Dictata mortels coloniaux des Nations unies

La création de compte est actuellement désactivée à cause de comptes de spam. Rejoignez le chat Discord pour toute demande de création de compte.

Les Dictata mortels coloniaux des Nations unies (UN Colonial Mortal Dictata en VO) sont une série de lois éthiques condamnant notamment le flash-clonage ou la conception d'organismes vivants destinés à être utilisés comme pièces détachées. Le docteur Catherine Halsey a enfreint cette loi plusieurs fois, notamment en se clonant afin d'utiliser les copies de son cerveau pour créer des IA.[1]

Il fut mit en place en 2165 à partir de la loi concernant les droits génétiques (UN Genetic Rights Act) en tant qu'extension au sein des colonies, afin d'empêcher tout abus d'entreprises menant des recherches hors de la juridiction du gouvernement de la Terre.[2]


«

Acte sur les Dictata mortels : partie 1A/3 - Introduction & présentation.

1A/3a : Tout être humain peut être défini comme une personne s'il est reconnue et accepté par tout individu raisonnable et non initié comme étant humain, aussi bien par sa forme que son comportement et son apparence, et aucune autorité n'est autorisée à se fonder sur un élément quelconque de son profil génétique pour lui refuser cette qualité.

1A/3b : Aucun être humain ne peut se voir limité, sélectionné ou soumis à discrimination sur la foi de son génome ou de son profil génétique, modifié ou non.

1A/3c : Aucun être humain ne peut être mis au monde dans l'intention de fournir du matériel biologique ou des donnée de recherche pour l'usage, le traitement ou le bénéfice d'un tiers.

1A/3d : Aucun être humain ne peut faire l'objet d'une revendication commerciale, d'un brevet, ou d'une restriction sur foi de tout ou partie de son génome ou de son profil génétique, modifié ou non.

1A/3e : Aucun être humain, en dépit de toute manipulation de son génome ou introduction d'ADN non humain ou artificiel, ne peut cesser d'être considéré comme tel, quelles que soient les circonstances.

1A/3f : Aucun être humain ne peut être soumis à une modification génétique sans son consentement exprès après avoir disposé d'une information suffisante ou, dans le cas d'un mineur, du consentement de son tuteur légal, dans l'unique but de remédier à un défaut de santé de l'enfant.

1A/3g : Aucun être humain ni aucune partie de celui-ci ne peuvent être la propriété d'un individu ou d'une organisation.

1A/3h : Aucun être humain ne peut être cloné.

Dictata[2]
»


Divers[modifier]

  • Ils sont semblables aux principes de bases qui constituent le socle de la bioéthique contemporaine.


Sources[modifier]


Protocoles & lois
UEG :
Acte officiel sur les secretsArticle 428-ABloody ArrowCode 392Code BandersnatchCode HydraCode naval 45812Code de conduite de l'UNSCCharte coloniale de l'UNSCColonial Safeguard Data Protection ActCommon Space LawCondition EndgameDictata mortels coloniaux des Nations uniesDirective 930Directive BGEDirective BGXDirective RNDDirective X-RAYDirective XenoFoxtrot Tango Angel 7012General Order 98.93.120Homeland Security Act of 2162JAG 490-0UUJAG 7556-LJAG 845-PJAG 4465/LHGLois de la robotiqueMartial Circumstance RulesMilitary Security Code 447-R27Omega threeONI Emergency Order 1416-2Ordre 178.8.64.007Projet ExodusProtocole ColeProtocole d'isolementProtocole OrionRèglement UNSC 12-145-72STOLEN GAUNTLETTraité de CallistoUnited Security Acts of 2162UNSC Convention on Admiralty Law of 2315UNSC Emergency Communication MeasuresUNSC Salvage DirectiveWartime Articles of SecrecyWINTER CONTINGENCY
Covenants :
Traité de l'UnionFire and Repentance CodeciesListe des célibatairesBook of Hierarchs
Forerunners :
Protocole de confinement