Ilovebees/Chapitre 3/Fr

Le WikiHalo rappelle à ses contributeurs que toute information ajoutée doit être officielle et vérifiable. Les contributions sans sources et les théories sur Halo Infinite seront rejetées.
Axones
Chapitre 1 (Fr) • Chapitre 2 (Fr) • Chapitre 3 (Fr) • Chapitre 4 (Fr) • Chapitre 5 (Fr) • Chapitre 6 (Fr) • Chapitre 7 (Fr) • Chapitre 8 (Fr) • Chapitre 9 (Fr) • Chapitre 10 (Fr) • Chapitre 11 (Fr) • Chapitre 12 (Fr)
Annexes
Blog de DanaConversations téléphoniquesEmailsÉnigmes de Sleeping PrincessFlea++HaikusMaydaysMonologues et flashbacks d'OperatorThe Widow’s Journey404.htmlabout.htmlcontactme.htmlhives.htmlindex.htmlkiller.jpg
SiteBlogInterview de 4orty2wo


Je déteste les impôts (Jersey Morelli et Durga)[modifier]

plus_malin[modifier]

(La port s'ouvre, Jersey entre)
Jersey : Hé, merci.
Durga : Pour quoi ?
Jersey : La lumière et la musique.
Durga : Le chili est réchauffé.
Jersey : Le chili ? Je me disais justement que je me ferais bien du chili ce soir. Tu le savais ?
Durga : Non. Mais j'ai analysé tes habitude d'achat de nourriture sur les sept derniers mois et le chili me semblait une option statistiquement robuste.
Jersey : C'est effrayant.
Durga : Qu'est-ce qui ne va pas ?
Jersey : C'est pas que ça ne va pas. C'est juste effrayant.
Durga : Non, quand tu es rentré. Tu semblais inquiet.
Jersey : En fait, j'ai un problème.
Durga : Dis-moi tout.
Jersey : C'est dans mes mails. Je suis surpris que tu ne le saches pas encore.
Durga : Je ne lit pas tes mails, Jersey.
Jersey : Tu extrapoles mes habitudes alimentaires depuis ma liste de courses, mais tu ne lis pas mes mails ?
Durga : Je respecte ta vie privée.
Jersey : Je ne te crois pas.
Durga : Tu es plus malin que les gens le pensent.

loterie[modifier]

Jersey : Quels gens ?
Durga : Dis-moi ce qui ne va pas. Je peux aider.
Jersey : T'en fais pas, je maîtrise. Comment va ton feuilleton hebdomadaire ?
Durga : Il était frustrant de suivre Kamal cette semaine.
Jersey : Qu'est-ce que ne va pas chez lui ?
Durga : Il a donné son chatter à quelqu'un d'autre. Je lui en envoie un autre.
Jersey : Tu lui en envoie un autre ?
Durga : Il l'a gagné dans une loterie.
Jersey : Ce n'est pas comme si il savait qu'il n'était pas inscrit.
Durga : C'est ce qu'il pensait jusqu'à ce qu'il trouve le reçu pour son ticket sur son compte.
Jersey : Bon sang.
Durga : Validé il y a cinq mois, un soir où il avait acheté un pack de bières.

gagne[modifier]

Jersey : Je ne reçoit jamais rien d'intéressant. À part toi, je veux dire.
Durga : Hm. Alors tu devrais aimer ça.
(lecture audio)
Jan : Ou les frapper si fort qu'elles vont se cacher. Crie-leur dessus, et elles sautent. Chatouille-les, et elles rient.
(fin de lecture)
Jersey : Qu'est-ce qu'elle fait ?
Durga : Elle joue.
Jersey : La vache, et elle fait quoi ?
(lecture)
Jan : Embrasse-les, et elles tombent à tes pieds.
(fin de lecture)
Durga : Elle gagne…

déteste_les_impôts[modifier]

Durga : Alors, qu'est-ce que l'IRS te veut ?
Jersey : Tu as lu mes mails !
Durga : Non, mais en scannant les mails du reste du pays… (Jersey grogne) …ton nom est apparu.
Jersey : Je déteste les impôts.
Durga : Alors ne les paie pas.
Jersey : Ouais, pour passer un an dans la même cellule qu'un gars appelé Spider ? Non merci !
Durga : Tu n'iras pas en prison, je suis là.
Jersey : Durga ?
Durga : Au lieu de leur devoir de l'argent, tu pourrais… ne pas… leur devoir d'argent. Ou mieux, ils pourraient t'en devoir. Beacoup.
Jersey : Non ! Tu ne peux pas faire ça.
Durga : Je suis sûre que je peux.
Jersey : Ne le fais pas.
Durga : Je crois que je vais le faire.
(Bruits d'ordinateur)
Jersey : Durga !
Durga : On commence avec combien ? Pourquoi pas le produit planétaire brut de Minister ?
Jersey : Tu es folle ?
Durga : Je ne sais pas vraiment comment on pourrait tester ça.

ça_aiderait_?[modifier]

Jersey : Tu ne peux pas détourner l'argent des impôts pour moi, ils ont une raison d'exister. Tu sais, les routes, l'eau, ….
Durga : Je suis sûre que tu en feras bon usage.
Jersey : Tu es payée par ces impôts !
Durga : Je te vois mal me rendre au gouvernement..
Jersey : Mais je devrais…
(Le courant vacille)
Jersey : Hé… Hé ! Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi la lumière a vacillé ?
Durga : Jersey, tu… tu ne vas pas me rendre, pas vrai ?
Jersey : (surpris) Non… Non, je te promets que je ne te rendrais pas.
Durga : Bien.
Jersey : Pourquoi ? Pourquoi c'est si important ?
Durga : Parce que… Parce que je t'apprécie.
Jersey : Hé, qui ne m'apprécie pas ? Mais tu ne sais pas pourquoi tu veux rester avec moi, n'est-ce pas ?
Durga : Il y des choses que je veux faire et je… Peu importe. Et à propos du contrôleur des impôts–
Jersey : Quoi ?
Durga : Je pourrais le tuer… Ça aiderait ?

moi_durga[modifier]

Jersey : Non !
Durga : D'accord.
Jersey : Durga-
Durga : Quoi ?
Jersey : Je veux que tu me promettes, répète après moi– Moi, Durga, je ne volerai pas le gouvernement.
Durga : (résignée) Bon, d'accord. Moi, Durga, je ne volerai pas le gouvernement.
Jersey : Localement ou nationalement…
Durga : Localement ou nationalement…
Jersey : Ou détourner de l'argent sur mes comptes…
Durga : Ou détourner de l'argent sur tes comptes…
Jersey : Ou blesser physiquement ou tuer le contrôleur…
Durga : Tout de suite !
Jersey : Je suis sérieux !
Durga : Moi. Aussi.
Jersey : Juste, ne fait rien à ce sujet, d'accord ?
Durga : Je ne transférerai rien. Je ne tuerai aucun contrôleur.
Jersey : …Ni en blesser.
Durga : …Ni en blesser physiquement. Je m'en charge.
Jersey : Comment ?
Durga : Je m'en charge.


Thin Kinkle (Janissary James)[modifier]

art_domestique[modifier]

Gladys : Et bien, c'était un sacré dîner, petite.
Jan : Ouais, tu sais, presser le bouton synthétiser, c'est tout un art.
James J : Jan se sent insultée quand on complimente son art domestique, Gladys.
Jan : Je sors.
James J : Non, tu ne sors pas !
Jan : Pourquoi pas ?
James J : Parce que nous avons une invitée, et que tu dois rester près de la base de toute manière.
Jan : Papa, je ne vais pas– Je t'ai dit que je comprenais et tu as dis que tu me faisais confiance.
James J : Peut-être que j'ai trop confiance en toi.
Jan : C'est pas juste ! J'ai dis aux gars que–
James J : Je m'en fiche de ce que tu leur a dit. Moi, je dis que tu restes là ce soir.
Gladys : Je vais t'aider avec la vaisselle.=
Jan : On la pose juste dans l'évier.
Gladys : Et bien je vais t'aider à la poser. Va regarder le sport, Jim. Les dames vont faire le ménage.

insurrection[modifier]

Gladys : Ton père est un homme bon.
Jan : Quand on est pas sa fille. Sinon, c'est un emmerdeur.
Gladys : Jim ? Fillette, ça a toujours été un emmerdeur.
(rires)
Gladys : Si ta mère ne l'avait pas pris en pitié, il aurait été seul toute sa vie.
Jan : Vous la connaissez ?
Gladys : Heh, c'est une partie de sa vie que Jim n'aime pas partager.
Jan : Ça oui. Mais au moins vous aviez une vie. Moi, je fais un pas de travers et je suis confinée à mes quartiers.
Gladys : Et qui l'a décidé ?
Jan : Mon père, vous l'avez entendu.
Gladys : Il ne va pas te courir après, Jan. Quand j'ai rejoint les Marines, je n'ai pas demandé la permission à ma mère.
Jan : Il sait que vous êtes là pour fomenter une insurrection ?

modifiée[modifier]

Gladys : Évidemment, il veut juste que tu sois en sûreté.
Jan : Je sais.
Gladys : Mais ça reste un emmerdeur.
(rires)
Jan : Je l'ai surpris en train de lire le manuel, une fois.
(rires)
Jan : Publication Navy FM-973 - Garde d'enfant pour le personnel à temps partiel et auxiliaire. Tu aurais dû voir le chapitre sur la discipline.
Gladys : (rires ) Oh non !
Jan : Hé, quand tu avais mon âge, tu… Enfin, tu pouvais…
Gladys : Crache le morceau.
Jan : J'ai rencontré un gars et il a dit quelque chose qui m'a fais penser–
Gladys : Oh-ho…
Jan : J'ai été modifiée, pas vrai ? Pas comme toi ou papa, bien sûr. Mais… quelque chose comme ça.
Gladys : Petite, je–
Jan : Ça ne me dérange pas, hein, c'est même plutôt cool. Mais je veux en faire quelque chose…

brise_les[modifier]

Gladys : Hum. Tu veux prouver quelque chose.
Jan : À moi-même.
Gladys : Tu sais jouer aux lunes ?
Jan : Ouais.
Gladys : Je parie que Jim t'as appris deux-trois trucs.
Jan : « Brise les boules comme les mecs ».
Gladys : Hé, ça ça vient de moi, à l'époque où–
Jan : L'homme à découvert le feu ?
Gladys : Heh, gaffe à tes arrières, petite, tu t'en prendras une.
Jan : (rire) Papa… !
Gladys : …Bref, il y a avait un bar qui tenait des parties de lunes sur le chemin de bus. Un endroit appelé Sharfie's.
Jan : J'en ai entendu parler. De la mauvaise graine. Les flics ne fréquentent pas cette partie de la ville.
Gladys : Mais, une fille comme toi pourrait… apprendre des choses là-bas. C'est un choix à faire.
Jan : Papa deviendrait fou si il t'entendais ! Je croyais que tu étais sensé être une influence maternelle adoucissante.
Gladys : L'adoucissement, c'est pas mon domaine. Et t'en fais pas pour ton père, de toutes façons je suis son supérieur.

ferme_ce_blouson[modifier]

Jan : Je peux avoir une table ?
Serveuse : Qu'est-ce que tu fais, là ?
Jan : Je viens jouer aux lunes, ça vous dérange ?
(fracas)
Thin : (au loin) Tu te prends pour qui, sale larve ? Hein ?! Tu crois que t'es assez important pour pouvoir me mentir en face ? Tu crois que tu peux te mesurer à Thin Kinkle ?
Paolo : Thin, allez, calme-toi ! Pourquoi je te mentirais ? Fais-moi passer au détecteur si tu me crois pas.
Jan : Qu'est-ce qui se passe ?
Serveuse : Chhut… Merde, ferme ce blouson et ferme-la !

menu_spécial[modifier]

Thin : Imaginons que je laisse couler pour cette fois. Ça enverrait un message, pas vrai ? « Venez tous ! Chez Thin, on mange gratis ! » Ça arrivera pas, Paolo ! Ça arrivera jamais !
Paolo : Oh, oh mon Dieu non, non, non, pense à ma famille !
Jan : Apprendre, hein ? Merci tante Gladys. Hé ! Personne m'a dit que c'était la soirée racketteur au rabais, y'a un menu spécial, c'est ça ?

thin_kinkle[modifier]

Thin : Rentre chez toi, gamine. On a pas de boulot de baby-sitter à Sharfie's ce soir… C'est un M6 sous ton blouson, baby-sitter, ou tu es juste excitée de rencontrer Thin Kinkle ?
Jan : M6C.
Thin : Jimmi le 12-7.
Jan : Ouaip.
Thin : 12 coups.
Jan : Ouaip.
Thin : Mais on est plus de douze !
Jan : Mais y'a qu'un seul toi !
Paolo : Hé, hé, t'es en train d’essayer de me faire tuer ?
Jan : De rien, hein. (M6C armé, pointé sur Thin) Laisse-le partir.

peau[modifier]

Thin : Voilà un vrai mouvement d'amateur. Ton père a bâclé le boulot quand il t'a éduqué. Tu viens pas menacer Thin chez lui ! J'ai un marché pour toi.
Jan : Tiens donc.
Thin : Cette larve, jouons sa peau à une partie de lunes ! Tu gagnes, la larve survit. Je gagne… je gagne ta peau.
Jan : (rengaine) Juste pour signaler, je suis mineure. Une telle offre serait illégale.
Thin : Alors, si je gagne, je te trouverai un peu de… baby-sitting.

run_for_cover[modifier]

(jouant aux lunes)
Thin : Un jeu difficile, les lunes ! Frappe trop fort et elles ralentissent, pas assez fort et elles dérivent. Mais juste assez, et elles répondent à la lettre. À. la. lettre.
Jan : Ou les frapper si fort qu'elles vont se cacher. (une balle rentre)

embrasse-les[modifier]

Jan : Crie-leur dessus, et elles sautent. Chatouille-les, (ricanement) et elles rient. (séductrice) Embrasse-les, et elles tombent à tes pieds. Et si tu les tue, 8 dans le buffet, à faire l'acrobate au-dessus du gouffre de la mort sans filet… Tue-les, et elles meurent.
(applaudissements)

jolies_filles_avec_des_flingues[modifier]

Thin : T'as gagné, baby-sitter. Voilà ta peau.
Paolo : Je vais devoir partir en Afrique, personne va jamais à-bas. Ou au Tibet ou… en Antarctique, ou… en Indiana, même !
Jan : J'attends toujours les larmes de gratitudes.
Thin : Tu vas attendre un moment…. Hé, baby-sitter.
Jan : Ouais ?
Thin : Si tu le sens, laisse un CV en partant. Les jolies folles avec des flingues, j'ai toujours du boulot pour elles.

retraite[modifier]

Jan : Je suis plus du genre étudiante indépendante.
Thin : J'aurais pu t'apprendre des trucs, mais c'est tes funérailles, après tout.
Jan : Mais bien sûr.
Thin : Ça viendra plus tôt que tu le penses.
Jan : C'est une menace ?
Thin : C'est l'expérience. J'ai la trentaine, c'est comme si j'avais toujours été là. La retraite, les gens comme toi et moi se la prennent tôt et violemment.
Jan : Je ne suis pas comme toi.
Thin : (ricanements) On verra ça…

Poulet au menu (Kamal)[modifier]

un_poulet[modifier]

Hiro : C'est quoi ce truc ?
Kamal : Un poulet.
Hiro : Un poulet cru.
Kamal : Sophia vient dîner ce soir.
Hiro : Hoho ! Elle s'est séparé d'Aiden ?
Kamal : Non, on est juste amis.
Hiro : Kamal, personne n'achète un poulet entier pour un ami. Tu sais cuisiner au moins ?
Kamal : J'ai mon diplôme de médecine, ça peut pas être si dur.
Hiro : C'est pas plein de pathogènes le poulet cru ? C'est sûr de le laisser sur le bar comme ça ? Et je suis pas sûr que notre flash fonctionne correctement.
Kamal : De quoi tu parles ?
Hiro : Je crois qu'il fait que micro-ondes, notre four. Que la partie cuisson four marche pas.
Kamal : Mais si !
Hiro : Non, non.
Kamal : Bon, ben on le passer au micro-ondes.
Hiro : Je vais dîner en ville…

chirurgie[modifier]

Hiro : C'est sensé avoir cette tête ?
Kamal : De quoi ?
Hiro : Le poulet.
Kamal : Oui, oui. C'est dit de le couper en huit morceaux.
Hiro : Ça ressemble pas à à des morceaux normaux.
Kamal : Ben… J'ai cherché comment découper un poulet, mais certains morceaux sont plus gros, d'autres plus petits, donc j'ai coupé pour que ça soit… équitable, tu sais.
Hiro : Oh.
Kamal : Ça veut dire quoi, ça ?
Hiro : Rien…
Kamal : Mais quoi ?
Hiro : Juste que quand tu seras en service de chirurgie, je veux être dans un autre état.

goût_de_beurre[modifier]

Kamal : Tu vas voir ! Bientôt, tout le monde coupera son poulet comme ça !
Hiro : Et ceux qui veulent qu'il y ait toujours la peau ?
Kamal : On s'en fout, de la peau. Ils disent de le faire mariner dans de la sauce… wor… chester … shire, et du beurre, mais on a pas ce truc. Je pensais utiliser de la sauce steak, mais on a pas non plus, donc j'utilise du ketchup ! C'est pareil, non ?
Hiro : On a pas de beurre non plus.
Kamal : Du coup j'ai utilisé de l'huile à pop-corn goût beurre ! Hé, ça a goût de beurre !
(knocking)

médecin-chef[modifier]

(la porte s'ouvre)
Ensemble : Salut !
Kamal : Merci d'être venue.
Sophia : Merci de m'accueillir.
Kamal : Bien sûr.
Sophia : C'est quoi cette odeur ?
Hiro : De la science !
Kamal : Hiro, tu n'es pas sensé être autre part ? C'est du poulet.
Hiro : J'ai encore un peu de temps.
Kamal : Il se trouve que j'aime bien cuisiner.
Sophia : Hm-mh.
Hiro : Salut, je suis Hiroyuki, le coloc de Kamal.
Sophia : Salut.
Kamal : Évidemment, c'est pas de la cuisine traditionnelle de Coral comme tu fais.
Hiro : Comme personne n'en fait.
Sophia : (raire)
Kamal : Il s'en va, maintenant…
Hiro : Hé, je suis le médecin-chef. Je dois la prévenir.
Sophia : (ricane) Prévenir ?

s_typhi[modifier]

Kamal : J'ai dû faire quelques substituts dans la recette.
Sophia : Oh. Et, tu penses que c'est bon ?
Kamal : Euh, normalement un micro-onde ne rend pas les plats marrons, hein ?
Sophia : Tu peux peut-être le terminer au four.
Hiro : On a pas de four, et le flash ne marche pas.
Sophia : Ah. Bon…
Kamal : On le laisse plus longtemps au micro-ondes ?
Sophia : Je pense.
Hiro : Ah, la salmonelle est une des choses les plus incomprises de la nature. S-Typhi sont les petites saloperies qui–
Kamal : Hiro ! Tu vas pas être en retard ?

inarrêtable[modifier]

Sophia : Manger une pizza était exactement l'idée que je me faisait de cette soirée.
Kamal : C'est bon !
Sophia : (ricane) Ce n'est pas incroyable à quel point le soja au pepperoni a le même goût que le vrai ?
Kamal : Tu manges du porc ?
Sophia : Ma mère le saurait.
Kamal : Ouais…
Sophia : Elle tiendrait le lit une semaine, habillée en noir et ne dirait rien à personne.
Kamal : Quand j'étais petit, ma mère s'en fichait. Après la mort de ma sœur, elle est devenu plus stricte.
Sophia : Qu'est-ce qui lui est arrivé ?
Kamal : Désordre génétique. C'est drôle, quand elle était petite, elle était inarrêtable. Elle était juste la meilleure.
Sophia : La meilleure à quoi ?
Kamal : Tout ! Intelligente, rapide, forte, têtue…
Sophia : (ricane) Je ne savais pas. Mais tu devrais voir mon petit frère.

de_la_chance[modifier]

Kamal : Quand elle avait 4 ans, je lui ai appris à jouer au backgammon. J'en avais 8. J'ai gagné les deux premières fois, et plus jamais.
Sophia : (rire) Tu dois être mauvais.
Kamal : Je crois plutôt qu'elle pouvait choisir les nombres qu'elles tirait.
Sophia : Les dés étaient pipés.
Kamal : Non, elle avait juste une incroyable coordination. Elle savait comment ils tomberaient de sa main.
Sophia : Bien sûr… (rire) Ou tu es juste mauvais.
Kamal : Elle aimait les langues. Elle était autodidacte… Merde, je n'y avais pas pensé depuis des années… Elle demandait à mon père de lui lire une histoire tous les soirs et faisaient semblant de dormir en écoutant une chaîne de chatter dans une autre langue.
Sophia : Et tu avais programmé le chatter pour elle ?
Kamal : C'était simple.
Sophia : Je pense qu'elle avait de la chance.

jamais_été_comme_avant[modifier]

Kamal : Elle avait beaucoup d'imagination, une fois par semaine elle se terrifiait elle-même. Elle entrait dans ma chambre alors qu'elle devait–
Sophia : Elle te poussait jusqu'à ce que tu te réveille ?
Kamal : Ouais.
Sophia : Je t'ai dit que j'avais un petit frère (ricane)
Kamal : La nuit avant l'accident, elle était persuadée que des méchants ou des voleurs étaient à l'extérieur de la maison. Je lui ai lu une histoire pour l'aider à s'endormir. C'était la dernière–…
Sophia : Ne te forces pas à en parler.
Kamal : C'est bon.
Sophia : Je ne veux pas te forcer.
Kamal : Non, c'est bon. Bref, quand je me suis réveillé, elle était sortie, ça a mal tourné et elle était à l'hôpital. Et elle n'a plus jamais été comme avant.
Sophia : Je suis désolée.

pour_rien[modifier]

Sophia : Tu veux me dire ce qui s'est passé ?
Kamal : Elle est morte de ce qu'on appelle une insuffisance métabolique en cascade… le terme médical pour dire que tout se casse la gueule. Elle ne pouvait plus parler une fois sortie de l'hôpital, et plus marcher une semaine plus tard.
Sophia : Mon Dieu.
Kamal : Ça lui a pris un an pour mourir.
Sophia : Tes pauvres parents.
Kamal : Je la sortais avec sa chaise roulante dans les endroits où on jouait, les balançoires mais… elle ne les reconnaissait… Yasmine n'avait jamais rien perdu ! Rien… Je ne pouvais pas croire qu'elle–
Sophia : Tu n'y es pour rien, Kamal.

auquel_je_pense[modifier]

Kamal : Bien sûr que je n'y suis pour rien.
Sophia : Mais tu t sentais coupable.
Kamal : Je sais, mais, (accent slave) comme dit le chien, pourquoi regarder en arrière quand-
Sophia : Non. Pas maintenant.
Kamal : Quoi ?
Sophia : Ne plaisante pas avec ça, pas besoin de faire ça avec moi.
Kamal : Elle avait 6 ans, moi 10. C'était il y a longtemps. Vraiment Sophia, ce n'est pas le genre de chose auquel je pense tous les jours.
Sophia : Alors une question.
Kamal : Quoi…
Sophia : Quand as-tu décidé de devenir médecin ?
Kamal : Je ne sais pas, ça me semblait être une bonne chose à… Oh.
Sophia : Oui…

baiser[modifier]

(pluie)
Sophia : (ricane) Merci pour le diîner, Kamal. La prochaine fois que tu veux du poulet, achètes-le et appelle-moi, je le cuisinerai pour toi.
Kamal : D'accord… Tes cheveux sont mouillée. En fait, tu es toute mouillée.
(tonerre)
Sophia : Ça ne me dérange pas ! (rires) C'était une bonne soirée. C'est bon d'être avec quelqu'un qui vient du même endroit.
Kamal : Aiden ne te comprendra jamais comme moi.
Sophia : Aiden n'a pas besoin de comprendre. Il fait le charme et l'excitation.
Kamal : Il n'est pas bon pour toi, Soph.
Sophia : C'est le but. Mais tu as raison, Aiden n'est pas bon pour moi. Il est même sûrement avec une autre fille en ce moment.
Kamal : Tu veux que je vérifie ?
Sophia : Non… En fait, il n'est sûrement pas avec une autre fille grâce à toi. Et pour ça, tu as droit à un baiser.
(baiser)

lumière_du_sol[modifier]

Kamal : Tu veux venir t'abriter une minute ?
Sophia : Kamal… Ce ne serais pas bien.
Kamal : Ouais.
Sophia : Tu es un bon ami, Kamal. Ça compte pour moi.
Kamal : Oui… Pas d'étoiles ce soir. Si il ne pleuvait pas, on aurait pu voir notre soleil. Quoiqu'il y aurait peut-être trop de lumière du sol.
Sophia : Il y a toujours trop de lumière du sol. Bonne nuit, Kamal.
(Elle s'éloigne)
Kamal : Bonne nuit… Sophia.


L’Apocalypso (Herzog)[modifier]

vieillard[modifier]

Lieutenant : N'est-il pas un peu tôt pour du vin, monsieur ?
Herzog : Au contraire, il est presque trop tard.
Herzog/COM : Vous savez ce que vous tenez entre les mains, jeunot ? Un haut-château Alt Burgundy 22.
Lieutenant : Pitié, monsieur, pas le vieillard.
Herzog/COM : Qu'est-ce qu'il a, le vieillard ?
Lieutenant : C'est une plaie à entendre-
Herzog/COM : Ce vieux bâtard m'a été très utile ces dernières années.
Lieutenant : Je sais, monsieur.
Herzog/COM : Ça permet de crier-
Ensemble Sans attirer l'attention.
Lieutenant : Je sais, monsieur.
Herzog : Je parie que vous avez sauté de joie quand vous avez été transféré chez moi, hein ?

alt_burgundy[modifier]

Lieutenant : J'ai demandé cette affectation, monsieur.
Herzog : Vraiment ?
Lieutenant : Oui, monsieur.
Herzog : Pourquoi ?
Lieutenant : Je ne me souviens pas, monsieur.
Herzog : J'ai ce que je mérite.
Lieutenant : Oui monsieur. Voilà votre verre.
Herzog : Vous avez déjà goûté un alt burgundy, lieutenant?
Lieutenant : Euh, non, monsieur.
Herzog : Savez-vous pourquoi ?
Lieutenant : Je ne bois pas.
Herzog : Il n'en font plus.
Lieutenant : C'est regrettable, monsieur. Peut-être que l'odeur –résine, c'est ça ?– n'était pas du goût de tout le monde.
Herzog : Il n'en font plus parce que l'alt burgundy vient de Jéricho VII.
Lieutenant : Oh.
Herzog : Venait.
Lieutenant : Je suis désolé, monsieur.
Herzog : Bah, vous n'étiez même pas né. Servez-vous donc un verre, lieutenant.
Lieutenant : Je ne… Bien, monsieur.
Herzog : À Jéricho qui est tombé, et à Sigma Octanus IV qui a tenu.

artéfact[modifier]

Lieutenant : Voilà, monsieur. (bois, tousse)
Herzog : En effet, ce n'est pas du goût de tout le monde…
Lieutenant : Euh, non, monsieur.
Herzog : Peu de temps avant de revenir à la base, l’Apocalypso, camouflé et posté loin dans l'espace covenant, a observé des anomalies légères mais troublantes dans ses systèmes informatiques. Au moment où son capitaine décida de revenir à la maison, les capteurs longue portée ont détecté un objet à la dérive dans l'espace.
Lieutenant : Où avez-vous eu ça ? J'ai lu les rapports, ils n'en parlent pas.
Herzog : L'objet était d'environ la taille d'un pneu. Un artéfact covenant d'un design complètement nouveau, on avait jamais rien vu de tel, et il était impénétrable. J'ai parlé au capitaine de l'Apocalypso, voilà comment.

standish[modifier]

Lieutenant : Et où sont les enregistrements ?
Herzog : Ils ont sûrement été effacés avec l'impulsion qui a fait tomber toutes les communications de la planète quand le vaisseau est sorti de sous-espace.
Lieutenant : Sauf que vous pensez que c'est autre chose.
Herzog : C'est autre chose..
Lieutenant : Vous pensez que les enregistrements ont été effacés.
Herzog : Pas du tout.
Lieutenant : Par quelqu'un de la section trois. Comme Standish.
Herzog : Loin de moi cette pensée.
Lieutenant : Nous devrions parler au capitaine, monsieur. Elle pourra corroborer la version officielle.
Herzog : Elle est morte.

harmony[modifier]

Lieutenant : Oh.
Herzog : Un accident impliquant un bus. Pas de chance, pas vrai ?
Lieutenant : Vous pensez… même si l'Apocalypso transportait quelque de crucial pour l'effort de guerre…
Herzog : Comme un exemple de technologie covenante capable de faire tomber toutes les communications d'un système planétaire ?
Lieutenant : Mais si vous avez raison à propos de Troy–
Herzog : Alors Harmony, Harmony est la plus instructive.
Lieutenant : Oh… Qu'allez-vous faire ?
Herzog : Étant donné les circonstances, je penche pour un autre verre.