande de protection de Sekibo et le refus instantané de l'UEG. J'avais tout ce qu'il me fallait pour disculper le Major, et encore plus pour inculper l'ONI. Une idée me traversa l'esprit. Je savais exactement quoi chercher ensuite. >>>

Ben : Benjamin… Giraud.

<<< Un frisson me parcourut alors que les résultats s'affichaient. Des profils psychologiques. Des conversations entre Sully et ses employeurs, des listes de mes points de pression et de mes relations. Je me sentais nauséeux. J'enregistrais les fichiers mais ne pouvait me résoudre à les lire. Je faisait défiler les listes des témoins. Les véritables états de service de Gabriella Dvørak : en 2524, elle était sur Dwarka et n'avait jamais mis les pieds sur la planète où elle avait supposément libéré le jeune John. Le survivant Thomas Wu, qui avait mentit sur l'existence de camps sur la planète de John, avait été soigneusement choisi. On lui avait promis l'ouverture de plus de mémoriaux et de campagnes de sensibilisation sur les souffrances endurées par les prisonniers des insurgés. Je trouvais également les acteurs. >>>

Ben : Vous voilà, sales enfoirés.

<<< Hall Gustavson, ou plutôt Jakob Walker y était. Sa carrière, sa personnalité, son accord pour détruire tout travail passé et prendre sa retraite après ce contrat. Puis je trouvais Deon. Ou plutôt Simon Kenzigton, il y avait même une vidéo d'un de ses entraînements d'imitation de Deon, répondant à un fichier audio programmé par l'ONI. Alors qu'il posait des questions sur mes propres vulnérabilités émotionnelles, mes nausées se transformèrent en rage. >>>

Ben : Connard…

<<< Quand vint le moment de l'histoire que je n'avais jamais voulu entendre, l'histoire des Spartans par Anthony, je réalisais que j'étais toujours réticent à posséder des preuves à ce sujet. Je me forçais à les ouvrir. J'avais sous les yeux des ordres de missions de reconnaissance top secrets datant de 2516, classés planète par planète, toutes des colonies extérieures. Et dans les qualifications pour le programme, une liste de critères physiologiques et psychologiques, de compatibilité génétique avec les procédures d'augmentation, et l'âge optimal : 6 ans ou moins. Je lançais une dernière recherche. >>>

Ben : John… 1-1-7.

<<< Le voilà, sur la liste, en 2517. Je suivais son nom sur la liste de documents qui s'affichaient. Des rapports de progrès tenus par des scientifiques dans des termes qu'on utiliserait pour une arme expérimentale, mais ils parlaient d'un enfant. Ils avaient fait ça à un héros. À mon héros. Et à d'autres enfants. >>>

Ben : Qu'est-ce qui se passe ?

<<< Des fichiers corrompus commençaient à envahir mon terminal. Je le déconnectais immédiatement du serveur et vérifiais les fichiers. Ils étaient intacts. >>>

Ben : Ouf…

<<< Puis tout s'éteignit. >>>

Ben : Non, non !

<<< J'étais terrifié. Avais-je dépassé la fenêtre de 72 heures de Petra ? Est-ce que l'ONI m'avait surpris ? Je regardais l'heure. J'étais dans les temps. Mais que c'était-il passé ? Sur le relais, le voyant de stand-by était toujours allumé, clignotant vivement. J'avais tout ce qu'il me fallait. Je sortait du bunker, il était temps de laisser ce désert de cendres derrière moi. Alors que j'entamais mon retour dans les terres vitrifiées, mon pas était plus assuré. Je connaissais le terrain, et je tenais l'ONI à ma merci.

Rejoignez-moi pour le prochain épisode de la traque de la Vérité. >>>



BENJAMIN_GIRAUD_ENTRY_0384[modifier]

From Manikata to Site #1774: The Silicate Industry and the Profits of Tragedy on the Outskirts

When an alien race launches a catastrophic global attack on a human planet, melting everything on the surface into a chemical soup, most of us would look at that and see a horrifying tragedy. But BXR Mining Corporation saw a business opportunity. As they annihilated world after world in the Outer Colonies with blistering plasma bombardments, the Covenant was doing the silicate industry a solid—literally liquidating every resource curated by society.

Cities that belonged to millions had now been reduced to concentrated surface deposits that belonged to no one. In fact, as part of the rebuilding effort, governments actually offered subsidies to anyone who would remove these building blocks of civilization, already repackaged in convenient silicate glass form. BXR and the rest of the cartel got paid to claim mother lodes of raw materials, and then they sold them at bargain rates. Ever since, silicates had been quietly booming.

Politicians claimed that these open-pit operations made up a crucial first step in the rebuilding process; but virtually none of the resources mined were used to rebuild anything in the Outer Colonies. Market prices sent everything inward, for industries in the Inner Colonies to make every product imaginable. The prices were so low that no one seemed to mind that a disturbing percentage of those products contained the partial remains of millions of melted people. BXR just called those silicates “organically enriched”— not coincidentally richer in valuable zeolites - and I guess when you have ungodly amounts of money, you can call the commercial sale of genocide victims whatever you want and an expensive PR campaign to infer that the dead had all simply evaporated. A partial, but cynical contortion of the messier truth.

I arrived on BXR1774 looking to dig up the truth of the Master Chief; but I unearthed something else along the way: the wholly foreign cultures that accrete in isolated mining settlements. Bliss wasn’t a planet anymore; it was an industrial excavation site—not legally BXR’s property, but they effectively controlled everything here. And within the confines of the operations perimeter, it’s an oddly bustling world: a complex of bars and casinos and commissaries, street vendors with kiosks on every corner selling shockingly expensive goods. You wouldn’t imagine a tiny, gold-plated COM-Pad worth upwards of 6,000 credits to be a hot commodity in a mining settlement; but it was. Everywhere I looked, I saw roughnecks walking around in filthy coveralls, swiping away on their high-end devices.

It seemed as though the miners lived a hard, weird life. Mostly loners, living in barracks, doing back-breaking work 100 hours a week and making a lot of money. People, as it turns out, are much more durable in silicate dust storms than mechanized mining equipment, at least until the constant exposure catches up with them. Apparently, this is how they spent their money—living in this noisy, grimy, depressing place where above the sounds of street commerce and machines and wind, the only sound seemed to come from the countless cawing crows that survived off of the settlement’s trash.

Further out, it was all quarries, spanning into the distance, gouged a quarter-mile deep into the crust, massive drills and earth-movers growling way down at the bottom. From the road above, the workers looked like ants.

Beyond the periphery though, I saw the real glassed planet: a wavy, bumpy, chaotic sea of brittle, black glass, cresting in the strangest shapes, crunching and cracking underfoot, jaggedly rough, then suddenly smooth. The landscape resembled a bizarro, surrealist’s nightmare, completely abstract until a familiar shape would materialize from the chaos—skeletons of buildings, pieces of vehicles, the most unexpected pieces of civilization. I guess everything melts a little differently.

I didn’t realize how striking BXR’s appropriation of land was until it dawned on me that no one working here ever referenced what this place used to be. Everyone who remembered that life was either dead or long gone. Still, out here, some sections had been cleared away—unlike the extreme gouging of the mining operations though, this work had been done with care. I’d heard about that—people going back to their home, clearing away the glass.

Even if they couldn’t stay or didn’t want to, they’d spent all that time, trying to reclaim the small plot of land that had been taken from them. From the meaningless weirdness, reminders of what had been seemed to emerge and recede everywhere: crude memorials to victims carved into the glass, curious remnants of lives, lived and lost, reaching from the sludge, frozen in time. The occasional shrine popped up, usually shredded by the storms, but in some places, the sentiments had survived. I repeatedly had to remind myself that half-a-million people used to live in this city. It was their home. It was called Manikata — but to BXR employees, this was simply Site #1774.

Whether you could put the history out of your mind or not though, it was impossible not to see the destruction—it was everywhere. I began to wonder what would happen if the Covenant’s attack on New Mombasa six years ago had claimed all of Earth. Or Mars even. What if the Covenant had decimated one of the worlds where UEG Senators and the media moguls had their vacation homes? I’d imagine BXR and the rest of the industry would tread over that wreckage with a little more reverence. We’ll never know though, because no one would ever have let that happen.

That reality had to be infuriating for the people who had carved out a life in this remote region of space. While the patriots of Earth often dismissed the grievances of the Outer Colonists as the whining of entitled children, it occurred to me these people had actually shown remarkable restraint. They’d had more than enough reason to stage a bloody revolt years ago. Perhaps if the Inner Colonists could walk these glass troughs, they wouldn’t be so outraged by the idea of a fight for independence in the Outskirts. Civil conflict would be horrible, but in a way, it would just be the bill finally coming due.

If they could see what I had seen, they would know that so many out here had gone through so much pain. This was the consequence of powerful forces—ONI, BXR, the media—operating in the shadows. Whether for money or power, too many of them had exploited hard-working people, courageous people who stood tall and held themselves accountable—trying to do the right thing, trying to make their corner of space a little bit better. But greed is a pig’s mouth with a black hole for a stomach; and if you let it, it will devour everything that makes us good.

As my freighter cleared the orbital space around Bliss, leaving the Outskirts behind for the comforts of the Inner Colonies, I wondered how many innocent people’s remains were spread throughout the cubic mile of silicates in the cargo holds below. How many people who had tried to make their corner of space a little bit better? How many parts per million of “organically enriched” silicates was low enough, that after tallying all those profits, BXR and all the rest of us, could justify that human cost?

I guess I used to be a pragmatist—a human version of the A.I. that steered ONI’s policy—believing that there was always a cost-benefit calculation. But I don’t think I believe that anymore. Because those bits of silica that still hung over that broken planet, trapped in the atmosphere of a world that had been erased, hurt like hell when they hit you in the face. And the insulation that a contractor had squashed into the floor of my apartment, purchased at a bargain rate—a discount made possible by the loss of so many lives in the Outer Colonies—was filled with those same little bits of glass. Now that I’d seen where they came from, the fact that some of those silicates were organically enriched was still scratching at my skin.

The price of our freedom and safety had been steep. ONI had buried that truth under the floorboards, but now they’d torn a few of them up to make a point. But I wasn’t scared anymore.

How many people had our government kept in the dark? How many had been rendered powerless or ground up for profit? How many sacrificed people were too many? As far as I was concerned, the answer was one.



De Manikata au site n°1774

L'industrie de la silice et le profit de la tragédie dans les périphéries

Quand une espèce alien lance une attaque globale catastrophique sur une planète humaine, réduisant sa surface en une soupe chimique, la plupart d'entre nous perçoivent cet évènement comme une horrible tragédie. BXR Mining Corporation y voit une opportunité commerciale. En annihilant monde après monde dans les colonies extérieures en les bombardant de plasma, les Covenants ont fait les affaires de l'industrie de la silice en liquidant, littéralement, toute ressource ayant autrefois appartenu à quelqu'un d'autre.

Des villes accueillant des millions d'habitants furent réduites en une surface dense sans propriétaire. Dans le cadre de l'effort de reconstruction, les gouvernements offraient même des finances à ceux qui se débarrasseraient de ce condensé de civilisation, déjà emballé sous forme de verre siliceux. BXR et le reste du cartel étaient payés pour extraire de la matière première avant de la revendre pour une misère. Depuis, le discret marché de la silice est en pleine explosion.

Les politiciens déclarent que ces mines à ciel ouvert sont une étape importante pour la reconstruction, mais pratiquement aucune de ces ressources n'est utilisée pour reconstruire quoi que ce soit dans les colonies extérieures. Les prix du marché font que tout est exporté pour que les industries des colonies intérieures fabriquent tout et n'importe quoi avec. Les prix sont si bas que personne ne pense au dérangeant pourcentage de millions de gens fondus présents dans ces produits. BXR appelle cette silice « enrichie organiquement », comme par hasard riche en très profitable zéolithes, et j'imagine que quand vous avez des finances quasiment illimitées, vous pouvez déguiser la vente de victimes d'un génocide en ce que vous voulez et même payer une campagne de com pour soutenir que ces gens ont été purement évaporés. Une manipulation partielle et cynique d'une vérité bien pus dérangeante.

À mon arrivée sur BXR1774, je pensait déterrer la vérité sur le Major, mais j'ai trouvé bien plus : la culture étrange qui se forme dans les installations minières isolées. Bliss n'était plus une planète, c'était un site d'excavation industriel, pas légalement la propriété de BXR, mais ils contrôlaient au final tout. Dans les limites du périmètre d'opérations, c'était un monde étrangement animé : un complexe de bars, de casinos et de commissariats, des vendeurs de rue avec leurs kiosques à chaque coin de rue, vendant des produits horriblement chers. Vous n'imagineriez pas qu'un petit terminal plaqué or à 6000 crédits se vendrait dans une installation minière, et pourtant. Où que se pose mon regard, je voyais des travailleurs en vêtements de travail sales tapotant sur leurs appareils hors de prix.

Les mineurs vivaient une vie dure et étrange. La plupart solitaires, vivants dans des dortoirs, travaillant 100 heures par semaine pour un salaire juteux. Il se trouve que les gens sont bien plus durables que les machines dans les tempêtes de silice, jusqu'à un certain point, du moins. C'était apparemment comme ça qu'ils dépensaient leur argent, vivant dans un endroit bruyant, sale et déprimant où au-dessus des bruits des commerces, des machines et du vent, on entendait que les croassement des corbeaux survivants des ordures.

Au-delà, on ne voyait que des carrières à perte de vue, descendant quelques centaines de mètres dans la couche de silice, les foreuses et les camions vrombissant au fond. Depuis le bord, les travailleurs étaient aussi petits que des fourmis.

Au-delà de la périphérie s'étendait la véritable planète vitrifiée : une mer déchaînée et chaotique de verre noir et déchiré, créant des formes étranges, craquant et se fissurant sous chaque pas, dur et cassant puis soudain lisse. Le paysage était comme un cauchemar surréaliste, complètement abstrait jusqu'à ce qu'une forme familière ne se matérialise dans le chaos : les squelettes d'immeubles, des morceaux de véhicules, d'inattendus indices de la civilisation. J'imagine que tout fond différemment.

Je n'avais pas réalisé à quel point l'appropriation de l'endroit par BXR était flagrante jusqu'à ce que je rende compte que personne ne parlait du passé de cet endroit. Ceux qui s'en rappelaient étaient soit morts soit partis depuis longtemps. Certains endroit avaient été dégagés, pas brutalement comme pour une opération minière mais avec grand soin. J'en avait entendu parler, des gens revenant chez eux et déblayant le verre.

Même si ils ne pouvaient ou ne voulaient pas rester, ils prendraient du temps à essayer de reprendre ce bout de terrain qui leur avait été pris. Au beau milieu de cette étrangeté futile, des souvenirs de ce qui semblait naître et mourir partout : des mémoriaux aux victimes, gravés dans le verre, d'étranges restes de vies, vécues et perdues, nés dans le verre et figés dans le temps. Les autels apparaissaient de temps à autre, souvent abîmés par les tempêtes, mais parfois, ces sentiments avaient survécu. Je devais régulièrement me rappeler que près d'un demi million de personnes vivaient dans cette ville. C'était chez eux. C'était Manikata, mais pour les employés de BXR, c'était le site numéro 1774.

Qu'on puisse simplement oublier l'histoire ou non, c'était impossible d'être aveugle à la destruction. Elle était partout. Je me demandais ce qui se serait passé si l'attaque Covenante sur la Nouvelle Mombasa il y a six ans s'était étendue sur toute la Terre. Ou sur Mars. Et si les Covenants avaient décimé les mondes où les sénateurs de l'UEG et les pontes des médias avaient leurs maisons de vacance ? J'imagine que BXR et le reste de l'industrie feraient preuve d'un peu plus de respect envers ces débris. On ne saura jamais car nous avions tout fait pour que ça n'arrive pas.

Cette réalité devait être insupportable pour les gens qui s'étaient créé une vie dans ces régions reculées de l'espace. Alors que les patriotes de la Terre faisaient passer les protestations des coloniaux pour les pleurs d'enfants gâtés, il s'imposa à moi que ces gens avaient fait preuve d'une incroyable retenue. Ils auraient eu bien des raisons de déclencher une sanglante insurrection il y a des années. Si les habitants des colonies extérieures pouvaient marcher sur ce verre, peut-être ne seraient-ils pas si outragés par l'indépendantisme des colons de la périphérie. Le conflit civil serait terrible, mais ce ne serait que justice enfin rendue.

Si ils pouvaient voir ce que j'ai vu, ils comprendraient la douleur ressentie ici, conséquence de puissantes forces, l'ONI, BXR, les médias, opérant dans l'ombre. Pour l'argent ou le pouvoir, trop de ces gens avaient exploités ces infatigables travailleurs, des gens courageux qui défendaient leurs droits et restaient dignes en essayant de rendre leur coin d'espace un peu plus agréable. Mais l'avarice ne connaît pas de limites et sans retenue, elle dévore tout ce qui fait de nous des humains.

Alors que mon cargo s'éloignait de Bliss, laissant la périphérie derrière moi pour rejoindre le confort des colonies intérieures, j'essayais d'appréhender combien de cadavres de gens innocents étaient répartis dans les kilomètres cubes de silice transportés dans les soutes en-dessous de mon siège. Combien de ces gens qui voulaient rendre leur coin d'espace plus agréable ? Jusqu'à quel nombre de partie par million la silice « enrichie organiquement » par le sacrifice humain justifiait le profit pour BXR et nous tous ?

J'imaginais être pragmatique, une version humaine des IA dirigeant l'ONI, croyant que tout pouvait être pensé en coût contre bénéfice. Je ne pense pas penser ainsi à présent. Parce que ces morceaux de silice couvrant cette planète morte, prisonniers de l'atmosphère d'un monde détruit, faisaient horriblement mal lorsqu'ils vous fouettaient le visage. Et parce que l'isolation de mon appartement, achetée pour une bouchée de pain à une entreprise quelconque, un prix dérisoire permis par la perte de nombreuses vies dans les colonies extérieures, était remplie de ces même morceaux de verre. J'avais vu d'où ils provenaient, et cette silice enrichie organiquement brûlait toujours ma peau.

Le prix de notre liberté et de notre sécurité était lourd. L'ONI avait caché la vérité sous le tapis et avaient levé un coin pour faire bonne figure. Mais je n'avais plus peur.

Combien de personnes notre gouvernement avait tenu dans l'ombre ? Combien avaient été balayés et ignorés pour le profit ? À partir de combien était-ce trop ? Pour moi, la réponse était un.



12 : Full payload[modifier]

Petra warns against the dangers of going public, but the gears are already grinding on one last, big plan. It’s time to burn ONI once and for all.


PETROSKY: Who the hell is this?

BEN: Anthony, it’s Ben Giraud. I don’t have much time but I’ve got something-

PETROSKY: Ben? I- I didn’t recognize the feed, what are you, calling me from prison or someth-

BEN: Listen. Listen, I just sent you a location. I need you to get yourself there on Monday.

PETROSKY: …Uhhh…

BEN: You still wanna tear down ONI, right?

PETROSKY: Y-yeah. I don’t know what to tell you, man. We dropped that bomb and it fizzled out, man. People in power apparently don’t give a rat’s ass-

BEN: Yeah, but now we got a real payload, and we’re gonna deliver it to real power. Look, I totally understand either way, but I’m about to board this flight, so I kinda need to know now. Are you in or out?

PETROSKY: …I’m in, okay?

BEN: Yes. YOU are a bad-ass.

PETROSKY: But I’m tellin’ you, the Senate is not-

BEN: Anthony, we don’t need the Senate. And trust me, by the time we’re through? Every crooked, lying bastard in the UEG is going to be charged with high treason.

I’m Benjamin Giraud, and this is Hunt the Truth.

My ride was about ready to leave Bliss. The freighter was fully loaded and doing safety checks. I hung back on the dock so I could make another call.

RAY: Hello, This is Raymond Kurzig.

BEN: Ray! It’s Ben. I fo-

RAY: Dude, what’s this feed you’re calling from? Are you okay?

BEN: Yeah, I- I’m fine. Look - I found it.

RAY: You found it? Found what?

BEN: Everything.

RAY: What do you mean, everything?

BEN: Look, I just transferred you the files. Don’t say what it is.

RAY: Okay, hold on…

I listened as Ray opened the folder and saw everything ONI had never wanted us to see.

RAY: Oh my God… Ben, where did you get this?

BEN: You wouldn’t believe me if I told you, but this our chance, man. This is our only chance to put a stop to all of this.

RAY: I- I don’t know what to say…

Now, Ray had back-up files on everything, and I needed one last favor. He was the only person I trusted with it. I pushed him a list of domains and asked if he’d forward every last file to everyone on it. When he saw the list of addressees, I could hear his jaw drop. After the shock wore off though, he said he’d make it happen.

RAY: Yeah. Okay. No problem.

BEN: Man, I really can’t thank you enough, but we got ‘em, Ray. We got ‘em. And I promise you, no one will ever know that you helped me with Biko. I’m gonna upload the rest of my story when I get back, and you won’t be on any of the recordings, not this conversation, none of it. You were right to cut ties and I just want to make sure that you are absolutely clear of this.

RAY: Ben. They gutted my house.

BEN: What?

RAY: My house. They completely gutted it. Down to the studs. They-

BEN: Ray, Ray-

RAY: They did that to my home. Where my wife and daughter sleep.

BEN: How would they have known-

RAY: I got them off-world, they’re in a safe place now, but… Whether I want to or not? At this point I can’t turn back. How can I help?

Ray was one of the most selfless human beings I’d ever had the honor to know. He went way out of his comfort zone time and again, bravely sacrificing over and over. I don’t think I could ever truly make him understand how much that meant to me.

I sent him instructions over encrypted texts and we finalized our plans. I thanked him again, we wished each other luck, and we said goodbye. The next time I’d see him was going to be a life-defining moment, and there was no one I’d rather have at my side.

As I left the Outer Colonies behind, it was hard not to think of how steep the price of our freedom and safety had been. So much truth had been buried, so many people. ONI had tried to bury me, too. But they’d failed. I wasn’t scared anymore, and I had something to say. How many sacrificed people was too many? As far as I was concerned, the answer… was one.

MSHAK [MESSAGE]: Hello? Oh man, I’ve been waiting for you to call. I’ve got something very important to tell you. This is a recorded message. Hah hah!

BEN: Mshak, hah hah! M-shack! Look I don’t know if-

[BEN LEAVES A MESSAGE FOR MSHAK]

Mshak still haunted my dreams. Every time I closed my eyes, he was slipping into that black bag, and I couldn’t save him. But I would make it up to him. I would make it up to Ray. I’d make it up to FERO. I’d make it up to Petra and Anthony and Katrina and Ellie and everyone in the Outer Colonies, everyone our government had kept in the dark. Whether by choice or not, too many sacrifices had been made and far too many of them had been people.

BEN: I guess just what I- I just wanted to say thank you. And I’m sorry.

For the first time in my career, I felt like I was finally going to tell the full story, every ugly piece, from loose threads to the rotten core. That’s why it wouldn’t all of have been in vain. That’s how I would make it up to everyone. I would give them the dignity of knowing the truth.

I must have been nodding off when I got a call from Petra Janecek. For someone who had threatened me bodily harm on more than on one occasion, she also, with far less fanfare, always seemed to check in to make sure I was okay.

BEN: Ya know, if I didn’t know any better, I’d think you were concerned about my welfare.

PETRA: Pfft, oh, get over yourself, Giraud. I just wanted to find out what you, um, found-

BEN: Seriously though, you’ve heard me apologize a hundred times for being such a… jackass, for putting your reputation on the line, y’know. But, I figured you could stand to hear me say thank you again.

PETRA: Well, you’re welcome.

BEN: For everything you’ve done. I mean, look, I- I really can’t tell you how much it’s meant to me, just-

PETRA: That’s okay, okay that’s….that’s enough.

BEN: Too much?

PETRA: Yeah, little bit. I mean, now you’re really ruining my reputation. Oh no, I hope this isn’t what the end of your story is like… You tenderly speaking from the heart? Ugh, I thought everything else was bad, but…Ugh! Anyway, I just- I wanted to find out what happened with the lead. What did you find?

BEN: You were right. It was one-in-a-million.

PETRA: Really? Okay, what? What did you-

BEN: I got everything, Petra... everything. All the undeniable proof anyone could ever want.

PETRA: Be- specific, Ben. Did you find anything on Biko?

BEN: Whole story, plain as day. Not only is the Chief innocent, but he saved the day. He pulled off the impossible. I’ve got everything I need to prove it, too. And the best part is, I’ve got the UEG blatantly implicating themselves in legislative negligence and then conspiring with the Biko magistrate to cover it up. Coercion, bribery, all of it. Those arrogant pricks could have prevented the whole thing. And they know it too. ONI and the UEG have been sacrificing the Chief this whole time to save their own asses, to distract the public from what we’ve been digging up on them. But now all of it’s laid out in the files they never wanted us to see. I’ve got ‘em... Dead. To. Rights.

PETRA: No, Ben. They’re just gonna suppress all of it. I mean, come on-

BEN: They’re gonna try. I don’t know when it’s going down or how they’re gonna do it, but they’ve made some deal with Biko. They’re gonna bring the real perpetrators to justice, but somehow, still let Chief take the fall too. And I’m not gonna let that happen. We’re gonna clear the Chief and expose ONI.

PETRA: We? Who’s- who’s we?

BEN: Ray and me and Petrosky.

PETRA: Oh, the three amigos, huh?

BEN: It’s all going down tomorrow.

PETRA: Ben, you know, you don’t have to do it like this.

BEN: Petra, it’s- it’s okay. It’s okay. I know you’re worried I can’t do this, that I’m sloppy, and you were right about all of that, but this time it’s-

PETRA: No, I just don’t want to see anything bad happen-

BEN: I need to do this.

PETRA: So, tomorrow, huh? What’s your big plan? Did you get one of the ballsier editors at Magellan to bite on the story?

BEN: No. I’m not passing this off. I’m going all the way.

PETRA: What does that mean?

BEN: Actually, I was hoping you’d do me a favor - send out a blast to your network about it. It can be offline, but trust me; No one’s gonna wanna miss this.

Sitting here on the freighter, getting everything ready for tomorrow, I’m struck by how lucky I am to be a part of this. If Ray and Anthony and I are successful, all that darkness ONI’s had us drowning blindly in for generations will finally light up. And it’s because of the help of so many brave people. To everyone who’s risked so much, and everyone who’s left me messages, to all my friends, I want to say thank you. This will be my final transmission. Tomorrow, you will witness the ending to this story that all of us deserve. After that, I will be going dark. At least for a while. But depending on how everything shakes out, I hope to be back sooner than later.

To everyone who’s listened to my story, those who’ve stood up and spoken out, I want each of you to know that simply by owning the truth, we have the real power, and by sharing that truth, we wield that power. Please never forget that. It has been my honor and great fortune to have found myself at the nexus of all your impassioned opinions and honest stories. It’s been truly humbling. So to all of you listening right now, I want to say, from the bottom of my heart, thank you.

Most of all though, I want to thank the Master Chief. Chief, you have saved us in more ways than any of us, perhaps even you, could possibly know. You have sacrificed so much for us, and whatever the cost of my actions tomorrow ends up being, I believe it’s a sacrifice we owe to you and all those who serve. And if I’m successful, in the end, everyone will know that you are still the savior we all needed you to be.

PETRA: Okay… but what is it? What are the particulars?

BEN: We’re going on ECB. I got a prime spot. Old producer friend hooked me up.

PETRA: Uh….

BEN: We’re going wide-stream. Full distribution.

PETRA: Okay…. Okay, you mean… You mean that you’re gonna-

BEN: Petra… Petra, tomorrow, we’re going live on the networks. Potentially in front of every person alive. We’re going to clear the Chief’s name before they burn him at the stake. We’re gonna douse the real monsters in kerosene, then once-and-for-all… and with everybody watching… I’m gonna burn ONI to the ground.

I’m Benjamin Giraud. And this has been Hunt the Truth.



Anthony Petrosky : C'est qui ?

Benjamin Giraud : Anthony, c'est Ben Giraud. J'ai peu de temps mais je dois–

Petrosky : Ben ? Je– Je n'ai pas reconnu le canal, vous êtes où, en prison ou–

Ben : Écoutez. Je vous ai envoyé des coordonnées. Retrouvez-moi là-bas lundi.

Petrosky : Um…

Ben : Vous voulez toujours faire tomber l'ONI ?

Petrosky : Ou– Oui. Je ne sais pas quoi dire. On a frappé fort et ça a merdé, Ben. Les politiciens n'en ont rien à fou–

Ben : Peut-être, mais j'ai du lourd, maintenant, et on va viser ceux qui ont le vrai pouvoir. Je comprend ce que vous voulez dire, mais je serais bientôt en vol, donc dites-moi maintenant. Vous en êtes ?

Petrosky : J'en suis, d'accord ?

Ben : Ouais. Vous êtes le meilleur.

Petrosky : Mais je vous le dit, le sénat n'est–

Ben : On a pas besoin du sénat, Anthony. Faites-moi confiance, quand ce sera fait, tous les connards menteurs et malhonnêtes de l'UEG seront arrêtés pour haute trahison.


<<< Je suis Benjamin Giraud, et voici la traque de la Vérité. >>>


<<< Mon vol s'apprêtait à quitter Bliss. Le transport était plein et faisait quelques vérifications de sécurité. Je m'attardais sur la piste d'embarquement le temps de passer un autre appel. >>>

Ray : Raymond Kurzig à l'appareil.

Ben : Ray, c'est Ben ! Je–

Ray : Ben, qu'est-ce que c'est que ce canal ? Tout va bien ?

Ben : Oui, oui, je vais bien, je l'ai trouvé.

Ray : Trouvé quoi ?

Ben : Tout.

Ray : Quoi, tout ?

Ben : Je t'ai envoyé les fichiers. C'est une surprise.

Ray : D'accord, attends…


<<< J'écoutais Ray ouvrir le fichier et voir tout ce que l'ONI voulait nous cacher. >>>


Ray : Mon dieu… Ben, où t'as trouvé ça ?

Ben : Tu ne me croirais pas, mais c'est notre chance. Notre dernière chance de mettre un terme à tout ça.

Ray : Je sais pas quoi dire…


<<< Ray était maintenant en possession des sauvegardes, et j'avais besoin d'une ultime faveur. Il était la seule personne en qui je pouvais avoir confiance. Je lui donnais une liste d'adresse à qui il devait envoyer les fichiers. J'ai entendu sa mâchoire tomber en voyant les liens. Le choc passé, il me confirma qu'il le ferait. >>>


Ray : Oui, d'accord. Pas de souci.

Ben : Je pourrais jamais assez te remercier, mais on les tient, Ray. On les tient. Et je te promet que personne ne saura que tu m'as aidé pour Biko. J'enverrai le reste de mon histoire une fois rentré, et tu seras absent de tous les enregistrements, aucune de nos conversations. Tu avais raison de vouloir laisser tomber et je ferais en sorte que tu sois épargné.

Ray : Ben. Ils ont tout pris chez moi.

Ben : Quoi ?

Ray : Ma maison. Ils l'ont tout pris chez moi. Même le plancher. Ils–

Ben : Ray, Ray-

Ray : Ils ont osé faire ça. Où ma femme et ma fille dorment.

Ben : Mais comment ils savent que–

Ray : Elles sont sur une autre planète, en sécurité, mais… Que je le veuille ou non, je ne peux plus reculer, maintenant. Je veux aider.


<<< Ray était un des humains les plus altruiste que j'ai eu l'honneur de connaître. Il était sorti de sa zone de confort et avait tout sacrifié de nombreuses fois. Je ne pense pas pouvoir lui faire comprendre un jour à quel point c'était important pour moi.

Je lui ai envoyé des instructions sur des fichiers cryptés pour finaliser notre plan. Je l'ai remercié une dernière fois, nous nous sommes souhaité bonne chance et quittés là-dessus. La prochaine fois que je le verrai, nos vies seraient bouleversées et je n'aurais pas choisi quelqu'un d'autre pour être à mes côtés.

Alors que je quittais les colonies extérieures, il était difficile de penser au prix payé pour notre liberté et notre sécurité. Tant de vérités avaient été cachées, tant de personnes. L'ONI avait tenté de m'enterrer. Mais ils avaient échoué. Je n'étais plus effrayé, j'avais des choses à dire. Combien de personnes sacrifiées était trop ? Selon moins, la réponse était une. >>>


Mshak Miradi [MESSAGE] : Allô ? Mec, j'attendais ton appel. Faut que je te dise quelque chose d'important. Ceci est un message préenregistré ! Haha !

Ben : Mshak, haha! M-shak! Écoute, je–


[BEN LAISSE UN MESSAGE À MSHAK]


<<< Mshak me hantait toujours. Quand je fermais les yeux, son corps était glissé dans un sac noir et je ne pouvais rien faire pour lui. Mais je devais aller de l'avant pour lui. Pour Ray. Pour FERO. Pour Petra, d'Anthony, de Katrina, d'Ellie, pour tous ceux dans les colonie extérieures, tout ceux que notre gouvernement avait maintenant dans le noir. Par choix ou non, trop de sacrifices avaient été faits, et trop de ces sacrifices étaient humains. >>>


Ben : Je– Je voulais juste te dire merci. Je suis désolé et–


<<< Pour la première fois de ma carrière, je sentais que je devais dire la vérité et toute la vérité, aussi moche soit-elle, des pistes étranges au noyau pourri. Je ne voulais pas que tout ça n'ait servi à rien. Voilà ce que je ferais pour tout le monde. Je leur donnerai la dignité de connaître la vérité.

J'étais surpris quand Petra Janecek m'appela. Pour quelqu'un qui m'avait souvent menacé physiquement, elle m'appelait quand même pour savoir si j'allais bien. >>>


Ben : Tu sais, si je ne te connaissais pas mieux que ça, je me demanderais si tu ne t'inquiétais pas pour moi.

Petra Janecek : Pfft, reprends-toi, Giraud. Je voulais juste savoir ce que tu avais, mh, trouvé.

Ben : Sérieusement, je me suis déjà excusé une centaine de fois pour… avoir été un idiot, avoir menacé ta réputation, tout ça. Mais je pense que je veux te remercier une dernière fois.

Petra : De rien.

Ben : Pour toute ton aide. Vraiment, je ne saurais pas dire à quel point c'est important pour–

Petra : C'est bon, c'est bon, ça suffit.

Ben : J'en fais trop ?

Petra : Un peu, oui. Tu vas vraiment ruiner ma réputation, là. J'espère que ça ne sera pas le point final de ton histoire… Un appel pour parler franchement. Je savais que ça se terminerait mal, mais à ce point ! Bref, je voulais savoir ce qu'avait donné la piste. Qu'as-tu trouvé ?

Ben : Tu avais raison, c'était une chance unique.

Petra : Vraiment ? Comment ça ? Pourquoi–

Ben : J'ai tout, Petra. Toutes les preuves pour tout corroborer.

Petra : Sois plus clair, Ben. Qu'est-ce que tu as trouvé à propos de Biko ?

Ben : Toute l'histoire. Non seulement le Major est innocent, mais il a sauvé la situation. Il a fait l'impossible. J'ai tout ce qu'il faut pour le prouver. Le meilleur, c'est que je peux aussi montrer que l'UEG a été négligent et a conspiré avec la magistrate sur Biko pour le cacher. Coercition, pots-de-vin, la totale. Ces connards arrogants auraient pu empêcher ça. Ils le savent. L'ONI et l'UEG sacrifiaient le Major aux masses pour se sauver la face, pour distraire le public et le dissuader de creuser l'affaire. Mais maintenant j'ai tous ces fichiers qu'ils voulaient cacher. On les tient à bout portant.

Petra : Non, Ben. Ils masqueront toute l'affaire. C'est juste–

Ben : Ils essaieront. Je ne sais pas quand ou comment, mais ils sont de mèche avec Biko. Ils révéleront les vrais coupables mais laisseront quand même tomber le Major. Je ne les laisserai pas faire ça. Nous blanchirons le Major et exposerons l'ONI.

Petra : Nous ? Qui « nous » ?

Ben : Ray, moi et Petrosky.

Petra : Les trois amigos, hein.

Ben : Tout sera terminé demain.

Petra : Ben, tu sais que tu n'as pas à le faire comme ça.

Ben : Petra, ça ira. Ça ira. Je sais que tu t'inquiètes parce que je suis hors du coup, tu avais raison, mais cette fois–

Petra : Je ne veux pas que tout ça se termine mal.

Ben : Je dois le faire.

Petra : Demain, alors. Quel est le plan ? Tu as trouvé l'éditeur le plus couillu du Magellan pour publier l'affaire ?

Ben : Non. Je vise plus haut. Bien plus haut.

Petra : Ça veux dire quoi ?

Ben : En fait, j'espérais que tu pourrais m'aider, parler de ça à ton réseau. Faire tourner l'info, personne ne voudra rater ça.


<<< Assis dans le transport, préparant tout pour demain, je me rend compte la chance que j'ai de faire partie de tout ça. Si Ray, Anthony et moi réussissons, tout ce que l'ONI a tenu dans l'ombre depuis des générations sera exposé pour la première fois. Grâce à l'aide de nombreuses et courageuses personnes. Tous ceux qui ont tout risqué, qui m'ont laissé des messages, mes amis, je voulais vous remercier. Ce sera ma dernière transmission. Demain, vous serez témoin de la fin de cette histoire. Après ça, je disparaîtrai. Pour un moment au moins. Selon ce qui se passera, j'espère être vite de retour.

À tous ceux qui ont écouté mon histoire, qui se sont levé et fait entendre leur voix, je veux que vous sachiez qu'en possédant la vérité, vous possédez le pouvoir, et en partageant cette liberté, nous maintenons ce pouvoir. N'oubliez jamais ça. Ça a été un honneur de me trouver au centre de toutes ces opinions et ces histoires. C'était une expérience qui remet tout en perspective. Vous tous qui m'écoutez en ce moment, du fond de mon cœur, je vous remercie.

Mais par-dessus tout, je veux remercier le Major. Major, vous nous avez sauvé de bien des manières, même sans vous en rendre compte. Vous avez tout sacrifié pour nous, et quel que soit le coût de mes actions demain, je sais que nous vous devons ce sacrifice, à vous et à tous ceux qui nous protègent. Et si je réussis, tout le monde saura que vous êtes toujours le sauveur dont nous avons eu besoin. >>>


Petra : D'accord, mais pourquoi ? Quel est le plan ?

Ben : Nous passerons sur ECB. En période de grande écoute. Grâce à un vieil ami producteur.

Petra : Uh…

Ben : Ça sera la plus large diffusion qu'on puisse espérer.

Petra : Attends, attends… Tu veux dire que tu vas–

Ben : Petra… Demain, nous serons sur tous les réseaux. Nous toucherons peut-être toutes les personnes vivantes. Nous laverons le nom du Major avant qu'ils ne l'abattent. Nous couvrirons le monstre de kérosène et devant tout le monde, une bonne fois pour toute, nous le ferons brûler.


<<< Je suis Benjamin Giraud. Et c'était la traque de la Vérité. >>>



13 : In the bag[modifier]

Every story has a villain. Today, we meet ours.


[ECB MNEMONIC PLAYS]

KESSLER: Welcome back. Later in the show we’ll be continuing our “Day of Remembrance” coverage with more survival stories from the labor camps, but first we have an exciting ECB exclusive. Journalist Benjamin Giraud is here to talk about his story that has been making waves throughout the colonies and here on Earth. It’s called Hunt the Truth: The Story Behind the Master Chief and Ben is here to tell us about some exciting developments. Welcome to the program, Ben.

BEN: Thank you. It’s great to be here. I, uh-

KESSLER: Oh, Ben, I’m sorry. Hold that thought. We’ve just got a breaking development from Biko. After a tight-lipped investigation, Magistrate Laurel Adams and UEG officials have just released additional security footage and autopsy reports from the embassy massacre, issuing a joint statement that federal charges have been filed against an extremist group called Sapien Sunrise, effectively clearing the Master Chief and the Sangheili of any wrongdoing. The UEG called the massacre “an attack against peace,” and vowed to continue supporting local diplomacy with alien delegations.

Freshman Senator Andrew Del Rio also came forward to recant his earlier condemnations, calling the Chief a perennial hero, and saying, quote, “Every statue of him is a monument to be treasured.” According to his office, as of this morning, the Senator is taking some time off… for unrelated family matters.

Wow… Well, Ben you’ve been working on the Master Chief’s profile for… a while.

BEN: Um…

KESSLER: What do you make of all this?

BEN: Did you- Did you actually believe the Chief did that?

KESSLER: Ben, my speculations about guilt are irrelevant.

BEN: Well it’s classic ONI half-truth; Yes, Chief was the hero on Biko, but the Sapiens couldn’t have done it without the UEG. If you pull up the Adams conversation thread from the files I sent, you’ll see what I mean.

KESSLER: Oh, it- it appears we’re still processing all of the files. J-Just a moment on that.

BEN: It’s fine, I can just pull it up here…

KESSLER: Okay…

BEN: Huh, sorry… I’m having issues… with it too… Oh they better not have… I can’t even... Hold- Hold on. Let me try it again.

KESSLER: So wait, let’s back it up, for those unfamiliar with your story. Are you saying-

BEN: Whatever. Okay. Look, Sekibo asked the UEG for security help before the talks, and they rejected it flat-out. Could’ve prevented a couple dozen deaths, but they didn’t even read the request.

KESSLER: Now- Well, let’s-

BEN: And now they’re peace partners with Adams? I mean c’mon.

KESSLER: Hold on. You’re saying the Biko embassy made a federal security request, but was left vulnerable because the Senate refused the request without proper deliberation.

BEN: “Arrogant negligence” is what I’m saying.

KESSLER: Right, but the embassy hasn’t said that.

BEN: Not to reporters. Well, not to anyone anymore, now they’re in on it. They took whatever Earth table-scraps they could get... I’m sorry- I’m sorry. I have a question. Where is Ray Kurzig?

KESSLER: Um…

BEN: I mean, he sent you the files, right?

KESSLER: Yes, we received your files, but-

BEN: And now he’s not here. He was supposed to meet me here.

KESSLER: Let’s move on shall we-

BEN: What about Petrosky? I mean, is he gonna disappear too?

KESSLER: Corporal Petrosky is being patched through shortly. Let’s change gears.

BEN Yeah, of course. Sorry.

KESSLER: You were originally hired by ONI to do this story, correct?

BEN: Yes, that’s right.

KESSLER: And what happened?

BEN: Well, I stumbled on several inconsistencies between the sources and they fired me.

KESSLER: You were fired for finding inconsistencies?

BEN: No. Look, don’t act that surprised. You and I both know ONI makes you twist the story, just, y’know to placate… But this Chief story, I’m telling you, was a whole other animal. At first, the cracks were small, but then it got worse, and worse until nothing made sense, and I tried to fix it, y’know, until… until I found out the truth. The sources they’d given me were fake. They were actors. I mean, not all of them, some of them were real people who just needed a push, others just had had no problem feeding me the elaborate lie, but seriously… actors. How devious is that!?

KESSLER: We’re still working to verify the legitimacy of all those files, but we have the video cued up. Would you like to introduce it?

BEN: Absolutely. Okay. So you’re about to see the actor who played Deon Govender, John’s supposed childhood boxing coach… This guy had me hook, line, and sinker. And then I found this video of him honing in on his performance for the role.

DEON [RECORDING]: In Elysium City, people just disappeared back then…

DEON’S ACTOR [RECORDING, OUT OF CHARACTER]: Uh, what’s that…? Mmm, ah. Okay, okay.... Because he’s cracking here, right? Right. Alright, cool... But, we’re still good with working-class-urban, barbecue-Granddad overall though, right...? Okay... Yeah, I’m gonna bring the waterworks with this guy.

DEON [RECORDING]: In Elysium… Elysium…

BEN: You can stop it there.

KESSLER: That’s… I- I don’t know what to say.

BEN: I know.

KESSLER: We are here with Benjamin Giraud for this breaking story. The team is working diligently to verify all of the evidence and documentation that Ben has provided surrounding his story if you’re just joining us.

BEN: So- And here’s the disgusting part: The real Deon… is dead. That’s how far ONI was going to cover this up.

KESSLER: So, what exactly are you saying they were covering up? Why would ONI go to the trouble of furnishing-

BEN: Oh, I’ll tell you exactly why. The SPARTAN-II program. Ask yourself this: How did recruitment luck into such an amazing crop of heroes? They didn’t wait to recruit them. Someone at ONI made a list of impressive young children, kidnapped them, replaced them with clones designed to die, secretly brainwashed the kids into soldiers, and then butchered half of them in unethical medical procedures-

KESSLER: Ben, sorry to cut you off. First of all, what you describe is unconscionable, and if true, we’re not talking about deceit here. What you’re asserting here are capital crimes against humanity.

BEN: Completely, that’s exactly where I was, but, I brought files-

KESSLER: Hold there, before you continue, I’m getting word that our team has just finished reviewing your files, including what we just watched, some of which are dated from forty years ago… And I’m wondering, how do you explain the fact that all of the files you sent were created in the past two months?

BEN: What?

KESSLER: Ben, I don’t know what kind of game you’re playing here. But, none of the seals are real. You provided us with fabrications.

BEN: What? No.

KESSLER: The interviews, the documents, all of it.

BEN: No, no, no, no. That’s not true, Charles.

KESSLER: I don’t know what you’re trying to do here, or why you think you can come on my show and just-

BEN: That’s insane. Charles, how can you even entertain-

KESSLER: I’m at a loss. Did you think we wouldn’t check?

BEN: Okay. Wait- wait a minute. Hold on… If that was somehow true—that I’m some mastermind who made this all up, why would I come here and admit my own crime?

KESSLER: I have no idea, Mr. Giraud. Exposure? Fame? Ego? All of the above? It wouldn’t be the first conspiracy theorist who had come-

BEN: That is- No. Uh, no. No. No, listen. That’s not-

KESSLER: See, on my program, we actually vet sources. Which is why I’m close to throwing you outta here.

BEN: I’m on here, Charles, trying to expose government-sponsored mass kidnappings and child murder, is that worthy of your program?

KESSLER: Well, Ben, that would all be very brave of you if you hadn’t completely fabricated all of it for your own self-interest.

BEN: You don’t believe me!? Petrosky can verify all of this, get him on the line. Ask the eyewitness! Can your guys handle that?

KESSLER: Happy to. Joining us now is retired Orbital Drop Shock Trooper, Corporal Anthony Petrosky.

PETROSKY: Are we live?

BEN: Thank you! Finally...

KESSLER: Anthony, hello.

PETROSKY: Oh. Good afternoon.

KESSLER: The honor is ours. It’s always good to see a veteran in uniform.

PETROSKY: It’s an honor to be here.

KESSLER: If we can just jump right in, you’ve been working with Ben?

PETROSKY: Yes, I’ve been in contact with Mr. Giraud for several weeks now.

BEN: Anthony, just tell him about the augmentations, they’re, uh- They’re trying to spin everything-

KESSLER: Okay, Mr. Giraud you’ve been interrupting since you got here, don’t make me cut your feed. I’m sorry, Anthony, in what capacity did you contact him?

PETROSKY: Three months ago, I contacted Mr. Giraud as part of a special investigation.

BEN: What?

PETROSKY: The UNSC had been monitoring a new sect of violent insurrectionists bent on starting inter-regional war-

BEN: This is not something we’ve discussed.

PETROSKY: And my assignment was to infiltrate the group, and expose a plot to smear a high-profile military figure.

KESSLER: The Master Chief.

PETROSKY: Yes, sir.

KESSLER: So you were undercover?

PETROSKY: Yes, sir. I was posing as a disgruntled veteran sympathetic to extreme insurrectionist ideology.

BEN: Anthony, Anthony what are you doing?

PETROSKY: I made contact with Be- Uh, Mr. Giraud, and, uh… and convinced him I wanted to help him demonize ONI.

BEN: Anthony. Don’t do this…

PETROSKY: I earned his trust, helping him fabricate a statement that I’d personally witnessed proof of atrocities.

BEN: Anthony, don’t do this!

PETRISKY: It was part of Mr. Giraud’s extensive misinformation campaign.

KESSLER: Would you just cut his mic?

BEN: Please don’t do this, Anthony.

KESSLER: Cut his mic. You are out of control! Cut his mic!

BEN: I don’t know what they threatened you with, but you don’t-

KESSLER: Apologies. Mr. Petrosky, please continue.

PETROSKY: I, uh… I helped Mr. Giraud construct dramatic interviews to make the revelation of his fiction as entertaining and compelling as possible for his listeners.

KESSLER: So, you were helping make provocative statements for his show, but all the while, you were serving the UNSC in your role as an undercover agent... Is- Is that correct?

PETROSKY: Yes, sir.

KESSLER: Was any of it true? Did you witness anything that would corroborate the rumors about the Spartan program? The abductions, or-

PETROSKY: No, sir. I’ve never witnessed anything like that. I never saw a child with biological augmentation scars. And as to all the other stuff about ONI and the Spartan program, I was just dramatizing old military ghost stories. No one really believes those rumors.

KESSLER: I’d imagine that would be difficult. Misleading the public, slandering a hero...

PETROSKY: Yes, sir. That’s the hardest part.

KESSLER: And you’ve never met John-117?

PETROSKY: No, I have never met John-117, but I would be honored to one day. He is the greatest hero of our time, and I want to go on record saying that.

KESSLER: Well… Thank you for coming on, Anthony. And thank you for your service.

PETROSKY: Thank you.

[PETROSKY LEAVES]

KESSLER: Ladies and gentlemen, if you’re just joining us we’re here with Benjamin Giraud, covering this story as it unfolds live. Ben, do you have anything to say for yourself?

BEN: I don’t know what ONI did to him, but those are lies he’s been fed. They compelled a good man, a soldier, to lie. To make me look like a-

KESSLER: Ben, let me try to help you out.

BEN: You know you’re a puppet, right?

KESSLER: Let’s deal with facts.

BEN: Perfect. Perfect.

KESSLER: Can you tell me where, exactly, you found the files you gave us that you’re saying came from ONI?

[BEN SIGHS]

KESSLER: If there’s a time to divulge sources, Ben, it’s right now.

BEN: I’m really getting sick of this.

KESSLER: That makes two of us.

BEN: Listen… I don’t know what the time codes say, but I downloaded those files two days ago from a server I accessed in an abandoned ONI facility on Bliss, okay?

KESSLER: You found your trove of government secrets in an unguarded shack on a glassed planet?

BEN: I’ve seen the conspiracies you people pull together. I just never thought I’d end up embroiled in one of these.

KESSLER: Mr. Giraud. I want to show you something. This footage was taken two days ago. Is this you? Entering the bunker on Bliss?

BEN: What? Wait, how did you get that footage?

KESSLER: The files you sent were all uploaded two days ago from that bunker we just watched you walking into.

BEN: Wait, no. How did you- No. How did you get that footage?

In a raid yesterday, local police found a large cache of weapons and that server of yours in that bunker. The property-

BEN: Are you- Oh, give me a break!

KESSLER: The PROPERTY the bunker sits on, belongs to a shell organization with ties to an insurgent named FERO, who, earlier today, was implicated by surviving members of Sapien Sunrise as the arms dealer who provided them with the weapons they used in the embassy massacre.

BEN: You’re trying to pin Sekibo’s death on FERO? She wasn’t involved in that!

KESSLER: And the mods on those weapons came from the exact same place as the mods police found on the weapons in your bunker.

BEN: Oh, okay. Oh, I get it. Let me guess, I’m a terrorist who’s been working for FERO this whole time? GOD!

KESSLER: No. Apparently, you’re not working for anyone, Mr. Giraud.

BEN: What? What is that…?

KESSLER: We’ve also received this security camera footage from a few days ago showing two members of Sapien Sunrise entering your apartment building.

BEN: No. They’re not Sapien Sun- No…

KESSLER: Where, based on preliminary reports from the coroner’s office-

BEN: They’re ONI. They were ONI.

KESSLER: They were murdered.

BEN: They were murdered?

KESSLER: So what was it, hmm? A deal gone bad?

BEN: No, they were ONI! They were coming to kill me, FERO saved me!

KESSLER: Shortly thereafter, for the first time ever, ONI agents got a hit on one of the proxy bank accounts used to fund FERO’s terrorist activities. Near your apartment. At an army surplus store. And here is a video of you making that transaction.

BEN: ONI had gutted my apartment, they sent people to kill me. She saved my life, she gave me some money. I was just trying to not die!

KESSLER: We have all the feeds from the neighborhood, and the only people who entered your building that night were you and the two Sapien Sunrise members you murdered.

BEN: They’re not Sapein Sun- No. No, no, no, no, no, no… They’re doing it… They’re doing it…

KESSLER: Look, Mr. Giraud, FERO, whatever you call yourself—You’ve got the soapbox you wanted, so if we could just skip to the part where you make your big rebel speech for all of civilization to hear, I would like to end this circus of an interview.

BEN: …

KESSLER: No? Fine... I think I’ve reached my limit of sociopathic narcissism for the day.

BEN: Where’s Ray… What happened to Ray?

KESSLER: Raymond Kurzig is just fine. We spoke with him yesterday.

BEN: I don’t believe a word coming outta your mouth.

KESSLER: Ray did provide us with all of the files you’d given him, just as you asked, but he also gave us detailed information on exactly how you fabricated all of it.

BEN: I don’t believe you. I don’t believe you. Where’s Ray? Where is he right now? I want proof that Ray Kurzig and his family are alive and well and moving freely. Get Ray on the phone now.

KESSLER: After all the reckless accusations of atrocities and treason your self-righteous Truth Hunt has hurled at innocent people, allow me to speak on behalf of our free press and everybody with a conscience in occupied space, when I say, without qualification, that you are the atrocity, Mr. Giraud, and you are the definition of a traitor.

BEN: ONI killed Mshak, they killed him. Or they put him in a black bag and threw him in a hole, I don’t know. I don’t know- but now, but now…

KESSLER: Alright, that’s enough-

BEN: Listen, I’ve heard so much in the past few months. I know… I know what it means when I say The Chief…IS A HERO. He is my hero. He should be everyone’s hero, but you all turned on him. All you fair-weather pricks!

KESSLER: That’s it, cut him off. Mr. Giraud will now be exiting in the custody of federal agents.

BEN: Make up your own minds! Decide for yourselves! Do not just let them tell you what- GET OFF ME! AGH! Listen!

KESSLER: Cut his mic- Cut his mic! You’re done!

BEN: Listen! And you will find the tr-

KESSLER: I am sorry ladies and gentlemen. I would like to apologize to everyone who had to witness that. These are the dangers of live reporting. I am certainly not going to sit by and let that kind of deception take over my show. At least now, we know the real story. I’m Charles Kessler, we’ll be back after this.

[NEWS BROADCAST ENDS]

PETRA: Everybody saw it. The Chief was cleared and the world blew up in Ben’s face. And now we finally had a story to tell ourselves. “The hero and the Traitor”. That was the story we’d really wanted to hear. And as far as ONI was concerned, that’s all this was supposed to be.

All the ugly ONI rumors and Chief-smearing would be laid at Ben’s feet, he would be tarred and feathered, and with Ben as the sacrificial lamb, the Outer Colonies would come back into the fold. Trade would resume, the Waypoint buoys would power back up, and all that incendiary anger would disappear into whatever hole they were throwing Benjamin Giraud in right now.

Ben said it was his “wounded pride,” the way ONI tossed him aside, that finally set him off. They used him.

I had to hand it to them. However ONI did it, the way all those dominoes fell. It was inspired.

I’d always thought I was too clever for all that. But in the end, I was just another pawn in their game. Their master stroke. The server on Bliss was Ben’s undoing, it was bait. Whether I was meant to take it or they knew I’d pass it on, either way, they played me.

While Mshak, and Ray, and Petrosky, and everybody else that came near Ben’s story got shown either the carrot or the stick, ONI hadn’t offered me either. And since I didn’t go down in their net, I’m free to walk away from all of this.

I think deep down Ben really just wanted respect. But that’s not ONI’s currency. For them it’s all about fear.

But I’m not afraid. Not with what I’ve got. Ben was sloppy, but Ray wasn’t. He’d sent the backups to someone he trusted too— just in case...

This is my story now. My mission.

So I’m picking up where Ben left off. I’m gonna carve out the truth, and I’m gonna put it on display. Not because of any sort of lofty principle. No… it’s just that wounded pride, stinging me like it stung Ben. But unlike Ben, I prefer to do things ONI’s way… and they’re gonna wish that I’d gone down in that net too.

This is my investigation now, and I don’t give a rat’s ass about respect. This story… is going to be all about fear.

I’m Petra Janecek, and this is Hunt the Truth.



[Générique ECB]

Présentateur : De retour sur ECB, nous continuerons plus tard notre couverture du jour de commémoration en interviewant d'autres prisonniers de camps de travail. Mais avant cela, nous avons une exclusivité : le journaliste Benjamin Giraud va nous parler de son histoire ayant déchaîné les colonies extérieures : La traque de la Vérité, l'histoire du Major. Ben va nous révéler de nouvelles informations, bienvenue Ben.

Benjamin Giraud : Merci, ravi d'être ici.

Présentateur : Une seconde, Ben, nous venons de recevoir un rapport de Biko : après une enquête secrète, la magistrate Laura Adams et des agents de l'UEG ont publié de nouveaux enregistrements de caméras et rapports d'autopsie liés au massacre de l'ambassade. Ces preuves concordent pour incriminer le groupe extrémiste Sapien Sunrise, levant toute charge sur le Major ou les Sangheilis. L'UEG a qualifié le massacre d'attaque contre la paix et promet de continuer à supporter les initiatives de diplomatie locales avec les délégations aliens. Le nouveau sénateur Andrew Del Rio est revenu sur ses précédentes déclarations, appelant le Major un héros légendaire, et déclarant que chaque statue en son honneur est monument à chérir. Depuis son bureau ce matin même, le sénateur est parti en vacances pour des raisons familiales. Ben, vous avez travaillé sur le profil du Major depuis longtemps. Pourquoi ?

Ben : Attendez, vous croyiez vraiment que le Major était coupable ?

Présentateur : Ben, mes spéculations sur le coupable–

Ben : Allons, c'est de l'ONI tout craché. Bien sûr que le Major était le héros sur Biko, mais les Sapiens n'auraient pas pu y arriver sans l'UEG, regarder les conversations d'Adams dans le dossier que j'ai envoyé, vous comprendrez.

Présentateur : Oui, nous sommes en train de les vérifier…

Ben : Pas de souci, je les ai sur moi.

Présentateur : Hum, d'accord…

Ben : Hein ? Désolé, il y a un problème. Non, ils n'ont pas… Attendez, laissez-moi réessayer !

Présentateur : En attendant, revenons sur–

Ben : Sekibo a demandé de l'aide à l'UEG avant la rencontre et ils l'ont rejeté directement, ils auraient pu lui fournir des gardes mais ils n'ont même pas lu sa requête ! Et maintenant Adams vient s'afficher en sauveuse ?!

Présentateur : Vous dites que l'ambassade de Biko a fait une demande fédérale, mais qu'il était vulnérable parce que le sénat a refusé la requête sans délibération ?

Ben : C'est n'était pas de la négligence–

Présentateur : Mais l'ambassade n'a rien dit–

Ben : Pas aux journalistes. Ni à personne d'autres, ils agissent pour sauver leur réputation ! Attendez, une question, où est Ray Kerzig ?

Présentateur : Euh…

Ben : Il vous a bien envoyé les fichiers ?

Présentateur : Nous avons reçu vos fichiers–

Ben : Mais il n'est pas là, nous étions sensé nous retrouver.

Présentateur : Continuons…

Ben : Et Petrosky ? Il a disparu aussi ?!

Présentateur : Le caporal Petrosky sera bientôt avec nous, concentrons-nous.

Ben : Oui, désolé.

Présentateur : Vous avez été engagé par l'ONI pour établir cette histoire, n'est-ce pas ?

Ben : En effet.

Présentateur : Et que s'est-il passé ?

Ben : J'ai découvert plusieurs incohérences entre les sources et ils m'ont viré.

Présentateur : Ils vous ont licencié pour avoir trouvé des incohérences ?

Ben : Allons, ne jouez pas au surpris, nous savons tous les deux que l'ONI manipulait les sources. Mais tout ça n'était rien comparé à la vérité sur le Major. Les fissures étaient mineures au début mais tout finit par ne plus avoir de sens, et j'ai tenté de créer de la cohérence avant de découvrir la vérité. Les sources qu'ils me donnaient étaient manipulées, c'étaient des acteurs. Certains étaient de vrais personnes manipulées et d'autres jouaient simplement le jeu du mensonge, des acteurs ! Incroyable !

Présentateur : Nous vérifions toujours la légitimé de vos fichiers mais la vidéo est disponible. Voulez-vous la montrer ?

Ben : Oui, vous allez voir l'acteur jouant Deon Govender, supposément le professeur de boxe de John. Cet homme m'a manipulé avant que je ne trouve cette vidéo où il s'exerce pour le rôle.

[L'acteur passe entre voix de vieillard et voix plus jeune, travaillant l'intonation]

Ben : C'est tout.

Présentateur : Je… Je ne sais pas quoi dire.

Ben : N'est-ce pas ?

Présentateur : Nous sommes ici avec Benjamin Giraud pour une exclusivité. Notre équipe s'applique à vérifier la légitimité des sources et documents fournis par Ben pour fonder son histoire–

Ben : Et le pire, c'est que le vrai Deon est mort ! Ils étaient prêts à aller aussi loin pour couvrir leurs mensonges !

Présentateur : Mais que couvraient-ils exactement ? Pourquoi l'ONI emploierait autant de moyens–

Ben : Je vais vous le dire : le programme SPARTAN-II. Posez-vous la question : comment s'est déroulé le recrutement de ces incroyables héros ? Et bien ils ne l'ont pas fait : quelqu'un de l'ONI a établit une liste de jeunes enfants prédisposés, les a fait kidnappé et remplacer par des clones conçus pour mourir, leur ont lavé le cerveau pour en faire des soldats et en a massacré près de la moitié pour–

Présentateur : Ben, ce que vous nous décrivez est difficile à croire, et si ça s'avère vrai, il ne s'agit pas juste de mensonge, mais de crimes contre l'humanité.

Ben : Exactement ! J'ai des fichiers–

Présentateur : Avant de continuer, mon équipe me dit qu'ils ont terminé d'inspecter les fichiers, dont ce que nous venons de voir, et certains semblent dater de près de 40 ans. Néanmoins, comment expliquez-vous que tous vos fichiers aient été créés au cours des deux derniers mois ?

Ben : Quoi ?!

Présentateur : Je ne sais pas à quoi vous jouez, Ben, mais vos documents sont faux.

Ben : Non–

Présentateur : Vos documents et interviews sont trafiqués–

Ben : Non, non, attendez–

Présentateur : Qu'est-ce que vous essayez de faire, vous pensez pouvoir venir dans mon émission et –

Ben : Non, c'est impossible ! Charles, comment pourrais-je–

Présentateur : Vous pensez réellement que nous ne vérifierions pas ?

Ben : Une minute. Si c'était vrai, que j'étais un génie du crime ayant monté tout ça, pourquoi viendrais-je ici pour me faire prendre ?!

Présentateur : Je n'en sais rien, monsieur Giraud ! Publicité, gloire, ego, tout ça à la fois ?! Vous ne seriez pas le premier théoricien du complot–

Ben : Non !

Présentateur : Dans mon émission, nous vérifions les sources, et je suis sur le point de vous faire sortir d'ici !

Ben : Je suis ici, Charles, pour essayer de dévoiler que le gouvernement a soutenu un kidnapping de masse et des meurtres juvéniles ! Est-ce assez pour votre émission ?!

Présentateur : Ce serait courageux de votre part si vous n'aviez pas falsifié les preuves–

Ben : Vous ne me croyez pas ? Petrosky peut corroborer mon histoire, demandez au témoin oculaire ! Vous vous sentez de taille ?!

Présentateur : [soupir] J'en serais ravi. Nous accueillons maintenant le vétéran ODST Anthony Petrosky.

Ben : Enfin…

Présentateur : Bonjour, Anthony.

Anthony Petrosky : Bonjour…

Présentateur : Le plaisir est pour nous, c'est toujours un plaisir d'accueillir un vétéran en uniforme.

Petrosky : Ravi d'être ici.

Présentateur : Dites-moi, vous avez travaillé avec Ben ?

Petrosky : Oui, je suis en contact avec monsieur Giraud depuis quelques semaines.

Ben : Parlez des augmentations !

Présentateur : Monsieur Giraud, vous m'interrompez beaucoup trop souvent, ne me forcez pas à couper votre micro. Désolé, Anthony. Pourquoi l'avez-vous contacté ?

Petrosky : J'ai contacté monsieur Giraud il y a trois mois dans le cadre d'une enquête spéciale.

Ben : Quoi ?!

Petrosky : L'UNSC était sur la trace d'une nouvelle secte insurrectionniste menaçant de déclencher des guerre interplanétaires.

Ben : Ce n'est pas ce que–

Petrosky : Ma mission était d'infiltrer le groupe, et d'exposer un de ses membres hauts placés en incriminant un membre éminent de l'UNSC.

Présentateur : Le Major.

Petrosky : Oui.

Présentateur : Vous étiez donc en mission d'infiltration ?

Petrosky : Oui, sous couvert d'un ancien militaire intéressé par des idéologies extrémistes, j'ai contacté monsieur Giraud pour lui faire croire que je voulais l'aider à diaboliser l'ONI.

Ben : Anthony ! Non !

Petrosky : J'ai gagné sa confiance pour lui faire croire que j'allais lui servir de témoin pour supporter la révélation de fausses atrocités.

Ben : Non, ne faites pas ça Anthony !

[Le micro de Ben se coupe]

Présentateur : Excusez-nous. Veuillez continuer, monsieur Petrosky.

Petrosky : J'ai… J'ai aidé monsieur Giraud à monter des interviews pour rendre crédible ses révélations auprès de ses auditeurs.

Présentateur : Vous l'avez donc aidé à provoquer l'opinion publique alors que vous serviez l'UNSC et jouiez votre rôle d'agent infiltré ?

Petrosky : Oui…

Présentateur : Il y avait-il une seule chose vraie ? Avez-vous été témoin de quoi que ce soit qui puisse corroborer les rumeurs concernant le programme Spartan, les enlèvements– ?

Petrosky : Non, monsieur. Je n'ai jamais été témoin de quoi que ce soit. Je n'ai jamais vu d'enfant doté de cicatrices d'améliorations biologiques, ni rien d'autre concernant l'ONI ou le programme Spartan. Je ne faisais que dramatiser de vieilles histoires de fantômes. Il n'y aucune source sérieuse corroborant ces rumeurs.

Présentateur : J'imagine que ça a été difficile de mentir au public et déclencher le lynchage d'un héros.

Petrosky : Oui, monsieur… C'était la partie la plus difficile.

Présentateur : Et vous n'avez jamais rencontré John-117 ?

Petrosky : Je n'ai jamais rencontré John-117, mais je serais honoré de pouvoir le faire un jour. C'est le plus grand héros de notre époque.

Présentateur : Merci de votre intervention, Anthony, et de vos services. Mesdames et messieurs, nous sommes avec Benjamin Giraud alors que son histoire se délite sous nos yeux. Ben, avez-vous quelque chose à dire ?

Ben : Je ne sais pas ce que lui a fait l'ONI, mais il ment. Ils sont parvenu à corrompre un homme bon, un soldat, pour me discréditer.

Présentateur : Je vous met dehors, maintenant.

Ben : Vous savez que vous êtes une marionnette !

Présentateur : Je ne fais qu'observer des faits ! D'où sortez-vous ces prétendues preuves ? Si il faut dévoiler vos sources, c'est maintenant !

Ben : Je commence à en avoir marre…

Présentateur : Nous sommes donc deux !

Ben : Je me fiche de ce que dit la date de création, j'ai téléchargé ces fichiers il y a deux jours sur un serveur dans une installation abandonnée de l'ONI sur Bliss !

Présentateur : Vous avez trouvé votre trésor de secrets gouvernementaux dans une ruine non gardée sur une planète vitrifiée ?

Ben : Je n'imaginais pas que ça tournerais comme ça !

Présentateur : Monsieur Giraud, laissez-moi vous montrer ceci. Cette vidéo a été enregistrée il y a deux jours. Vous voilà entrant dans un bunker sur Bliss.

Ben :Quoi ?! Comment avez-vous eu ça ?!

Présentateur : Et il y a deux jours la police locale a trouvé une énorme cache d'arme, ainsi que le serveur dans ce bunker. Son contenu appartenait à une organisation liée à une insurrectionniste appelée FERO, qui a été impliquée plus tôt aujourd'hui par des membres de Sapien Sunrise comme le fournisseur des armes utilisées lors du massacre de l'ambassade.

Ben : Vous essayez d'attribuer la mort de Sekibo à FERO ?! Elle n'a rien à voir avec tout ça !

Présentateur : Et les modifications de leurs armes sont les mêmes que celles trouvées dans votre bunker.

Ben : D'accord, j'ai compris, je suis un terroriste travaillant pour FERO, c'est ça ?!

Présentateur : Non. Apparemment, vous ne travaillez pour personne, monsieur Giraud.

Ben : Quoi ?

Présentateur : Voici l'enregistrement d'une caméra de surveillance il y a deux jours, montrant deux membres de Sapien Sunrise entrant dans votre appartement–

Ben : Non, ils étaient de l'ONI !

Présentateur : Ces hommes ont été tués. Un marché ayant mal tourné ?

Ben : Non, c'étaient des hommes de l'ONI qui venaient me tuer !

Présentateur : Des agents de l'ONI ont également retrouvé le compte bancaire que vous avez utilisé pour financer les activités terroristes de FERO, avec à la clé l'achat de surplus militaires juste à côté de chez vous. Voici la vidéo où vous faites cet achat !

Ben : L'ONI avait envoyé ces agents à mon appartement pour me tuer ! Elle m'a sauvé la vie et m'a donné de l'argent ! J'essayais de rester en vie !

Présentateur : Nous avons tous les enregistrements du voisinage. Les seules personnes entrées dans votre immeuble cette nuit-là sont vous et les deux membres de Sapien Sunrise que vous avez tué.

Ben : Ils n'étaient pas de Sapien– Non, non, non, non…

Présentateur : Monsieur Giraud… FERO… Quel que soit le nom que vous vous donnez… Vous n'avez aucun échappatoire. Alors passez directement à votre grand discours rebelle que je puisse mettre fin à cette triste imitation d'interview !

Ben : Vous… Vous…

Présentateur : Rien ? Bien ! J'ai eu ma dose pour aujourd'hui.

Ben : Où est Ray ? Qu'est-ce qui lui est arrivé ?

Présentateur : Raymond Kerzig va bien, nous lui avons parlé hier.

Ben : Je ne crois plus un mot de ce que vous prononcez…

Présentateur : Il nous a donné les fichiers comme vous l'avez demandé, mais il nous a également détaillé comment vous les aviez falsifiés.

Ben :Non… Je veux une preuve que Ray Kerzig et sa famille sont en sécurité et libres. Appelez-le tout de suite !

Présentateur : Après toutes vos accusations d'atrocités et de trahisons, votre pitoyable quête de vérité a trompé de nombreuses personnes. Laissez-moi me faire porte parole de la presse libre et demander à toute personne dans cette galaxie, en son âme et conscience, de bien vouloir croire que l'atrocité, c'est vous, monsieur Giraud !

Ben : L'ONI a tué Mshak…

Présentateur : C'est vous qui êtes un traître !

Ben : Ils l'ont mis dans un sac noir et l'ont enterré…

Présentateur : J'en ai ma claque.

Ben :J'ai entendu tellement de choses ces derniers mois, je sais de quoi je parle quand je dis que le Major, est un héros, mon héros, le héros de tous, et vous lui avez tous tourné le dos ! Tous autant de chiens-chiens !

Présentateur : Monsieur Giraud va maintenant devenir le problème des agents fédéraux.

Ben : Vous vous laissez engloutir par la merde qu'ils vous donnent !

[Bruits de combat]

Présentateur : Coupez son micro ! Nous sommes désolés, mesdames et messieurs. Je voudrais m'excuser personnellement auprès de tous ceux et celles qui ont été témoin de ce triste spectacle. Ce sont les dangers des interviews en personne et je ne vais certainement pas me laisser impressionner pour si peu dans ma propre émission. Nous connaissons la véritable histoire, à présent. Je suis Charles Kesler, nous revenons tout de suite.

[Générique]

<<< [soupir] Tout le monde a vu ça. Le Major était lavé de tout soupçon, et Ben avait tout perdu. Nous avions une histoire sur laquelle nous reposer, celle du héros et du traître. C'était celle-là que nous voulions entendre. C'était ce que voulais l'ONI depuis le début. Toutes les rumeurs à propos du Major et des Spartans avaient été la fin de Ben, il était goudronné et plumé. Et avec le sacrifice de Ben, les colonies extérieures retrouvèrent leur calme. Les transports, les communications, le commerce, l'énergie, tout revenait, et les flammes de la rage populaires allaient être éteintes avec le sang de Ben Giraud. Ben disait que c'était son honneur qui l'avait poussé à se lever contre l'ONI après qu'ils l'aient jeté. Mais ils l'avaient utilisé. Chaque domino était tombé comme prévu. Je pensais être trop maligne pour ça, mais au final j'étais un autre pion dans leur jeu. Leur coup de grâce porté à Ben avait été le serveur sur Bliss. Que j'aie transmis ou laissé de côté cette information, j'avais aussi été utilisée. Mshak, Ray, Petrosky, tout ceux qui s'étaient approché de l'histoire de Ben avaient été incorporés au plan de gré ou de force. J'aurais pu y aller, me prendre dans leur toile, mais j'avais refusé et j'étais libre. Au final, je pense que Ben cherchait le respect. Mais l'ONI s'en fiche, du respect. Pour eux, seule la peur compte. Mais je n'ai pas peur. Grâce à ce que j'ai ici. Ben était hors du coup. Mais pas Ray. Il avait relayé les fichiers à une personne de confiance, au cas où. C'est mon histoire, maintenant, ma mission. Alors je reprend là où Ben s'est arrêté. Je découvrirais la Vérité et la mettrais en évidence. Pas pour des principes, mais parce que mon honneur me démange, comme Ben avant moi. Mais contrairement à lui, je vais jouer comme l'ONI. Ils vont regretter que je ne sois pas tombée dans leur toile. C'est mon histoire maintenant, et je n'ai rien à faire du respect. Cette histoire sera une histoire de peur.

Je suis Petra Janecek, et voici la traque de la Vérité. >>>




Liens[modifier]

Crédits[modifier]


Galerie[modifier]

Sources[modifier]


Hunt the Truth
Saison 1
Version originale : Épisode 0Épisode 1Épisode 2Épisode 3Épisode 4Épisode 5Épisode 6Épisode 7Épisode 8Épisode 9Épisode 10Épisode 11 (0384)Épisode 12Épisode 13
Version française : Épisode 0Épisode 1Épisode 2Épisode 3Épisode 4Épisode 5Épisode 6Épisode 7Épisode 8Épisode 9Épisode 10Épisode 11 (0384)Épisode 12Épisode 13
Saison 2
Version originale : Épisode 0Épisode 1Épisode 2Épisode 3Épisode 4Épisode 5Épisode 6
Version française : Épisode 0Épisode 1Épisode 2Épisode 3Épisode 4Épisode 5Épisode 6