Rahnelo

Le WikiHalo rappelle à ses contributeurs que toute information ajoutée doit être officielle et vérifiable. Les contributions sans sources et les théories sur Halo Infinite seront rejetées.

Cette page contient des informations tirées de Halo : Shadow of Intent susceptibles de spoiler.
Consultez-la en connaissance de cause.
Rahnelo
Informations
Système :
Satellites :
Koos, Naams[1]
Gravité :
Moins de 1,375 G

Rahnelo, ou Sacred Wealth (littéralement « Richesse sacrée »), est une colonie frontalière sangheilie fondée avant -852.[1]

Elle est dotée d'une gravité légèrement moindre que sur Sanghelios,[2] comportant deux calottes polaires qui recouvrent la moitié de sa surface,[1] ne laissant qu'un équateur tempéré, avec des étendues boisées ou désertiques.[2] C'est cette zone qui donna son nom à la planète.[1] Elle ne comportait qu'une seule colonie à sa surface dans l'hémisphère nord, dirigée par le clan Juran, avec leur domaine, fortifié par des murs de granites et une porte métallique et flanqué de deux montagnes, situé à quelques heures de marche de la colonie principale, comprenant l'aire d'atterrissage accueillant les vaisseaux. Une des créatures locales est le Du'nak et les habitants possèdent un accent leur donnant une cadence hachée et un ton incisif.[2] Il existe quelques ruines forerunners dans ses montagnes mais la planète est majoritairement invivable en raison de son climat. La partie équatoriale est cependant à l'opposée du reste de la planète avec des nombreuses fermes, des citadelles et des réserves de chasse.[1]

La colonie fut attaquée par le Spear of Light de Tem'Bhetek, qui bombarda les habitations avant de déployer deux compagnies de Brutes. Le signal de détresse ne fut capté que trois jours plus tard par le Shadow of Intent, après la capture du Kaidon Tulum 'Juranai et de ses deux fils les plus âgés.[2] Sur décision du nouveau Kaidon, le dernier représentant mâle survivant de la famille Juran, son plus jeune fils de moins d'une dizaine d'années, les cadavres des assaillants Brutes furent enterrés dans les cratères de bombardement entre les habitations et l'aire d'atterrissage, laissant les habitants fouler les sépultures de leurs assaillants.[3]


Sources[modifier]